La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

Amour Sucré [Yvan + Taesch]

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 38
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 5 Juil - 17:32



Amour Sucré : Yvaersion Episode 02.5 - Dancing Queeeeen
I feel excited for you and my rendez-vous ♥️    
Taesch était accoutumé à tous ces regards. Certaines personnes percevaient ses hormones contraires comme un signe qu’il venait de baiser et la plupart trouvaient ça vulgaire. Pour une fois, c’était vrai, ou presque. Il avait aiguisé Yvan, ou plutôt le glaive long et veineux qu’il cachait sous son pantalon de rebelle de la vie et il se sentait très bien avec cette pensée.
Léda la serveuse, comme l’indiquait son badge, ne cessait de lui jeter des petits coups d’oeil rougissant. Comme si elle était la seule à savoir qu’Yvan et lui s’étaient envoyés en l’air avant de venir manger un bout. Chère Léda bien aimée ne pouvait pas savoir que tout le monde dans cette foutue pièce sentait l’odeur d’un oméga et de deux alphas s’échapper de son corps. Et Taesch aimait ça. Il portait cette senteur comme une fierté.
Non, pas vraiment une fierté, plutôt l’image d’une victoire. Il avait failli faire remarquer à Yvan que c’était décidément une habitude pour lui de bander en public mais ils n’étaient pas encore assez proches. Yvan serait mortifié et Taesch se sentirait stupide. Son futur petit-ami ne savait pas encore qu’il était taquin et lançait des piques à tour de bras, dans le seul but de titiller.
Il n’était pas comme ça avant. Avant Aleister et sa mère. Depuis, il avait blindé son cœur et aiguisé sa langue comme on aiguise une lame mortelle. La simple vue de deux amants qui s’étreignaient, deux amants qui n’avaient rien à faire ensemble, l’avait perturbé au point qu’il se sente obligé d’aller voir un psy. Lui, le garçon poli et gentil, populaire mais jamais excessif. Un psy.
Taesch réprima une grimace en pensant à ça. ‘Je ne suis pas en cause, tout ça c’est de leur faute’. C’était ce que son psy lui disait de se répéter quand il y pensait. Que dirait Yvan s’il savait qu’il voyait toujours quelqu’un pour se remettre de cette trahison, aujourd’hui encore ? Il le prendrait sûrement pour un mec fragile. Ou un fou.
Yvan lui disait qu’il avait bien fait mais Taesch voyait le contraire dans son regard. Bien sûr, n’importe qui aurait cassé la gueule d’Aleister. Pas lui. Il était trop con. Pourtant, il en avait des pulsions violentes. A cause de ça, son psy lui conseillait de manger peu de viande, de méditer et de se répéter ses mantras tous les matins. Mais tout ça l’ennuyait alors il ne respectait pas ces conneries. Il était violent parce qu’il était en colère, rien de plus.
Ne pas faire de vagues, ne pas faire honte à la famille, il avait envoyé paître toutes ces instructions de sa mère et de son frère quand leur famille avait volé en éclat. Désormais, il aimait faire des vagues, des putain de tsunami aussi. Il aimait s’afficher, comme une diva, une star capricieuse. Et sa nouvelle famille le comprenait. Les remontrances de Ludwig et Luscka étaient toujours voilées d’affection et de sourires.
Mais il y avait une chose qu’il se refusait à faire, depuis qu’il était arrivé chez les Von Hochen. Il était hors de question qu’il couche avec Ludwig, quels que soient les arguments du père de Luscka. Il le laissait le bercer de ses hormones pendant qu’il se masturbait une fois par mois et c’était tout. Point. Il n’était pas le même connard qu’Aleister.
Lorsqu’ils sortirent, Taesch inspira l’air plus frais du soir avec soulagement. Ils marchèrent le long de Spitalfields et Yvan décida de s’ouvrir à lui en retour. Son histoire était tragique et il aurait aimé le prendre dans ses bras et l’embrasser mais il savait que ce n’était pas la bonne chose à faire. Aussi serra-t-il ses doigts entre les siens et écouta-t-il en silence.
“Bien sûr que non, tu as été manipulé. Et de la part d’un mec qui a introduit l’amant de sa mère dans sa maison, ce serait gonflé.”
Il eut un sourire et regarda en avant. L’aimait-il ? Rien n’était moins sûr mais il se sentait plus proche de lui désormais qu’ils avaient partagé ce genre de choses ensemble. C’était un coup de foudre au ralenti qui leur arrivait et Taesch en était très content. Il sentait les veines du bras d’Yvan battre furieusement contre sa peau au fur et à mesure qu’ils arrivaient. C’était agréable.
Devant chez lui, le baiser arriva aussi soudainement que possible et Taesch s’agrippa au cou d’Yvan avec une certaine fougue. Il avait envie d’Yvan et il prendrait ce qui lui appartenait. Un raclement de gorge fut ce qui les interrompit. Luscka sortait la poubelle.
“Allez rentre, Taesch. J’ai fait de dîner.”
Il sourit à Yvan, lui fit un signe de la main et rentra, laissant la porte ouverte. Taesch embrassa une nouvelle fois Yvan, rapidement.
“A demain.”
Puis il rentra et claqua la porte derrière lui. Il avait hâte d’être au lendemain.

tou bi continuède ...
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 32
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 5 Juil - 20:51

 






Episode 03

Urgence, chien perdu !



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka von Hochen ; Kim Callahan ; Charlotte ; Li ; Clair Condé ; Yris Crowley ; Aleister et Dajan

Yvan était rentré la mine sombre, comme d’habitude. Il avait raconté à sa mère qu’il était sorti dans un bar pour ados avec des potes du lycée. Un truc qu’il faisait régulièrement avant qu’ils ne déménagent. Ses deux parents lui jetèrent un regard hésitant, inquiet et suspicieux. Ca, c’était nouveau. Mais entre temps, il avait foutu le feu au gymnase de l’école, alors...

« Bonne nuit, je suis épuisé.»

Comme il n’empestait pas l’alcool, Yvan supposa que ses parents n’imaginaient pas le pire et il put rejoindre sa chambre après avoir détaillé où il avait mangé et quoi. Dès que la porte claqua, il laissa échapper le sourire immense qui essayait de forcer ses commissures depuis un bout de temps. Et là, il se laissa tomber sur son lit, extatique. Les yeux fermés, il repensa à la sensation de la main de Taesch sur lui, comment il l’avait fait jouir. Et puis, comment il l’avait embrassé juste avant que Luscka ne les interrompe. C’était comme si ses souvenirs étaient rangés dans le désordre. Le rêve qu’il fit là, en travers de son matelas, s’occupa de remettre les choses correctement et de terminer tout ça de manière très agréable. Aussi, quand il se réveilla, il était encore vêtu de ses fringues, portait ses chaussures qui lui avaient donné mal aux chevilles à force de peser dessus et son cou le tirait un peu. Il fila sous la douche, estimant que c’était une nécessité absolue. Bien sûr, il en profita pour calmer le piquet qui se dressait entre ses jambes.


Le lycée était devenu un lieu beaucoup plus attirant pour Yvan depuis quelques heures. Ce matin, il avait choisi un t-shirt gris foncé sur lequel, selon sa mère, on aurait dit que quelqu’un avait gerbé. En réalité, il y était imprimé le nom d’un de ses groupes de métal hardcore préféré. Certes, la typographie laissait beaucoup de place à l’imagination, mais de là à comparer ça à du vomis. Tandis qu’il patientait devant les portes en espérant apercevoir Taesch, il se mit à s’inquiéter. Et si Taesch aussi trouvait que ça ressemblait à du vomi ?

