La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

Amour Sucré [Yvan + Taesch]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 25
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 5 Juil - 17:32



Amour Sucré : Yvaersion Episode 02.5 - Dancing Queeeeen
I feel excited for you and my rendez-vous ♥️    
Taesch était accoutumé à tous ces regards. Certaines personnes percevaient ses hormones contraires comme un signe qu’il venait de baiser et la plupart trouvaient ça vulgaire. Pour une fois, c’était vrai, ou presque. Il avait aiguisé Yvan, ou plutôt le glaive long et veineux qu’il cachait sous son pantalon de rebelle de la vie et il se sentait très bien avec cette pensée.
Léda la serveuse, comme l’indiquait son badge, ne cessait de lui jeter des petits coups d’oeil rougissant. Comme si elle était la seule à savoir qu’Yvan et lui s’étaient envoyés en l’air avant de venir manger un bout. Chère Léda bien aimée ne pouvait pas savoir que tout le monde dans cette foutue pièce sentait l’odeur d’un oméga et de deux alphas s’échapper de son corps. Et Taesch aimait ça. Il portait cette senteur comme une fierté.
Non, pas vraiment une fierté, plutôt l’image d’une victoire. Il avait failli faire remarquer à Yvan que c’était décidément une habitude pour lui de bander en public mais ils n’étaient pas encore assez proches. Yvan serait mortifié et Taesch se sentirait stupide. Son futur petit-ami ne savait pas encore qu’il était taquin et lançait des piques à tour de bras, dans le seul but de titiller.
Il n’était pas comme ça avant. Avant Aleister et sa mère. Depuis, il avait blindé son cœur et aiguisé sa langue comme on aiguise une lame mortelle. La simple vue de deux amants qui s’étreignaient, deux amants qui n’avaient rien à faire ensemble, l’avait perturbé au point qu’il se sente obligé d’aller voir un psy. Lui, le garçon poli et gentil, populaire mais jamais excessif. Un psy.
Taesch réprima une grimace en pensant à ça. ‘Je ne suis pas en cause, tout ça c’est de leur faute’. C’était ce que son psy lui disait de se répéter quand il y pensait. Que dirait Yvan s’il savait qu’il voyait toujours quelqu’un pour se remettre de cette trahison, aujourd’hui encore ? Il le prendrait sûrement pour un mec fragile. Ou un fou.
Yvan lui disait qu’il avait bien fait mais Taesch voyait le contraire dans son regard. Bien sûr, n’importe qui aurait cassé la gueule d’Aleister. Pas lui. Il était trop con. Pourtant, il en avait des pulsions violentes. A cause de ça, son psy lui conseillait de manger peu de viande, de méditer et de se répéter ses mantras tous les matins. Mais tout ça l’ennuyait alors il ne respectait pas ces conneries. Il était violent parce qu’il était en colère, rien de plus.
Ne pas faire de vagues, ne pas faire honte à la famille, il avait envoyé paître toutes ces instructions de sa mère et de son frère quand leur famille avait volé en éclat. Désormais, il aimait faire des vagues, des putain de tsunami aussi. Il aimait s’afficher, comme une diva, une star capricieuse. Et sa nouvelle famille le comprenait. Les remontrances de Ludwig et Luscka étaient toujours voilées d’affection et de sourires.
Mais il y avait une chose qu’il se refusait à faire, depuis qu’il était arrivé chez les Von Hochen. Il était hors de question qu’il couche avec Ludwig, quels que soient les arguments du père de Luscka. Il le laissait le bercer de ses hormones pendant qu’il se masturbait une fois par mois et c’était tout. Point. Il n’était pas le même connard qu’Aleister.
Lorsqu’ils sortirent, Taesch inspira l’air plus frais du soir avec soulagement. Ils marchèrent le long de Spitalfields et Yvan décida de s’ouvrir à lui en retour. Son histoire était tragique et il aurait aimé le prendre dans ses bras et l’embrasser mais il savait que ce n’était pas la bonne chose à faire. Aussi serra-t-il ses doigts entre les siens et écouta-t-il en silence.
“Bien sûr que non, tu as été manipulé. Et de la part d’un mec qui a introduit l’amant de sa mère dans sa maison, ce serait gonflé.”
Il eut un sourire et regarda en avant. L’aimait-il ? Rien n’était moins sûr mais il se sentait plus proche de lui désormais qu’ils avaient partagé ce genre de choses ensemble. C’était un coup de foudre au ralenti qui leur arrivait et Taesch en était très content. Il sentait les veines du bras d’Yvan battre furieusement contre sa peau au fur et à mesure qu’ils arrivaient. C’était agréable.
Devant chez lui, le baiser arriva aussi soudainement que possible et Taesch s’agrippa au cou d’Yvan avec une certaine fougue. Il avait envie d’Yvan et il prendrait ce qui lui appartenait. Un raclement de gorge fut ce qui les interrompit. Luscka sortait la poubelle.
“Allez rentre, Taesch. J’ai fait de dîner.”
Il sourit à Yvan, lui fit un signe de la main et rentra, laissant la porte ouverte. Taesch embrassa une nouvelle fois Yvan, rapidement.
“A demain.”
Puis il rentra et claqua la porte derrière lui. Il avait hâte d’être au lendemain.

