La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...

Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Lun 22 Avr - 15:30

Et si, quelques milliers d'années plus tard, presque tout le monde faisait partie du gratin de l'Enfer, avait acquis une apparence démoniaque, était devenu un fier représentant des sept péchés capitaux et possédait des pouvoirs ahurissant ? Et si, tout d'un coup, quelque chose transformait la plupart des démons en humains ? Comment vont-ils retrouver les pouvoirs de chacun, leurs apparences et leur puissance ? Et surtout, que s'est-il vraiment passé ?



Aleister s’était rarement autant cassé le cul. Il courait. Rien que ça. Il usait de sa force physique pour se déplacer, rapidement. Il aurait bien emprunté les voies de téléportation, malheureusement c’était l’heure de pointe et il serait arrivé bien plus tard qu’en avançant sur ses trois pattes. Sa queue battait l’air derrière lui, elle était lourde et il l’aimait beaucoup, mais elle se révélait peu pratique en cas de sprint.
Aleister sauta par-dessus trois rivières de flammes, contourna une cascade d’acide et en termina avec le lagon. Quand il se stoppa, ce fut uniquement pour étudier la très haute paroi qu’il allait devoir se farcir. Cent mètres d’escalade, sur une surface quasiment lisse. Il agita ses quatre griffes et les planta dans la roche. Ca n’allait pas être une montée facile, mais encore une fois, les bouchons l’emportaient.

A un mètre de l’arrivée, ce qu’il craignait arriva. Le poids qui le suivait disparut et, dans un sursaut de désespoir, il s’élança de toutes ses forces, déjà amoindries, vers le haut. Ses griffes accrochèrent le rebord de la paroi, puis disparurent pour ne laisser qu’une portion de doigts boudinés et roses. Il réussit à se hisser tout en haut, peinant et haletant, la poitrine en feu. Il cracha un peu de salive avant de s’essuyer le menton d’un revers de main. Merde. Il était un humain, un bête humain. Heureusement, il était en vue du palais du Seigneur des Enfers.

Il avait craint que la malédiction, le sort, ou la conséquence d’une malheureuse expérience écologique ratée, n’agisse pas assez rapidement et le mette en péril. Tout ça pour rien. Autour de lui, tout n’était que confusion, cri et horreur. Des démons se blessaient, rendus fous par la vision de leur propre sang. Rouge. Rouge !
Tout le monde ici était humain.

Aleister fendit la foule en se faisant quelques bleus, puis pénétra dans le palais laissé sans surveillance. Avec tous ces humains éplorés éparpillés dans leurs armures trop grandes, la décoration semblait vraiment excessive et pompeuse. L’humain s’attarda devant un miroir, juste assez longtemps pour s’admirer avec satisfaction. Il avait repris son apparence préférée du temps où il possédait cet humain, Aloïs. Sauf que cette fois, il n’était pas dans sa tête. C’était déjà ça. Il détestait son apparence humaine, la toute première, même s’il ne s’en souvenait pas précisément.

Le démon de l’envie, ou ce qu’il en restait, gravit les quelques mille cinq cent treize marches qui le séparait de l’étage du Seigneur des Enfers et dut pousser la lourde porte de ses appartements pendant plus de cinq minutes avant de l’ouvrir assez grand pour pouvoir y passer. Merde, il était complètement épuisé.
Une fois dans la salle d’accueil, il entendit des pleurs et des gémissements provenant d’un coin d’ombre. Oh non ! Pas son Seigneur ! Il le pensait vraiment immunisé !
Il se précipita sur la forme prostrée sur un petit tas de coussins et la retourna sur le dos. Quel soulagement il ressenti quand il constata que ce n’était que Vassil ! Il paraissait fou de rage. A en pleurer.

« ALEISTER ? Mais toi aussi ! Qu’est-ce qui se passe ?
- Je ne sais pas, mentit-il. Le Seigneur ?
- Le Seigneur ? Mais enfin Aleister, tu te rends compte que JE suis redevenu une espèce de fée... OH ! »

Vassil percuta seulement à cet instant et la panique étira ses traits élégants. Aleister avait perdu l’habitude de le voir sous cette forme, qui était plutôt plaisante. Cela lui donnait envie de le titiller un peu. Mais le Seigneur était la priorité.
Vassil et lui allèrent toquer à la porte du boudoir du Seigneur, tendus comme des slips. Le cœur d’Aleister tambourinait à toute allure dans sa poitrine. Si le Seigneur lui-même était touché, tout l’équilibre des Enfers allait en prendre un sacré coup. Ca pourrait même provoquer la destruction physique de l’endroit.

« Mon Seigneur ? Vous êtes là ? Est-ce que vous pouvez ouvrir la porte ?»

Celle du boudoir était bien moins lourde que celle qui permettait d’entrer dans les appartements, mais Aleister était épuisé. Et Vassil... N’était pas exactement une force de la nature.


Dernière édition par Aleister le Lun 22 Avr - 21:32, édité 1 fois
Prince Taesch Condé
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 52
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 18
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Lun 22 Avr - 17:41



Quelques milliers d'années plus tard ...Enfer, chambre du Satan
c'est une blague ?  
La mort n’avait pas changé grand chose à la vie de Taesch Condé. La grande guerre avait tué presque toute sa famille et il avait donné son maximum pour tenir le plus longtemps possible mais la vie avait fini par quitter son corps, après presque neuf mille ans d’existence, en même temps que celui d’Yvan. Ils étaient morts ensemble, à quelques centimètres l’un de l’autre.
Arrivé en enfer, il avait tout de suite retrouvé sa mère. Il était un démon de naissance, après tout. ¨Prince. Promu de base au rang d’archidémon, il avait tout mis en place pour réunir les morceaux. Retrouver Yvan avait été le plus dur, parce que les gens du cercle de la colère étaient tous des gros cons.
Voilà quelques temps qu’ils s’étaient installés. Tout le monde avait une place bien définie dans la société. Elijah et Luscka passaient leur temps dans les immenses bibliothèques de l’enfer, Yvan dirigeait autant de bataillons que possible et Taesch ... tenait les rênes du gouvernement démoniaque. Rien n’avait changé.
Naturellement, Lucius était devenu une sorte de Satan de préférence et quand l’ancien était mort dans des circonstances étranges ... Il l’avait remplacé sans que cela ne choque personne. C’était naturel et la plupart des gens l’aimaient bien. Taesch ne s’y était pas opposé, bien entendu. Il s’en fichait.
Il garda sa place de trésorier - en tant qu’Archidémon de l’Avarice, elle lui revenait de droit - et continua son travail de premier ministre de la plus humble des façons. L’enfer n’était pas si différent de Nox. En vérité, la seule chose handicapante ici était qu’on ne pouvait ‘tuer’ personne, il fallait faire régresser les démons ou les humilier profondément pour en être libérés.
Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu’à ce matin. Ce matin, Yvan s’était réveillé humain. Finies les grandes cornes, finies les jolies torsades de muscles sur son dos, fini l’énorme engin de plaisir qui contentait Taesch depuis qu’ils s’étaient retrouvés. Yvan était désespérément humain.
Il ressemblait peu ou prou à sa version vampirique mais il avait perdu de son éternel beauté et semblait un peu plus mou. Un peu plus rose aussi.
Bien sûr, la panique avait été la réaction qui les avait emporté tous les deux. Taesch lui, avait été moins touché. Il avait conservé ses deux énormes cornes torsadées et garnies et piques mais elles reposaient désormais sur une tête beaucoup plus humaine. Sa peau sombre couleur de sang était désormais redevenue caramel et ses extrémités étaient plus banales que tout. Ses sabots n’avaient cependant pas disparu, ce qui était un soulagement entre toutes choses. Ses ailes lui manquaient atrocement. Il ressemblait presque à un démon de la luxure désormais.
Il détestait les démons de la luxure parce qu’il fallait toujours qu’on le prenne pour l’un d’entre eux. Pourquoi Elijah n’avait-il jamais ce problème alors qu’il était bien plus dépravé que lui ?
Au palais, tout le monde se lamentait à en crever. Taesch avait essayé de remettre de l’ordre mais personne ne l’écoutait, trop occupé à geindre ou à se plaindre. Arrivé dans les appartements de Lucius, Taesch souffla un peu. Il était là, bien que sur le départ. En équilibre sur le chambranle de la fenêtre, il le fixait de ses yeux trop bleus.
“Oh Oncle Taesch, tu tombes bien. Je pars mais je reviens bientôt. Dis aux autres de ne pas s’inquiéter. A plus !”
Et puis, il sauta à bas de la fenêtre, qui donnait sur une cour intérieur, moins d’un mètre plus bas. Il devait être parti chercher une solution, c’était un garçon très vif.
Des voix retentirent de l’autre côté du battant et il sortit en poussant la porte. Il reconnut Aleister, de façon bien trop nette. Sa voix avait changé mais il ressemblait toujours à cet homme qu’il était quand il lui avait fait le coup fourré des menottes.
“Ne l’appelle pas comme ça, franchement, tu en fais des caisses. C'est juste Lucius.”
Il referma la porte derrière lui. Il ne pouvait pas prendre le risque que quelqu’un d’autre voit ces appartements vides.
“Tu viens de le louper. Il est parti. Je ne sais pas où. Mais il a dit qu’il reviendrait bientôt. Bon sang, la malédiction ne vous a pas raté tous les deux.”
Il gardait sa morgue et son air méprisant mais à l’intérieur, il était un peu chamboulé. D’où venait cette humanisation de masse ?
©️ Justayne
Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Lun 22 Avr - 21:58

