La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

Coming down [Qui voudra bien]

avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 41
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Coming down [Qui voudra bien]  Sam 11 Aoû - 14:35



Coming downArc 1 - Fake Love
picture perfect porcelain    
Prince, se faisait-il appeler, et personne ne le reconnaissait. Ces menottes, c’était un véritable sort puissant. Il n’avait pas seulement hérité de l’apparence délicate de l’humain d’Aleister aux yeux des autres, il avait aussi éveillé quelques un de ses pouvoirs démoniaques. Par exemple, il pouvait faire croire à ses clients qu’ils passaient le meilleur coït de leur vie sans  qu’il ne les approche. Il avait gardé sa grâce toute naturelle et, alliée à la peau de porcelaine et aux lèvres rouges et frémissantes de l’hôte de son ami, il avait rapidement grimpé les échelons jusqu’à la première place du classement.
Voilà plus de deux semaines qu’il avait été envoyé dans cette maison close. Le maître d’Aleister n’avait remarqué aucun changement et ne lui avait pas non plus expliqué ce qu’il comptait faire du sang et du sperme qu’il recueillait ici.
Si cette demande avait été polie, encore, mais le maître lui parlait tout le temps comme à un chien. C’était fatiguant et cette incapacité à utiliser la télépathie lui vrillait le cerveau chaque fois qu’il utilisait. Il avait été des plus polis et des plus obéissants mais ses chaînes n’avaient fait que se resserrer sur ses poignets à chaque fois que le maître venait lui rendre visite. Le vampire commençait à en avoir assez d’être traité ainsi mais il ne pouvait rien y faire.
Il fit glisser ses draps de soie sur ses jambes et s’étira doucement. L’oie dorée tatouée à l’intérieur de son poignet, une semaine plus tôt, quand il avait rejoint les rangs de la maison, le démangeait encore un peu mais il savait que la gratter ne ferait que renforcer l’irritation. Il regarda le vieil homme assis sur une chaise qui remettait ses chaussettes. Un hybride. Un commerçant, sûrement. Il avait un sourire béat sur le visage. Le pauvre bougre n’avait pas conscience d’avoir tout imaginé avant de s’être joui dessus.
L’homme regarda ses cuisses à découvert, sa tenue provocante et Taesch sut qu’il avait de nouveau envie de lui. Malgré tout, il ne chercha pas à lui demander quoique ce soit et commença à fouiller dans une belle bourse en velours, s’appuyant contre le paravent qui représentait une barque enchaînées à des oies. Taesch secoua la main et lui fit signe de le regarder.
“Le règlement, c’est à l’accueil mon mignon.”
Bien sûr, la mère maquerelle refusait que ses petits protégés ne puissent s’en mettre plein les poches et payer leurs contrats plus facilement. Ils n’étaient que les esclaves du désir et restaient ici jusqu’à n’être plus bon qu’à éplucher des pommes de terre en cuisine.
Le petit vieux reprit sa bourse, le salua et s’en alla, laissant la chambre ouverte. Le couloir fourmillait de maris pressés de rentrer et de jeunes gens brimés par un couvre feu à cette heure là. Les habitués venaient plus tard, ceux qui travaillaient jusqu’à l’aube aussi. La Grange aux Oies était ouverte dix-huit heures par jour, ne laissant que peu de repos à ses employés. Un jeune homme passa devant sa chambre et lui sourit. Vermeille venait de finir son client, lui aussi.
“Tu ne chômes pas, Prince ! Conseillers et courtisans se pressent pour voir le nouveau cygne de la grange.”
Une pointe d’amertume perçait dans les paroles de son voisin de chambre. Vermeille était un véritable artisan du plaisir avant que Taesch ne vienne jeter un pavé dans la mare avec sa grâce imposante et son talent illusoire. Le vieux vampire désigna son tatouage doré avant de sourire, doucereusement.
“N’exagère pas, je ne suis qu’une oie comme les autres.”
La mère maquerelle se pointa en haut de l’escalier. Mama, comme elle se faisait appeler, était une vampire de quelques quatre cent ans, toujours très soignée. Sa robe actuelle, dans les tons parme et marron clair, dévoilait son ventre plat et mettait en avant sa poitrine généreuse. Ses bras étaient chargés de nombreux bracelets de bras et de poignets, annonçant sa visite comme une cloche le jour d’un enterrement. Ses cheveux bruns étaient lâchés et doucement gaufrés. Celle ci- se tenait donc, grave et immobile. Son regard perçant fanait sa beauté.
“Prince, un nouveau client pour toi, prépare toi.”
Taesch salua Mama, Vermeille et claqua sa porte. D’un sort rapide - bon sang, ces pouvoirs de démons lui manqueraient - il rangea sa chambre, qui parut aussi neuve et intouchée que si personne n’y avait jamais habité. Il se planta devant la fenêtre et fixa les gros nuages blancs qui lui couvraient la vue du château, un peu plus en hauteur. Sa vie lui manquait et, honnêtement, il espérait vraiment que tout ce qu’il faisait n’était pas vain. Aleister l’avait peut-être abandonné et il ne pouvait pas joindre sa mère ...
Son client mis un temps fou à monter les escaliers mais son attente ne fut pas trompée. Quelqu’un frappa à la porte et Taesch ordonna d’entrer de sa voix la plus suave. Enfin, celle de l’humain d’Aleister du moins.
Il se demanda qui venait ici passer la journée - ou seulement une partie, alors que l’aube se levait et se retourna. Une chose était sûre, il ne s’attendait pas à voir cette personne. Il resta un instant figé et fit un petit geste vers le lit.
“Bonjour. J’arrive tout de suite.”
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 34
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Jeu 13 Sep - 16:34




Honor Blood Justice



PARTICIPANTSPrince Taesch Condé & Général Yvan
Résumé • Yvan mène l'enquête sur des activités louches et démoniaques. Son investigation le mène à la Grange aux oies, une maison de prostitués dans laquelle un démon se serait infiltré. Le Général joue au client, mais guère plus loin qu'à l'accueil.