tou bi continuède ...
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 15
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 5 Juil - 20:51

 






Episode 03

Urgence, chien perdu !



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka von Hochen ; Kim Callahan ; Charlotte ; Li ; Clair Condé ; Yris Crowley ; Aleister et Dajan

Yvan était rentré la mine sombre, comme d’habitude. Il avait raconté à sa mère qu’il était sorti dans un bar pour ados avec des potes du lycée. Un truc qu’il faisait régulièrement avant qu’ils ne déménagent. Ses deux parents lui jetèrent un regard hésitant, inquiet et suspicieux. Ca, c’était nouveau. Mais entre temps, il avait foutu le feu au gymnase de l’école, alors...

« Bonne nuit, je suis épuisé.»

Comme il n’empestait pas l’alcool, Yvan supposa que ses parents n’imaginaient pas le pire et il put rejoindre sa chambre après avoir détaillé où il avait mangé et quoi. Dès que la porte claqua, il laissa échapper le sourire immense qui essayait de forcer ses commissures depuis un bout de temps. Et là, il se laissa tomber sur son lit, extatique. Les yeux fermés, il repensa à la sensation de la main de Taesch sur lui, comment il l’avait fait jouir. Et puis, comment il l’avait embrassé juste avant que Luscka ne les interrompe. C’était comme si ses souvenirs étaient rangés dans le désordre. Le rêve qu’il fit là, en travers de son matelas, s’occupa de remettre les choses correctement et de terminer tout ça de manière très agréable. Aussi, quand il se réveilla, il était encore vêtu de ses fringues, portait ses chaussures qui lui avaient donné mal aux chevilles à force de peser dessus et son cou le tirait un peu. Il fila sous la douche, estimant que c’était une nécessité absolue. Bien sûr, il en profita pour calmer le piquet qui se dressait entre ses jambes.


Le lycée était devenu un lieu beaucoup plus attirant pour Yvan depuis quelques heures. Ce matin, il avait choisi un t-shirt gris foncé sur lequel, selon sa mère, on aurait dit que quelqu’un avait gerbé. En réalité, il y était imprimé le nom d’un de ses groupes de métal hardcore préféré. Certes, la typographie laissait beaucoup de place à l’imagination, mais de là à comparer ça à du vomis. Tandis qu’il patientait devant les portes en espérant apercevoir Taesch, il se mit à s’inquiéter. Et si Taesch aussi trouvait que ça ressemblait à du vomi ?

«  Yvan !  hurla soudain Clair, apparut juste devant lui comme un essaim de moustiques. Je te cherchaiiiiiiis !
- Si c’est pour l’argent de ton déjeuner, tu peux aller...
- N-Non, mais je voulais absolument te dire au revoir avant de partir...
- Mon souhait s’est donc réalisé. On devrait avoir plus confiance en les étoiles filantes.
- J'ai raconté à mon père ce qui s'était passé avec Ambre et les deux autres filles, et il a dit que c'était inadmissible que son fils se fasse maltraiter de la sorte par des donzelles. Il a ajouté qu'il me retirait de ce lycée immédiatement et qu'il ferait de moi un homme pour laver sa honte au plus vite.
- Sa honte ? ... Mais attends, par ton père, tu veux dire Ludwig von Hochen ? Le père de Luscka ?
- Il est militaire, il est revenu de mission exprès pour s'occuper de moi. Je dois y aller il m'attend. Tiens, c'est pour toi, et ne m'oublie pas, d'accord ?! Je reviendrai.
- Je...»

