La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

Eldarya : Konstantin Becjm version

avatar
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 17
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 23
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Eldarya : Konstantin Becjm version  Ven 6 Juil - 14:19


Eldarya : Konstantin Becjm version

 Episode 01 - Bienvenue à Eldarya
Lukkrezia ♔ Jambon ♔ Milo





D’aussi loin qu’il se souvienne, cette forêt l’avait toujours apaisée. Il s’y sentait terriblement bien, d’habitude, lors de ses randonnées pédestres, lors de ses repas entre amis. Il y avait même amené ses parents une fois ou deux. Il se souvenait avec une précision terrible de la façon dont sa mère avait critiqué cette nature un peu trop ‘naturelle’ à son goût mais elle était de la ville et elle ne changerait jamais. Il savait parfaitement que ce lieu était son havre de paix à lui.
La merzlota qui rendait l’endroit unique, les arbres à jamais paisibles ... Rien ne changeait jamais ici et c’était terriblement bon de se rendre compte que, malgré les années, la forêt était toujours là pour lui.
Il était dans cette école depuis quatre ans maintenant. Éloignée de la mondialisation commerciale, à l’abri de la société de consommation, il pouvait apprendre à s’occuper de bêtes et de terres comme le propriétaire terrien qu’il serait bientôt. Il rêvait d’avoir un jour une ferme et rien ne pourrait lui donner envie de lâcher ce rêve. Il avait désormais dix neuf ans et, dans un an, il quitterait l’école et se lancerait sur son propre terrain. Il avait tellement hâte.
“Harriet ! Viens ici !”
Aujourd’hui, cependant, la forêt n’avait rien d’apaisant. Elle semblait soutenir le sanglier qui s’était échappé plus que son propriétaire. Au premier appel, le sanglier accéléra la cadence. Au deuxième, il tendit l’oreille. Au troisième, il décupla sa vitesse. Bordel de merde !
Il s’avança légèrement, essayant d’être plus discret et plus rapide que la dernière fois. Le sanglier s’était arrêté. Il reniflait des champignons étrangement disposés en cercle. A l’ombre d’un arbre, la créature prenait le temps de savoir si ces petits champignons touffus pouvaient être mangés. C’était une très bonne chose, c’était sa chance ! Il s’approcha à pas de loup et sauta sur le porc qui poussa un hurlement de protestation.
Une lumière l’éblouit et il garda le cochon sauvage contre lui pendant tout son éblouissement. Quand il put voir de nouveau. Il n’était plus du tout dans la forêt. Il lâcha le sanglier qui partit par une porte en grognant et en couinant. Vraiment ? Il comptait bien le retrouver, même s’il devait y laisser sa peau !
Le jeune homme regarda autour de lui et remarqua que la salle était fermée. En son centre se trouvait une sorte de grande pierre précieuse bleue qui illuminait partiellement la pièce. C’était une lampe assez énorme si on voulait juste éclairer le coin. Où est-ce qu’il était tombé ? Il avait entendu parler du fait que la forêt puisse-t-être habitée par les fées mais ce n’était que des rumeurs, hein ?
“Eh qui es-tu ? Comment es-tu arrivé ici ?”
A cet instant, il se retourna pour découvrir derrière lui une femme plantureuse. Rousse, elle avait d’incroyables cheveux bouclés qui lui descendaient jusqu’aux reins et un diadème serti d’une pierre verte. Sa longue robe, assorti au joyau de son bijou avait de grandes manches flottantes et une ceinture dorée. Est-ce qu’il était arrivé en pleine partie de GN ?
Il y avait derrière elle un homme très mignon qui semblait très gêné par la situation. Il ne semblait pas aussi énervé que la rousse. Au contraire, il était devenu très pâle quand elle s’était avancée vers lui.
“Je suis Konstantin, je suis arrivé... Peu importe. Vous auriez pas vu un cochon dans le coin ? Un beau porc sauvage.”
La rousse se retourna vers le très grand soldat derrière elle qui avait une tête de cochon - sans doute un maquillage pour le GN - et elle en sembla très vexée. Eh bien, on pouvait dire qu’elle était en train de virer au rouge tellement qu’elle serait bientôt aussi écarlate que ses cheveux.
“Je t'ai posé une question ! Fais tu partie des templiers ? Des francs maçons ?”
La femme tendit son bâton et un feu bleu aussi chaud que puissant apparut dans sa main. Elle avait les lèvres pincées et les sourcils froncés. Menacé par une complotiste douée en effets spéciaux, il pouvait le cocher dans sa bucket list.
“Doucement madame ! On ne s’énerve pas, j’ai pas fait exprès de venir ici !”
Le feu se fit plus intense et elle s’avança. Il était vraiment bien fait son truc ! Aucun doute, le feu était vrai. Mais où était-il ?
“Réponds !”
Il se raidit et déglutit doucement. Il décida qu’il était sain pour lui d’exposer toute la vérité à cette femme complètement folle.
“Je suis Konstantin Becjm. Je suis en second année de prépa au lycée Rezo Hasane en section agriculture. Je veux pas d’ennuis, calmez vous madame !”
Soudain, un grand bruit se fit entendre. Un sorte d’énorme ‘bong’. La rousse détourna les yeux vers la porte. Est-ce que c’était Harriet ?
“Qu'est-ce qui se passe encore ?”
Elle sembla évaluer la situation. Du calme, se dit Konstantin. Il n’y avait certainement rien à craindre de leur part.
“Milo, fais ce que tu as à faire. Tu connais la procédure.”
Le mec mignon s’appelait donc Milo ... C’était un nom plutôt commun pour un personnage de GN. De plus près, il était à croquer.
“Quelle procédure?”
Il voulut s’avancer vers le porc s’interposa entre lui et celui qui semblait être l’assistant de la rousse. Quelle merde !