Coming Down

Ce type - ou ces - se payait foutrement sa tête ! Yvan envoya valser tout ce qui se trouvait sur son bureau d’un seul geste de son bras naturel. Lampe à huile, papiers, coupe-papier, lettres et gobelet en étain furent méchamment projetés au sol. Le garde de ville étouffa précipitamment du pied le début d’incendie et souffla la lampe. Yvan, lui, se prit la tête à deux mains en étouffant un hurlement de rage.
❝ ▬ MERDE ! MERDE MERDE MERDE ! On fait des lois pour les protéger et personne ne veut dénoncer le gentil invocateur illicite ? Bordel ! Remontrez-moi cette carte, allez ! ❞
L’officier se dépêcha d’extraire la peau tannée et tatouée du bazar que la colère d’Yvan avait provoqué pour l’étaler sur le bureau. Le généralissime étudia les petites croix peintes sur le plan de la ville en se mordillant l’intérieur de la lèvre, les bras croisés et les cheveux en désordre.
Cela faisait des mois, peut-être des années, qu’un invocateur opérait à Ravenwell sans que les autorités en soient informées. Jusqu’à ce que, trois mois auparavant, on découvre un véritable charnier. Des organes, des membres prélevés. Du sang et d’autres fluides manquaient. Ca, c’était pour les corps identifiables. On supposait qu’une importante quantité de vampires avait déjà disparu. Il y avait aussi de vieux cadavres humains, en trop piteux état pour qu’on puisse même identifier leur sexe. Les marques tatouées ou scarifiées ne laissaient aucune place au doute : un invocateur pratiquait illégalement dans la capitale.
Bien sûr, on avait enquêté étroitement sur tous les invocateurs recensés. Et bien sûr, on avait écarté tout le monde. Dans le doute, on en avait tué une poignée. Même l’Empereur avait été interrogé. Bien qu’Yvan ne croit pas une seconde son frère capable de telles atrocités, ça n’aurait pas été le premier cas de possession ou de dédoublement de personnalité dû à un excès de liens avec les Enfers.
Malgré toutes leurs précautions, les gardes renforcées, les avertissements donnés aux citoyens, le coupable avait continué tranquillement ses petites activités. Au moins, maintenant, on repérait rapidement les dégâts qu’il causait. Chaque enfant disparu entraînait une enquête laborieuse, longue et coûteuse. Parfois, il ne s’agissait pas d’un simple petit criminel de quartier.
❝ ▬ Okay... Il semble que les crimes aient majoritairement lieu autour du quartier des plaisirs. Ca semble logique, les victimes se trouvent plus facilement qu’ailleurs. Il a peut-être sa maison dans ces rues-là. Les égouts coulent bien dans ce sens, cela explique que les corps aient tous été retrouvés là, coincés dans le tournant. Où est le rapport concernant cette zone ? ❞
De nouveau, l’officier fouilla les papiers éparpillés au sol, hâtivement. Il lui fournit une liasse maintenue en un corps par de la ficelle. Yvan la lit silencieusement, il réfléchissait activement tout en parcourant les lignes.
❝ ▬ Parmi les activités inhabituelles, il y a cette catin à succès. Prince. Daniels supputait qu’il puisse s’agir d’un démon ou même de notre invocateur. Dans tous les cas, ça pue l’illégalité. Je crois que je vais faire un petit tour chez les putes. L’adresse est notée là. Bokimovitch, rangez-moi ça ❞


❝ ▬  La Grannge oks wa. Je vais faire la guerre à Condé et Fellinion pour avoir une langue aussi stupidement compliquée.❞
Yvan entra dans le bordel d’un pas lourd, qui ne laissait aucunement laisser penser qu’il avait envie de prendre du plaisir. Quand il se présenta à l’accueil, la personne derrière le comptoir sursauta. Il dégoulinait de pluie, bien caché sous sa lourde cape de laine noire. La poignée argentée de son épée dépassait dans la lumière tamisée et sa main métallique était refermée autour, comme s’il se tenait prêt à dégainer. En réalité, Yvan était stressé à l’idée que quelqu’un le reconnaisse et colporte la rumeur de son utilisation des services sexuels publics. Alors, il se rassurait avec un contact familier.  
❝ ▬  Je veux voir Prince.
▬ C’est que... Il est déjà en... Consultation. Mais vous pouvez attendre dans le petit salon.❞
Yvan déposa une petite bourse pleine d’or sans lui demander le prix. Le cuir et la fourrure de la bourse en elle-même devait déjà payer la «consultation». Il se laissa tomber dans un fauteuil en velours et ne retira pas sa capuche. Les clients et prostitués qui flânaient ici lui jetèrent de drôles de regards, bien sûr. Effrayés pour la plupart. Au moins, personne ne lui reprocha de mettre de la boue partout.
Après de longues minutes, on lui fit signe que c’était son tour. Il grimpa l’escalier, se rendit jusqu’à la chambre qu’on lui avait indiquée, hésita puis toqua. Avant d’entrer sur l’invitation de Prince, il retira son capuchon. Et une fois à l’intérieur, il se stoppa sur le seuil. Cet homme n’avait pas du tout la tête qu’il s’était imaginé. Il semblait fragile, innocent. Comment une telle personne pouvait se prostituer avec autant d’habileté. Yvan flaira l’air : humain, plus un petit quelque chose. Ordinairement, il se serait arrêté à l’idée qu’il s’agissait de parfum, mais vu les circonstances...
Il repoussa la porte dans son dos et une fois qu’il l’eut entendue claquer, il dégrafa sa cape. Son épée était plus que jamais mise en avant. Si l’invocateur essayait de lui jouer un sale coup (ou le démon), il ne serait pas complètement à sa merci.

