La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

29 août : After the Storm

avatar
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 30
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 23
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: 29 août : After the Storm  Dim 29 Juil - 17:24

After the StormFenrir & Milo"De retour au lycée, Konstantin apprend qu'il doit acceuillir un nouveau en avance sur ordre du CPE. Il n'est pa ravi d'apprendre qu'il a sans doute été pistonné et prévoit bien de le mettre à l'épreuve mais quelque chose l'en empêche ..."

29 août- La pré-rentrée

Mood sonore : the musty scent of fresh paté - percival 

Une suite de Schopenhauer, une citronnade tout juste pressée, son lit, tout ça lui avait manqué plus que de raison. Ses parents habitaient sur une île gelée en Sibérie et il y avait passé tout l’été. Oh, il avait demandé à rester, plus que n’importe qui, mais le directeur avait prétendu qu’un peu de fraîcheur lui ferait du bien. Conneries ! C’était simplement parce que les choses seraient ensuite compliquées s’il acceptait qu’un élève reste. Égoïste.
Enfin, il ne pouvait pas affirmer qu’il n’aurait pas goûté à un  peu de chaleur, là maintenant. L’air était étouffant. L’orage de la veille qui l’avait accueilli en France - il avait subi la saucée de l’aéroport de Lyon à la porte de sa chambre - avait fait ressortir toute la chaleur que le sol pouvait contenir. C’était comme si tout était devenu étouffant, d’un coup. Il avait définitivement besoin de prendre une douche et de laver ses draps trempés de sueur.
Aujourd’hui, il avait intérêt à assurer. Il devait accueillir le neveu chouchou du CPE, probablement pistonné à mort par ses deux oncles plus ou moins proches. Et bien sûr, lui avait eu le droit de venir bien avant la rentrée. C’était putain d’injuste mais Konstantin ne comptait pas faire ressortir ses nerfs sur lui. Tout serait plus simple pour tout le monde s’il l’accueillait dans la joie et la bonne humeur. Il n’avait pas le temps de se mettre une coqueluche du CPE à dos alors qu’il devrait accueillir les cent soixante dix élèves de son département dans neuf jours.
Puisque son enceinte bluetooth refusait de reconnaître son nouveau téléphone, il prit sa douche avec le chant des oiseaux pour toute musique. Les putain d’oiseaux qui répétaient la même note suraigüe à la con en boucle. Il eut envie de les trucider mais rien ne pressait - contrairement à son rendez-vous dans une demi-heure - alors il décida de s’habiller avant tout. Il enfila un pantalon en velours marron, des bottes solides, une chemise légère et décida de prévoir une veste longue en cas de pluie. Avant de fermer sa chambre à clef, il prit un chapeau à larges bords.
Avant d’entrer dans la zone agricole, il croisa Jacob, un des gardiens qui arrosait de pathétiques gardenias devant le bâtiment de l’administration.
“Bonjour, Jacob, belle journée n’est-ce pas ?”
Jacob cracha au sol et jura dans une langue que Konstantin ne comprenait pas. Du polonais, de l’ukrainien, quelque chose comme ça. La gardien détestait Konstantin sur la seule base de sa nationalité et abhorrait son pays en général, parce qu’il prétendait avoir connu l’URSS et l’occupation. Mais, puisque Konstantin ne portait pas Staline ou Poutine comme nom de famille, il s’en fichait éperdument.
“Bonne journée, Jacob!”
Son badge passa sur la borne et celle-ci émit un petit bip quand l’écran afficha quelques détails sur lui, accompagnés de sa photo scolaire, une image peu flatteuse de ce lui de quinze ans, chétif et malade, envoyé ici parce qu’il aimait les bêtes et que ‘le grand air lui ferait le plus grand bien’.