«  Yvan !  hurla soudain Clair, apparut juste devant lui comme un essaim de moustiques. Je te cherchaiiiiiiis !
- Si c’est pour l’argent de ton déjeuner, tu peux aller...
- N-Non, mais je voulais absolument te dire au revoir avant de partir...
- Mon souhait s’est donc réalisé. On devrait avoir plus confiance en les étoiles filantes.
- J'ai raconté à mon père ce qui s'était passé avec Ambre et les deux autres filles, et il a dit que c'était inadmissible que son fils se fasse maltraiter de la sorte par des donzelles. Il a ajouté qu'il me retirait de ce lycée immédiatement et qu'il ferait de moi un homme pour laver sa honte au plus vite.
- Sa honte ? ... Mais attends, par ton père, tu veux dire Ludwig von Hochen ? Le père de Luscka ?
- Il est militaire, il est revenu de mission exprès pour s'occuper de moi. Je dois y aller il m'attend. Tiens, c'est pour toi, et ne m'oublie pas, d'accord ?! Je reviendrai.
- Je...»

Yvan examina l’ours en peluche que Clair lui avait fourré entre les mains et soupira. C’était de la bonne camelote. Ce type était tristement dingue de lui.
Toute cette histoire n’était tout de même pas très nette. Ah, encore un sujet de discussion à aborder avec Luscka. Quelque chose buta alors contre ses longues jambes, aujourd’hui vêtues d’un jean noir très serré. Il avait pensé que cela ferait plaisir à Taesch, mais une fois dans le bus il avait réalisé que ça signifiait qu’il ne pourrait pas bander sans que ça se voit.

« Mademoiselle !!! Mademoiselle, pourquoi n'avez-vous rien fait pour l'attraper !!! Mon petit Kiki !!! S'il se sauve ce sera votre faute ! Vous en subirez les conséquences !!!
- Madame Fell... Mais je ne comprends pas...
- Taisez-vous ! Retrouvez Kiki et ses affaires, un point c'est tout, sinon... !»

Et elle partit. Disparaissant derrière le lycée, en direction des annexes, Yvan aperçut la petite queue d’un clébard qui courait d’une drôle de manière. Bon. Il n’allait quand même pas s’amuser à lui courir après, non ? Il était étudiant, il avait d’autres choses à faire.
Une fois à l’intérieur du lycée, Yvan s’aperçut que tout le monde rigolait sous cape en le croisant. Il se souvint du nounours et le fourra de force dans son casier. Il déciderait quoi faire plus tard. Et puis, comme il ne savait pas s’il avait loupé Taesch à cause de la directrice, il décida de s’abriter de la chaleur dans son nouvel endroit préféré : le bureau des délégués. Bien sûr, Luscka était déjà là, en train de brasser des papiers.

« Hey, Lou ! Encore merci pour hier. Au fait, au sujet d’Aleister...
- Oui c'est réglé, même s'il a séché des cours il ne sera pas viré. Pas pour cette fois, du moins. En tout cas, je suis désolé de t'avoir mêlée à cette histoire, je n'aurais pas dû te demander un tel service et te mettre dans une telle situation. Par contre, on peut peut-être parler d'autre chose que d'Aleister ?
- Avec joie. Outre le fait que la directrice vient de me casser les noix pour que je rattrape son chien, j’ai deux-trois questions à te poser. D’abord au sujet de Clair. C’est quoi cette histoire avec ton père ? Et puis j’aurai bien aimé que tu me donnes des conseils pour gérer les hormones. Les miennes ne m’ont jamais rendu aussi cinglé.
- Le chien de la directrice ? Il s'est encore échappé ?
- Oui et alors ? C’est pas grave, si ? On va pas prendre ça au sérieux ?
- Et bien... Je crois qu'il vaut mieux. Elle t'a chargée de retrouver son chien, je te conseille de le faire si tu ne veux pas te retrouver en colle ou autre chose. Bon courage.»

Oh, bonté divine. Horrifié à l’idée de finir en colle pour une histoire aussi conne, Yvan décida de quitter les lieux pour se mettre à la recherche du chien. Comme il trottinait pour contourner le bâtiment principal, priant tous les dieux d’Asgard de ne pas l’avoir envoyé dans la forêt de bambous, une voix le stoppa.

« Ahahah ! Alors comme ça, tu as même réussi à faire fuir Ken ?!»

Il s’arrêta net, puis se retourna lentement. Kim. Il avait trop chaud et était trop pressé pour se montrer diplomate. Avec un doigt en l’air très net, il répliqua d’un ton acerbe :

« Ferme la, princesse de mes couilles. Tu sais très bien que c’est de ta faute.
- Oooh zut ! Vous entendez, c'est à cause de nouuus. Tu vas pleurer ? Il te manque déjà ? Tu te retrouves toute seule maintenant.
- Et mon poing dans ta gueule, ça t’évoque des souvenirs ?
- Oulala, j'ai peur ! Essaie toujours, tu verras ce qu'il t'arrivera. Il suffit que je me plaigne au délégué principal, ou devrais-je dire, mon grand frère, et tu verras un peu les problèmes qui vont te tomber dessus !
- Lou m’adore, dommage pour toi.»

Ce fut ce moment que choisi «Kiki» pour passer dans son champ de vision.

«Il est là le bâtard ! ne put s’empêcher de s’écrier Yvan. Bien sûr, Kim ne passa pas à côté de cette occasion en or.
- Alors, comme ça grand-mère a perdu son chien. Je parie que c'est toi qui dois le retrouver pas vrai ? Oui peut-être, si tu me donne 15$, je te dis où il est. "Woof woof" ! Ce serait peut-être plus facile pour toi de l'attraper si tu te mettais à quatre pattes aussi, ahahah.»

Yvan décida de l’ignorer et de courir. Il voulait en finir au plus vite, avant la première heure de cours. En plus, il avait laissé son sac dans la salle des délégués et serait incapable de le récupérer s’il ne se grouillait pas un peu. Malheureusement, il finit par perdre la trace du chien. Et se retrouva nez à nez avec une autre mauvaise nouvelle : Aleister.

« Tiens, toujours là, toi.
- Bien sûr, je vais pas me faire virer comme ça, et puis... Hé c'est pas un chien qui vient de passer en courant derrière toi, là ?
- Merde !
- Eh ben... Tu mériterais un joli collier, toi aussi. Tu sais, si tu lui récupères pas son clébard, à part te coller une heure ou deux, elle pourra pas faire grand-chose de plus. Au moins, je fais ce que je veux plutôt que d’obéir à tout le monde.»

Bien sûr, Aleister avait déjà entendu parler de l’histoire. Yvan repartit en chasse, essayant de repérer des indices, mais sans grand succès. Traquer des bestioles ne faisait pas vraiment partie de ses talents. En plus, les pancakes au sirop d’érable de son père lui pesaient sur l’estomac.
Après quelques minutes de recherche infructueuse, Yvan se laissa tomber sur un banc dans la cour. La leçon d’histoire avait déjà commencé sans lui, ses affaires étaient enfermées dans le bureau des délégués, il avait la gorge desséchée, le visage brûlant et le dos en sueur. Et il n’avait toujours pas le chien ! Quelle journée de merde. Oh, oui. Il n’avait même pas aperçu Taesch.


©️Codage by Littleelda from Never Utopia

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 38
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Mer 11 Juil - 14:12



Amour Sucré : Yvaersion Episode 3 - A Little Wicked
another promise, another scene    
Voici donc ce qu’elle avait fait de sa vie. Elle ne faisait pas ses trente cinq ans, c’était parfaitement évident. A cheval sur un taureau mécanique, elle posait avec sa guitare, les cheveux au vent. Un souffle de liberté parcourait cette image et paraissait bien trop jeune et innovateur pour un style aussi vieux et passé que le rock mais elle semblait le prendre et le réinventer, créer un monde nouveau à partir de l’ancien comme si c’était facile.
Pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu’elle fasse de sa vie une farce, comme d’habitude ? Donner des nouvelles à ses enfants ? Certainement pas. Mais devenir une rockstar ? Oh oui !
Quand il eut repris ses esprits, il soupira doucement et rendit l’affiche à Luscka. Bien sûr, son frère adoptif était celui qui l’avait prévenu. Il était si gentil et prévenant qu’il en devenait exaspérant. Taesch lui en voulait de ne pas être entré dans sa vie avant mais aussi d’y être entré tout court. Il détestait Luscka pour tout ce qui faisait qu’il l’aimait. Pourquoi ne pouvait-il pas être normal et faire des conneries comme tous les garçons de son âge ?
Luscka tenta de le réconforter mais Taesch décida de l’ignorer pour rentrer dans sa salle de bain. Il fixa la fresque avec des poissons qui courait sur le mur opposé à la douche et soupira doucement. Il se dirigea vers le lavabo et se lava le visage. Une fois, deux fois. Il la détestait bon sang ! Il s’était fait un sang d’encre pour elle alors qu’elle n’avait juste pas le temps de lui répondre parce qu’elle était occupé à se construire une carrière de diva.