Sans lui retourner son salut, Yvan obéit à l’invitation du démon prostitué et s’assit sur le lit. Il examina un peu la chambre : la décoration était luxueuse, exagérée. Et l’oie dorée était partout.
Quand il sentit que l’humain se rapprochait derrière lui, Yvan dit, sans prendre la peine de le regarder :
❝ ▬   Je ne suis pas ici pour me faire sucer la bite. J’enquête sur des activités d’invocation illégales. On m’a dit que tu avais de grands talents dans ton domaine. Prouve-moi que tout est naturel et je ne te jetterai pas au cachot.❞
Il n’était pas un bon espion. Mais il savait faire peur.




©️ By Halloween





Dernière édition par Général Yvanov le Dim 16 Sep - 14:14, édité 2 fois
avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 41
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Sam 15 Sep - 15:16



Coming downArc 1 - Fake Love
will you take care of me ?    
Croyez-vous que le passé puisse rattraper un homme au galop alors qu’il se croit hors de portée ? Taesch, lui, le pensait fermement. Il en était même persuadé. Voilà pourquoi, quand Yvan était revenu après qu’il eut refusé sa demande en mariage, il avait essayé de faire en sorte qu’ils puissent être amis, d’apaiser les tensions. Il ne voulait plus entendre parler de lui, cependant, et Taesch sentit bien que cela finirait bien par le rattraper, comme un train lancer à pleine vitesse.
La politique de confidentialité de la Grange aux Oies était claire et permettait à tous les clients de garder un anonymat complet. Ainsi, Taesch ne connaissait le nom que de trois de ses clients, précisément ceux qui l’avaient demandé en mariage. Mais n’importe qui aurait reconnu le très beau, très fier et très puissant prince noir. Même si Taesch ne l’avait pas vu de près, le profil du prince était imprimé sur un certain nombre de pièces en circulation. Et il était fidèle, au sourcil froncé près.
La dernière fois qu’ils s’étaient vus, Taesch n’avait pas l’apparence d’Aleister et il n’était pas lié à ce foutu invocateur de démon. A ce moment, Yvan avait prétexté ne pas pouvoir le voir parce qu’il devait partir pour enquêter sur des phénomènes paranormaux. Il commençait à croire que le destin lui en voulait personnellement.
Ce qui le terrifiait le plus dans cette entrevue, c’était que Taesch pourrait bien accepter de s’allonger sous lui, de subir ses caresses, ses baisers sans ciller, sans penser à user d’illusion. Malgré les années, sa peau était encore brûlante de désir à la simple vue des mains expertes et de la bouche si lubrique de son ancien amant. Il frémissait à chaque fois qu’il se léchait les lèvres alors qu’il réfléchissait à un problème de guerre ou qu’il écoutait un conseiller parler. Ses cuisses se resserraient automatiquement quand il le regardait.
Lorsqu’Yvan posa un premier pied dans sa chambre, le temps sembla se figer. Taesch avait envie de le supplier de le prendre, de tomber à genoux, les mains dans le dos comme il l’avait si souvent fait quelques années auparavant. En temps normal, il pouvait se contrôler, dominer ses bas instincts et ses quelques gros frissons, mais en temps normal ils n’étaient pas dans une chambre partiellement éclairée et équipée d’un lit très confortable.
Et puis, la porte claqua et Taesch se souvint alors qu’il n’était pas le prince à la réputation sulfureuse, ce soir. Il était Aleister, ou plutôt Prince, un simple prostitué qui n’était pas censé se souvenir des mouvements qu’Yvan pouvait exécuter en lui de ses doigts agiles sans même y penser. Et peu importe ce que cela lui coûterait, il devait se comporter comme un simple prostitué, respectant scrupuleusement la politique de confidentialité de cette maison de passe.
Il s’avança d’un pas et sourit doucement. Le visage d’Yvan était sombre, même s’il était éclairé. Un million de petites lampes étaient suspendues au plafond. Elles contenaient chacune quelques lucioles qui brillaient faiblement mais certainement.
Taesch douta une seconde qu’il puisse s’agir de son amant d’autrefois. Avec l’âge, parfois il pensait devenir fou ou sénile. Les noms, informations et visages se mélangeait en un méli-mélo absolument informe. Mais non, c’était bien lui. Et Taesch, malgré le contrôle qu’il tenta de garder sur lui, sentit monter une bouffée de chaleur en lui. Avait-il eu une dure journée ? Allait-il le plaquer contre un mur et lui arracher ses vêtements pour le prendre sans retenue ?
Taesch éclata de rire quand le prince eut fini de parler. Il essuya même une petite larme. Il n’avait pas exactement le corps d’un humain mais même lui en était venu à le croire. Et les humains pleuraient si facilement. Une fois qu’il eut dégagé son visage de cette larme importune, il sourit doucement à son faux client.
“C’est donc pour cela que ces types en costume noir traînent dans le quartier depuis deux semaines. Je pensais bien que j’avais reconnu des vêtements de trop bonne qualité pour venir d’ici.”
Une douzaine de seconde passa avant que Taesch ne s’assoit sur le lit. Si son apparence extérieure était celle de l’humain d’Aleister, quelques courbes ne pouvaient être cachée sous une illusion qui l’épuisait autant. Ses cuisses, par exemple, étaient bel et bien les siennes. Il croisa les jambes pour tenter de dissimuler quelque chose qu’Yvan aurait pu reconnaître et sourit doucement.
“Je ne mentirai pas. Je ne suis pas de ce monde-ci. Mais depuis quand empêche-t-on un honnête incube de faire son travail convenablement ?”
Ce n’était pas tout à fait un mensonge. Il n’était pas né dans ce monde-ci et sa mère était la reine des démons de plaisir, ce qui faisait de lui en partie un incube.
“Mais je ne fais de mal à personne. Je ne fais que du bien.”
Il essayait de ne pas laisser transparaître son inquiétude mais en réalité, cette histoire le travaillait. Des invocations illégales dans sa ville et il ne pouvait pas s’en occuper ? Bon sang, où était cet enfoiré d’Aleister ?
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 34
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Dim 16 Sep - 14:39




Honor Blood Justice



PARTICIPANTSPrince Taesch Condé & Général Yvan
Résumé • Yvan mène l'enquête sur des activités louches et démoniaques. Son investigation le mène à la Grange aux oies, une maison de prostitués dans laquelle un démon se serait infiltré. Le Général joue au client, mais guère plus loin qu'à l'accueil.