avatar
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 71
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eldarya : Konstantin Becjm version  Ven 6 Juil - 18:33




Eldarya - Konslaw version
épisode 1 : Bienvenue à Eldarya



« Tu es sûr que ça ne jure pas avec... Et bien que tout ne jure pas ensemble ?»

Miloslaw se tourna un peu à droite et à gauche en examinant sa tenue. Une robe unisexe rose sans manches, des collants rouges pailletés, des bottes en cuir marron, des peintures rouges sur les bras et une longue perruque vert fluo. Il accordait une confiance assez moyenne à Lucius, qui aimait l’habiller, mais aussi faire des blagues douteuses.

« Mais si, je t’assure, tu es parfait. Et puis tu ne veux pas risquer de vexer ton familier, non ? Il a sans doute risqué sa vie pour dénicher cette perruque. Allez, dépêche-toi, Lukkrezia va se fâcher.»

Etant donné que le Maria, son familier, était revenu en cinq minutes de son exploration, il doutait qu’il ait vraiment fait plus que risquer de se retrouver nez à nez avec un membre furieux de la Garde. Mais à qui pouvait appartenir cette perruque ? Il n’imaginait aucun des habitants du QG avec ça sur la tête. Enfin, il devait reconnaître que ça ne lui allait pas trop mal à lui.

Il rejoignit Lukkrezia alors qu’elle avançait en compagnie de Jambon, à grandes enjambées. Elle ne fit aucun commentaire sur son retard, mais ça se voyait qu’elle n’était pas de bonne humeur. Il avait tout intérêt à bien doser ses annonces entre bonnes et mauvaises nouvelles.

« Lukkrezia ! Les élevages se portent de mieux en mieux, je pense qu’on va bientôt pouvoir arrêter de rationner la viande et les produits animaux. En revanche, les cultures présentent un taux d’échec de 78%. Mais on progresse ! Le blé est de plus en plus adapté et on a pu produire un peu de pain. Pour ce qui est du moral des réfugiés...»

Le cri de Lukkrezia lui perça les tympans et Miloslaw serra les dents. L’envie de se transformer en volatile devint très forte, mais quand ses yeux se posèrent sur le visage d’un parfait inconnu, il oublia de s’enfuir par la fenêtre.
Bouche bée, il restait timidement en retrait, bien caché derrière Lukkrezia et Jambon. Même si en théorie, c’était un guerrier de la garde sombre, personne ne le considérait comme tel, pas même lui. Alors que les deux autres... Sauf qu’il n’était pas si bien caché que ça apparemment, car le regard de l’inconnu finit par se poser sur lui, le caressant un instant avant de revenir sur Lukkrezia. Le coeur de Milo avait accéléré pendant cette minuscule seconde. Il n’aurait pas aimé se retrouver seul avec lui, c’était sûr.
Et puis, la nouvelle tomba. C’était à lui de s’occuper de ça.

« Mais-mais !»

Pas de discussion. Jambon empoigna l’inconnu par le bras, Konstantin d’après sa présentation, et commença à le traîner en direction des cachots. Milo trottina derrière en essayant de ne pas se faire distance.