KONSTANTIN BECJM
ETUDIANT 171029-A
RESPONSABLE DE LA FILIERE
DERNIERE VISITE LE 14.07.18

Le portique passa au vert et s’ouvrit dans un grincement, le laissant pénétrer sur son territoire. C’était sa dernière année ici, en tant qu’élève. L’année prochaine, il entrerait dans ce cursus en alternance dont il rêvait depuis longtemps. Il ne savait pas s’il pourrait travailler ici pendant ces années de fac.
Il se rendit au poste de contrôle où chaque travail,  chaque action était enregistrée scrupuleusement. De là, il voyait les pauvres champs de tomate et les cerisiers, parfaitement calcinés par la météo peu avantageuse et Jeannot, l’épouvantail offert par le directeur, planté en plein milieu. Il scruta quelques temps le carnet et sourit doucement. Les trois pages qui avaient été remplies durant cet été contenaient toutes les mêmes informations. ‘Date du jour - Yvan von Dast - Arrosage et désherbage’. Il avait été si constant ! N’était-il pas parti en vacances ?
Le bruit d’un pot qu’on faisait tomber le tira de sa lecture et il se dirigea vers l’entrée. Le petit nouveau était là et Konstantin, les manches retroussées regarda la source de sa fortune - ou de son infortune. Miloslaw Kotka était fin et pas vraiment taillé pour les travaux des champs mais il était vraiment mignon. Trop mignon. Konstantin en rougit un peu et soupira doucement.  
“Bienvenue dans mon département, je suis Konstantin Becjm. Je suis en dernière année et je viens de russie.”
Son accent était une horreur. Il sourit, un peu maladroitement. Il espérait qu’il allait se présenter et ne pas le laisser comme un gland dans sa gêne. Il était trop mignon pour être un connard.


Légende:
 

© 2981 12289 0
avatar
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 88
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: 29 août : After the Storm  Lun 30 Juil - 14:48




29 août :

After the Storm

Feat. Konstantin







Les orages éclataient un peu partout dans le pays depuis quelques jours et l’ambiance était étouffante. Miloslaw avait même réussi à se disputer avec Charlie, une première, un événement exceptionnel ! Bien sûr, tout c’était résolu rapidement, dans les rires et les plaisanteries, mais tout de même. La météo avait ce don étrange de vous mettre dans tous vos états. Milo s’en voulait encore un peu d’avoir reproché à sa colocataire d’avoir vomi par terre et sur ses draps. Ce n’était pas de sa faute, elle était malade ! Et il n’avait aucun problème avec le fait d’avoir été celui qui s’était chargé de tout nettoyer. Ses petits cours d’entretien domestique lui servaient bien au quotidien. Il avait réussi à faire fuir la sale odeur de maladie et de renvoi gastrique qui aurait pu stagner des jours dans leur petite chambre mal aérée.
Avant de quitter l’endroit ce matin, Miloslaw se félicita. Il avait réussi à faire de cette pièce un espace confortable, accueillant et chaleureux. Propre et rangé. Il espérait que ça plaisait autant à Charlie qu’à lui. Mais elle n’avait pas l’air d’être faite du même bois qu’Aleister, le colocataire de Lucius, alors ça devrait le faire.

Il referma la porte avec le moins de bruit possible, il ne voulait pas la déranger. Vêtu simplement d’un sweater à capuche et d’un jean pas trop serré, ainsi que de bottines assez légères pour qu’il n’étouffe pas à l’intérieur, il prit la direction de la zone agricole. Enfin, il allait pouvoir la visiter. Il avait vraiment hâte et ressentait aussi un poil de peur. Lucius ne lui avait rien appris sur le responsable du département et Milo craignait qu’il ne lui fasse des reproches ou ne lui pose des problèmes. Il avait pris l’option Vignes, mais est-ce que ça le dispenserait de s’occuper des autres cultures ? Il en doutait. Ou alors on lui interdirait de toucher à quoi que ce soit... Il espérait de tout son cœur que ce type ne soit pas le genre d’élève à se laisser monter la tête par un semblant de pouvoir.

Devant le portique laissé ouvert, Miloslaw essaya de jeter un coup d’œil plus loin, sans oser pénétrer sur les terres contrôlées. Le paysage lui donnait envie de s’y rendre immédiatement, même s’il n’en voyait qu’une minuscule parcelle. Il repéra aussi quelqu’un, un grand homme, sûrement le responsable. Et bien, s’il était du genre à user de ses poings, Miloslaw ne ferait pas le poids. Pensant qu’il allait se retourner, Milo s’empressa de reculer, ne voulant pas qu’il le prenne pour un voyeur. Son fessier heurta quelque chose et un bruit de chute sourd suivit. Il se retourna vivement, juste à temps pour rattraper un autre pot en terre cuite juste avant qu’il ne heurte le sol.
La preuve de son crime toujours entre ses mains, il fit volte-face. Il était là, devant et au-dessus de lui. Une barbe épaisse mangeait ses joues et lui donnait un air terrifiant. A moins qu’il ait aussi l’air terrifiant sans barbe. Milo n’arrivait pas à savoir. En tout cas, il n’avait pas l’air particulièrement ravi de le voir. Sans doute qu’il devrait s’excuser pour les pots, même si aucun n’était cassé.

