La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez|

Percellian Drift

avatar
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 3
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 16
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Percellian Drift  Sam 22 Sep - 16:27


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...

    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Shea Blight n’aimait pas spécialement l’école, à part une ou deux classes. Il n’aimait pas vraiment ses camarades de classe, ou en tout cas il ne ressentait ni besoin ni plaisir à les côtoyer. Comment alors, sachant cela, exprimer à quel point il pouvait abhorrer les sacro-saintes «sorties scolaires» ? Indispensables selon les têtes du lycée privé, à la mode pour les professeurs avides de sortir de leurs salles sans âme, traditionnelles pour les hommes politiques chargés de donner leur avis sur la question de l’éducation. Pour Shea, elles représentaient une perte de temps considérable. Mais avait-il le choix ? D’après le petit papier qu’il avait dû faire signer à ses parents : non. Il aurait aimé être en âge de décider par lui seul.
    Son regard balaya la salle de classe, à la recherche d’une touffe de cheveux reconnaissable, sauvage et libre, comme son propriétaire. Jasmin Mah-Velvet. Shea le méprisait autant qu’il le jalousait. Il aurait aimé être en âge de décider par lui seul de participer ou non à ces camarades de classe ; ou avoir des parents similaires à ceux de Jasmin Mah-Velvet, l’un des rares étudiants de cette élève à ne pas se pavaner avec un titre de noblesse. Il était presque certain que si Jasmin n’avait pas désiré venir aujourd’hui se presser parmi une dizaine d’autres adolescents dans une calèche, messieurs Mah et Velvet auraient appuyé son jugement.

    Ils chevauchaient à présent dans l’artère principale de Percellian, en direction du haut bâtiment de ABcorporation. Shea avait essayé de s’intéresser à l’entreprise, espérant qu’il s’agirait d’un concurrent de Blight enterprises, mais il avait vite abandonné, son enthousiasme avec. La préoccupation principale de AB corp était la mode. Les vêtements. Un sujet tout en bas de la liste de ses propres préoccupations.
    On le complimentait souvent sur ses tenues, toutefois. Shea était souvent habillé à la mode, avec des tissus précieux. Parce que c’était sa bonne qui s’occupait de cela. La seule exigence du jeune homme en la matière était d’être vêtu de noir, ou au moins en très sombre. On lui avait souvent demandé s’il était en deuil, d’ailleurs. Quelle raison pouvait-il donner à cette tendance qui était la sienne ? Il ne pouvait pas dire qu’il aimait cela, cette couleur. C’était autre chose. Peut-être que c’était parce que le noir ne renvoyait rien. Pas de joie, pas de peine, pas de colère. C’était une teinte humble, neutre. Si, finalement si, elle renvoyait bien quelque chose : sa propre inaptitude à ressentir quoique ce soit la plupart du temps. Ou en tout cas, s’il ressentait, c’était à un niveau extrêmement bas.
    Shea avait tout naturellement demandé à son père de lui organiser un examen psychologique. Son médecin, qui semblait avoir obtenu tous les diplômes universitaires de Lumen, lui avait alors assuré qu’il ne souffrait d’aucun mal de l’esprit. Donc, il était juste comme cela. Taciturne.

    Les chevaux se cabrèrent soudain, sans aucune raison prévisible. Pas de carrefour, pas de grand magasin duquel aurait pu surgir un piéton imprudent, aucun vol d’oiseaux un peu trop bruyants... Shea se leva alors que les autres élèves de la classe se demandaient à haute voix ce qu’il se passait. Deux personnes fortement agitées avaient arrêté les canassons. Ils étaient armés. Sans doute valait-il mieux partir avant qu’ils ne provoquent un esclandre. Shea avisa la hauteur qui le séparait de la route. Elle n’était pas très haute. Il choquerait très probablement le conducteur de la petite voiture qui les suivait tranquillement, mais si cela pouvait lui permettre d’échapper à une situation agaçante...
    Malheureusement, il n’eut guère le temps de passer à l’action. Les deux individus, copieusement vêtus mais guère à la manière des gens de la bonne société, poussèrent le cocher hors de son siège. L’homme roula sur la route sans mal et la calèche repartit à fond de train. Du moins, aussi vite qu’il lui était possible. Prudemment, Shea se rassit. Il ne voulait pas risquer de se blesser, car cela amenait toujours des sourcils fortement froncés, puis fortement levés, suivis de questions embarrassantes. Il n’avait jamais compris pourquoi on lui reprochait de ne pas saigner. C’était idiot, il avait juste la peau dure et il ne se blessait jamais jusqu’au sang.
    Bringuebalé en tous sens contre ses camarades et le bord dur de la calèche, Shea essaya d’en apprendre plus sur leurs ravisseurs à travers l’observation. Il ne lui fallut que quelques secondes pour conclure qu’il s’agissait de vampires. Et une poignée de plus pour comprendre qu’ils fuyaient probablement un chasseur. Ce qui ne prouvait pas qu’ils leur voulaient du mal. Le simple fait qu’ils soient à Percellian sans les papiers nécessaires pouvait justifier un tel comportement.