La porte s’ouvrit et alors... ! Quelle déception. Ce n’était que Taesch. La tension quitta le corps humain d’Aleister, qui poussa un léger soupir. Bon, il aimait bien Taesch, là n’était pas la question. Mais il aurait préféré être certain que Lucius soit sain et sauf, toujours aussi bestial et démoniaque, avec une délicatesse sous jacente bien à lui. Vassil, lui, sembla sur le point d’exploser en une myriade de pollen, d’arcs-en-ciel et de petites étoiles multicolores. Aleister dut le retenir par le col de son petit haut fait de bandelettes de cuir pour l’empêcher de se jeter sur le coup de Taesch.
Taesch avait gardé plusieurs de ses attributs démoniaques, mais lui aussi avait subi cette vague étrange qui les transformait.

« Ce n’est que Lucius ?! s’estomaqua Aleister, relâchant Vassil. Comment peux tu parler de cette façon de notre Seigneur et Maître Infernal ?»

Vassil s’était calmé, car il resta sur place. Ou alors, il avait réalisé que ça aurait été suicidaire de se jeter sur Taesch.
Celui qui était encore un démon referma la porte du boudoir de Lucius avant qu’Aleister ait pu voir quoi que ce soit. Quelle frustration ! Il essaya bien de rentrer par lui-même, mais il était impossible de passer la barrière de puissance qu’était Taesch assez longtemps pour réussir à pousser cette fichue porte. De toute façon, Lucius était parti. Bon et bien... Il espérait qu’il n’était pas devenu un humain. Cela dit, il en était capable.

« Effectivement, on a été bien touché.»

Aleister se jeta dans un pouf couvert de longs poils. Il s’y enfonça avec surprise. Avec son corps de démon habituel, le siège n’avalait pas toute sa masse de cette façon.

« J’étais en train de consulter l’oracle pour le Seigneur quand c’est arrivé. L’oracle m’a prévenu. Il m’a dit que tout le monde ici allait devenir plus humain, plus faible. Très bientôt. Et en effet, dix minutes plus tard, c’était sur nous. A mon avis, on devrait le renvoyer.»

Voilà tout ce qu’il savait. Quand il avait essayé de brutaliser un peu l’oracle pour en savoir plus, le démon avait fui en clamant qu’il ne pouvait pas tout deviner non plus.
Mais maintenant, il fallait agir. Savoir d’où cela venait. Si quelqu’un était responsable.

« Dans quel état est Lucius ? Tu l’as vu ? Est-ce qu’il est encore... ?
- Potable ?» acheva Vassil à sa place.

C’était cru, mais vrai. Un Seigneur de l’Enfer humain, ça ne s’était jamais vu. Tout le monde devait compter sur lui pour agir en tant que tel. Faire une allocution, réunir ses proches et ses généraux pour trouver une solution, établir un plan d’action temporaire et annoncer une solution à long terme. Sauf que voilà, ce n’était pas possible, parce que le Seigneur avait pris la tangente en abandonnant tout le monde. Aleister n’allait pas le juger pour ça, il aurait sûrement fait pire. Seulement, il aurait bien aimé que Lucius l’emmène avec lui au lieu de le laisser derrière, lui aussi.

«Alors ? Qu’est-ce qu’on fait ?» demanda Aleister en se reposant clairement sur Taesch, sa voix rendue sourde par sa position repliée dans le pouf.

Vassil, lui, déplia ses grandes ailes irisées de fée et se dirigea vers une fenêtre. A travers elle, on voyait le grand volcan en éruption. Il l’était toujours, mais dans cet état de mortalité supposée, c’était beaucoup plus sinistre. Et l’air semblait vicié à Aleister, l’odeur du souffre le dérangeait. Est-ce qu’il allait mourir par un empoisonnement ?

« Moi je vais retourner chez les mortels. Et vous devriez tous faire pareil. Trouver un moyen de remonter.»

Aleister le regarda s’envoler, battant furieusement des ailes pour essayer d’attraper l’air lourd et chaud. Il s’éloigna petit à petit, jusqu’à devenir invisible. Il voulait bien trouver un moyen de se barrer d’ici, il n’était pas spécialement attaché aux Enfers comme endroit, mais il ne voulait pas le faire sans Lucius. Il l’aimait, bon sang !
Si seulement il avait encore ses pouvoirs de démon, il aurait pu le retrouver en un rien de temps.
Konstantin F. Becjm
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 24
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mar 23 Avr - 13:56

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...La malédiction : étape 1 - la panique
Prendre la malédiction de vitesse, je suppose que c'est une technique.