Coming Down

Yvan était énervé quand quelqu’un ne réagissait pas avec la peur qu’il attendait. Il avait connu de vrais pics de colère à ce sujet quand il était avec Taesch. Et là, sous cette douche de rire cristallin, il fut transporté dans son passé d’une manière plutôt brutale. Il déglutit, le dos raide, vexé comme un pou. Comment osait-il rire de lui ? Comme il ne s’était pris encore aucune décharge d’énergie et qu’aucun démon ne sortait de la moquette dorée, il conclut que ce type devait être un démon dans un corps humain. Ou un humain, très doué.
La moquerie venait surtout du fait que ce type avait repéré les hommes qu’il avait éparpillés dans la ville pour les besoins de l’enquête. Merde, ne pouvaient-ils pas se montrer un peu discrets? Si cela continuait ainsi, il allait être obligé de leur faire l’affront d’engager les éclaireurs, ou pire : la guilde des chasseurs.
Avec son air renfrogné, Yvan regarda le prostitué s’installer à côté de lui. Sa main gauche, qui n’avait pas quitté le pommeau de son épée, se serra autour du métal. L’acier contre l’acier crissa alors qu’il avait du mal à détacher les yeux des cuisses à découvert de la catin. On aurait tellement dit celles de... A nouveau, Yvan ressentit l’amertume du passé sur sa langue. Et si... ? Il pourrait, il avait payé après tout. L’idée resta un petit moment dans son esprit, alors que le démon lui expliquait qu’il n’était qu’un incube en mal d’amour. Alors, il pouvait changer d’apparence, non ? Yvan oserait-il ? Non, non...
❝ ▬ Donc, dit-il en s’efforçant de reprendre ses esprits, tu n’es qu’un petit démon qui ne demande qu’à faire son business tranquillement. Je vois et je m’excuse pour le dérangement. Je suppose qu’on pourrait s’arranger. Je ne te dénonce et tu me fais une faveur. Voir plusieurs.❞
Les yeux rivés sur le visage de l’incube pour garder son sang-froid, Yvan fit glisser ses doigts naturels sur le galbe prononcé d’une cuisse offerte. Son cerveau s’emballa, submergé par les souvenirs. Cette sensation, inoubliable, c’était exactement la même. Non ! Il devait garder l’esprit clair.
A son tour, il rit, cruellement et froidement. Mais cela sonnait faux, l’incube avait partiellement eu raison de lui.
❝ ▬ Tu croyais vraiment que les choses pourraient se passer aussi simplement, démon ? Tu n’es pas ici parce que tu as débarqué par hasard, où en suivant la route touristique. Quelqu’un t’a invoqué. Et ce quelqu’un est dans l’illégalité. Donne-moi son nom que je lui donne une correction. Toi... Et bien si tu n’es pas révoqué, et ce sera à la décision de l’Empereur, tu pourras peut-être continuer ton travail ici. Puisqu’il te plaît tant. ❞
Yvan ne comprendrait jamais ce besoin qu’avaient certaines personnes de vendre leur corps. S’ils voulaient tellement baiser, pourquoi ne pas épouser quelqu’un de riche et beau ? Sans exagérer de beaucoup, ces personnes se trouvaient facilement.
Il avança les doigts qu’il avait toujours sur la peau du démon, se rapprochant de son entrejambe. Il s’habillait comme lui... S’il n’y avait ce visage sur lequel il braquait ses yeux...
❝ ▬ Un nom, incube, et moi, Yvan von Dast, je pourrai me montrer généreux avec toi.❞
Mais de qui se moquait-il ? Ce démon avait réveillé trop de souvenirs en lui. Des souvenirs qui, autrefois, le mettaient dans une colère noire. Maintenant, ils étaient devenus trop anciens. Il ne lui restait que les meilleures sensations. Les regrets. La tendre et cruelle nostalgie. Il avait envie, même juste pour quelques heures, même pour une seule heure, de retrouver ces sensations. Il sentait qu’avec cet incube, ce serait possible. Qu’il lui donne ce qu’il veule ou pas, Yvan tomberait dans ses bras, il se glisserait entre ses cuisses et s’enfoncerait dans ses entrailles chaudes et accueillantes. Il pourrait se targuer d’avoir fait jouir le prince noir. Et lui s’en irait misérablement, happé par le passé et torturé par la déception. Il avait beau faire bonne figure devant sa famille et ses amis,Yvan ne guérirait jamais de cette relation.




©️ By Halloween



avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 41
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Jeu 20 Sep - 14:24