    « Je vous prierai, pour le bien de tous, de rester calme lors de ce trajet. Ainsi, nous avons bon espoir que cette petite mésaventure se termine bien pour tout le monde.»

    C’était ainsi que Shea aurait aimé entendre le vampire de droite leur parler. Cela aurait probablement apaisé les esprits et les hommes auraient obtenu gain de cause. En tout cas, ils auraient obtenu un meilleur résultat que suite à :

    « Fermez vos gueules les lardons, sinon je vous bouffe tous !»

    Bien sûr, des cris et des pleurs s’ensuivirent. Shea aurait aimé être capable d’éteindre son ouïe. Comme, avec un soupir las, il observait l’émoi de ses camarades, il repéra un élément faisant figure d’anomalie. En dehors de lui, bien sûr. Il ne s’agissait pas, comme on aurait aimé le découvrir, de leur professeure, occupée à se ronger les ongles et à prier en communiquant son stress d’une manière extrêmement efficace. Non, il s’agissait du fameux Jasmin Mah-Velvet, qui semblait tout à fait à l’aise dans la situation. D’ailleurs, si Shea n’avait pas su que cela était impossible considérant l’éducation de leur école, il aurait juré que Jasmin était en train de fomenter quelque chose pour les sortir de cette situation dégradante.
avatar
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 7
Date d'inscription : 22/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Dim 23 Sep - 13:39