Mood sonore : The Innocents OST   

Konstantin n’était pas quelqu’un de très important, même ici. Il aimait sa petite vie damnée, aux côtés de Miloslaw et il vivait assez loin du palais. Recueillir des informations sur ce qui se passait ne fut bien entendu pas aisé, lors de la première heure. Tout le monde se transformait peu à peu. Konstantin, à sa grande surprise, changeait régulièrement. Un instant, il était un démon puissant, l’autre, il redevenait le métamorphe qu’il était autrefois.
Le démon qu’il était avait tout pour devenir populaire mais les choses étant ce qu’elles étaient, il préférait rester loin de Lucius et de ses manigances. Toutefois, cette fois, il n’avait pas le choix. Il devait rejoindre le palais au plus vite. Ce petit con allait l’entendre.
Bloqué dans sa forme d’humain pour une durée indéterminée, il s’arma de courage et se changea en loup. Voilà bien longtemps qu’il ne l’avait pas fait et la douleur fut atroce. Malheureusement, le pire l’attendait.
Lors de sa traversée des champs de lave et de la forêt des morts, il résista plusieurs fois à la tentation de tout laisser tomber et de rentrer chez lui pour goûter aux douceurs du sommeil et laisser passer ce bordel qui serait réglé par les autres. Ce qu’il aurait certainement fait si Miloslaw n’avait pas été mêlé à tout cela.
Quand il arriva au palais, tout le monde se roulait par terre de désespoir. Il serra dans sa main de nouveau démoniaque sur le col d’une des larves qui se tordait en geignant au sol et le souleva.
“Debout ! As-tu vu Miloslaw, le frère du Seigneur ?”
L’autre secoua la tête et sembla à moitié effrayé par le corps de Konstantin. Haut de presque trois mètres, Konstantin avait gardé une musculature plus qu’honorable. Sa peau noire de cendre était parcourue de veines de lave indolores en permanence, son visage était bestial et touffu et ses yeux ressemblaient à deux braises rougeoyantes. Il y avait de quoi faire peur à un humain mais ... ils n’étaient pas humains, putain ! Enfin, c’était temporaire. Il espérait.
Il pénétra dans le palais, un peu hésitant, après avoir lâché le démon geignard. Il ne connaissait pas le palais et encore moins les appartements du Seigneur. Il suivit néanmoins les éclats de voix et pénétra dans l’antichambre du boudoir de Lucius avait une facilité déconcertante. Personne n’avait songé à l’arrêter, peut-être par peur de se faire piétiner par ses énormes pattes griffues. Quel moyen efficace d’accéder aux zones sensibles du palais ...
Il entendit les geignements gagner du terrain au fur et à mesure qu’il progressait. Tous ces gens là n’étaient que des tapettes. Konstantin se demandait où était Yvan.
Les appartements de Lucius était trop chargés au goût de Konstantin mais le fils du divin ne pouvait décemment pas se contenter de moins que trop. Lucius était ce genre de connards. Même dans l’immortalité, Konstantin ne l’aimait pas trop. Encore moins depuis qu’il avait trouvé ce petit mot.
Quand il arriva, il constata qu’Aleister avait retrouvé une apparence d’humain semblable à celle dans laquelle il l’avait connu en premier. Le conseiller Taesch lui, était seulement partiellement transformé. Il repoussa ses cheveux avec grâce et lâcha un soupir dramatique quand il le vit. Konstantin haussa les épaules. De sa voix rocailleuse, il interrogea les deux proches du Seigneur.
“Où est le Seigneur ?
- Oh mais vous allez arrêter de tous l’appeler comme ça ?! Lucius est parti chercher une solution. Il sera bientôt là.”
Konstantin gronda sourdement et fit tomber un petit papier dans la main d’Aleister, qui était le plus proche de lui. L’écriture de Miloslaw disait ‘Lux m’a demandé de le rejoindre, je serais bientôt de retour à la maison.’. Et maintenant qu’il était certain de ne pas savoir du tout où était son mari, Konstantin se trouvait encore plus énervé. Il allait vouloir casser quelque chose.
Taesch lut le petit papier après Aleister et lui assura qu’il n’arriverait rien à Miloslaw. Konstantin n’en était pas du tout convaincu. A ce moment là, quelque chose tomba, assez durement devant lui. C’était une fée complètement hystérique. C’était Vassil.
“Il y a une barrière, nous sommes enfermés, nous sommes perdus, nous allons tous mourir !”
Konstantin ne voulait pas lui faire de mal, aussi prit-il toutes les précautions du monde pour le relever, du bout de sa patte griffue. Au moins, Vassil était en lieu sûr et en bonne santé, bien que métamorphosé. C’était une petite victoire.
Vassil, si tôt qu’il l’eut aperçu, sembla se remettre de sa crise de nerfs. Il s’arrangea comme il pouvait et se rapprocha.
“Oh Konstantin !”
Le démon, loin d’avoir envie d’un coup d’éclat ou d’une dispute, appuya un peu sur l’épaule de Vassil.
“Reste en sécurité ici.”
Puis il se tourna vers Aleister avec son air le plus grave. Un instant de douleur vint le transformer en humain. C’était extrêmement douloureux.
“Je vais les chercher. Est-ce que tu viens, demjin?”
Techniquement, Aleister n’était plus vraiment le seul démon de l’entourage de Konstantin mais ce n’était pas franchement le moment d’en discuter. Taesche essaya pas de le raisonner mais Konstantin s’en fichait. Le bien de son mari primait sur le reste.

© 2981 12289 0
Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 28 Avr - 22:53

Aleister ouvrit la bouche pour redemander une nouvelle fois à Taesch dans quel état se trouvait Lucius, mais l’irruption d’une bête sauvage l’interrompit. Le démon reconnut immédiatement le nouveau venu, même s’il ne le voyait pas souvent, môssieur préférant l’isolement offert par les territoires les plus inhospitaliers de l’Enfer.

« Konstantin ! Tu es normal, c’est parfait ! Ca veut dire qu’il y a encore de l’espoir.»

Etonnamment, c’était le sort du Seigneur Lucius qui l’intéressait. Aleister n’aurait certainement pas parié là-dessus. Avant de comprendre que Lucius était très probablement accompagné de l’époux de Konstantin. Immédiatement, Aleister pensa que la situation ne pouvait pas être plus parfaite. Enfin, étant donné les circonstances. Il allait faire équipe avec Konstantin, qui était toujours un beau grand démon bien musclé, retrouver Miloslaw et donc Lucius. Ensuite, il trouverait un moyen de prendre la poudre d’escampette, suivant l’exemple de Vassil.
Juste sur cette pensée, Vassil s’écrasa devant eux sur le sol, suivit par une traînée de poussière de fée. Quand il annonça le petit problème qu’ils rencontraient, Aleister songea que son plan allait devoir être revu. Mais de toute façon, il aurait tout le temps de trouver une solution pendant qu’il serait à la recherche de Lucius.

Vassil reconnut aussi Konstantin et se mit immédiatement en mode «drague». Aleister s’attendait à ressentir une pointe de jalousie, mais son cœur resta inerte. A part un poil de déception, rien ne se passa. Il ne pensait qu’à Lucius. Oh. Voilà qu’il était devenu monogame ! Cette malédiction avait des effets vraiment bizarres.
Il n’avait néanmoins pas tout perdu de son caractère démoniaque, car le fait que Konstantin le repousse le fit bien rire, intérieurement. C’était si drôle de voir Vassil tout déconfit, comme s’il pouvait encore être surpris. Des milliers d’années étaient passées, et pourtant, il continuait à croire.

Aussi incroyable que cela pouvait paraître, il se trouvait que Konstantin avait eu exactement la même pensée qu’Aleister. Tous les deux faisant équipe pour retrouver leurs amours. Evidemment, il sauta sur l’occasion avant que quelqu’un n’émette une remarque raisonnable.

« Qu’attendons-nous ? En route !»

Aleister prit aussitôt la porte, que le passage de Konstantin avait laissée grande ouverte. Il entendit les pas lourds du démon derrière lui.
Une fois dehors, il déplia la carte qu’il avait fauchée sur le mur d’un couloir. C’était plus une œuvre d’art qu’une vraie carte, mais elle listait les endroits importants des Enfers. Si Lucius devait trouver une solution, où pourrait il se rendre ? En imaginant que Miloslaw était toujours un démon, tous deux auraient accès à un nombre de lieux limités. Après tout, ils ne pouvaient pas forcément compter sur les Gardiens et Passeurs, qui étaient sans doute devenus de pathétiques humains.