Coming downArc 1 - Fake Love
i'll be a better man today ...    
Taesch regardait avec insistance le set de vaisselle de salle de bain posée sur sa commode. Il cherchait le moindre défaut dans le grès de la bassine pour se détourner de tout ce que dégageait Yvan. Colère, frustration... un peu de désir. Est-ce qu’il aurait aimé le baiser ? Taesch aurait aimé, lui, sans aucun remords. Il avait oublié à quel point Yvan pouvait être différent quand il était avec les autres. Avec Taesch, à la Cour, il n’était que manœuvre d’évitement et piques glaciales mais oh, les autres avaient droit à sa colère, dans toute sa chaleur et son ampleur.
La journée approchait doucement et il aurait sans doute mieux valu qu’ils se préparent tous deux à aller au lit mais Yvan n’était pas du genre à se coucher tôt quand quelque chose du genre lui provoquait de la colère. Des invocations, illégales de plus. Non, Taesch n’était pas content du tout. Est-ce que son maître possédait plusieurs pions, comme Aleister ?
Taesch avisa, après le pot en grès, la vipérine en pot que son précédent client lui avait offert. Très belle plante, elle pouvait aussi se montrer terriblement dévastatrice. S’il avait la possibilité de la réduire en poudre et de la mêler à un alcool, il aurait pu endormir Yvan et le faire renvoyer au château mais ce n’était pas la solution la plus discrète. Quel cauchemar ! Il avait espéré durant bien des années qu’Yvan lui pardonne et voilà qu’ils se retrouvaient dans une situation des plus tentatrices ... Et Yvan ne savait même pas que c’était lui.
Le vieux vampire se souvint à ce moment qu’il avait fait la bêtise de porter le même parfum qu’à la cour. Oh, rien qu’un mélange de pomme, de cannelle et de musc blanc. Il avait ajouté la touche de cannelle lui même et on lui disait que son odeur rappelait celle d’un membre de la Cour. Bien sûr, il avait fait cela pour attirer plus de clients, dans l’espoir de tomber sur celui qui devait venir le voir, selon le Maître. Mais Yvan pourrait le reconnaître et s’énerver encore plus. Il décida de s’éloigner rapidement de lui.
Il se souvenait encore de cette terrible nuit où il avait rejeté brutalement Yvan, pour leur épargner plus de souffrance à tous les deux. ‘Non ! Ne me suis pas !’ La voix d’Yvan était si brisée ...
Son visage éploré, qui évoquait la plus triste des romances, avait bel et bien changé quand il était revenu de Makaroff. Taesch savait que la transformation d’Yvan avait ravi Ludwig von Hochen et cela avait été la cause de leur dispute la plus violente. Tous les hommes de sa vie avait rêvé de le posséder, encore et encore. ‘Tu es mien’. C’était toujours la même rengaine. Ne pouvaient-ils pas se contenter d’une partie de lui ? Il ne parlait pas d’infidélité mais d’individualité. Bien sûr, il aimait des guerriers Et les guerriers avaient toujours été des égoïstes possessifs. Il n’y avait qu’à voir combien la relation entre l’Empereur et son toy boy était malsaine. Dire qu’ils avaient eu des enfants ...
Quand Yvan commença à parler de faveurs, Taesch resserra ses cuisses l’une contre l’autre. Accepterait-il cet amour aussi faux que mauvais ? Yvan le prendrait comme un vide-couilles tout simple et Taesch en ressortirait le cœur plus vide.
Et quand Yvan le toucha, Taesch comprit que toutes ces réflexions étaient stupides. Bien sûr qu’il le laisserait faire. Il aurait vendu son âme à n’importe qui pour se faire étreindre par Yvan, encore une fois. Alors oui, il se laisserait monter comme une putain en manque de queue, parce que les bras d’Yvan, sa colère chaude et puissante, ses grognements de plaisir, tout cela lui manquant. Et quand Yvan rit, froidement, Taesch ne mima pas la déception. Il était persuadé d’avoir entendu son cœur se fendre en deux.
Yvan lui demanda un nom mais Taesch, en toute honnêteté, n’en connaissait aucun. Il n’avait jamais vu le maître en face, une seule fois. Et pas une seule fois il n’avait pu l’approcher à moins de deux mètres. Tout se passait toujours dans cet endroit étrange dont le sol était couvert de cercles d’invocation. Heureusement, Yvan venait de lui ouvrir une porte pour s’échapper. Il comptait bien le pousser au bout. Et il avait vu son regard sur ses cuisses.
“Un nom ? J’en connais bien un. Taesch Condé.”
Nombreux étaient les petits nobles qui voulaient le prendre à en perdre la raison, il le savait, mais il ignorait que les petites gens et les bourgeois avaient, eux aussi, ce désir. On lui avait demandé de se grimer en cet énigmatique homme de la Cour plus de fois en quelques semaines qu’il n’avait fait d’apparence au Conseil en deux ans. Il lui suffisait de relâcher un peu de sa magie, de la laisser couler le long de son dos pour qu’il reprenne son apparence originelle.
“C’est lui que vous voulez, n’est-ce pas ? Vos pensées sont comme un livre ouvert pour les gens comme moi.”
Yvan s’énerverait, le frapperait probablement, l’enverrai au sol de toute sa puissance et, quand il en aurait fini avec lui, Taesch saurait qu’il avait réussi à garder l’illusion. Sans penser plus à cette histoire de parfum, sans imaginer ce qui lui arriverait bientôt, sous les poings d’Yvan, il grimpa à califourchon sur ses cuisses et vint lui donner le baiser le plus chaud qu’il ait jamais accordé à quelqu’un depuis leur rupture.
Baiser les lèvres d’Yvan était comme se suspendre au rebord d’un gouffre sans fond. Il se sentait comme aspiré par le vide, il savait que cela arriverait bientôt, que ses doigts lâcheraient prise, qu’il finirait par plonger de lui même tout au fond.
Le déclic, ce fut tout simplement l’odeur de cendres et ce fond de lilas doux qui lui monta au nez comme par magie. Petit, il adorait l’odeur des lilas. Et quand il avait reconnu cette teinte violette dans l’odeur corporelle d’Yvan, il avait su qu’ils serait lié à tout jamais. Désespérant de trouver la réincarnation de Jacinthe, il avait fini par trouver plus que cela. Un homme qui l’aimait et qu’il aimait en retour. Qui l’avait aimé autrefois, du moins ...
Une larme chaud coula le long de sa joue et se mêla à leurs baisers.
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 34
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Jeu 20 Sep - 15:28




Honor Blood Justice



PARTICIPANTSPrince Taesch Condé & Général Yvan
Résumé • Yvan mène l'enquête sur des activités louches et démoniaques. Son investigation le mène à la Grange aux oies, une maison de prostitués dans laquelle un démon se serait infiltré. Le Général joue au client, mais guère plus loin qu'à l'accueil.