“Je suis navré pour ta mère, Taesch. Mais sache que tu n’es pas tenu de la rejoindre si elle te demande de -
- Elle s’en fiche de moi, de toute façon. Nous sommes tous des passe-temps pour elle.”
La table du petite déjeuner devint silencieuse et Elijah n’osa plus continuer à beurrer sa tartine. Il engouffra sa tranche de pain à demi beurrée dans son chocolat chaud puis dans sa bouche en essayant de faire le moins de bruit possible. Taesch secoua la tête et se racla la gorge. Souriant comme il le pouvait, il essaya de rendre un peu de volume à l’ambiance qu’il venait de plomber.
“Certaines choses sont vaines et je le sais. Mais je suis bien ici, j’ai une nouvelle famille et tout va bien.”
Et cela lui brisait le coeur, justement parce qu’il aurait dû être bien. Il aurait dû profiter de sa nouvelle vie. Si seulement sa mère et Aleister n’étaient pas omniprésents dans son champ de vision...
Taesch se leva après avoir fini son café, aussi noir et amer que son humeur du jour, et accorda un regard à Clair. C’était son dernier jour ici, pour un moment. Dans cette frénésie jalouse qu’était ses chaleurs, il avait demandé à Ludwig de l’envoyer à l’école militaire pour corriger cette tendance à se faire victimiser. Est-ce qu’il regrettait ? Non. Clair reviendrait plus fort. C’était bon pour le développement personnel cette histoire ! Et il se ferait peut-être même des amis !
Il monta dans sa chambre et soupira doucement en se regardant dans le miroir. Il ressemblait tellement à sa mère ... Même s’il possédait la jeunesse qu’elle espérait tant retrouver en mettant des vestes en cuir et des vêtements tendances. Il enfila une tenue rapidement sans vraiment la choisir - baskets blanches, minishort arc en ciel et chemise en jean - avant de faire son sac. Il était parti de la maison avant même que Luscka ait fini de prendre sa douche.
Aujourd’hui, Taesch était plus sensible à toutes les nuances de chiantises. Aussi engueula-t-il un gamin dans le bus, shoota-t-il dans une cannette qui avait failli le faire tomber et - bien sûr - pesta-t-il contre le stagiaire qui mit trop de temps à lui servir sa boisson favorite au Starbucks.
Il tomba par mégarde sur Kim qui manqua de renverser son eau faible en calorie sur lui. Il lui dit quelque chose à propos du fait qu’elles et ses copines ressemblaient à des échantillons d’un banc de poissons puis s’en alla. Il avait besoin de calme mais tout autour de lui n’était qu’agitation et stress. Il trouva dans la petite forêt près du lycée assez de tranquillité pour boire son café en toute quiétude.
Du moins jusqu’à ce qu’Aleister arrive. Arrivé dans la forêt, le petit fils de pute essaya directement de lui parler. Taesch n’hésita pas et lui lança son café glacé à la tronche. Quand il le dépassa, il lui mit aussi une béquille. Résultat des courses, quand il arriva en vue d’Yvan, il n’avait ni eu sa dose de caféine, ni calmé ses nerfs.
Il se posa sur le banc à côté de lui, sachant parfaitement qu’ils étaient en train de sécher les cours, mais il s’en fichait bien.
“J’ai besoin de parler. Ou plutôt de rager. Mais avant ça ...”
Il l’attrapa par la nuque et lui roula la pelle de sa vie. Il avait tellement envie de le prendre en lui, maintenant. Un mouvement le fit regarder ailleurs et rompre le baiser.
“Eh ... c’était pas Kiki ?”
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 32
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Mer 18 Juil - 15:54

 






Episode 03

Urgence, chien perdu !



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka von Hochen ; Kim Callahan ; Charlotte ; Li ; Clair Condé ; Yris Crowley ; Aleister et Dajan

Il vit Taesch arriver de loin et fit de son mieux pour ne pas avoir l’air trop heureux. Les sourcils précautionneusement froncés, le soleil aveuglant aidant, il caressa le lycéen de ses yeux violine, remontant sur ses cuisses, imaginant ce que cachait cet étrange tissu arc-en-ciel, puis volant jusqu’à son visage. Taesch semblait au moins aussi irrité que lui et il ne chercha même pas à le lui cacher. Il voulait parler. Tant mieux, Yvan n’était pas doué pour réconforter les gens mais se taire et écouter, voilà qui était plutôt simple.
Il eut un mouvement de recul quand Taesch le prit par surprise, cherchant à l’embrasser. Le choc fut de courte durée néanmoins et le jeune homme se laissa embarquer dans l’échange de salive et les mouvements de langue. Il gémit même une fois, discrètement. Bon sang, il savait embrasser.
Le baiser se termina brusquement et Yvan mit un certain temps à faire le lien entre «Kiki» et le chien de la directrice après qui il était censé courir. Evidemment, le temps qu’il se retourne, le clébard filait au loin.

« Crénom ! Il faut que je le retrouve ! Madame Fell m’en a chargé.»

Il fit la grimace, histoire de lui faire comprendre à quel point cette tâche le soûlait.

« Tu t’y connais en chien ?» demanda-t-il en se ruant en direction du gymnase, là où il avait cru voir disparaître Kiki.

« Hey, salut ! Tu es dans le club de basket ?»

Yvan sursauta, se retourna, puis se tordit le cou pour essayer de regarder le type qui venait de lui parler en face. Bon sang, ce qu’il était grand ! Plus grand que Luscka, il en était sûr !

« Ah bah... Oui, en fait, même si je suis pas là pour ça.
- Ouais, le basket c'est cool ! Moi c'est Dajan, je suis ici en échange inter-scolaire avec l'équipe de basket de ton lycée.»

Yvan, les lèvres pincées, hocha la tête sans vraiment essayer de faire croire qu’il en avait quelque chose à foutre. Bien sûr, Kiki avait filé. Il fit le tour du gymnase avec Taesch, sans succès. L’idée lui traversa qu’ils pourraient bien profiter de ces douches vides, puis s’évanouit quand il imagina la déception peinte sur le visage de Luscka s’il l’apprenait ou les surprenait. Ce genre de choses avait trop tendance à lui arriver pour qu’il tente le Diable.

« C’est pas la peine, retournons dans la cour. Quelqu’un l’a peut-être aperçu.»

C’était en effet l’heure de la pause pour certains, la première heure de cours étant terminée. Evidemment, leur chance légendaire les mena droit dans les pattes d’Aleister, avec son sourire goguenard et ses cheveux ridiculement verts. Yvan fit signe à Taesch de le laisser s’en charger seul, il savait à quel point la présence de cet énergumène le mettait dans tous ses états.

« J'ai vu le roquet passer plusieurs fois déjà. Tu en mets du temps à l'attraper !
- Bien sûr, l’idée de le chopper n’aurait pas fait tressaillir ton demi-neurone imbibé d’alcool et de drogue.
- Bien sûr que non, c'est pas mon problème.
- Un jour, Aleister, je vais te faire bouffer ton slip en le faisant remonter avec un bon coup de pied au cul.
- Ahahah, mais ce chien te fait perdre ton sang froid, mademoiselle ! Essaie de l’appâter avec de la bouffe, c'est qu'un chien après tout.
- Je suis pas sûr que des gaufres du distributeur du couloir fassent l’affaire, gros malin.
- Ben écoute, je t'ai dit que j'ai un chien, non ? Repasse me voir et je te donnerai quelques biscuits, le temps que j'aille les récupérer dans mon sac.
- Humf... Tu es bizarrement généreux. Mais d’accord, je reviendrai plus tard. Si je ne l’ai pas attrapé d’ici-là.»