« Milo donne accès au cercle de la Gourmandise et aux meilleurs restaurants de l’Enfer. On sait tous que les cuisiniers les plus côtés sont capables des pires conneries pour avoir le plat de l’année. On commence par là ? La Pomme d’Adam me semble bien. Après avoir cuisiné la vraie pomme d’Adam d’Adam, le cuistot s’est mis à faire des folies pour obtenir des ingrédients très rares. Imagine qu’il ait chippé un poivron-porteur.»

Il se tordit le cou pour regarder Konstantin. C’était vraiment devenu un beau démon après sa damnation et Aleister, habituellement, aimait bien le taquiner en plongeant ses griffes dans la fourrure de ses joues. Malheureusement, pour le moment, il était trop court sur pattes.
Konstantin F. Becjm
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 24
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mar 30 Avr - 13:12

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...La malédiction : étape 1 - la panique
Prendre la malédiction de vitesse, je suppose que c'est une technique.

Mood sonore : This Isn't You - Stranger Things   

Konstantin avait très envie de déboulonner quelque chose à mains nues. Il n’était pas franchement friand de violence gratuite mais la situation lui portait sur les nerfs et, franchement, lui donnait de grandes pulsions de destructions. Pourquoi Lucius devait-il toujours mêler Milo à ses conneries ?
Tous les démons qu’il fréquentaient lui disait régulièrement qu’il ferait mieux de se décoincer mais Konstantin ne comprenait pas pourquoi tout le monde voulait qu’il trompe son époux. Milo était le seul qu’il avait jamais aimé et il n’était pas contre un plan à trois, quatre ou cinq de temps en temps mais le sexe sans Milo n’aurait eu aucune saveur.
“Oh tu as probablement, je ne décollerai pas d’ici tant que les choses ne seront pas réglées. Il faut que quelqu’un attende Lucius au cas où ...”
Vassil semblait déçu mais raisonnable. Il se défendait en corps à corps quand il était un démon mais maintenant qu’il était devenu une fée ... Konstantin espérait juste Taesch pourrait prendre la défense de Vassil si jamais les choses dégénéraient. Il aimait beaucoup son cousin et ne voulait pas le voir disparaître.
Konstantin hocha brusquement la tête à la dernière phrase de Vassil. S’ils arrivaient à les rattraper tant mieux mais s’ils revenaient tout seuls ...
En chemin pour la sortie, Konstantin et Aleister croisèrent Charlie, dans une de ses robes froufroutantes, désormais très grandes pour elle. Elle avait conservé sa peau bleue, ses oreilles de lapin et ses longs cheveux qui abritaient des corbeaux mais pour le reste, elle avait l’air trop humaine. Ils s’ignorèrent mutuellement, même si elle avait été demoiselle d’honneur lors de son mariage. Ils avaient mieux à faire, chacun de leur côté.
Dehors, l’odeur des dépouilles humaine lui saisit le nez. Certains démons devenus mortels avaient visiblement décidé de réglé leurs comptes avec leurs camarades, maintenant que tout le monde pouvait aisément être tué. Le sang lui donna faim mais la chair qui commençait à pourrir lui remua les estomacs.
Alors qu’il s’attendait à ce qu’Aleister ne lui parle d’une île déserte sur laquelle Lucius avait l’habitude de s’isoler pour réfléchir ou de l’épicentre supposé de cette infection, le démon sortit une carte et commença à trop parler. Ils se concentreraient donc sur ce que Milo pouvait apporter à Lucius. Fort bien, il se mettrait au diapason.
Son regard se porta au loin en observant un demi-démon qui était en train de dépouiller un cadavre tandis qu’Aleister l’assommait de paroles. Qui était Adam ?
“Très bien, empruntons le portail de dehors.”
Techniquement, emprunter un portail inter-circulaire pendant une telle infection était un détournement de loi mais Konstantin s’en fichait bien. Lucius n’était même pas là pour le punir et il n’était pas d’humeur à compatir avec le gardien du portail qui essaya de les retenir.
Juste après avoir passé le portail, son corps glitcha et il se retrouva de nouveau avec son corps humain. D’instinct, il se changea en loup, pour être prêt à toutes les éventualités. Dans un coin, deux démons restés démons jouaient aux gages. L’infection avait-elle épargné ce cercle ?
Konstantin passa les démons joueurs sans leur prêter plus d’attention et grommela.
“Il faut vraiment que je lui sois loyal pour passer à travers un portail.”
Konstant détestait les portails, ils lui foutaient la nausée comme même une épaule de porc mal cuite ne le faisait pas.
Il essaya d’embrasser la petite ville de Ducroquant-Gourmand pour déterminer son état mais une purée de pois envahissait les rues. Un véritable purée de pois flottante.
Ils trouvèrent la Pomme d’Adam un peu par hasard mais visiblement le chef n’était pas d’humeur à ouvrir puisque le restaurant était barricadé.
“Il a toujours été incapable de respecter les délais et les horaires.”
Konstantin se retourna. Devant eux se tenait le Duc de Ducroquant-Gourmand, un bon ami cuisinier de Miloslaw.
“Basile ! Est-ce que tu sais si Milo est passé par là ?”
Basile avait perdu en partie son apparence démoniaque. Géant oiseau au plumage magnifique, il était devenu un humain avec des ailes. Par pudeur ou par confort il avait enfilé un très long pagne rouge élégant, doré sur les côtés tout un tas de colliers en bois. Ses longs cheveux blonds étaient noués grâce à un foulard assorti.
“L’archiduc Miloslaw ?”
Konstantin hocha la tête et quand Basil rouvrit les lèvres, il retint sa respiration.

:copyright: 2981 12289 0
Miloslaw Kotka
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 97
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 12 Mai - 22:42

La malédiction avait eu un effet fort curieux sur Miloslaw, l’archiduc de la Gourmandise. Il était redevenu complètement mortel, à l’échelle démoniaque évidemment. Son corps était petit, frêle et rondouillard. A l’état démoniaque, celui qui était devenu normal et quotidien, il était une grosse bête poilue, aux cornes arrondies, petites et couvertes de fins poils très doux. Quand il était devenu un démon, Miloslaw se souvenait d’avoir été très surpris par sa nouvelle apparence. Il était rond, doux, agréable, comme un animal de compagnie gigantesque. A part qu’on ne pouvait décemment pas le confondre avec un animal, de quelque espèce que ce soit. Un démon restait un démon.
De nouveau humanoïde, Miloslaw était déstabilisé et avait des difficultés à se déplacer. Par réflexe, il avait envie de se jeter au sol pour rouler, transformé en une grosse boule destructrice. Ce qui lui avait valu plusieurs blessures.
Heureusement, il avait vite découvert, en présence de Lucius, qu’il pouvait se métamorphoser. Non pas en ourse ou autre bête des bois. Mais en son lui-même de maintenant. Un démon de la Gourmandise en chef, taille minuscule. Pas pour un très long moment, mais ça avait été utile pour protéger le Seigneur des Enfers les quelques fois où ils s’étaient faits agressés.

Sous sa forme vivante, Miloslaw s’étira et se tapota la bedaine, bien remplie. Un rot bruyant s’échappa de sa gorge.