Coming Down

Le désir allait le consumer s’il n’obtenait pas rapidement ce qu’il était venu chercher. Le problème, avec les incubes, était qu’ils avaient le don de mettre le doigt sur ce que vous désiriez. Surtout quand il s’agissait de sexe. Yvan était déjà au bord du brasier, il le caressait du doigt en même temps que la peau si douce du prostitué. Et quand le nom de «Taesch Condé» surgit dans la conversation, ce fut comme si Lucius l’avait changé en statue de glace. Les yeux grands ouverts, les doigts immobiles sur la cuisse de l’incube, il le fixait comme s’il venait de proférer la plus grande des horreurs. Il savait. Personne d’autre ne l’avait deviné. Pas même Luscka. Pas même Taesch. Il avait pris grand soin de cacher ses sentiments, mélange d’amour persistant, de colère et de tristesse. Le masque venait de brûler comme du papier qu’on avait négligemment jeté au feu.
Et puis, comme s’il s’était agi d’une invocation, le visage de Prince changea. Comme un mirage, il devint Taesch. Yvan se sentait terrifié. Il ne savait plus quoi ressentir, comment réagir. Il se trouvait coincé dans cette milliseconde d’incertitude qui avait lieu à chaque fois qu’il apercevait son ancien amour au détour d’un couloir.
L’incube ne cacha pas sa petite manœuvre à Yvan, avouant qu’il avait lu dans ses pensées. Et bien... Le Duc de Condé était donc si présent dans sa tête qu’il n’avait même pas pensé à se transformer en Ludwig von Hochen, le plus long fantasme de sa vie. Ou même son premier professeur de danse, sa première relation (à sens unique) émotionnellement pure.

Il ne chercha même pas à nier, comme il en avait l’habitude. C’était un démon, après tout. Il ne pouvait pas lui cacher quoique ce soit. Il accepta aussi le baiser, ce corps sur le sien. Yvan savait que ce n’était pas le vrai Taesch uniquement parce que jamais ils n’avaient échangé de baiser aussi désespéré. Est-ce que ça venait de lui ou bien le succube se jouait-il de lui ? Yvan crocheta quelques mèches de cheveux entre ses doigts et bascula en arrière. Sous sa tête, le couvre-lit imitant les plumes d’une oie se hissaient pour caresser ses joues. Yvan quitta les lèvres du prostitué pour poser les siennes sur sa joue, la ligne de sa mâchoire. Ces traits si particuliers. Il se hasarda dans son cou, vers son oreille. Il réagissait aux mêmes frôlements que Taesch, du moins c’était ce qu’essayait de lui faire croire l’incube. Sans doute avait-il lu ses attentes dans son esprit. Très bien, il allait sombrer. Pour cette fois.
Ce n’était pourtant pas son genre d’aller voir des prostitués. Jamais. Il méprisait cela. Et il méprisait avant tout le clients. Comment pouvait-on se pervertir à ce point ? Coucher avec quelqu’un qui était à peine consentant ? Bien sûr, dans le cas présent, c’était différent. L’incube ne demandait vraiment que ça.

Yvan ne se lassait pas de Taesch, il se gavait de son apparence. Il embrassait et admirait son visage, caressait d’une main sa cuisse et sa fesse, se rappelant les courbes qu’il connaissait par cœur. Impatient, il ouvrit ce bas si caractéristique de Taesch, saisit son membre et le caressa. Même ça, c’était pareil. Il le serra dans sa main, cherchant à atteindre la limite entre le plaisir et la douleur. Il voulait le faire basculer sur le lit, plonger sa langue en lui et le faire crier. Mais ça serait trop tout de suite. Il voulait se donner quelques minutes avant de plonger totalement dans l’illusion et de lui faire l’amour comme s’il avait vraiment retrouvé son amour d’antan.

Sans un mot, il le repoussa doucement en appuyant sur ses épaules, cherchant à le faire couler sur lui. Son érection était parfaitement visible sous son pantalon en cuir. Tandis que le faux Taesch s’affairait, il retira une de ses bagues. Un pentagramme était gravé à l’intérieur. Il saisit les doigts de l’incube et lui glissa le bijou au seul doigt assez gros pour le porter.
❝ ▬ Je t’en fais cadeau. Porte-la. Et suce-moi. Correctement, je veux sentir tout ce qu’il y a l’intérieur de ta bouche autour de ma queue.❞
La bague était simple, en forme de blason vide. Il la portait pour ce genre de cas. Elle servirait de balise une fois qu’il y aurait lié une carte de Ravenwell. De cette façon, il lui serait facile de pister le démon et de retrouver son maître.

Yvan releva les cuisses, faisant corps autour du visage de l’incube. Sa main se glissa à nouveau dans ces cheveux soyeux, qu’il ne connaissait que trop bien. Même l’odeur de cette chambre lui rappelait Taesch à la perfection. Un tour de sa mémoire, à n’en pas douter. Ou des jeux d’esprit de l’incube.
Il se cambra avec un gémissement rauque et se jeta corps et âme dans le feu.




©️ By Halloween



avatar
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 41
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 17
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Mar 25 Sep - 14:45