Un soupir, mauvais signe. Milo le vit rougir un peu. Sans doute juste parce qu’il faisait chaud. Ou alors parce qu’il l’avait mis en colère. Où était Lucius quand on avait besoin de quelqu’un de bavard pour détourner l’attention ?
Il se présenta et Miloslaw se détendit un peu. Malgré son accent slave très prononcé, il réussit à comprendre et sourit en coin, incapable de s’en empêcher après avoir appris d’où il venait. Espérant gagner des points, il lui répondit dans la langue qu’il pensait lui être la plus naturelle.

« Bonjour, Miloslaw Kotka, spécialement Vignes et Bêtes. Je venez à Pologne.»


Se souvenant soudain des usages, il reposa le pot qu’il tenait toujours et lui tendit sa main droite.

« Est-ce je pouvez visiter le zone ?»

Il avait du mal à cacher son enthousiasme et son excitation. Il avait attendu des mois, des années lui semblait-il. En réalité, seulement un peu plus d’une semaine, mais qui se souciait vraiment de la réalité ?

Légende:
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
avatar
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 30
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 23
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: 29 août : After the Storm  Mer 12 Sep - 15:02

After the StormFenrir & Milo"De retour au lycée, Konstantin apprend qu'il doit acceuillir un nouveau en avance sur ordre du CPE. Il n'est pa ravi d'apprendre qu'il a sans doute été pistonné et prévoit bien de le mettre à l'épreuve mais quelque chose l'en empêche ..."