« Alors, maître cuistot, convaincu ?»

Le grand Chef de la Pomme d’Adam, éberlué, le fixait de ses grands yeux multi-facettes. Entre eux s’empilaient des tas d’assiettes sales. Vraiment, des tas.

« Je suppose, oui... Seul l’Archiduc de la Gourmandise pourrait avaler tout ça sans broncher, y compris la soupe à l’arsenic.
- Votre spécialité ? Qui pourrait y résister ? Sur ce cas, je n’ai pas de mérite. Bon, votre indice maintenant. Nous savons que vous avez vu quelque chose.»

Le Chef lorgna sur Lucius, bien caché sous une grande cape qui ne laissait rien deviner de son apparence.

« Je veux d’abord voir votre ami.
-Tatata ! On a passé un marché. Je réussis votre défi et vous me dites tout. Alors ?»

Le Chef commença à leur raconter ce qu’il savait, ce qui était assez incroyable pour que Lucius tressaille. De toute évidence, il avait bien envie de surgir de sous son manteau pour intervenir d’une manière ou d’une autre. Mais personne ne pouvait savoir que le Seigneur de l’Enfer vadrouillait dans la nature dans un tel moment.

« Et vous lui avez donné ?! Mais c’est un trésor, vous en aviez la garde ! Ce que vous avez fait, c’est passible d’exil sur la mer de l’ennui et vous le savez bien !
- Bah... Un marché est un marché, non ?»

Miloslaw fronça les sourcils. Il était difficile d’en vouloir au Chef de s’être montré trop gourmand au point de mettre en jeu l’une des huit Clefs. Il se tourna vers Basile, qui avait assisté au défi en tant qu’arbitre.

« Qu’est-ce qu’elles ouvrent, au juste, ces Clefs d’ailleurs ?
- Ca, personne ne le sait, à part le Seigneur lui-même.»

Alors que Milo se forçait à ne surtout pas regarder Lucius, il vit le regard de son ami virer droit sur le Seigneur encapuchonné. Avait-il deviné ? Et Lucius ? Savait-il vraiment ? Est-ce que quelqu’un savait vraiment ?
Quelqu’un apparut alors dans l’auberge. Un démon avait cinq as dans la main.

« Aleister et Konstantin approchent.
- Ils ne doivent pas nous trouver.
-Je vais les retarder. Filez.»

Milo jeta un regard reconnaissant à Basile, qui disparut comme le joueur était apparu. Il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil par la fenêtre. Le restaurant était barricadé, mais ça n’empêcherait certainement pas Konstantin de tout défoncer s’il pensait que Milo était à l’intérieur. Au loin, il reconnut la silhouette lupine de son mari et il eut soudain très envie de tout balancer et se jeter dans ses bras pour le dévorer de baiser. Lucius le tira par la manche de sa chemise ajustée, un vêtement entretenu par la magie du Seigneur des Ténèbres. Cela permettait à Milo de se transformer à volonté.

« Dommage, plaisanta Miloslaw, j’aurai bien pris un petit digestif.»

Il s’éloigna de la vitre souillée de graisse à regrets et suivit Lucius jusqu’à l’arrière du restaurant. Les larmes lui piquèrent les yeux et il se changea en démon pour éviter le spectacle. Les démons ne pleuraient pas.
Ils sortirent par la cuisine et la grosse voix de Konstantin réussit presque à le retenir pour de bon. Mais il ne devait pas, il ne pouvait pas. Il y avait trop en jeu. Konstantin ne comprendrait pas son entêtement, il le forcerait à fuir. Aleister aussi et Lucius le savait. Ca avait été clair dès le début. Ils devaient le faire seuls, parce qu’ils faisaient partie des rares démons de cet Enfer à avoir la possibilité et la volonté de sauver le monde d’en bas.

« Ca va, Lux. Allons-y. Tu sais où on doit se rendre ?»

La capuche s’affaissa une fois, puis Lucius extirpa une fraise couverte de chocolat de sa poche. Oh, voilà une belle clef improvisée pour le cercle de la Luxure.
Lucius von Dast
Prince
Lucius von DastPrince
Messages : 76
Date d'inscription : 06/01/2018
Age : 17
Localisation : La bibliothèque !

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Héritier de la Couronne
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mer 15 Mai - 15:57

Life is hell
LUCIUS

Les démons de la gourmandise étaient des hôtes bien indésirables. Bien sûr, Basile était quelqu’un de fort obligeant mais cela se voyait que toute cette mise en scène l’énervait. Il y avait forcément mieux à faire que de voir son meilleur ami s’enfiler des tonnes de nourriture et Lucius tenait à peine en place lui même.
Jadis synonymes d’opulence et de autres joyeusetés, les démons de la gourmandise s’étaient lancés dans des concours de plus en plus ardus et, s’il appréciait de regarder Top Chef : Les fourneaux de l’Enfer bien posé sur son canapé, il pouvait difficilement se blairer les cuisiniers qui se vantaient de la pire des façons.
Chez lui, comme dans bien d’autres cercles, on se nourrissait surtout des âmes des damnés, de toutes façons. Bien sûr, Lucius appréciait toujours une bonne bouffe et aimait toujours manger comme un gros porc de temps en temps mais il aimait la nourriture généreuse, pas la cuisine moléculaire à la mode en ce moment. Dans certaines écoles, on apprenait même à faire des assiettes avec seulement deux gouttes d’extrait concentré.
Lucius passa sa main dans son cou pour caresser sa cicatrice. Par un sombre jour d’hiver, Lucius avait un peu trop cherché la merde et avait fini par mourir. C’était tant mieux, il avait pu retrouver tout le monde, ainsi. S’il avait été assez intelligent il aurait peut-être pu pronostiquer sa mort. Mais à ce moment, il n’était plus qu’une boule de rage.
Enfin, ce moment était bien lointain et sa vie de maintenant lui plaisait bien assez ! Il pouvait voir sa famille souvent, vivre avec Aleister et même venir voir Milo chez lui de temps en temps, en prenant comme prétexte un costume à reborder ou le fait de devoir séjourner à la campagne loin de la vie stressante de la ville.
Quand Miloslaw rota, Lucius lâcha un petit rire et dût même se ressuyer l’œil parce qu’une petite larme de lave était venue se percher au coin de sa paupière.
Milo n’était pas bon que pour surjeter un costume, faire de la bonne cuisine et élever des animaux de guerre. Il était aussi le meilleur mangeur que le jeune démon eut connu. Lucius tressaillit quand il entendit le cuisinier revenir sur sa parole et fit un pas mais Miloslaw était assez bon pour se défendre tout seul.
Tout le reste se passa assez rapidement. Lucius ne trouva aucune utilité à verbiager plus avec le chef et décida qu’ils devaient s’en aller mais, alors, on les avertit que Konstantin et Aleister étaient bientôt sur eux. Lucius déglutit. Il ne pouvait pas laisser son époux le voir ainsi. La Création en elle même soit damnée s’il ne leur donnait pas un peu de difficulté.
Alors que Basile s’efforçait de retenir leurs compagnons respectifs - et parfois interchangés quand la routine se faisait une place trop présente, ils prirent la fuite. Et alors qu’ils passaient par le portail, il commença une phrase.
“Avant le temps, il y avait les clefs...”