Yvan examina l’ours en peluche que Clair lui avait fourré entre les mains et soupira. C’était de la bonne camelote. Ce type était tristement dingue de lui.
Toute cette histoire n’était tout de même pas très nette. Ah, encore un sujet de discussion à aborder avec Luscka. Quelque chose buta alors contre ses longues jambes, aujourd’hui vêtues d’un jean noir très serré. Il avait pensé que cela ferait plaisir à Taesch, mais une fois dans le bus il avait réalisé que ça signifiait qu’il ne pourrait pas bander sans que ça se voit.

« Mademoiselle !!! Mademoiselle, pourquoi n'avez-vous rien fait pour l'attraper !!! Mon petit Kiki !!! S'il se sauve ce sera votre faute ! Vous en subirez les conséquences !!!
- Madame Fell... Mais je ne comprends pas...
- Taisez-vous ! Retrouvez Kiki et ses affaires, un point c'est tout, sinon... !»

Et elle partit. Disparaissant derrière le lycée, en direction des annexes, Yvan aperçut la petite queue d’un clébard qui courait d’une drôle de manière. Bon. Il n’allait quand même pas s’amuser à lui courir après, non ? Il était étudiant, il avait d’autres choses à faire.
Une fois à l’intérieur du lycée, Yvan s’aperçut que tout le monde rigolait sous cape en le croisant. Il se souvint du nounours et le fourra de force dans son casier. Il déciderait quoi faire plus tard. Et puis, comme il ne savait pas s’il avait loupé Taesch à cause de la directrice, il décida de s’abriter de la chaleur dans son nouvel endroit préféré : le bureau des délégués. Bien sûr, Luscka était déjà là, en train de brasser des papiers.

« Hey, Lou ! Encore merci pour hier. Au fait, au sujet d’Aleister...
- Oui c'est réglé, même s'il a séché des cours il ne sera pas viré. Pas pour cette fois, du moins. En tout cas, je suis désolé de t'avoir mêlée à cette histoire, je n'aurais pas dû te demander un tel service et te mettre dans une telle situation. Par contre, on peut peut-être parler d'autre chose que d'Aleister ?
- Avec joie. Outre le fait que la directrice vient de me casser les noix pour que je rattrape son chien, j’ai deux-trois questions à te poser. D’abord au sujet de Clair. C’est quoi cette histoire avec ton père ? Et puis j’aurai bien aimé que tu me donnes des conseils pour gérer les hormones. Les miennes ne m’ont jamais rendu aussi cinglé.
- Le chien de la directrice ? Il s'est encore échappé ?
- Oui et alors ? C’est pas grave, si ? On va pas prendre ça au sérieux ?
- Et bien... Je crois qu'il vaut mieux. Elle t'a chargée de retrouver son chien, je te conseille de le faire si tu ne veux pas te retrouver en colle ou autre chose. Bon courage.»

Oh, bonté divine. Horrifié à l’idée de finir en colle pour une histoire aussi conne, Yvan décida de quitter les lieux pour se mettre à la recherche du chien. Comme il trottinait pour contourner le bâtiment principal, priant tous les dieux d’Asgard de ne pas l’avoir envoyé dans la forêt de bambous, une voix le stoppa.

« Ahahah ! Alors comme ça, tu as même réussi à faire fuir Ken ?!»