29 août- La pré-rentrée

Mood sonore : summer night's dream - ftisland 

Le dernier mec qui avait eu une bourse spéciale dans le département d’agriculture était un finnois. Il était parfaitement stupide et Konstantin s’était beaucoup disputé avec lui. Ils avaient fini par se battre dans le grand hall, en face de l’amphithéâtre Alceste Philinte de Noyoncourt et Konstantin s’était fait renvoyé trois jours. Il n’avait réussi à garder son poste de responsable de la filière que grâce à ses bonnes notes et son comportement exemplaire.
Lui, il ne voulait pas se mettre en colère mais ce fils de pute de finnois n’avait fait que le provoquer. Konstantin était heureux qu’il ne soit pas là cette année.
Le directeur lui même lui avait demandé d’être gentil avec ce petit nouveau. Konstantin s’était montré acerbe, comme à son habitude. Il n’était pas de ceux qui aimaient se plier en quatre pour les autres, ni pour faire bonne impression. C’était sans doute pour cela qu’il s’entendait aussi bien avec le CPE. Il avait demandé “Mais encore, dites moi quel service devrais-je lui rendre ? Lui vernir les chaussures, lui servir le thé ?’ Le directeur avait levé les yeux au ciel et lui avait demandé d’être ‘juste gentil’.
Yvan avait bien raison quand il disait que le directeur n’avait pas le sens des réalités. Il espérait bien qu’Yvan n’avait pas fermé les yeux sur l’incompétence de son neveu pour le laisser intégrer cette école prestigieuse. Il serait bien déçu sinon. Oui, tout son ami, Yvan pouvait se laisser dépasser par les événements et ne pas être le professeur le plus objectif. Cela avait tendance à lui jouer des tours. Si ce mec devant lui ne savait même pas retourner un champ de maïs ou rempoter un plant de fraises, Konstantin ne se gênerai pas pour le saquer.
En le jaugeant, il remarqua qu’il était plutôt du genre mince. Pas tellement tanné et rompu aux travaux de fermes comme lui. Est-ce qu’il n’avait vu que la théorie ? Il était clair que les choses seraient bien un problème s’il s’enfuyait devant la moindre petite araignée ou le moindre petit mulot en s’occupant des vignes. Les parasites étaient légion dans le coin.
‘Et que voudriez-vous, monsieur, que je fasse s’il se trouve catastrophique ?’ avait-il encore demandé au directeur. Yvan avait pris la parole à ce moment et lui avait dit que Milo était parfaitement capable de se débrouiller seul dans une ferme décrépite en faire sortir de l’or. Il restait que, pour le moment, il avait cassé un pot et ses vêtements étaient plus dignes d’une sortie en ville que d’expédition dans des champs. Bien que ce pantalon lui aille très bien.
“On ne décline pas en russe et tu n’utilise pas le bon verbe de mouvement. Je suis ici depuis quatre ans, je sais parler anglais. Je suppose que toi aussi.”
Miloslaw Kotka avait déjà perdu un point en écorchant sa langue natale. Konstantin aimait la mère patrie, même s’il n’était pas toujours joyeux quant à ses traditions ou son gouvernement. Le fait, par exemple, qu’il ne puisse pas aimer un homme tranquillement dans son pays, le faisait parfaitement penser à un déménagement définitif ici. A vrai dire, il se plaisait bien dans cette école, il tenterait sans doute d’en devenir professeur.
Il lui fit signe de le suivre et l’amena dans le petit bâtiment de l’administration. En théorie, les élèves normaux n’avaient pas le droit de venir ici, surtout que la rentrée n’était même pas passée, mais le directeur avait demandé une autre faveur à Konstantin. Une faveur qui l’emmerdait sérieusement.
“Tu seras mon assistant, ici. Ton dossier dit que tu es doué donc le directeur a retenu ton profil pour .. me seconder. Quand je serais parti l’an prochain, si tout se passe bien, tu prendras ma place.”
Il soupira de nouveau et le regarda dans les yeux. Quand il pensait qu’on avait refusé de très bons profils pour ce poste et que ce petit arriviste avait été nommé ...
“Je peux te parler une seconde honnêtement ? Je ne suis pas convaincu. Je pense que tu n’es qu’un petit parvenu. Je connais au moins dix types qui méritaient d'être à ta place. Ici, tout le monde se casse le cul tous les jours pour espérer donner les meilleurs rendements et si tu ne te démène pas au meilleur de tes capacités, je demanderai au directeur de te virer. C’est clair ?”
Ensuite de quoi, il lui expliqua le fonctionnement des cultures, des bêtes, tout ce qu’il y avait à savoir sur cette parcelle de terrain qui leur avait été donnée. Il avait intérêt à écouter.


Légende:
 

© 2981 12289 0
avatar
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 88
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: 29 août : After the Storm  Jeu 13 Sep - 14:50




29 août :

After the Storm

Feat. Konstantin







Et merde... Merde, merde, merde ! Quel imbécile ! Au lieu de se faire bien voir auprès du responsable de la zone agricole, il venait de le foutre sérieusement en rogne. Il avait insulté sa langue natale en l’écorchant, il s’était fait passé pour un mec qui aimait faire son intéressant et pensait tout savoir. Il avait honte, tellement honte ! Le visage rouge jusqu’aux oreilles, Miloslaw baissa la tête. Il aurait actuellement aimé pouvoir se transformer en mulot et se cacher dans un trou de souris. Mais ce n’était pas possible et il allait devoir assumer pleinement ses conneries d’être humain. Dans ces moments-là, il croyait volontiers à la théorie religieuse de sa mère sur les réincarnations. C’était rassurant.

« Je suis désolé...» marmonna-t-il dans un anglais légèrement accentué. « Je ne voulais pas...»

Il était inutile d’insister, rien de ce qu’il pourrait dire ne pourrait rattraper son horrible gaffe. Il était mortifié. Miloslaw suivit ensuite Konstantin à l’intérieur du bâtiment, toujours rouge de sa honte. Il hocha la tête en essayant de l’écouter en dépit de ses oreilles bouchées, puis s’exclama avant de pouvoir se rattraper :

« Assistant ?!»

Il se rattrapa rapidement, conscient que son manque d’assurance pourrait lui ôter une belle opportunité dans ses études. Etait-il capable d’être assistant ? Il n’en savait rien, mais il allait faire de son mieux.

« Oui, bien sûr. Je peux le faire.»