KONSTANTIN

Par Apsou, Konstantin allait casser les genoux de Basile, démon ou pas. Il allait lui faire du mal, physiquement et mentalement. Puis, comme il n’était pas un monstre, il s’excuserait probablement. Fort heureusement, son odorat de loup capta sur Basile quelque chose. Il se rapprocha et l’attrapa par le col avant de respirer le parfum de sa veste.
“Sainte Lahmou ! Milo était là ! Il empeste la soupe à l’arsenic !”
Comme Basile ne semblait plus pouvoir mentir, il haussa les épaules et leva les mains, comme un homme sur lequel on aurait pointé une arbalète à lave.
“Je plaide coupable. Mais je reste fidèle à mon Seigneur, je ne peux le trahir. Et puis, il est mon ami.”
Basile se fit alors secouer comme un pauvre sac de pommes qu’on aurait voulu transformer en compote rapidement. Une fois, puis une seconde. Konstantin ne s’arrêterait que quand il lui dirait où ils étaient allés.
Basile lui fit signe d’arrêter au moment où il avait l’impression que tout son code génétique était sur le point de se faire remanier. Il vomit un nombre considérables de choses, aussi intacte que si personne ne les avait touché. Konstantin recula.
Il avisa une gamine non loin. La fillette était assise sur une fontaine géante de chocolat et les fixait. C’était une si petite et menue fille qu’on pouvait deviner aisément qu’elle était privilégiée. Sa peau pourpre était habillée d’une charmante robe composée de roses sauvages en haut et de tulle blanche en haut. Ses longs cheveux gris étaient surmontés d’un petit chapeau à la mode.
“Dis moi, Aleister, tu la connais ? Elle me dit quelque chose.”
:copyright: 2981 12289 0



I'll be good, I'll be good
For all of the time that I never could
Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 19 Mai - 17:59

Konstantin était un véritable rustre. Aleister ne détestait pas ça, bien au contraire. Il aimait même plutôt ça, un jeudi sur trois. Mais là, la situation exigeait certainement un peu plus de finesse. Quel dommage que Lucius ne soit pas là, il aurait probablement trouvé une solution efficace et rapide, il était si intelligent ! Bien sûr, il aurait probablement fait tout foirer au dernier moment à force de fanfaronner mais il s’en serait tout de même sorti avec les honneurs. Il n’était pas le Seigneur de l’Enfer pour rien !

Comme Aleister l’avait deviné, secouer Basile comme un prunier n’avait servi à rien. Il régurgita tout un tas de choses, dont certaines ne pouvaient clairement pas s’apparenter à de la nourriture, mais guère d’information. Il repéra une petite pierre brillante, comme un diamant minuscule, et le fourra dans la poche intérieure de sa veste. Quand il se redressa, Konstantin était focalisé sur la présence d’une enfant à l’apparence oscillant entre l’humain et le démon.
Apparemment, elle disait quelque chose à son compagnon. Et bien, il s’agissait peut-être de l’un de ses innombrables enfants. Il y en avait encore un ou deux vivants, mais la plupart avait déjà rejoint le cottage de leurs parents.

« Elle est à toi, non ?»

Et puis, Aleister pencha la tête, intrigué par la présence d’un joli petit médaillon en or pendu au cou de la gamine. Il avait dérobé ce bijou à la fête d’anniversaire du fils de Bélial, qui se croyait toujours mieux que tout le monde. Bien sûr, il l’avait offert à Cubomedusa, la fille qu’il avait engendré à partir de la semence de Lucius, alors que ce dernier n’était encore qu’un mortel impétueux. Cubo n’avait jamais quitté les Enfers et Aleister s’était assuré qu’elle ait la meilleure éducation. Ca n’allait donc pas être ce rejeton d’ange déchu qui allait la détrôner de la place qui lui revenait à l’école.

« OH ! Cubo, mais c’est toi ! Je ne t’avais pas reconnue sans... Tout le reste.»

Cubomedusa était un véritable exemple de l’excellence physique démoniaque. Elle possédait tous les appendices de la domination des autres. Enfin, avant.
Aleister l’enlaça étroitement, attristé par l’absence d’électrocution et d’injection de poison qui s’opéraient à chaque contact avec sa fille.

« As-tu vu ton père, Cubo ?
- Bien sûr, je suis pas aveugle. Il était même avec Milo.
- Ah ! Mais où sont-ils partis ?
- Qu’est-ce que tu me donnes en échange ?»

Aleister savait qu’il était inutile de tergiverser avec sa fille. Il sortit le diamant de sa poche et le lui tendit. Elle le prit, l’examina, puis le fit disparaître dans ses vêtements.

« Quoi d’autre ?
- Que veux-tu ? capitula Aleister avec un soupir.
- Lui, là.»

Aleister suivit la direction indiquée par son doigt.

« Konstantin ? Mais qu’est-ce que tu veux faire de lui ?
- Je veux qu’il devienne mon esclave. Toutes mes amies ont des esclaves. Trop beaux en plus !»

C’était vrai que cette situation était un peu injuste pour Cubo, mais Lucius avait toujours refusé qu’elle ait un esclave. Aleister n’avait jamais compris la raison.
Il se redressa et rejoignit l’autre démon pour lui expliquer la requête de sa fille.

« Tu pourrais faire un truc, non ? Genre lui baiser les pieds ou lui faire un massage.»

Bien sûr, il savait que Cubomedusa exigerait que Konstantin se fasse marquer par magie pour qu’il lui soit impossible de lui désobéir et que où, qu’elle soit par rapport à lui, il ressente ses besoins d’être protégée. Il espérait tout de même qu’elle oublierait. Il devait y avoir une chance sur mille pour que cela arrive. Ce qui était quand même mieux que zéro.
Konstantin F. Becjm
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 24
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mer 22 Mai - 16:53

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...La malédiction : étape 2 - la recherche
Prendre la malédiction de vitesse, je suppose que c'est une technique.