Il s’arrêta net, puis se retourna lentement. Kim. Il avait trop chaud et était trop pressé pour se montrer diplomate. Avec un doigt en l’air très net, il répliqua d’un ton acerbe :

« Ferme la, princesse de mes couilles. Tu sais très bien que c’est de ta faute.
- Oooh zut ! Vous entendez, c'est à cause de nouuus. Tu vas pleurer ? Il te manque déjà ? Tu te retrouves toute seule maintenant.
- Et mon poing dans ta gueule, ça t’évoque des souvenirs ?
- Oulala, j'ai peur ! Essaie toujours, tu verras ce qu'il t'arrivera. Il suffit que je me plaigne au délégué principal, ou devrais-je dire, mon grand frère, et tu verras un peu les problèmes qui vont te tomber dessus !
- Lou m’adore, dommage pour toi.»

Ce fut ce moment que choisi «Kiki» pour passer dans son champ de vision.

«Il est là le bâtard ! ne put s’empêcher de s’écrier Yvan. Bien sûr, Kim ne passa pas à côté de cette occasion en or.
- Alors, comme ça grand-mère a perdu son chien. Je parie que c'est toi qui dois le retrouver pas vrai ? Oui peut-être, si tu me donne 15$, je te dis où il est. "Woof woof" ! Ce serait peut-être plus facile pour toi de l'attraper si tu te mettais à quatre pattes aussi, ahahah.»

Yvan décida de l’ignorer et de courir. Il voulait en finir au plus vite, avant la première heure de cours. En plus, il avait laissé son sac dans la salle des délégués et serait incapable de le récupérer s’il ne se grouillait pas un peu. Malheureusement, il finit par perdre la trace du chien. Et se retrouva nez à nez avec une autre mauvaise nouvelle : Aleister.

« Tiens, toujours là, toi.
- Bien sûr, je vais pas me faire virer comme ça, et puis... Hé c'est pas un chien qui vient de passer en courant derrière toi, là ?
- Merde !
- Eh ben... Tu mériterais un joli collier, toi aussi. Tu sais, si tu lui récupères pas son clébard, à part te coller une heure ou deux, elle pourra pas faire grand-chose de plus. Au moins, je fais ce que je veux plutôt que d’obéir à tout le monde.»

Bien sûr, Aleister avait déjà entendu parler de l’histoire. Yvan repartit en chasse, essayant de repérer des indices, mais sans grand succès. Traquer des bestioles ne faisait pas vraiment partie de ses talents. En plus, les pancakes au sirop d’érable de son père lui pesaient sur l’estomac.
Après quelques minutes de recherche infructueuse, Yvan se laissa tomber sur un banc dans la cour. La leçon d’histoire avait déjà commencé sans lui, ses affaires étaient enfermées dans le bureau des délégués, il avait la gorge desséchée, le visage brûlant et le dos en sueur. Et il n’avait toujours pas le chien ! Quelle journée de merde. Oh, oui. Il n’avait même pas aperçu Taesch.


©️Codage by Littleelda from Never Utopia

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 25
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Mer 11 Juil - 14:12



Amour Sucré : Yvaersion Episode 3 - A Little Wicked
another promise, another scene    
Voici donc ce qu’elle avait fait de sa vie. Elle ne faisait pas ses trente cinq ans, c’était parfaitement évident. A cheval sur un taureau mécanique, elle posait avec sa guitare, les cheveux au vent. Un souffle de liberté parcourait cette image et paraissait bien trop jeune et innovateur pour un style aussi vieux et passé que le rock mais elle semblait le prendre et le réinventer, créer un monde nouveau à partir de l’ancien comme si c’était facile.
Pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu’elle fasse de sa vie une farce, comme d’habitude ? Donner des nouvelles à ses enfants ? Certainement pas. Mais devenir une rockstar ? Oh oui !
Quand il eut repris ses esprits, il soupira doucement et rendit l’affiche à Luscka. Bien sûr, son frère adoptif était celui qui l’avait prévenu. Il était si gentil et prévenant qu’il en devenait exaspérant. Taesch lui en voulait de ne pas être entré dans sa vie avant mais aussi d’y être entré tout court. Il détestait Luscka pour tout ce qui faisait qu’il l’aimait. Pourquoi ne pouvait-il pas être normal et faire des conneries comme tous les garçons de son âge ?
Luscka tenta de le réconforter mais Taesch décida de l’ignorer pour rentrer dans sa salle de bain. Il fixa la fresque avec des poissons qui courait sur le mur opposé à la douche et soupira doucement. Il se dirigea vers le lavabo et se lava le visage. Une fois, deux fois. Il la détestait bon sang ! Il s’était fait un sang d’encre pour elle alors qu’elle n’avait juste pas le temps de lui répondre parce qu’elle était occupé à se construire une carrière de diva.