Et puis, Konstantin le regarda dans les yeux et Miloslaw déglutit très lentement et difficilement. Ces yeux semblaient vouloir lui transpercer le cœur. Quand il parla, le jeune homme se sentit très mal. Il eut envie de pleurer et peut-être bien que ses yeux s’humidifièrent, en tout cas il réussit à retenir le flot des larmes. Il ne voulait décevoir personne et qu’il parte ainsi du mauvais pied le terrifiait. Que dirait-il à ses parents si jamais il était viré du département agricole ? Est-ce que le responsable pouvait au moins faire ça ?

« C’est... Très clair. Je ferai de mon mieux, promis. Oh mon Dieu...»

Au moins, Konstantin n’insista pas plus sur ces paroles blessantes et l’emmena visiter la zone. Très vite, Milo oublia son humeur sombre. Il s’extasia devant les champs, les cultures et surtout le vignes.

« Elles sont en bonne santé !» remarqua-t-il après un rapide examen des feuilles. « Enfin... Tu dois le savoir, bien sûr. Cette espèce tombe malade si facilement, c’est juste réconfortant de voir ça.»

Après, vinrent les bêtes et Miloslaw devint encore plus extatique, si c’était possible. Il avait surtout des affinités avec les porcs, mais les vaches ne le boudèrent pas non plus.

« J’ai passé deux mois de vacances d’été dans une ferme. C’est à ce moment-là que j’ai décidé que je voulais m’occuper des bêtes. Le vin n’était pas mauvais non plus...»

Il leva la tête vers Konstantin, avec l’espoir que son sourire et sa petite blague feraient mouche.

« En tout cas, une fois de retour à la maison, j’ai supplié ma mère d’acheter des patates et des citrouilles pour que je m’en occupe. Bien sûr, notre jardin était trop petit, mais elle a bien voulu me laisser un plant de fraises et un de tomates cerises. J’espère que les gens qui louent la maison maintenant vont bien s’en occuper.»

Il était content qu’elle ait refusé de lui acheter un petit cochon. Il aurait causé des dégâts irrémédiables. Et puis, il avait assez avec son ours. Une grosse bête qu’il avait rencontrée dans la forêt un jour d’hiver, alors que ce n’était qu’un bébé. Miloslaw pensait que sa mère était morte, d’accident ou à cause d’un chasseur. En tout cas, il avait fini par apprivoiser la bête, qui ne lui avait jamais fait de mal. Du moins, «apprivoiser» était le mot que les humains employaient généralement pour ce genre de cas. Milo préférait penser qu’il s’était un ami précieux. Pourvu qu’il soit toujours en vie et pas trop triste.
Une ombre de tristesse passa sur son visage avant qu’il ne s’en rende compte et se tourne face au vent. La bourrasque lui fouetta agréablement le visage et il se remit à sourire.

« J’ai vraiment hâte de commencer pour de bon.»

Légende:
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
avatar
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 30
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 23
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: 29 août : After the Storm  Sam 22 Sep - 15:06

After the StormFenrir & Milo"De retour au lycée, Konstantin apprend qu'il doit acceuillir un nouveau en avance sur ordre du CPE. Il n'est pa ravi d'apprendre qu'il a sans doute été pistonné et prévoit bien de le mettre à l'épreuve mais quelque chose l'en empêche ..."