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
La fille en face de lui portait ce qui ressemblait à une robe de soirée complètement démente. Il n’avait jamais fréquenté la haute société à Ravenwell - il fallait dire que les Chasseurs étaient aussi apprécié que les bourreaux et les assassins - mais dans ce lycée privé, on aurait dit que tout le monde essayait de rivaliser d’ingéniosité et de moyens pour être meilleurs que les fastes et les grandes personnes de la capitale noxi. En vérité, rien ne surpasserait jamais la beauté innée des vampires, mais ce n’était pas de leur faute s’ils n’étaient que des humains.
Le plus surprenant, cependant, était qu’elle se trouvait assise de façon parfaitement convenable, à peine gênée par sa robe turquoise au décolleté impressionnant, incrustée, il n’en doutait pas, de véritable diamants. Ses boucles d’oreilles étaient si lourdes qu’elles lui faisaient des lobes énormes et sa pochette, bien que petite, était remplie de nombreuses choses. Ses cheveux châtains, si beaux soient-ils, avaient été laissés lâchés derrière elle. De toute évidence, elle s’était faite très belle pour cette sortie.
Pourquoi donnait-il toute son attention à cette fille ? Tout simplement parce qu’elle venait de lui dire qu’il pouvait la courtiser. C’était sans doute chez les riches une façon de lui demander de sortir avec lui mais il n’en avait pas envie. Il ne connaissait même pas cette fille, ni même son prénom. Et, si elle était très jolie, elle pouvait tout aussi bien être une garce sans honneur qu’une gentille fille. Il déglutit doucement et regarda par la fenêtre. Pour évacuer la gêne qui planait autour d’eux, il pointa le paysage.
“Oh ! Regarde la jolie petite maison !”
La jeune femme fit une sorte de moue charmante et appuya son propos. De toute évidence elle était déçue mais, quand elle se tourna de nouveau vers ses amies, celles-ci la rassurèrent en disant qu’il osait déjà la tutoyer, que c’était un bon signe. En vérité, les choses se faisaient beaucoup plus simplement à Ravenwell, dans son quartier, du moins. Oh, il n’était jamais sorti avec personne mais il était presque sûr que ses quelques amis n’avaient pas trouvé une copine parce qu’elle les avait autorisé à lui faire des baise-main.
Il était un peu embarrassé, maintenant, avec ses histoires de romance et cette fille était très gênante en elle-même. Celle-ci, ne résistant pas, lui jeta plusieurs coups d’œil en battant des cils. Deux de ses amis se mirent à le chahuter en le traitant de chanceux et Jasmin eut un petit rire gêné. Il aimait bien les filles mais il préférait les garçons. Peut-être que si cette fille avait porté un costume trois pièces au lieu d’une robe à frou-frous, il lui aurait embrassé la main.
Lorsqu’il regarda par la fenêtre, une nouvelle fois, par dessus l’épaule de Godric, il remarqua qu’ils étaient désormais en centre-ville. S’il avait parcourut quelques mètres de plus vers l’est, il aurait atterrit dans le quartier de ses parents. Il ne vivait pas au même endroit qu’eux - Papa disait que ça forgerait le caractère et le seul appartement qu’il pouvait se payer avec ses petits contrats était dans la basse ville - mais il aimait se promener dans le coin quand il venait leur rendre visite.
Bien sûr, un trajet pareil ne pouvait pas se passer sans problèmes. Ceux-ci arrivèrent en effet quelques minutes plus tard, sur la Grand Route, sous la forme de deux vampires particulièrement bien vêtus. Il sentait le fer planer autour d’eux et donner un aspect plus dangereux à l’air. Sa main se crispa sur son siège. Ses petits copains seraient-ils en sécurité s’il ne provoquait pas de bagarre ? C’était un espace restreint après tout, et son père lui avait souvent dit qu’un bon Chasseur savait choisir ses batailles.
Ils se précipitèrent sur le conducteur et leur empressement à repartir rapidement ne pouvait signifier qu’une seule chose : ils étaient poursuivis. Par les autorités, peut-être. Par un Chasseur, c’était possible aussi. Et cela changeait beaucoup de choses. Des fuyards seraient prêts à tout pour échapper le sort qui était le leur. Il devait calmer le jeu, les arrêter et tant pis pour cette visite d’entreprise, qui avait l’air pourtant tout à fait intéressante. Dommage.
“Chère demoiselle, laissez moi passer, je vous prie.”
La fille de tout à l’heure était désormais à moitié avachie sur lui, tremblante de peur. Elle lui lança un regard parfaitement ahuri et il la poussa doucement sur le côté.
Lorsqu’il se releva et traversa la petite foule, tous les regards se fixèrent sur lui, comme si cela ne pouvait qu’être de la folie. Il en aurait presque rougi. Habilement, il leur montra son insigne de la Guilde.
“Autorité de la Guilde, je vais vous demander de vous arrêter sur le bas côté afin de procéder avant votre arrestation.”
Les deux vampires le regardèrent un instant avant d’éclater de rire, hilares. Oh il avait l’habitude qu’on ne le prenne pas au sérieux. Il n’avait pas l’habitude de se faire insulter en revanche.
“Et ta mère la pute, elle prend combien ? Allez, vas t’asseoir avec les autres marmots.
- Je me vois dans l’obligation de -”
Une gifle puissante l’interrompit et lui fit craquer le cou. Le coup aurait certainement tué un humain mais il n’était pas humain. L’autre sembla s’en étonner et, quand il lécha sa lèvre fendue, il commença à comprendre qu’il n’aurait pas dû faire cela.
“Si vous voulez la jouer comme ça.”
Il incanta quelques secondes et son arme grandit jusqu’à devenir bien plus qu’une simple boucle d’oreille. C’est ce moment là que choisit leur professeure pour prendre les choses en main.
“Ne jouez pas les héros, Jasmin ! Messieurs, nous vous donnerons tout ce que vous voulez !
- Quoi ?”
Il avait tourné la tête une seconde, sous la surprise. Une seconde de trop. Le vampire saisit sa main pour le désarmer et lui cassa le poignet avec une efficacité redoutable. Il était habitué à faire mal, de toute évidence. Lorsqu’il lui écarta la tête pour le mordre, Jasmin se laissa faire. Déjà parce qu’il avait toujours ressenti un profond plaisir à se faire mordre et ensuite, parce que cela ne ferait qu’entraîner la fin du vampire. Bien sûr, cela provoqua un hurlement commun dans la calèche. Puis, quand il en eut fini, Jasmin eut un rire incontrôlable. Les vampires étaient parfois aussi stupides que les pauvres humains.
“Tu n’as jamais entendu dire que les Chasseurs avaient le sang noir, trou du cul ?
- Jasmin Mah-Velvet ! Langage !”
Alors que le vampire s'écroulant en recrachant son sang, il se dit qu'il devrait quand même stopper l'hémorragie. Son regard se posa sur le seul étudiant qui gardait son calme.
"Je peux t'emprunter ton foulard, heu ... Shea, c'est ça ?"
Une vague d'indignation parcourut la calèche. Quoi, c'était encore ce truc de tutoiement ?
©️ 2981 12289 0
avatar
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 3
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 16
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Lun 24 Sep - 16:10