Mood sonore : Witchy Woman - Eagles  

Cubo était une petite princesse insupportable. Vraiment, une horreur. Mais c’était tout naturel vu ses parents. Lucius avait beau être le Seigneur, il les abandonnait en pleine crise, quant à Aleister ... eh bien, c’était un démon. Depuis bien trop longtemps pour se souvenir d’une once d’humanité.
La petite fille - depuis trop longtemps, d’ailleurs, les démons étaient encore plus longs à évoluer que les vampires - avait été éduquée par Marie-Antoinette, sur l’exigence de Marie-Antoinette. Bien sûr, Konstantin ne connaissait pas le multiverse avant d’arriver aux enfers et il n’y connaissait pas encore grand chose mais la préceptrice de Cubo avait été une grande dame, dans une autre dimension, lui semblait-il.
Ce qu’il savait, en revanche, c’était que Cubo était souvent comparé un un biscuit américain. Trop riche, un coup à rendre diabétique rien qu’en la regardant et absolument suppurante de vice par chaque pore. Konstantin, lui, préférait les cupcakes orientaux. Moins gras, plus sains et fruités.
La jeune fille monnaya ses informations et son père, étonnamment soumis pour un père aussi tordu d’habitude - alors que là il était diablement humain,  lui offrit un diamant tout droit sorti de son cul. Pas littéralement bien sûr. Urgh, Konstantin aurait parfois aimé avoir moins d’imagination. Enfin bref, Konstantin, lui, lui aurait bien offert un nounours ou un peu de pain d’épices. Mais la fille ne semblait pas encore satisfaite.
Konstantin leva les yeux au ciel. Prenez deux merveilleux trous du cul, bien sûr que leur fille va être insupportable. Milo disait qu’elle était “difficile”. Non. Betti Kotka avait été une enfant difficile parce qu’elle s’amusait à libérer les porcs une fois le jour levé. Cubo était ... bonne pour un séjour chez son grand oncle Yvan.
Alors que Konstantin sentait son ventre grogner et rêvait d’une pâtisserie au chocolat et beurre de cacahuète et de pop cakes - il adorait les popcakes et les jolis gâteaux depuis qu’il était devenu un démon -  il entendit la jeune demoiselle former une toute nouvelle demande. Elle le voulait lui. Qu’il soit son ESCLAVE. Konstantin était un alpha, le meilleur guerrier de Jem et le fier époux d’un archiduc des enfers. Que croyait cette gamine ?
“Ah ! Fâcheuses manières qu’elle a cette gamine.”
Konstantin crû halluciner, ensuite. Aleister l’encourageait presque cette petite princesse insupportable ?! Qu’est-ce que c’était que ces manières ? Oui, il était techniquement inférieur à leur rang mais il n’allait pas se laisser balader comme ça.
Il était temps qu’elle arrive cette correction qui remettrait la gamine dans le droit chemin. Et il serait bien content de la donner et de revenir sur les terres de son époux en étant celui qui aurait remis les idées en places de la princesse insupportable. Avec une fille du démon comme celle là, pas étonnant que la Cour soit aussi ... insupportable.
Il approcha, d’un pas déterminé, saisit la gamine et ... la secoua comme il l’avait fait avec Basile. Et que cette fille gueule comme un porc qu’on égorgeait ne lui faisait rien. Il la relâcha après un moment.
“Alors, tu vas parler.
- T’es complètement malade ! Je suis une princesse infernale, tu n'as aucune idée de ce que je pourrais te faire en temps normal ! Je suis la fille du SEIGNEUR ! Alors non !
- Non ?
- Non, te dis-je !”
Il s’avança de nouveau mais elle eut un mouvement de recul instinctif. Elle avait de la peur dans les yeux. Mêlé à autre chose.
“Okay, okay ! Ils sont allés à la Luxure. Content ?
- Oui ! Voici qui est mieux.”
Il la tapota sur la tête comme il aurait fait avec un bon cochon et elle écarquilla les yeux.
“La luxure, ça ne m’étonne pas.”
Il jeta un regard de travers à Aleister. Il s’assemblait bien trop bien avec le Seigneur.
“Allons y.”
Ils firent quelque pas en direction du portail suivant, à quelques heures de marche mais Konstantin s’arrêta. Il fixa la gamine, qui leur collait aux basques.
“Tu ne peux pas nous suivre, petite fille. C’est dangereux.
- Qui m’en empêchera ?”
Un air de défi amusé se lisait sur son visage. Il haussa les épaules. Très bien, si elle voulait mettre sa vie en danger.
“Gamine insupportable.
- Toi-même !
- Demjin, dis quelque chose !”
La gamine sembla se souvenir de quelque chose et sourit, se rapprochant de lui. Elle avait soudain l’air plus adulte, peut-être même un peu trop adulte. Elle avait l’apparence d’une jeune femme dans la trentaine, aussi prédatrice que possible.
“Je sais créer des portails entre les cercles.  Je tiens ça de mon père. Mais je ne le ferais qu’en échange d’un baiser.”
Konstantin tourna les talons et commença sa longue route vers le prochain portail.
“Allons y, demjin. Nous avons une longue route et peu de temps.”

:copyright: 2981 12289 0
Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Jeu 30 Mai - 12:07

Konstantin était un homme - ou un démon, ou un loup - courageux, très courageux. Voir totalement inconscient. Il se dressait fermement contre Cubomedusa, une erreur grossière qui ne pouvait qu’aboutir à un résultat désastreux.
Ce qui devait arriver, arriva. Au début, Konstantin obtint gain de cause. Il devait avoir l’impression d’avoir réussi à prendre le contrôle. C’était risible, mais cela leur permit d’apprendre que le Seigneur s’était dirigé vers le cercle de la Luxure. Avec Miloslaw, évidemment. Des choses intéressantes pouvaient se passer. ... Quoique. Maintenant qu’il y réfléchissait, ça ne lui paraissait plus si amusant, comme l’idée d’impliquer Vassil dans son couple.

« Cubo, cela suffit. Nous n’avons pas le temps pour tes petits jeux.»

Il était franchement agacé. Mais bien sûr, comme cette enfant n’était pas habituée à se faire rabrouer, elle ne sembla même pas remarquer qu’il lui avait parlé. Aleister haussa les épaules et commença à marcher vers le prochain portail. Il n’aurait pas été contre se servir des dons exceptionnels de sa fille, mais il connaissait assez bien Konstantin pour savoir qu’il refuserait. Et sans Konstantin, Aleister serait probablement mort dans les deux minutes suivantes.

Il fut question d’un baiser. Ah, le moment où Konstantin allait regretter son entêtement commençait. Voilà que Cubomedusa avait changé d’apparence. Etonnant. Elle avait grandi parce qu’une grosse brute l’avait, et bien, brutalisée un peu. Lucius serait probablement très fier ! Aleister prit soin de bien mémoriser l’apparence de leur fille pour la lui montrer. Bien sûr, il faudrait attendre la résolution de la situation pour voir à quoi elle ressemblait réellement, maintenant.

Pour le moment, Konstantin avait résolu la situation. Les deux démons entreprirent leur longue route vers le portail, limités par leurs compétences physiques atténuées par cette malédiction. C’était certainement le bon moment pour entamer une conversation.

« Elle va probablement essayer de t’enlever pour t’enfermer dans son nouveau donjon sexuel d’ici quelques jours. Bien sûr, elle n’a pas encore de donjon sexuel, mais ça ne saurait tarder.»

Voilà qu’il ressentait un étrange pincement dans la poitrine. Il regrettait... Non, non. Il était triste, un peu en colère aussi... OH ! Il s’en voulait ! Il culpabilisait ! Quelle horreur. Il devait se débarrasser de ça au plus vite.

« Je demanderai à Lucius de la raisonner. En attendant, tu peux toujours porter un collier d’ail. Elle déteste cette odeur.»

Voilà, il se sentait beaucoup mieux maintenant.


Ils n’avaient pas mis beaucoup de temps à arriver dans le cercle de la Luxure. Celui-ci était moins touché que les autres, niveau terreur, certainement parce que quasiment tout le monde présentait déjà une apparence humaine ou peu s’en fallait. Miloslaw aimait bien cet endroit, les sons étaient apaisants contrairement aux hurlements des autres Cercles. C’était un bon endroit où se relaxer. Certains jours, c’était vraiment un très bon endroit pour se relaxer.

« Alors, par où commencer ?»

Miloslaw percuta alors violemment quelque chose et tomba sur les fesses. Quand il releva les yeux, il découvrit une très belle jeune femme à l’air hautain et au teint violet. Il se releva subjugué par sa beauté. Mais elle lui jeta un regard de mépris avancé pour se tourner vers Lucius.

« Papa ! Je veux Konstantin !»

Miloslaw sembla libérer de toute fascination et se jeta dans la conversation dont il avait été exclu dès le début.

« Mais Konstantin est à moi !»

Elle se tourna lentement vers lui, tendit la main gauche et Miloslaw eut tout juste le temps de voir un éclair lumineux jaillir de sa paume avant de mourir.


Aleister s’arrêta juste devant le portail. Il avait un mauvais pressentiment.

«J’ai un mauvais pressentiment.»