Coming downArc 1 - Fake Love
i can show you ...   
Un invocateur, hein, un autre que le sien ? Il déglutit doucement et un frisson le parcourut. Pouvait-ce être Delacroix ? Il avait été banni et il était sûrement mort dans un caniveau de Lumen depuis mais il ne connaissait qu’une seule personne assez puissante pour se camoufler de l’armée après de tels crimes. Il déglutit doucement quand son ancien amant le perça de son regard. Si son ennemi était Delacroix, il devait le protéger, le mener sur une fausse piste, en attendant de pouvoir mener l’enquête à sa façon.
Le vieux vampire sentit sa peau s’enflammer au simple toucher d’Yvan. Aimerait-il que son corps se resserre autour de sa queue ? Apprécierait-il la vue d’un Taesch complètement à sa merci ? Un anneau au dessus du lit permettait d’y nouer les poignets de quelqu’un, s’en serviraient-ils ? Il avait hâte et tout son corps appréhendait ce moment. Un grognement lui échappa quand Yvan se fit plus pressé, plus violent et il passa une main dans ses cheveux.
“Doucement, mon prince. Nous avons tout notre temps.”
A peine avait-il parlé ainsi que le prince se fit insistant, plus encore. Il avait ses cheveux dans sa main, ses lèvres sur sa peau et Taesch ne se gêna pas pour gémir tout son saoul. Ils étaient dans une maison de passe, personne ne s’étonnerait qu’un prostitué en fasse des tonnes. Sauf que tous ses petits cris étaient sincères et complètement réels. Chaque effleurement, chaque petit baiser ... C’était l’enfer sur terre.
Oh, le lendemain, ils regretteraient tous deux cet échange insupportable de fluides et d’amour mal placé. Taesch savait qu’Yvan l’aimait toujours. Il le voyait dans ses yeux quand il l’insultait, il le voyait dans sa gestuelle quand ils se croisaient à un coin de couloir. Yvan était sa deuxième moitié et elle lui manquait diablement mais, s’il avait été stupide une fois, il ne le serait pas une seconde. Il était Taesch Condé et son cœur devait se concentrer sur la survie de l’Empire, rien d’autre. C’était pour cela qu’il avait eu cette petite fille qui lui donnait tant de souci.
Autrefois, il avait porté la même couronne en or blanc que Luscka et il avait compris, en la laissant derrière lui, qu’il ne devait plus se faire avoir. Oh, comme il aurait aimé se laisser aller mais les romances compliquées et les engagements à long terme n’étaient pas pour lui. Déjà puisqu’il serait déconcentré de sa véritable inquiétude et ensuite ... ensuite parce qu’il était vieux. Trop vieux pour qu’on s’imagine tout ce qu’il avait vu, pour qu’on n’imagine un enfant perdu aux cheveux bouclés et aux joues bien rondes quand on le voyait. Et il pourrait partir en poussière du jour au lendemain.
Néanmoins, il ne pouvait faire taire son coeur, ses sentiments prenants pour le prince noir. Il gardait dans sa chambre un portrait d’eux, quand Yvan était encore jeune et innocent et qu’il portait tous les jours ce manteau lourd décoré de broderies argentées que les militaires n’étaient censés porter qu’en cas de défilé. Il était si fier que personne n’avait eu le cœur de lui dire qu’il était ridicule.
Taesch se sentit un instant abandonné mais Yvan n’en avait pas fini avec lui, il comptait bien lui en faire voir de toutes les couleurs. Le jeune homme en Yvan, celui à qui il avait donné tant d’étreintes passionnées, le regarda avec désir avant de repartir à l’assaut. Le cœur de Taesch battait démesurément dans sa poitrine et, un instant, il crut qu’il allait mourir.
Et Yvan continua à le regarder, comme si c’était la première fois qu’il le voyait. Quand il saisit son membre, son dos s’arqua et il poussa son premier cri de plaisir. Les mains d’Yvan étaient plus rugueuses, plus durs et froides qu’avant, mais la même passion se communiquait par ses mains. Le même feu amoureux que Taesch n’avait réussi à contrôler sept cent ans auparavant, la même colère incroyable. Il sentit une larme couler le long de sa joue. Dieux que tout cela lui avait manqué.
C’était parfait, tout cela. Et Taesch se sentait si bien, ses mains collées au dos musclé de son ancien amant, ses ongles plantés dans sa peau blanche. Son esprit lui disait “Tiens, tiens bon” mais son corps s’en fichait bien de cet avertissement. Le duc était prêt à se laisser aller.
Yvan lui donna une bague mais Taesch n’aurait pas pu s’en foutre plus. Il l’accepta sans un mot et tenta de se défaire de la pensée qui lui soufflait que c’était un piège. C’était trop incroyable pour être désintéressé. Mais Yvan lui donna le coup de grâce en lui donnant un ordre qu’il ne pouvait pas refuser. Alors il défit précipitamment les liens du pantalon du prince et saisit son sexe avec douceur avant d’appuyer sur pouce, presque douloureusement, sur son gland. Yvan était déjà dur comme la pierre.
Taesch le travailla au corps, lécha, suça et mordit sans relâche puis il le laissa jouir dans sa bouche, avec un plaisir qu’il ne put dissimuler. C’est alors qu’un craquement, comme celui d’un feu qu’on démarre, d’une allumette qu’on gratte, le surpris. C’était un signe distinctif, accompagné d’une odeur de soufre insupportable, mêlée à de la sueur humaine. Enfin, son démon lui était revenu. Taesch se redressa en regardant la porte qui n’allait pas tarder à s’ouvrir et, lorsqu’elle claqua assez fort pour heurter le battant, il fut surpris de constater qu’il n’était pas seul.
“Oncle Yvan ?”
Taesch avait repris l’apparence de l’humain d’Aleister, en relâchant sa magie et il se retrouvait désormais face à son jumeau. Manque de chance, c’est à ce moment que l’invocateur choisit qu’il avait besoin de lui parler. Ses poignets se mirent à brûler et son univers changea du tout au tout. Bientôt, il se retrouva face à son maître, alors qu’il aurait pu être un homme libre, à genoux dans un entrepôt qui puait le poisson.
“Tu es sale, Aleister. Mais réjouis-toi, car aujourd’hui est un grand jour.”
Oh merde.
©️ Justayne
avatar
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 34
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 802
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  Jeu 27 Sep - 13:38




Honor Blood Justice



PARTICIPANTSPrince Taesch Condé & Général Yvan
Résumé • Yvan mène l'enquête sur des activités louches et démoniaques. Son investigation le mène à la Grange aux oies, une maison de prostitués dans laquelle un démon se serait infiltré. Le Général joue au client, mais guère plus loin qu'à l'accueil.