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...

    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Et là, Jasmin Mah-Velvet se leva. Les vampires ne s’attendaient certainement pas à cela, car la réaction de celui de droite était marquée par la surprise. Bien sûr, avec un tel discours, il ne fut pas le seul à tomber des nues. Toute la classe se mit à murmurer. Il n’y avait que les potins pour distraire une classe de son lycée de la peur, plus ou moins légitime, qu’ils ressentaient. Que ce soit vrai ou pas - Jasmin était peut-être en train d’exhiber une fausse carte - ça allait jaser pendant des semaines. Shea n’entendrait plus que parler de lui. Cela serait agréable de ne plus être le centre d’attention pendant quelques temps. D’un autre côté, il aurait préféré que celui-ci se porte sur leurs études, au moins.
    Un coup partit et en dépit des sabots affolés des chevaux battant le pavé, en dépit de la rumeur bruyante de la ville, Shea entendit distinctement des vertèbres craquer. Ecarquillant les yeux, il redressa sa colonne vertébrale. Jasmin Mah-Velvet était mort. Il allait s’effondrer sur le sol de cette calèche, au milieu d’adolescents surprotégés. Et pourtant, il tint. Peut-être était-il vraiment un chasseur, en fin de compte. Shea ne connaissait que très peu de choses au sujet de cette Guilde, il avait entendu en revanche toutes sortes de choses. On disait, par exemple, que les chasseurs étaient affublés de capacités surhumaines.
    Les autres adolescents avaient été effrayés par cette violence. Il y avait eu quelques cris étouffés et toutes les filles plaquaient délicatement leurs mains sur leur bouche, ainsi qu’on leur avait appris. S’ils avaient suivi leur éducation correctement, les garçons seraient allés porter secours à Jasmin. Apparemment, il était plus facile d’apprendre à cacher l’intérieur de sa bouche que d’être courageux. Il fallait dire qu’agir dans un tel cas aurait été stupide. Shea non plus ne bougeait pas, il n’avait aucune envie de finir au milieu de la route, où il subirait des dommages considérables.
    Leur professeure se souvint à ce moment de son rôle et essaya d’éloigner Jasmin du danger. Bien sûr, c’était malavisé. Empêcher un chasseur de faire son travail, aussi jeune soit-il, tenait de la démence. Et Jasmin en paya le prix, avec des intérêt à soixante pour cent. Son poignet craqua encore plus bruyamment que son cou (Shea fut un peu impressionné par sa capacité à ne pas lâcher le moindre hurlement), puis le vampire planta ses dents aiguisées dans sa gorge. Le conducteur conduisait désormais un peu moins vite et jurait à toute vitesse, ne sachant s’il devait se concentrer sur la route ou le pathétique combat qui se déroulait derrière lui. Et alors, dans l’affolement général, le cri d’horreur de toute la classe moins deux, Jasmin Mah-Velvet se mit à rire. Et bien, il ne devait pas être très sain d’esprit non plus. Son cou était couvert de sang.

    Quand le vampire abreuvé s’écroula, Shea dut admettre que certaines rumeurs au sujet des chasseurs étaient vraies. Leur sang était un poison pour ceux qui en buvaient. Il se demanda, alors, s’il existait des chasseurs vampires.
    Dans une nouvelle flopée de jurons, le conducteur fit tourner les chevaux à un grand angle. Ils se rapprochaient de la basse-ville. Sans doute avaient-ils là-bas une cache secrète où ils comptaient les stocker en tant qu’otage ou, si l’occasion s’avérait bonne, garde-manger.
    Jasmin traversa la calèche. Il le regardait. Shea le fixait en retour, sans comprendre ce qu’il lui voulait. N’aurait-il pas dû s’occuper de ce vampire agonisant ? Ou du conducteur ? Et puis, il lui demanda son foulard. C’était si inattendu que Shea ne réagit pas immédiatement.