« Monsieur Konstantin, vous allez être enfermé quelques temps, jusqu’à ce qu’on éclaircisse la situation. Ensuite, des mesures adéquates seront prises par Lukkrezia, la responsable principale de la Garde. Merci de ne pas nous opposer de résistance, les choses seront ainsi beaucoup plus simples et rapides.»

Il avait débité son discours appris par coeur alors que le groupe de trois descendait les marches. L’atmosphère était de plus en plus fraîche et Miloslaw se surpris à penser que le prisonnier aurait probablement froid une fois en bas.
Grognant, usant de sa force, Jambon ne laissa pas vraiment le choix à Konstantin que celui de coopérer. Sur ses indications, il le poussa dans une cage, avant de la hisser d’une seule main en l’air, au-dessus du lac pollué. Jambon était si fort, ça étonnerait toujours Miloslaw.

« Tu peux t’en aller, Jambon. Je gère maintenant. Oh, tu veux bien aller me chercher un pull, ou un gilet. Ou même une couverture si tu ne trouves pas mieux.»

Une fois seul avec Konstantin, il se remémora ce qu’il avait dit. Il avait parlé d’un lycée, un mot qui évoquait quelque chose à Milo. Des souvenirs très lointains.

« Tu viens de monde des humains, n’est-ce pas ? J’y étais moi aussi, avant. Ca doit bien faire... Trois, quatre ans. Comment es-tu arrivé ici ? Ah, je t’ai entendu parler d’un cochon aussi. Ne t’inquiète pas, je suis sûr de le retrouver. Enfin, en attendant tu es enfermé, alors... Mais on ne va pas te laisser moisir ici, n’aie crainte.»

Lui, en tout cas, ferait attention. On ne pouvait malheureusement pas dire que tous les membres de la Garde étaient aussi consciencieux.

« Bon, Jambon mets vraiment du temps à revenir. Je vais monter voir s’il se passe quelque chose. Ton familier fait peut-être des dégâts. Ils auront besoin de moi pour l’amadouer sans le blesser.»

Comme il remontait les marches, Milo fouilla dans la besace qu’il portait en permanence. Parmi les fleurs de coton et autres sucreries pour familiers communs, il reconnut la forme de truffes au café, le mets favori des Cochoncissons. Parfait.




©️ Code Anéa - N-U
avatar
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 17
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 23
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eldarya : Konstantin Becjm version  Jeu 12 Juil - 17:10