“Je suis navré pour ta mère, Taesch. Mais sache que tu n’es pas tenu de la rejoindre si elle te demande de -
- Elle s’en fiche de moi, de toute façon. Nous sommes tous des passe-temps pour elle.”
La table du petite déjeuner devint silencieuse et Elijah n’osa plus continuer à beurrer sa tartine. Il engouffra sa tranche de pain à demi beurrée dans son chocolat chaud puis dans sa bouche en essayant de faire le moins de bruit possible. Taesch secoua la tête et se racla la gorge. Souriant comme il le pouvait, il essaya de rendre un peu de volume à l’ambiance qu’il venait de plomber.
“Certaines choses sont vaines et je le sais. Mais je suis bien ici, j’ai une nouvelle famille et tout va bien.”
Et cela lui brisait le coeur, justement parce qu’il aurait dû être bien. Il aurait dû profiter de sa nouvelle vie. Si seulement sa mère et Aleister n’étaient pas omniprésents dans son champ de vision...
Taesch se leva après avoir fini son café, aussi noir et amer que son humeur du jour, et accorda un regard à Clair. C’était son dernier jour ici, pour un moment. Dans cette frénésie jalouse qu’était ses chaleurs, il avait demandé à Ludwig de l’envoyer à l’école militaire pour corriger cette tendance à se faire victimiser. Est-ce qu’il regrettait ? Non. Clair reviendrait plus fort. C’était bon pour le développement personnel cette histoire ! Et il se ferait peut-être même des amis !
Il monta dans sa chambre et soupira doucement en se regardant dans le miroir. Il ressemblait tellement à sa mère ... Même s’il possédait la jeunesse qu’elle espérait tant retrouver en mettant des vestes en cuir et des vêtements tendances. Il enfila une tenue rapidement sans vraiment la choisir - baskets blanches, minishort arc en ciel et chemise en jean - avant de faire son sac. Il était parti de la maison avant même que Luscka ait fini de prendre sa douche.
Aujourd’hui, Taesch était plus sensible à toutes les nuances de chiantises. Aussi engueula-t-il un gamin dans le bus, shoota-t-il dans une cannette qui avait failli le faire tomber et - bien sûr - pesta-t-il contre le stagiaire qui mit trop de temps à lui servir sa boisson favorite au Starbucks.
Il tomba par mégarde sur Kim qui manqua de renverser son eau faible en calorie sur lui. Il lui dit quelque chose à propos du fait qu’elles et ses copines ressemblaient à des échantillons d’un banc de poissons puis s’en alla. Il avait besoin de calme mais tout autour de lui n’était qu’agitation et stress. Il trouva dans la petite forêt près du lycée assez de tranquillité pour boire son café en toute quiétude.
Du moins jusqu’à ce qu’Aleister arrive. Arrivé dans la forêt, le petit fils de pute essaya directement de lui parler. Taesch n’hésita pas et lui lança son café glacé à la tronche. Quand il le dépassa, il lui mit aussi une béquille. Résultat des courses, quand il arriva en vue d’Yvan, il n’avait ni eu sa dose de caféine, ni calmé ses nerfs.
Il se posa sur le banc à côté de lui, sachant parfaitement qu’ils étaient en train de sécher les cours, mais il s’en fichait bien.
“J’ai besoin de parler. Ou plutôt de rager. Mais avant ça ...”
Il l’attrapa par la nuque et lui roula la pelle de sa vie. Il avait tellement envie de le prendre en lui, maintenant. Un mouvement le fit regarder ailleurs et rompre le baiser.
“Eh ... c’était pas Kiki ?”
©️ Justayne
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  

Amour Sucré [Yvan + Taesch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Before you leave us ... :: And Ifs Improbable :: Omegaverse-