    « Oui, bien sûr,» finit-il par répondre mécaniquement, ce qui entraîna quelques gloussements mal venus en ces circonstances.

    Shea se leva, prudemment, et tira sur un coin de son foulard pour le dénouer. Le tissu, d’un noir opaque, voleta un instant dans le vent avant qu’il ne raffermisse sa prise. Et puis, il fit un demi-pas en avant pour le nouer autour du cou de Jasmin. Un élève mort lors d’une sortie scolaire ferait des gros titres dans les journaux, ce qu’il préférait éviter pour sa tranquillité quotidienne.
    Alors que ses doigts s’activaient autour du cou de Jasmin Mah-Velvet, il vit plusieurs filles chuchoter entre elles derrière le jeune chasseur. Les gloussements se poursuivaient, ponctués de soupirs romantiques. Mais enfin ? Que pouvait-il bien se passer dans la tête de ces filles ? Les autres garçons semblaient, eux aussi, complètement pris au dépourvu.

    La calèche se stoppa alors très brutalement. Shea bascula en avant, entraîna Jasmin sous lui et ils s’écroulèrent comme un étrange et seul corps au milieu du véhicule. Tout son corps était bordé de jupons et de pointes de chaussures. Il entendit très distinctement : « Mon Dieu, on dirait que quelqu’un a écrit cela.»
    Ne comprenant toujours pas, il se releva. Non pas pour se jeter dans le feu de l’action, mais pour permettre au professionnel présent de le faire. Cela dit, il put ainsi voir ce qui avait arrêté les chevaux.
    C’était un homme. Toute son apparence hurlait «chasseur». Avec un peu de chance, Jasmin le connaîtrait et cette mésaventure serait bientôt terminée.
avatar
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 7
Date d'inscription : 22/08/2018
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Lun 1 Oct - 16:18