Il tourna les talons, mais impossible de retrouver Taesch. Il aurait normalement pensé « mais où est-il encore parti ?» sauf qu’avec ce lycée il commençait plutôt à se poser des questions du genre « mais dans quoi s’est-il encore fourré ?» Luscka apparut alors devant lui, souriant, propre et presque... Professionnel.

« Yvan, j'ai vu le chien passer en courant il y a un instant ! J'ai essayé de le retenir, mais il s'est échappé avant que je ne puisse tenter quoi que ce soit.
- Tant pis, j’ai peut-être trouvé un moyen. Dis, pour cette histoire d’hormones, tu voudras bien qu’on en parle à midi ? Peut-être pas entre les poissons panés et le flan à la pistache mais...
- Je ne sais pas trop... Tu as essayé de l’appâter ?
- Hein ? Tu parles de mon corps là ? Ou d’une... Partie de mon corps, ce qui serait vraiment chelou...
- De la nourriture ? De la viande ou quelque chose de ce genre que les chiens aiment en général.
- AAAAH ! Tu parlais du clébard de la dirlo ! Aleister a déjà... Non, rien.»

Il préféra s’en aller avant que la mention d’Aleister ne fasse exploser Luscka. Apercevant d’ailleurs le lycéen de ses futurs cauchemars qui revenait de l’intérieur du bâtiment principal, un petit sac dans la main, il voulut le rejoindre. Sauf qu’Yris lui barra le chemin. C’était une manie ici de s’imposer dans l’espace personnel des autres. Yvan exécuta un pas en arrière, se maîtrisant avec difficulté. Yris n’avait jamais été méchant et ne méritait certainement pas un mauvais traitement. En plus, il avait peut-être des infos sur Kiki.

« Salut, tu as pu te débrouiller avec le club l'autre fois ?
- Heu... Oui. T’aurais pas vu un petit chien traîner dans le coin ?
- Kiki s'est encore sauvé ? Quel farceur, celui-là. Souvent, peut-être pas, mais ça arrive de temps en temps, oui. Il me semble qu'elle le garde avec elle dans son bureau en général. D'ailleurs j'ai dû lui courir après une fois aussi. Euh... Eh bien il faut juste réussir à attirer son attention le temps de l'attraper. Ahah, c'est vrai qu'il m'a fait courir moi aussi la dernière fois, bon courage.»

Inutile, comme d’habitude, songea Yvan en le regardant filer. Il rejoignit alors Aleister, qui faisait se balancer le sachet de biscuits pour chien devant son nez.

«Ouaip, je les ai, si tu veux bien me donner 20$.
- T’es sérieux là ?
- J'ai jamais dis que ce serait gratuit. Et puis ce n'est pas cher payé pour se faire bien voir de madame la directrice, non ? Alors tu paies ?»

Yvan hésitait. D’un côté, il avait envie d’en finir avec cette histoire. De l’autre, donner satisfaction à Aleister plus vingt dollars écorcherait sa dignité d’un façon telle qu’elle ne pourrait pas s’en remettre avant la fac.



©️Codage by Littleelda from Never Utopia

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 38
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 19 Juil - 16:17



Amour Sucré : Yvaersion Episode 3 - A Little Wicked
i only want to be mature     
Ainsi, Kiki était encore parti dans la nature. Taesch refusait toujours de le retrouver quand la mère d’Alianora le laissait complètement filer. Sa laisse n’était jamais très solide et Taesch comprenait parfaitement pourquoi il s’en allait. Lui non plus n’aurait pas voulu être attaché à cette folle de madame Fell. A chaque fois qu’il le voyait vagabonder, il s’enfuyait de toute la vitesse que lui permettaient ses jambes. Il ne voulait pas être celui qui serait chargé de le ramener.
Il avait hésité à se défouler sur Aleister un peu plus tôt et il aurait peut-être dû, parce que c’était franchement ridicule d’embrasser Yvan avec une telle fougue alors qu’ils ne sortaient même pas ensemble. Il aurait dû dire ‘Comment se porte ton frère ? Il boite pas trop ?’ ou une connerie comme ça. Aleister et Azazel était très proches, trop proches ... et les rumeurs couraient bon train mais Taesch savait parfaitement qu’elle était fausse.
Taesch avait souvent défendu son ami, avant, quand il ne l’avait pas encore trahi. Ils avaient balancé une décoction à partir de jaune d’oeufs frais et de lait moisi sur les portes de tous ceux avaient osé insulter Aleister, pour la simple raison qu’il s’était séparé de ses parents dans un grand clash public. Aleister prenait soin d’Azazel et Taesch aussi, mais tout ça était fini. Une part de lui voulait le pardonner, le faire redevenir son meilleur ami. Mais c’était complètement impossible.
Il se souvenait encore de la façon dont ils avaient rénové à eux deux l’appartement moisi que la pension alimentaire de ses parents pouvait lui payer. C’était petit, misérable mais confortable. Ils avaient arraché le papier peint et les murs avaient sué de colle. Azazel s’était imaginé une idée de fantômes et avait clamé pendant toute la durée des travaux ‘Les murs sont vivants et on est en train de les écorcher vifs !’. Bien sûr, il n’avait pas participé à la pose du papier peint vert tout neuf acheté au magasin de bricolage en promotion.
Yvan s’emporta un peu concernant le chien et Taesch ricana un peu. Kiki était une plaie pour tout le monde et tous les élèves seraient soulagés quand il serait piqué ou qu’il se ferait écraser par un trente-trois tonnes sur la bretelle de l’autoroute qui longeait le lycée.
“Crénom ... ?”
Parfois, Yvan parlait comme un vieux et d’autres fois, il semblait si jeune. On aurait presque dit ce genre de roman où une fille tombait amoureuse d’un vampire millénaire. Mais Taesch ne se faisait pas de souci là dessus : un vampire millénaire ne porterait jamais un t-shirt marqué de ce qui ressemblait à un gribouillis d’enfant de six ans.
“Oui, je m’y connais. Un peu d’aide ?”
Ils rencontrèrent un géant digne d’une putain de sitcom américaine sur le chemin qui menait à Kiki. Il semblait s’en ficher du chien et avait les yeux rivés vers Yvan. Est-ce qu’il savait à quel point c’était impoli de fixer quelqu’un ? Taesch fronça les sourcils et gronda un peu avant de détourner les yeux et de gonfler les joues pour montrer combien il boudait. Merde, les mecs le regardaient lui, normalement ! Le nouveau mec du club de basket était peut-être un oméga.
Ensuite, ce fut le tour d’Aleister de se mettre sur leur chemin. Taesch leva les yeux au ciel. Bon sang mais le lycée n’avait pas autre chose à foutre ? La cloche avait déjà sonné et ils auraient du tous être en cours ! Ce bahut était vraiment mal géré mais, encore une fois, Aleister était un véritable petit fils de pute qui prendrait n’importe quel prétexte pour sécher les cours, même si c’était juste les faire chier. A moins que ce ne soit déjà l’heure de l’entre-cours ? Déjà ? Yvan fut celui qui prit les devants.
Alors que la discussion s’éternisait, il décida d’aller chercher Kiki tout seul. Il ne voulait pas voir ça. Il tomba sur Grim qui tomba, fesses par terre. Taesch l’aida à se relever mais avant qu’il n’ait eu le temps de lui demander s’il avait vu Kiki, Grim était parti. Visiblement, il venait de se souvenir qu’il était censé être en cours. Quand Grim LaPluie était la personne la plus censée d’un bahut, c’était que ça devenait grave.
Lorsqu’il entra dans la zone du club de jardinage qu’il évitait en temps normal comme la peste - il était allergique au pollen - il tomba sur Kiki. Il était en plein milieu d’une zone de plantation, à l’ombre, il semblait épuisé d’avoir cavalé partout. Parfaitement à l’aise, il paraissait tranquille. C’était comme si les arbres s’étaient courbés pour lui donnait la parfaite dose d’ombre et de soleil. Taesch s’approcha doucement et le chien se redressa, à l’affût.
Il ne lui restait désormais plus qu’à l’attraper. Cela semblait plus facile à dire qu’à faire. Taesch se souvenait parfaitement du chien d’Aleister, plus massif et hargneux mais doux comme un agneau avec lui. S’il était doué avec les chiens c’était le moment de le prouver. Quelqu’un sortit du gymnase et la porte se referma dans un claquement, ce qui fit sursauter le chien qui se retourna pour voir d’où ça venait. C’était sa chance. Taesch se jeta sur lui et l’attrapa lestement. Bon, plus qu’à le rapporter à Yvan !
Il rentra dans le bâtiment le plus vite possible et tant pis pour le pauvre chien qui se fit cogner la tête contre le cadre de la grande porte du lycée. Une fois devant Yvan, il sourit. Merde, il parlait encore à Aleister. Est-ce qu’il essayait de lui voler son petit copain ?
“Je l’ai ! Tu sais où est la directrice ?”
Le chien se mit alors à grogner sur Yvan et Taesch recula d’un pas. Il vaudrait peut-être mieux qu’il aille voir la directrice seul.
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 32
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Ven 20 Juil - 15:06