Eldarya : Konstantin Becjm version

 Episode 01 - Bienvenue à Eldarya
Lukkrezia ♔ Jambon ♔ Milo





L’homme porc était très grand, bien plus grand que Harriet mais pas aussi grand que Konstantin. Il ne lui manquait pas grand chose mais ce n’était pas suffisant pour vraiment l’impressionner. Il fronça les sourcils, essayant de voir l’humain sous le maquillage mais c’était trop bien fait, comme le feu de tout à l’heure. Dans quelle merde s’était-il fourré ?  Il ne comprenait pas comment était arrivé là. En tendant la main vers les défenses de celui qui s’appelait Jambon, il fronça les sourcils.
“Qui es-tu ?” chuchota-t-il
Le porc s’ébroua comme un chien qui sortait de l’eau et Konstantin déglutit doucement, en essuyant la bave qui avait atteint ses doigts sur son jean. Il ne savait pas franchement s’il avait envie de se frotter à lui. A vrai dire, il ignorait même s’il pouvait le comprendre.
“Tu parles ?”
Le porc le regarda dans les yeux comme s’il comprenait ce qu’il disait mais, au final, ne fit rien de plus que de grogner.
Cette bête semblait répondre aux ordres de celui que la rousse avait appelé Milo. Il était définitivement à croquer, même si, de toute évidence, il aimait porter des robes. Ce n’était pas franchement un truc normal chez lui mais les hommes à la tête de porc non plus. Pareil à Orthros, le plus gros porc de l’internat, Jambon semblait fidèle et obéissant.
Le porc l’attrapa par le bras et commença à l’entraîner dans les cachots. Cet homme porc était parfaitement impressionnant. Il marchait comme un homme doué de raison. Et il semblait connaître le chemin.
“Montre moi tes prouesses, mon grand.
- Grumpf.”
Alors qu’il se faisait balader par ce monstre fabuleux, Konstantin apprit de la part de Milo qu’il allait être enfermé quelques temps. Qu’est-ce que ça voulait dire, quelques temps ? Ce n’était pas vraiment clair ou rassurant ces conneries.
Le cousin éloigné d’Harriet l’attira dans un escalier très grand et monumental. Ils s’enfonçaient sous terre. Konstantin le devinait aisément parce qu’il n’y avait plus aucune fenêtre et que tout était plus humide.
Alors que le porc se mettait à souffler sérieusement des naseaux, ils arrivèrent dans une pièce d’un mauvais goût certain. Le lac n’était pas plus rassurant. Il savait reconnaître une cellule solide depuis qu’il s’était fait coffrer pour tapage nocturne en quartier résidentiel. Tout ça pour quelques chants paillards. Franchement, il avait le don de s’attirer des emmerdes.
Un nouveau grognement et puis on le jeta dans une cellule ronde au dessus d’un lac vert nauséabond. Mais c’était injuste ! Il allait se décomposer juste à cause de l’air ambiant à ce rythme ! Il sentait déjà les volutes de cet endroit l’étouffer et l’acidité de l’air s’infiltrer dans ses poumons.
Le porc fut ordonné de ramener une petite laine à Milo - !!! Et lui alors ?!! - et il se tourna vers lui une dernière fois.
“Pas bouger.”
Konstantin s’accrocha aux barreaux de sa cage, la fascination prenant le dessus sur l’indignation de sa condition.
“Mais tu parles !
- Milo dire pas bouger.”
Puis il fut parti. Milo et lui restèrent seuls. Bon, ils n’étaient pas exactement d’égal à égal mais c’était toujours ça. Il était sûr que ces personnes étaient bonnes, même sans agir de cette façon. Il ne pouvait pas être tombé chez des fous psychopathes, ce serait trop de malchance.
Milo lui expliqua ensuite qu’il venait du monde des humains et la lumière se fit pour lui. Des fées, il était tombé chez des putain de fées ! Dans cette histoire, il était un putain d’humain envahisseur venu détruire leur monde avec son cochon. Selon eux en tout cas.
Et puis, il décida de remonter. Son familier ? Quel familier ? N’étaient-ce pas les sorcières qui apprivoisaient les chats pour ... peu importait, au final. Milo était parti et il se retrouva seul.
Deux minutes après le départ de Milo, une ombre apparut, sortant du lac vert. Loin d’avoir peur, Konstantin était près à en découdre. Quand la chose sourit, il secoua sa cage en s’accrochant aux barreaux.
“Tu veux te battre ? Viens !”
C’était peut-être une façon pour lui de pouvoir sortir de cet endroit pourri, même si ça signifiait devoir nager dans ce putain de lac pollué. Cela sembla impressionner la créature qui replongea dans le lac. Eh merde.
Il se passa cinq minutes et puis, lassé, Konstantin décida de piquer un somme. Il aurait bien le temps de voir ce qui se passerait plus tard.

FIN DE L’EPISODE 1


avatar
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 71
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Eldarya : Konstantin Becjm version  Sam 14 Juil - 14:10




Eldarya - Konslaw version
épisode 1 : Bienvenue à Eldarya



A l’étage, c’était la panique. Heureusement qu’ils avaient emmené Konstantin dans les cachots, sinon qu’aurait-il pensé de leur organisation. Ce n’était pas sérieux. Lukkrezia s’époumonait sur tous le monde, les membres des gardes allaient et venaient en tout sens, leurs armures cliquetant, leurs armes s’entrechoquant dans la mêlée. Il n’y avait pas assez de place dans ce hall pour tout le monde.
Dès qu’elle posa les yeux sur Miloslaw, la responsable des gardes se rua sur lui, abandonnant un groupe de jeunes gens qui attendaient leurs ordres.

« Miloslaw, heureusement tu es là. On a besoin de toi ! Il faut retrouver cet animal du monde des humains, cet espèce de gros cochon poilu.
- Le sanglier ? Celui qui est venu avec Konstantin ?
- Konstan-quoi ? Ah oui, l’humain. Oui, voilà. Prends une petite équipe et retrouve-le ! On reçoit plainte sur plainte et Lucius n’est pas le dernier ! Cette chose a bousillé tout une partie de son matériel de magie.
- D’alchimie, vous voulez dire ?
- Peu importe. RETROUVE-LE !
- Bien madame !»

Comme des gens fouillaient déjà tout l’intérieur du Q.G, Miloslaw se dit que le cochon n’était certainement plus ici depuis longtemps. Il se faufila à travers la cohue, escalada tant bien que mal les escaliers, puis inspira l’air frais avec soulagement. Une fois remis de ses émotions, il se précipita vers la porcherie. Sa porcherie. En chemin, il rencontra Maria, qui revenait des plaines. Elle déposa à ses pieds une petite piles de fleurs mauves.