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Il aurait aimé que la police soit prévenue, que l’un de ses charmants camarades se bouge les fesses. Qu’on aille chercher la police, la Guilde des chasseurs, le président même ! Mais non, personne n’osa sauter de la machine, personne n’osa être un héros. Et Jasmin regretta un peu d’en avoir été un lui même. Son père lui disait souvent qu’être chasseur, c’était faire le sale boulot des autres sans jamais obtenir de récompense ni de reconnaissance. Mais son autre père lui avait dit une fois une chose qui avait chassé toute forme de doute en lui : ‘ça vaut le coup, fils’.
Ah, son père n’était pas un beau parleur, il ne savait décemment pas parler comme les grands de ce monde. Mais il était doué, quand il fallait se glisser sous la robe ample d’une dame pour y trouver un démon ou quand il fallait ramener un vampire à la raison. Il faisait ce qu’il fallait, toujours. Et Jasmin était persuadé qu’être comme lui plus tard serait un grand honneur.
Quand ses parents n’étaient alors qu’un jeune couple marié, ils s’étaient séparé plusieurs fois, mais jamais complètement. Ils avaient connu des jours difficiles mais il aimait croire qu’il était cette colle que les avait uni jusqu’à ce qu’ils voient combien ils s’aimaient. Et quand il était déprimé, il se permettait de rêver à vivre un amour tel que le leur. Profond et émouvant. Ils avaient leurs failles, bien sûr, et il leur arrivait de se déchirer mais ils finissaient toujours par se retrouver, à la fin.
Jasmin Mah-Velvet avait des rêves et une vie à vivre. Alors, même s’il se sentait plus impuissant qu’un poulet au PFC, il se devait de vivre. Ses charmants camarades lui mettaient une pression supplémentaire mais ce n’était rien en comparaison de l’ombre diaprée de l’échec. Il n’en avait pas connu un seul jusqu’à présent mais sa seule chasse en solo était facile et, honnêtement, il se sentait presque honteux de ne pas l’avoir réussi en un claquement de doigts.
La calèche s’engagea avenue de Nox alors que le charmant Shea réagissait, lui nouant le foulard autour du cou. Ses mains étaient douces, comme un cuir bien tanné, et il rougit un peu. Il aimait bien cette sensation, sans trop savoir expliquer le pourquoi du comment. Il déglutit doucement en regardant Shea. Il était banal physiquement et semblait complètement asociable, pas le profil typique pour un de ses amis. D’un autre côté, les seuls amis qu’il avait ici étaient Godric et sa bande. Et ils n’étaient que des sales gosses de riche pourris gâtés. Pas le top non plus.
Le vampire qui avait bu son sang serait bientôt remis, s’il n’était pas une chiffe molle. Dans ce cas, il devait se dépêcher d’éliminer le conducteur avant de devoir affronter deux ennemis.
Cela lui rappelait son premier cours de chasseur. Il avait sept ans dans une salle bondée d’adolescents et il se souvenait avec précision le trac qu’il avait ressenti. Il voulait rendre son père si fier ... Le professeur avait dit ‘Pour cette expérience, nous aurons besoin de deux volontaires’ et Jasmin voulait faire ses preuves. Il avait levé la main en premier et avait été désigné pour être la victime. Son camarade avait réussi à le maîtriser en quelques secondes, mais pas parce qu’il faisait un mètre de plus : tout simplement parce que Jasmin avait eu trop confiance en lui.  C’était sa faute. Et c’était une erreur qu’il veillait à ne plus faire depuis.
Il fondit sur son arme dès qu’il fut sûr que son hémorragie était arrêtée. Le vampire qui l’avait mordu semblait KO - petite nature. Il fermait les yeux, alors Jasmin lui se dit qu’il lui donnerait un bon coup de pied dans les côtes pour vérifier qu’il ne mimait pas l’inconscience. S’il n’y avait aucune réaction, il n’aurait qu’à l’enjamber gentiment, aller rejoindre le conducteur et les arrêter tous les deux.
Au lieu de cela, il s’écroula sur le corps inconscient du vampire, rejoint par un océan de jupons et de gentilhommes perdus. La calèche s’était arrêtée si brutalement que le chasseur hésita à se relever. Est-ce que le conducteur avait rejoint une organisation ? Est-ce qu’ils étaient dans un danger plus grand encore ? Il était las, déjà, de cette situation. Il n’aimait pas se donner en spectacle devant des gens qu’il connaissait.
Sa position était étrange, aussi. Shea était juste au dessus de lui et Jasmin rougit, cette fois brutalement. Quand il s’ôta de lui, il en profita pour se relever. Il aurait aimé que la professeure ait un excès de zèle et se dise que c’était le bon moment pour se mettre à la pédagogie, qu’elle dise à ses élèves de se relever et de garder le silence, mais ce ne fut pas le cas. Elle avait le regard d’un poisson qu’on avait vidé de ses entrailles et ne cessait de murmurer qu’elle allait se faire virer. Ce n’était pas forcément faux.
Et puis, Caleb fucking Mah entra en scène. Il était un peu mouillé, sentait le wakamé comme jamais et il avait l’air énervé au possible. De toute évidence, les vampires l’avaient conduit à un entrepôt de produits de la mer. Et son père détestait les produits de la mer. Jasmin se doutait que désormais, la mission n’avait plus seulement un intérêt pécuniaire pour lui, c’était une histoire personnelle.
Il assomma d’entrée de jeu le conducteur et donna un coup de pied dans celui à terre. Des veines noires, bien visibles, entouraient sa bouche. Jasmin leva alors la main pour signaler sa présence et, aussitôt, Caleb changea d’expression. Quand il était en mode ‘chasseur’ il était une bête terrifiante et prête à tout pour accomplir le job. Mais il suffisait que son fils soit dans la pièce pour qu’il bascule en mode ‘papa poule’.
“Jasmin ? Qu’est-ce que tu fais là ?
- J’avais une sortie scolaire aujourd’hui.”
Son père regarda les autres étudiants d’un regard dédaigneux et se racla la gorge. De toute évidence, cette histoire le fatiguait déjà.
“Bon, je vais avoir besoin que deux d’entre vous me suivent pour prendre une déposition.”
Jasmin leva la main de nouveau, il lui semblait évident que c’était à lui de le faire. Qui d’autre ? Est-ce que ce garçon serait partant ?
©️ 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Percellian Drift  

Percellian Drift

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vae Victis n°79
» Drift de Marchombre l' apatride
» Présentation Thrym
» Les ZOULOUUUS à Rorke's drift 1879 (BLACK POWDER)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Percellian, la somptueuse :: Le Centre Ville :: Siège de AB Corp-