 






Episode 03

Urgence, chien perdu !



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka von Hochen ; Kim Callahan ; Charlotte ; Li ; Clair Condé ; Yris Crowley ; Aleister et Dajan

Merde, ça le faisait vraiment trop chier ! Mais il n’avait pas le choix. Avec un grognement, Yvan plongea la main dans sa poche à la recherche de son porte-monnaie. Aleister était absolument ravi, un grand sourire se baladant sur son visage trop enfantin pour son âge. Yvan avait envie de le lui arracher. Ses hormones le travaillaient beaucoup trop en ce moment, il devenait urgent qu’il ait une petite discussion avec Luscka sur leur contrôle.

« Cool, voilà pour toi ! Ravi de faire affaire avec toi.»

Mais au moment précis où l’échange allait se produire, Taesch apparut à côté d’eux, Kiki dans les mains. L’hilarité changea de camp.

« Non merci, Al’. Je ne vais pas avoir besoin de tes services finalement.»

Il remballa son précieux argent de poche et s’éloigna d’Aleister, rageur.

« Oui, elle traîne tout le temps dans le hall. On ne devrait pas avoir de mal à la croiser.»

Et effectivement, ils tombèrent sur elle à peine les portes du bâtiment principal franchies. Madame Fell semblait immensément soulagé, ce qui fit se demander à Yvan pourquoi elle n’avait pas déjà mis en place un système de détention plus efficace pour son chien. Après tout, il s’enfuyait souvent.

« Kiki !!! Merci mademoiselle, l'idée de perdre Kiki me stresse énormément. Maintenant que j'ai pu le récupérer vous pouvez reprendre vos activités normalement.
- De rien, ma-»

Dépité, il la regarda partir en faisant des mamours à son clébard. On ne pouvait jamais discuter avec personne dans ce lycée. Sauf avec Taesch, mais il n’avait pas envie de discuter avec Taesch. Et maintenant qu’il se sentait libéré, il aurait bien aimé faire quelque chose de productif avec lui. Comme s’embrasser, se peloter, se faire jouir mutuellement et le faire gémir et... Oh, il allait bander. STOP !

« MON CLUB ! C’est l’heure du basket. A tout à l’heure.»

Effrayé à l’idée de dévoiler à Taesch à quel point il était un Alpha facilement chevauchable (il était persuadé que ce mot n’existait même pas), Yvan fila à toute vitesse dehors, puis, sans faire attention à Aleister qui avait trouvé un nouveau moyen de l’insulter, s’engouffra dans le gymnase. Il n’y trouva que le garçon de tout à l’heure, le grand Noir aux cheveux africains. C’était presque trop parfait.

« Salut. Je me demandais, est-ce que ton nom c’est Jordan ? Genre... Dajan Jordan, fils de Mickaël ? Parce que... Enfin, tu sais.
- Ce lycée est vraiment sympa.»

Yvan ne sut quoi répondre. Il s’était attendu à ce que Dajan comprenne où il voulait en venir, avec sa taille et son sport favori. Il avait craint qu’il le traite de raciste. Mais ça... Est-ce qu’il était sincère ou est-ce que c’était de l’ironie ?

« Bon, je vais devoir retourner à mon entraînement. Oh attends, en parlant d'entraînement, tu voudrais bien me rendre un service, s'il te plaît ? J'étais en retard ce matin, alors j'ai fait mon sac en vitesse, du coup j'ai oublié de prendre de l'eau. Tu pourrais m'acheter une bouteille, s'il te plaît ?»

Yvan était de plus en plus confus. Il se sentait un peu mou, malléable comme un morceau de pâte à modeler pour les enfants. Il souriait légèrement et finit par trouver le sourire de Dajan aussi désarmant qu’adorable.

« Bien sûr ! répondit-il sans même réfléchir.
- Cool, merci.»

Yvan marcha d’un pas rapide en direction de la sortie du lycée. La supérette n’était pas loin, et puis il y était déjà allé pour se faire photographier, alors il ne devrait pas avoir de problème. Il croisa Elijah, qui sembla vouloir lui dire quelque chose.

« Désolé, pas le temps, ‘dois acheter une bouteille pour Dajan.»

Il trouva son bonheur rapidement et pour cinq dollars. C’était un peu cher, mais il ne voyait pas d’inconvénient à aider le beau brun. De retour au gymnase, il trouva une nouvelle fois Dajan seul. Il s’entraînait à faire des paniers et ses bras musclés ruisselaient de sueur d’une manière tout à fait séduisante.

« Hey !
- Tu as pu me trouver quelque chose à boire ? Super ! Merci beaucoup. Je te dois combien ?
- Oh, t’inquiètes pas, c’est pas cinq dollars qui vont creuser un trou dans mon budget.
- Si j'insiste, tu me rends service et en plus tu l'as payée alors c'est la moindre des choses. Voilà pour toi, 5$.
- Ah, heu... Grrmmmbllll... Merci.»

Est-ce qu’il venait de marmonner un truc avec une voix de grenouille ? Est-ce qu’il rougissait ? Au moment de lui donner le billet, Dajan caressa par mégarde sa main et Yvan sentit son cœur accélérer sa course tout d’un coup. Il aurait aimé que le contact dure beaucoup plus longtemps. Mais le basketteur s’éloigna, avec son sourire lumineux (rien que pour lui) et sa musculature parfaite roulant sous sa peau parfaite. Mais quelque chose semblait déranger Dajan le Parfait. Il retourna sa serviette éponge laissée sur le banc, grommelant et pestant dans sa barbe. Ce qui était une image bien sûr, car Dajan était impeccablement rasé, ce qui allait parfaitement à son visage.

« Qu’est-ce qui se passe Dajan ?
- J'ai perdu mon pendentif ! Je l'ai posé sur le banc avec ma serviette et ma bouteille d'eau et il a disparu ! C'est un pendentif de la Martinique, c'est comme un porte bonheur pour moi. Tu peux essayer de le retrouver ?
- Oui, évidemment ! Je fais au plus vite !»

Aider Dajan ? C’était comme un rêve devenu réalité, une opportunité en or. Avant qu’il ne parte du gymnase, le grand brun lui caressa délicatement la joue du bout de deux doigts, comme par négligence. Et son sourire... ! Peut-être que s’il retrouvait ce pendentif, il accepterait de l’embrasser. Yvan ne perdit pas plus de temps et se mit à courir en direction du bâtiment principal. Il avait pour objectif la salle des délégués (dans laquelle était toujours enfermé son sac d’ailleurs) et surtout Luscka. Il pourrait peut-être l’aider, il savait tout.
De nouveau, il croisa Elijah et, de nouveau, il le rembarra :

« Pas le temps, ‘dois retrouver le pendentif de Dajan.»