« Oh c’est... Adorable ma chérie. Mais je dois vraiment y aller, on verra ça plus tard, tu veux bien ?
Il commença à fourrer la trouvaille de son familier dans sa poche, mais le regard peiné de la bête eut raison de sa conviction.
- Très bien, très bien.»

Il retira ses bottes et ses collants, pour y glisser un petit bracelet de cheville fleuri. Et puis, après avoir retiré avec un soupir de soulagement sa perruque, il coinça le reste des fleurs dans ses cheveux châtain noisette. Maria, heureuse, repartit en gambadant.
Cette petite crise terminée, Miloslaw reprit sa course en direction de la porcherie.

A l’intérieur, des cochons paressaient, à l’abri de la chaleur et du soleil. Il vérifia rapidement le niveau et la température d’eau mise à leur disposition, puis fit signe à un petit porc aux poils noirs de venir vers lui.

« Tu dois retrouver un porc, d’accord ? Mais un porc un peu différent.»

Le cochon, Snif-snif, plissa les yeux dans sa réflexion. Puis, il grogna dans un signe d’approbation. Il avait compris où voulait en venir son maître. Filant sur ses petites pattes pressées, il distança rapidement Miloslaw, qui dut courir pour ne pas le perdre de vue. Arrivés dans l’allée centrale qui menait aux portes de sortie du Q.G., Snif-snif se mit à boulotter des petits morceaux marrons. Miloslaw en ramassa un : des truffes ! Pas le genre de choses que mangerait un familier Cochoncisson, plutôt un met apprécié par ses porcs d’élevage. Une piste de petits morceaux sortait du Q.G. Le sanglier l’avait suivie, délaissant les restes. Quelqu’un avait appâté ce sanglier. Il découvrit également des morceaux de tissu provenant des tenues des gardiens des portes, comme par hasard laissées grandes ouvertes.
Miloslaw retint Snif-snif, qui commençait à partir en direction de la forêt.

«Non, la forêt est dangereuse en ce moment. En plus, il faut informer Lukkrezia de ce qui se passe.»

Il ramena Snif-snif à la porcherie et repartit à l’intérieur du bâtiment principal. La situation s’était calmée, chacun rejoignait son poste après avoir donné son compte rendu de la situation. De ce qu’il put comprendre, le sanglier avait fait plus de peur que de mal, une chance ! Mais il avait aussi causé la panique dans le village des réfugiés, ainsi qu’au marché. Celui qui avait appâté la bête s’était donné du mal.

« Lukkrezia ! Le sanglier est partit dans la forêt, je pense qu’il ne reviendra pas. Mais les portes étaient grandes ouvertes et sans surveillance. Je pense que...
- Quelqu’un a introduit un intrus dans le Q.G. Il y a donc un traître parmi nous. Mais pourquoi on se donnerait tant de mal pour faire infiltrer un humain ?
- C’est impossible, il....
- Non, il était là avant le chaos. Donc, il est possible qu’il soit complice.
- Non, non. Il n’a pas eut le temps de...
- Non, ça ne colle pas. Il n’a sans doute rien à voir là-dedans, mais mieux vaut l’interroger. Où sont Taesch et Roman quand on a besoin d’eux ? Quels tire-au-flanc ! Il me faut quelqu’un pour torturer cet humain, tout de suite !
- Ils prennent peut-être un en-cas ? C’est l’heure du goûter après tout.»

Comme ils se rendaient au garde-manger, Jambon fit son apparition. Il lui tendit un joli manteau doublé de fourrure et disposant d’une capuche. Voilà qui tiendrait chaud à Konstantin le temps de son emprisonnement.
En poussant la porte, il ne s’attendait pas à tomber nez à nez, ou plutôt nez à dos -un dos inimitable et inoubliable, enfin du genre qu’on ne pouvait pas confondre avec un autre - avec l’humain. Evidemment, Lukkrezia s’emporta tout de suite.
Miloslaw, ne sachant pas où donner de la tête dans ce qui s’ensuivit, s’approcha de Konstantin et lui tendit le manteau.

« Tiens, au cas où tu aurais froid.»



©️ Code Anéa - N-U
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Eldarya : Konstantin Becjm version  

Eldarya : Konstantin Becjm version

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Before you leave us ... :: And Ifs Improbable-