29 août- La pré-rentrée

Mood sonore : alive - sia  

En Russie, ils vivaient à flanc de falaise. Sa mère n’était pas du genre à rester dans la neige sans rien faire. Elle se rendait souvent dans la montagne et y passait de nombreux mois sans revenir à la maison. Elle était bonne avec lui et son père mais la moitié du village la traitait de sorcière, bien qu’elle soit la seule à accoucher leurs bébés et à soigner leurs blessures. L’hôpital le plus proche était à un jour de voyage à cheval - les voitures ne pouvaient pas aller jusque là, il n’y avait pas de route - et Morgane était celle qui servait à la fois de médecin, de sage-femme et de psychologue à tout une petite ville de quatorze mille habitants. Ingrats.
Son père ne s’en montrait jamais choqué ou outré. Il avait épousé une femme d’une force de caractère incroyable et était plutôt dans l’ombre pour sa part. Il tenait un restaurant dans le village et tout le monde adorait sa cuisine mais cela ne les empêchait pas de critiquer son choix d’épouse : une femme forte et sans respect pour les traditions russes. Une étrangère, en plus de cela. Sa mère venait de France, c’était d’ailleurs elle qui lui avait parlé de ce lycée. Elle pensait que ce serait bon de renouer avec ses racines mais cela n’avait pas eu l’air de la soucier jusqu’à présent. Elle n’avait jamais parlé de sa vie en France et n’avait jamais marmonné un seul mot de sa langue natale. Non, en réalité, Morgane voulait probablement profiter de son cuisiner de mari toute seule et montrer à son fils qu’il existait d’autres réalités que celle, glaciale et enneigée, de leur village.
Il savait qu’il ne devait pas être mauvais ou méchant avec son nouvel assistant - il s’était excusé d’avoir assassiné sa langue maternelle - mais en réalité, il détestait les injustices et cela le poussait, parfois, à agir de manière un peu excessive. Le jeune homme avait été poli et, jusqu’alors, il avait fidèlement correspondu à l’image parfaite du petit polonais gentil - les polonais étaient vraiment des victimes, même sa victime de père le disait toujours.
Et puis, il était déterminé, du moins à ce qu’il en voyait. Est-ce qu’on ne l’avait pas prévenu que le poste d’assistant lui revenait ? Konstantin soupira doucement.
Lorsque Miloslaw se mit à examiner une vigne, Konstantin appris qu’elle était en bonne santé. Il ne s’occupait que des bêtes, en théorie mais son statut de chef l’obligeait à gérer un peu ce qu’il pouvait. Cela n’empêchait pas qu’il ne connaissait absolument rien à l’entretien ou à la préservation des plantes, surtout celles qui produisaient des fruits. Il se contentait de demander aux étudiants les plus fiables ce qu’il leur fallait et ce qui n’allait pas.
“Nous avons, sans contredit, la meilleure des vignes alentour. Du moins, c’est ce que dit le directeur et je veux bien le croire. Il doit s’y connaître puisqu’il est français.”
Certes, c’était un cliché un peu répandu et pas très flatteur mais lui était russe et il aurait pu décrire étape par étape la fabrication de dix vodkas différentes alors le directeur pouvait bien s’y connaître en vin.
Miloslaw lui parla de sa passion et Konstantin y vit un reflet de sa propre ambition. Se nourrir de la terre et la nourrir en retour. Il esquissa un sourire quand il évoqua son enfance mais chercha à ne pas trop encourager le nouvel assistant. Etre enthousiaste était une chose, être performant en était une autre. Il avait devant les yeux une sorte de chat de Schrödinger. Il pouvait aussi bien être une catastrophe qu’un excellent atout pour leur département.
Miloslaw sembla triste un instant mais sourit le suivant. Konstantin le guida vers le retour. La visite était terminée et ils n’étaient pas censés trop traîner avant la rentrée mais l’air était bon, aussi ne se pressa-t-il pas.
“Je viens de Sibérie. Tout ce qui pousse là bas, c’est des patates acides et minuscules mais la nature fait les choses bien. En montagne, on peut cultiver plus facilement même si les pentes ne facilitent pas l’arrosage. Cela demande de la patience, de l’amour et beaucoup de chance, mais la terre montagneuse est fertile et bonne. C’est comme cela que j’ai su que je voudrais cultiver la terre, plus tard.”
Alors qu’ils arrivaient au poste, ils furent surpris par un énième orage. Konstantin pesta en russe et se précipita dans le poste de garde, claquant la porte derrière son nouvel assistant.
“Bon, on aura plus de temps pour que je t’explique les papiers.”
Il espérait juste qu’ils ne manqueraient pas le prochain repas, il commençait à avoir sérieusement faim.


Légende:
 

© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: 29 août : After the Storm  

29 août : After the Storm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Jutland + Distant Guns (Storm Eagle Studios)
» Storm Over Taierzhuang - ATO
» [Comics] Bionicle Glatorian IV : Before The Storm
» Présentation de Alex Storm
» (#1) JEU RP ▬ the calm before the storm

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Before you leave us ... :: And Ifs Improbable :: Notre Monde :: Lycée Privé Charles-Hubert de la Monchoyotte-