Mais il allait tellement vite qu’il rentra dans Aleister. Tous les deux tombèrent au sol, en plein milieu du couloir. Les insultes commencèrent. Mais Yvan n’avait pas de temps à perdre. Il voulut l’ignorer et poursuivre son chemin, jusqu’à ce qu’ Aleister insiste, tant et tant, et lui bloquant la route, qu’il perdit son sang-froid. Et se jeta sur lui.



©️Codage by Littleelda from Never Utopia

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 38
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 2 Aoû - 14:08



Amour Sucré : Yvaersion Episode 3 - A Little Wicked
don't wanna be ... AAAAALL BYYYYY MYYYYYYYSELF anymore     
Taesch avait perdu un peu de lui même dans les virages et les escarboucles de sa vie. Sa relation avortée dans l’œuf à la scie sauteuse lui avait été fatale et il avait brusquement changé de comportement. L’ami un peu nerd des jeux de carte en ligne d’Elijah dirait qu’il avait utilisé une vingtaine de cartes ‘Vous donne treize points d’armure’. Il s’était drapé dans de l’indifférence et dans du mépris pour gérer toute cette trahison. C’était une pilule difficile à avaler et il l’avait noyée dans ses propres larmes.
Mais avec Yvan, c’était différent. C’était comme s’il avait enlevé son armure l’espace de leur rendez-vous et ne l’avait pas remise. C’était comme si ... tout simplement, leur relation était sincère.
Dans un film à l’eau de rose, il aurait été cet oméga qui attendait le retour de son alpha parti à la guerre, sur le perron d’une maison où auraient grandi leurs trois enfants. Sauf qu’il n’était pas un oméga, qu’aucune guerre ne faisait rage en ce moment et qu’Yvan n’avait peut-être pas l’intention d’aller se sacrifier pour son pays. Mais la métaphore était parlante et Taesch avait encore peur d’être blessé, parce que tout semblait tellement ... rapide. Avait-il tort de faire confiance ? Ce mec avait peut-être assassiné un professeur, d’après la rumeur.
Dans cette relation naissante, il voyait déjà pointer une sorte de confiance mutuelle, de maturité. Le pardon, aussi. Peut-être que ce qu’avait fait Aleister n’était pas si grave. L’amour pouvait vous guérir une personne en deux temps, trois mouvements (de rein, préférentiellement). Et Taesch adorait Elijah mais son meilleur ami lui manquait. Il lui manquait atrocement, même s’il le détestait de tout son cœur. Il se sentait terriblement hypocrite, dans cette histoire.
Malgré tout, Yvan semblait aussi rare et précieux qu’une licorne en centre ville. Taesch avait envie de lui confier son cœur et tout ce qui allait autour. Les temps étaient fastes en bonnes nouvelles, après tout et les choses allaient facilement. Sa vie n’était pas si catastrophique, malgré sa mère. Oh, elle faisait de sa vie un enfer et, honnêtement, il aurait pu se passer de cette notoriété mal placée mais le reste allait bien. Très bien. Sa vie s’écoulait paisiblement, comme une rivière bercée par une brise estivale.
Alors, quand Yvan lui dit qu’il avait club de basket, Taesch ne s’en fit pas. Il avait lui même son club à cette heure là et si le responsable était assez leste et gentil sur les horaires, il ne pardonnerait pas une absence et Taesch n’en ressortirait pas indemne.

Mais la vie était un foutage de gueule perpétuel. Elijah, qui venait le chercher après son club, lui dit qu’il ne savait pas qu’Yvan sortait avec un mec d’un autre lycée puis lui raconta les allées et venues d’Yvan, obnubilé par les besoins de ce mec, l’oméga qu’ils avaient croisé plus tôt. Taesch sentit d’anciennes morsures se réveiller et son cœur se déchirer en deux. Dire qu’il était prêt à tout lui donner ! Ses yeux commencèrent à le piquer mais il tint bon. Il devait voir ça de ses yeux.
A peine arrivé au gymnase, il percuta Aleister qui était couvert de bleus. Qu’est-ce qu’il faisait là celui-là ? Il s’embrouilla rapidement avec lui, deux coups furent échangés, puis il poussa la porte du gymnase. Yvan était là et s’il avait porté un t-shirt de supporter et avait entonné un chant personnalisé, cela n’aurait pas été plus évident. Il y avait une attirance complète dans ses yeux, bien entendu. Il était comme tous les autres Alphas qui éprouvaient le besoin d’être au service d’Omégas pour tremper leur biscuit.
La vision lui cingla le visage comme si Yvan lui avait lui même mis une droite. Il resta figé quelques secondes et puis les larmes virent et il s’avança prestement vers Yvan. La violence avec laquelle il le frappa, une bonne droite dans la mâchoire, lui était inconnue jusqu’à présent. Sans doute la force du désespoir.
“C’est qu’un jeu pour toi ? Espèce de fils de pute, t’es vraiment comme les autres.”
Après quoi, il envoya une vague d’hormones alpha sur le tout nouveau couple dégoûtant. Le basketteur recula et il entendit Aleister lâcher un vague soupir derrière lui mais n’y prêta pas attention. Aussi digne qu’il pouvait l’être, il tourna les talons et marcha vers la sortie à grandes enjambées.
“Si l’un de vous m’approche, je le castre !”
Aleister fit deux pas en arrière au moment où Taesch poussait la porte battante qui le menait au dehors et marchait tout droit jusqu’au bâtiment principal.
Il marcha aveuglement jusqu’à rentrer en plein dans Luscka, qui l’arrêta. Les larmes avaient un  peu séché sur ses joues mais il devait être pitoyable. Luscka passa une main dans ses cheveux et fronça les sourcils.
“Qu’est-ce qui t’es arrivé ?”

Taesch ne dit rien à propos d’Yvan. Il dit qu’il était tombé près du gymnase et, même si Luscka semblait sceptique, il le renvoya chez eux. Taesch passa le reste de la journée à regarder des épisodes de séries , planqué sous sa couette et ne regarda pas une seule fois son téléphone. Juste avant de dormir, après dîner, il entendit des cailloux contre sa fenêtre, et près à rembarrer Yvan, il l’ouvrit. Mais c’est Aleister qui était en bas de chez lui. Taesch renferma quand même sa fenêtre.
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 32
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Sam 15 Sep - 18:16

 






Episode 03

Urgence, chien perdu !



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka von Hochen ; Kim Callahan ; Charlotte ; Li ; Clair Condé ; Yris Crowley ; Aleister et Dajan

La chance sourit à Yvan. Kim la peste passa à côté de lui en compagnie de ses deux suce-ovaires et, pour une fois, ce qu’elle avait à raconter n’entra pas dans l’oreille d’un sourd.

« Vous avez vu le mec qui vient du lycée sportif ? Trop mignon ! Je ne sais pas si on va le revoir alors j'ai pris un petit souvenir pendant qu'il était occupé à s’entraîner. Hihihi, je l'ai caché dans mon casier, les cours allaient reprendre alors je n'ai pas eu le temps de le fermer à clé, il faut que je me dépêche de le faire dès que les cours finissent.»

Yvan n’avait pas de temps à perdre en palabres, ou en coups de poings. Il fonça dans le couloir des casiers. Bien qu’il ignorait quel était celui de Kim, l’emplacement ne fut pas compliqué à trouver. Un gros pentagramme rouge et noir était scotché sur la porte. Et puis, il n’y avait que deux casiers d’ouverts. Songeant que seule Kim pouvait oser mettre ça et ne pas se faire engueuler - il y avait sûrement une faille dans le règlement de l’école - Yvan n’hésita pas une seconde. Il avait à peine ouvert la porte que le bijou recherché lui sauta aux yeux. Ce n’était pas le style de Kim, c’était sûr et certain. Il empoigna le cordon de cuir auquel était rattaché le petit bijou et fonça de nouveau en direction du gymnase.