Coming Down

Yvan se laissait complètement aller maintenant. Toute son attention était concentrée sur Taesch. Que ce soit lui ou pas importait peu, seul son fantasme comptait pour le moment. Oubliée l’enquête, oublié le lieu où il se trouvait. Les yeux fermés, il laissait libre cours à ses gémissements, aux mouvements de son corps impatient. Son épée, toujours à son côté, le gênait, mais il ne voulait pas tout arrêter pour s’en débarrasser. Tout ce qu’il voulait, c’était continuer d’aller et venir dans la bouche de Taesch Condé. Ensuite, il le prendrait, avec force. Il avait déjà hâte de caresser tout son corps, celui qui lui avait tant manqué. Il désirait se perdre en lui.
Leur passion prit cependant un tour inattendu et, emportés par ce qu’ils faisaient, ils en vinrent à provoquer l’orgasme d’Yvan. Avec un grognement, il se déversa totalement dans la gorge du prostitué, revenant déjà à la réalité des choses. Haletant, il décrispa peu à peu ses doigts pris dans la chevelure de l’incube. Certaines mèches s’étaient prises dans ses articulations mécaniques et il dut en arracher deux ou trois en éloignant son bras. Taesch se serait étonné de cette prothèse, ne put-il s’empêcher de se dire, histoire de se plonger un peu plus dans le pathétisme de la situation.
Il devait dire quelque chose maintenant. Quelque chose de désagréable. Il pourrait lui jeter de l’or à la figure, pour s’échapper de cette menace d’addiction. Les circonstances l’empêchèrent cependant de dire quoi que ce soit. Taesch redevint seulement Prince et la porte de la chambre s’ouvrit. Il eut tout juste le temps de reconnaître son neveu, Lucius, avant que l’incube ne disparaisse. Qu’est-ce qui se passait à la fin ?

Réalisant soudain qu’il avait la partie la plus intime de son anatomie à découvert, Yvan se redressa lestement et renoua à la va-vite son pantalon. Essayant de ne pas paraître gêné, il lui tourna le dos pour réajuster ses vêtements, sa coiffure et la position de son épée.
❝ ▬ Qu’est-ce que tu fais ici, Lucius ? Tu es trop jeune pour traîner dans un endroit pareil. Tu sais que je suis ici pour enquêter ? C’est un lieu dangereux, retourne chez toi. Je suis sûr que tes parents ont BEAUCOUP de choses à te dire. ❞
Après tout, Lucius avait disparu avec une poignée de nobles en pleine campagne. Taesch avait dit qu’il s’occuperait du problème, ce qu’il avait apparemment réussi. Yvan pivota sur ses talons. Lucius n’était pas seul, il était accompagné de... Prince ? C’était impossible. Il y avait anguille sous roche.
❝ ▬  Qui est-ce ? Et qu’est-ce que vous faites exactement ici ?❞
Lucius se servit d’une petite figurine d’oie en or pour lier l’anneau d’Yvan selon la formule que ce dernier lui transmis. Il était parfois bien utile d’avoir un neveu à moitié démoniaque. Étonnamment, le démon qui l’accompagnait n’avait rien fait de démoniaque, lui. Il se contentait d’être là en regardant tout et tout le monde de haut. Cette attitude étayait le fait qu’il soit bel et bien Aleister, démon de l’Envie. Mais il avait vraiment du mal à croire que le prostitué Prince soit vraiment Taesch. Après qu’ils lui aient expliqué le petit marché que le Duc de Condé avait passé avec Aleister, Yvan avait eu bien du mal à les croire. Il ne pouvait pas admettre que Taesch ait été assez stupide pour conclure un tel pacte. Qu’Aleister veuille tenir sa parole et le délivrer de ses entraves tenait du miracle.  
❝ ▬C’est ici.❞

Ils se tenaient à l’extrême périphérie ouest de la ville, au-delà des Guildes, au-delà de la caserne. Normalement, il n’y avait rien ici. Juste du terrain inutilisable. On y jetait toutes sortes de choses, des armes trop vieilles ou trop brisées pour être recyclées, aux cadavres que l’on voulait oublier. Mais même là encore, il fallait connaître le coin. Et être assez habile pour échapper aux regards. Car on était obligé de passer devant la caserne et le mur d’enceinte pour y accéder. Cet invocateur était doué, très doué.  
❝ ▬ On ne devrait pas y aller. Vous savez, je n’ai même jamais vu son visage. Il vous tuera sans aucune difficulté.❞
Yvan n’était pas homme à reculer devant la difficulté, ou le danger. Il se tourna vers Lucius et évalua la situation rapidement. Son cœur et le père en lui désirait que son neveu rentre à l’abri, à la maison. Mais la raison le poussait à le laisser auprès de lui dans cette aventure. Son neveu était puissant et il semblait que sa récente excursion avait consolidé son pouvoir, si Yvan se fiait à son propre ressenti. En plus, Lucius n’accepterait certainement pas de partir. Il aimait se jeter dans la gueule du loup. Alors, après avoir ruminé un petit moment ses pensées, il dit à voix basse :
❝ ▬ Allons-y.❞
L’épée dans sa main droite, il poussa lentement la petite porte en bois de la minuscule cabane. C’était trop sombre à l’intérieur pour qu’il y voit quoi que ce soit. Alors il mit un pied de l’autre côté du seuil, et crut qu’il rêvait. Les voilà à présent dans un immense, magnifique et terrifiant manoir. Il fit un deuxième pas et un écho lui renvoya par dizaines le son que cela produisit. Il en eut la chair de poule.
Retrouver Taesch là-dedans n’allait pas être une mince affaire.




©️ By Halloween



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Coming down [Qui voudra bien]  

Coming down [Qui voudra bien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les BD qu'elles sont bien
» Les films qu'ils sont bien
» Mission 6 : Rira bien qui rira le dernier !
» J'aimerais bien qu'on fasse un film sur...
» [Fan-Fictions] Comment bien écrire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Ravenwell, city of shadows :: Le Quartier Populaire :: Maisons de Plaisirs-