« J'espère que tu as pu le retrouver...
- Ne t’inquiète pas, ce n’était pas bien difficile.
- Merci, je te dois une fière chandelle. »

C’était là, c’était maintenant ! Dajan allait l’embrasser. Yvan s’y prépara, son coeur tambourinant dans sa poitrine. Il s’imaginait déjà en train de le fourrer comme une dinde aux rognons. Bon, son style de cuisse était assez différent de ce qu’il aimait, le basketteur avait des membres longs et secs. Mais qu’étaient ces détails quand le rendu total était juste magnifique et parfait ?
La tension sexuelle était à son comble quand Taesch débarqua, furieux, éclatant leur petite bulle érotique. Yvan ne vit pas le coup venir et il en vacilla sur ses jambes rendues molles par l’amour. Au final, il se laissa tomber plutôt que de se tordre une cheville. Son fessier était assez musclé pour amortir.
Le poing de Taesch l’avait déjà un peu sonné, mais la vague d’hormones qu’il balança avant de se tirer paracheva son œuvre. Yvan pressa sa paume contre son front, les traits tendus. Il se sentait bizarre, mal. Il avait l’impression d’être monté au septième ciel avant de retomber brutalement dans la réalité. Est-ce que c’était ça, un mauvais trip ? Comment l’aurait-il su ? Il ne s’était jamais drogué, ou bourré la gueule.
Lentement, il se releva. Ses yeux se posèrent sur le basketteur. Qu’est-ce qu’il avait fait putain ? Concrètement, rien du tout. En tout cas, Dajan avait l’air salement contrarié. Yvan décida de ne pas insister et sortit du gymnase.

« Attends ! »

Yvan fit volte-face vers Luscka, dont il avait reconnu la voix. Un certain trouble était visible dans ses yeux, mais certainement pas pire que dans ceux d’Yvan.

« Comme on parlait d'animaux tout à l'heure... Je passe régulièrement donner à manger à des chats qui sont dans une rue pas très loin du lycée. Tu veux venir avec moi ?
- Okay, mais je dois me changer si tu veux bien.»

Il était en sueur. Heureusement, il avait toujours des fringues de rechange dans son sac. Un conseil de sa mère, qu’il trouvait bien avisé. Depuis que ses hormones d’Alpha étaient actives, il avait régulièrement besoin de mettre un t-shirt propre.
Dans les vestiaires du gymnase, il opta donc pour un haut noir imprimé du logo de Iron Maiden. Un classique. Qui lui avait coûté 100$. Quand il rejoignit Luscka, celui-ci était déjà prêt à partir. Hors du lycée. Mais où donc était partie la journée ? Yvan n’avait pas assisté au moindre cours et il crevait la dalle. Quelle heure était-il ? Midi ? Toute cette affaire bizarre avec Dajan lui avait fait perdre la tête.

« On y va alors ? Tu vas voir, c'est des chats de rue mais ils sont vraiment mignons.
- Hey, Lou... Ca t’ai déjà arrivé de te faire complètement avoir par des hormones Omega ? Genre... Tu sais plus ce que tu fais. Tu n’es que... Sexe.»

Luscka prit le temps de la réflexion. Puis, il sortit un sandwich au jambon de son sac à dos. Il le tendit à Yvan avant d’en sortir la réplique exacte. Woah ! C’était du vrai jambon, pas des tranches de supermarché !
La vérité, Yvan l’apprit en nourrissant les chatons errants, était que Luscka vivait exactement ça en ce moment-même. Un phénomène normal, provoqué par des Omega puissants. Parfois consciemment, parfois non. Leur discussion, durant laquelle Yvan s’épancha largement, lui laissa conclure que Dajan s’était bien foutu de sa gueule. En plus, il avait blessé Taesch et peut-être ruiné leur magnifique relation. Demain, il devrait s’expliquer auprès de lui, s’excuser. L’idée qu’ils doivent se tenir éloignés l’un de l’autre pour toujours lui était insupportable.

FIN DE L’EPISODE 3



©️Codage by Littleelda from Never Utopia

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 38
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 20 Sep - 15:13



Amour Sucré : Yvaersion Episode 4  - How To Be A Heartbreaker
no light, no light     
Ce matin, avant de descendre, Taesch se regarda dans le miroir avec attention. Est-ce qu’il était si banal qu’on puisse le remplacer par n’importe quel oméga ? Est-ce qu’il était si laid ? En inspirant doucement, il réfléchit à ce qu’il avait vu la veille. Est-ce qu’il avait trop pris son temps avec Yvan ? Est-ce qu’il aurait dû lui sucer la bite tout de suite ? Est-ce que ce qu’ils avaient vécu dans la cabine aurait dû être plus qu’un avant propos ? Les larmes lui piquaient les yeux.
“Tu es une diva, Taesch. Une diva sexy et sans défaut.”
Il entendit un rire derrière lui et se redressa aussitôt. Il était encore en pyjama et ses cheveux ne ressemblaient à rien, il ne pouvait pas se présenter comme cela à n’importe qui.
Ludwig était derrière lui et il était magnifique. Quand il riait, il semblait illuminer toute la putain de pièce. Taesch déglutit quand il approcha d’un pas, lui tendant une brochure en noir et blanc. Ils en avaient parlé hier mais il ne pensait pas qu’il ferait l’effort de la retrouver aussi vite.
“C’est pour Saint Véran ?”
Clair avait été envoyé là bas, pour se faire redresser un peu et Taesch en était venu à penser qu’il avait de la chance. Peut-être qu’on le prendrait au sérieux, là bas. Ludwig hocha la tête et lui expliqua le fonctionnement de l’école. Une école militaire, c’était peut-être la solution. Taesch le remercia et quand ils descendirent ensemble au petit-déjeuner, il se sentait plus serein. Il se sentait encore mieux après une douche et un habillage digne de ce nom - oh,  il ferait sensation au lycée mais ce ne serait certainement pas à cause de la pierre de lune attachée dans ses cheveux.
Ainsi, lorsqu’il se posta près de la porte d’entrée pour attendre Elijah, toujours en retard, il ne portait qu’un grand t-shirt noir dont le message écrit en grandes lettres bien visibles - TRASHED - symbolisaient bien son état d’esprit. Son short était invisible sous cette chape de dépression matérialisée en t-shirt et on aurait dit que sa paire de bas résille était la seule chose qui séparait sa petite culotte en dentelle du reste du monde. Personne ne lui fit de remarque.
Les lions qu’étaient les alphas seraient sans doute complètement en chaleur à la vue de ses cuisses presque à découvert, de son postérieur atteignable et c’était bien son intention. Il en avait assez d’être un bon upsilon bien gentil, désormais il se servirait de tout ce qu’il avait à sa disposition pour rendre les autres malades. Son coup d’essai sur Elijah, en chemin, sembla bien marcher. Et quand Luscka lui fit une réflexion, il l’ignora. Si le monde le méprisait, il mépriserait le monde.
Luscka lui demanda d’être raisonnable mais comme voulait-il qu’il fasse du mal à Yvan s’il était raisonnable ? Qu’il aille donc soulager l’érection d’Elijah et qu’il ne vienne plus l’emmerder dans ses propres affaires. Taesch passa devant un premier alpha et quand Yvan entra dans le couloir principal, Taesch s’assura qu’il puisse voir ce mec lui faire un suçon dans le cou. Il le tenait si serré contre lui que la taille de Taesch aurait pu se briser. Mais est-ce que c’était vraiment un problème ?
Ce fut Aleister qui débarqua pour virer l’Alpha. Il lui semblait parfaitement énervé. Une vague d’hormone lui donna un regard troublé, une deuxième le fit reculer de deux pas.
“Tu fais fausse route, Taesch. Pourquoi tu réagis comme ça ?”
Taesch le dévisagea. Fausse route ? Est-ce que tout le monde s’était donné le mot pour le faire chier ? Taesch fronça les sourcils et le dépassa en le bousculant d’une épaule. Il ne savait pas lui même pourquoi il avait cette envie de détruire tout ce qui l’entourait. Mais la réponse se trouvait certainement au fond de ce verre d’alcool qu’il avait descendu avec Ludwig hier. Il avait été si triste, si blessé. Il avait trop donné et n’avait reçu que de la douleur.
Finalement, il se rendit en cours avec une hargne dont il ne s’imaginait pas capable. Quand il rejoignit Elijah, il se rendit compte qu’il avait un peu envie de pleurer. Est-ce que c’était, les cinq étapes de la rupture ? En tout cas, il était dans un état pitoyable.
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 32
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  Jeu 20 Sep - 16:37

 






Episode 04

Le fantôme du lycée



Feat. Taesch Condé




Casting : Mme Fell ; Luscka ; Kim ; Charlotte ; Li ; Alianora ; Yris ; Aleister ; Allic ; Grim et Alfred

Il y avait rarement eu des jours où Yvan était à ce point «pas d’humeur». A quoi que ce soit. Alors, quand Alianora surgit devant lui au moment où il franchissait la porte du lycée, il dut se retenir de lui hurler dessus, à tout le moins.

« Eh, salut toi ! Alors, tu t'amuses bien ?
- T’es sérieuse, là ?
- Chouette, tant mieux. Tu sais que tu peux gagner plus de PA avec le mini jeu "Flower PAwer" ? Tu y as accès depuis ta chambre grâce à la console de jeu sur ton lit. Pense à y jouer tous les jours ! Super, alors je te laisse commencer cet épisode 4. Bon jeu ! Oh, j'oubliais ! Si jamais tu as du mal sur un épisode, n'hésite pas à consulter la partie "Assistance / Informations" et la section "Guide des épisodes, Solutions" sur le forum.»

Yvan la regarda partir, mal à l’aise. Comment savait-elle qu’il avait laissé sa console portable sur son lit ce matin ? Le lycée pouvait-il vraiment installer des jeux sans son autorisation ? Et venait-elle vraiment de lui dire que les solutions aux examens se trouvaient sur le forum de l’école ? S’il avait du temps à perdre et ne parvenait pas à améliorer la situation avec Taesch, il passerait peut-être au CDI.
Taesch, justement, se trouvait juste devant. De dos, mais il l’aurait reconnu sous n’importe quel angle. La bouche un peu sèche, il déglutit. Ce matin, l’adolescent portait un grand t-shirt noir qui cachait ses fesses. Que portait-il dessous ? Un short très moulant, un boxer... L’une de ses petites culottes en dentelle ? ... Ou rien ? Son membre s’érigea soudain, volontaire pour aller vérifier. Yvan s’imagina recevoir un seau d’eau glacée sur la nuque pour se calmer. Cela ne fonctionna pas. En revanche, le mec qui vint coller sa bouche dans le cou de Taesch lui ôta tout désir, remplaçant ce dernier par une très vive colère. Si quelqu’un ne s’était pas planté devant lui, il se serait probablement laissé entraîner jusqu’à provoquer une bagarre.
Le grand type en costume sombre qui se tenait devant faillit se faire engueuler copieusement par Yvan, mais celui-ci se rattrapa de justesse quand il remarqua que l’âge de l’inconnu devait faire de lui un professeur.

« ... Je suis le nouveau professeur d'histoire, je suis un peu en retard et je ne connais pas bien l'établissement. J’aurais besoin qu'on me le montre.»

Les oreilles d’Yvan s’étaient débouchées au bon moment. Il acquiesça, se jetant sur l’occasion de se calmer les nerfs. Rien ne valait un petit tour de l’établissement.

« Merci beaucoup. Je vous suis, alors.»

Le professeur était guindé, arborait un visage arrogant et quand il marchait derrière Yvan, ne faisait aucun bruit. Flippant. Yvan lui fit faire le tour du propriétaire, rapidement. Il lui présenta également Luscka et tous deux échangèrent des politesses qui donnèrent l’impression à Yvan d’être à un cocktail.

« Je serai à votre disposition, monsieur,» crut bon de préciser Luscka, si professionnel dans son rôle de délégué des élèves.

Juste avant qu’ils ne se quittent, le nouveau professeur lui glissa avec une élégance absolue :

« Merci beaucoup mademoiselle, ça devrait aller maintenant. Je visiterai le reste moi-même plus tard. Si j'ai l'occasion, je vous rendrai la pareille.»

Bien entendu, il disparu avant qu’Yvan ne puisse rectifier quoi que ce soit. Mais enfin ! Qu’est-ce qui avait bien pu lui faire penser que... ? Un rire désagréablement cristallin résonna dans son dos. Kim, toujours là dans ses pires moments de honte.

« Mais qui voilà ! Tu tombes très bien, on va manger dehors ce midi mais Charlotte a oublié de prendre son argent. Tu vas nous aider, non ?
- Tu veux que je te frappes encore ?
- Tu crois vraiment qu'on te demande ton avis ?!»

Quelque chose d’inattendu se passa alors. Li lui jeta une bouffée d’hormones à la figure. Yvan ignora comment c’était possible, mais cela sentait comme Taesch. Et il se retrouva paralysé par la stupeur, ainsi que par un désir violent. Kim se servit tranquillement dans son porte-feuilles et agita sous son nez quinze dollars. Avant de disparaître dans un concert de rires au coin du couloir.
Cette fois c’en était trop. Yvan partit se plaindre à Luscka du comportement de sa sœur. Tout embêté qu’il fut en apprenant la nouvelle, il ne trouva rien de mieux à faire que de lui promettre de lui parler et de lui rembourser son argent. Yvan eut beau crier que ce n’était pas l’argent le problème, cela ne changea rien. Luscka restait d’un calme au niveau olympique.
Furieux, il déboula à toute allure du bureau des délégués et rentra dans quelqu’un. Après un «AÏE» commun, il reconnu le garçon qui se vantait auprès d’Aleister l’autre jour. Celui qui voulait conquérir le lycée. Allic.

«Désolé, en fait je vais voir mon petit ami, je suis un peu pressé.»

Bien sûr... Un argument de poids. Yvan haussa les épaules et se renfrogna. Il voulait faire payer Kim, d’une façon ou d’une autre. Sauf qu’il n’était pas doué pour les plans machiavéliques, lui son truc, c’était plutôt de frapper. Une option qui ne s’offrait pas à lui cette fois, car Luscka le détesterait s’il frappait sa stupide sœur. Comme il croisait Iris, il l’arrêta en le prenant par le bras. Il semblait décalé par rapport au reste du monde, il aurait peut-être une bonne idée.

«J'ai eu une idée pour toi. Et bien, comme Kim est très portée sur la mode, je suis sûre que ça l’embêterait si tu venais au lycée avec les mêmes vêtements qu'elle. Tu devrais essayer.»

C’était une idée horrible. Néanmoins, en fouillant les objets trouvés, Yvan trouva un haut pour garçon au même imprimé que celui de Kim, un jean de la même couleur et un sac à dos dans les mêmes tons que le sien. Il dénicha même une réplique presque exacte de son immonde collier turquoise.
En sortant de la salle des délégués, il se mit à douter. Il devait vraiment avoir l’air ridicule là-dedans. Il devrait sans doute renoncer, reprendre ses habits normaux. Mais avant qu’il ne fasse demi-tour, Kim lui tomba dessus. Et juste derrière elle, Taesch. Oh non.

« Tu as besoin de me copier pour ressembler à quelque chose.»

Il venait de se faire clacher par Kim. Oh non.



©️Codage by Littleelda from Never Utopia

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Amour Sucré [Yvan + Taesch]  

Amour Sucré [Yvan + Taesch]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Before you leave us ... :: And Ifs Improbable :: Omegaverse-