Il hésita, puis avança. Mais il ne put pas entrer. Des étincelles violettes surgirent de l’écran d’énergie, formant un mur invisible qui allait les contraindre à chercher un moyen supplémentaire d’avancer.

« Cubo nous bloque. Je t’avais dit de lui baiser les pieds ! Ce n’était quand même pas si difficile.»

Il soupira lourdement et s’assit sur une pierre en forme de cupcake géant. Un éclat de caramel lui piquait la fesse.
Konstantin F. Becjm
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 24
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Ven 31 Mai - 16:18

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...La malédiction : étape 2 - la recherche
Prendre la malédiction de vitesse, je suppose que c'est une technique.

Mood sonore : The Sun Comes Up - Mako Road  

KONSTANTIN

La fille de Lucius et Aleister - et un peu Vassil aussi ? Il n’en avait aucune idée - commençait à passablement l’énerver. Elle avait beau être une jeune fille très mignonne - selon le point de vue - et être sa nièce, elle avait tendance à lui mettre les nerfs à vif. Elle était parfaitement imbuvable quand elle se mettait quelque chose en tête. Urgh. La royauté.
Alors qu’ils se dirigeaient vers la Luxure, elle continuait de les suivre, plein d’entrain.
Aleister réprimanda - ô joie, ô gracieuse joie - sa fille assez sèchement mais celle-ci était pourrie gâtée. Konstantin se dit que si cela avait été une de ses nombreuses petites guerrières, il aurait eu la main lourde sur la gifle qui aurait été distribuée. Chacun de ses enfants savait ce que cela faisait de se recevoir une claque de son père, pas forcément le même pour chacun. Certains avaient même reçu une patte d’ours en pleine tête.
“Ça suffit, jeune demoiselle, tu veux faire mourir ton père ou quoi ? Regarde le, on dirait qu’il va faire une crise cardiaque.”
Konstantin avait un sourire en coin. Il n’avait pas l’habitude de voir le demjin comme ça. Il était plutôt commun de le voir sûr de lui, trônant fièrement aux côtés de l’Empereur, dans son ancienne vie, du Seigneur, dans celle-ci. Il fallait dire que la couronne lui allait indécemment bien. Bien sûr, Konstantin ne l’avouerait jamais.
Cubomedusa lui jeta un regard qui disait “je vais t’assomer et te faire des enfants sans ton consentement” puis fut partie. Konstantin haussa les épaules. Même humain, par Chrémès, il ne se laisserait pas faire par une sale gamine sans éducation. Il était hors de question que cette enfant fasse la loi dans sa vie, parce qu’elle se l’était mis en tête.
Ils se mirent en chemin et un long silence s’installa entre eux. Konstantin n’était pas dérangé par le silence. Moins que par la voix d’Aleister en tout cas. Malheureusement, le calme ne dura pas longtemps.
“Un donjon sexuel ? Vraiment ?”
Il haussa les épaules à la mention d’un collier d’ail. Il était déjà trop tard. Ils avaient quitté le centre-cercle et tout ici était désolé, terriblement humain et fermé. Si cette gamine se mettait en tête de l’avoir et de lui sauter sur les épaules à la moindre occasion, il saurait la recevoir. Il appartenait corps et âme à Miloslaw, de toute façon.
“Je ne te ferais pas trop de mouron si j’étais toi. En attendant que je meure - est-ce que les démons peuvent mourir - toute ma personne est déjà réservée.”
Il souleva une mèche de cheveux sur sa tempe pour découvrir une petite marque rougeâtre, invisible en temps normal. C’était un chaton. Ou plutôt, une chatonne.

LUCIUS

Le Seigneur réfléchit. L’ordre des clefs suggérait le sens et la direction qu’ils devaient prendre mais il avait peur de ce qu’ils allaient trouver. Du XVIIè siècle de la création au début de son ère, les clefs avaient été tenues en sécurité dans un temple. Le soir de son avènement, quelqu’un avait essayé de les voler, ce qui l’avait motivé à les éparpiller. C’était peut-être une erreur.
Il avait découvert, en rédigeant ses mémoires pour une postérité assurée, qu’il n’était pas le premier à l’avoir fait. Et ils étaient ici pour trouver un ancien Seigneur, un qui avait quitté son poste de son propre chef.
L’ambiance lui donnait envie de passer un peu de bon temps mais il n’avait plus l’âge de se laisser distraire par le sexe. Peut-être juste un petit peu. Il passa une main vagabonde sur la cuisse de Miloslaw avant de l’embrasser dans le cou.
“Au sommet de la colline.”
C’est dans le comique de situation le plus incroyable que Cubomedusa Ludmila  Von Dast, sa première fille, arriva dans la scène. Lucius retira sa main de la cuisse de Milo. Pourquoi se sentait-il coupable ... ? Il n’avait rien fait de mal.
“Konstantin qui ?”
Il pensait vraiment qu’ Auguste lui suffisait. Il était un très bon garde du corps et très fidèle, non ? Le grand critique qu’était Yvan disait qu’il était un peu trop proche d’elle mais Oncle Yvan DETESTAIT Auguste.
Miloslaw, lui sembla comprendre. Oh Konstantin. Lucius lui accordait très peu d’importance, ce qui n’était visiblement pas le cas de Milo et Cubo.
Il y eut un éclair et Miloslaw fut réduit en cendres. Lucius écarquilla les yeux et les cieux se firent aussitôt orageux. Il se jeta sur elle comme la misère sur le monde, laissant le vent battant rabattre sa capuche en arrière. Ses longues mains griffues plaquèrent la jeune démone au sol. Elle sembla profondément effrayée pour la première fois de sa vie.
“COMMENT OSES-TU DÉFIER TON SEIGNEUR ? TU DÉSIRES LA MORT ?”
Les cendres de Milo furent emportées dans la tempête avant de reformer un corps tout à fait honorable et reconnaissable. Toujours énervé, Lucius lâcha sa fille. La tempête se calma et les alouettes se remirent à chanter dans le ciel de nouveau rouge et lumineux. Il replaça sa capuche.
“Je sais, mon visage n’est pas celui qui tu attendais.”
Il se racla la gorge avant de placer sa main sur la poitrine du démon rond et velu qu’était son frère. Lui redonner la vie aurait été un jeu d’enfant en temps normal mais cela sapa ses forces. Il soupira de soulagement quand Milo ouvrit les yeux.
“Papa ...
- Ne m’appelle pas comme ça. Tu n’en as plus le droit. Rentre à la maison, les adultes ont des choses à faire.”
Cubomedusa fronça les sourcils, redevenant la peste qu’il avait toujours connu. Elle était venue au monde sans même qu’il ne le sache et il en voulait toujours un peu à Aleister.
“C’est quand même pas de ma faute si c’est une vieille carne !”

KONSTANTIN


Il tomba, les deux genoux à terre. Son cœur lui semblait coupé en deux et toutes les cellules qui composaient son être lui semblaient être une source de souffrance. Il aurait tué sa propre mère pour ne plus souffrir autant. Le front contre terre, il toussa plusieurs fois du sang avant de pouvoir parler. Sans regarder, il savait que sa Marque avait disparu.
“Non ... Miloslaw ...”
Des larmes commencèrent à strier ses joues brunes de suie. Non, ce n’était pas possible. Comment Lucius avait-il pu laisser Miloslaw ... Non.
“Je vais le tuer ! Je vais tuer Lucius !”
Il se jeta sur le portail, une, deux, trois, quatre, cinq fois. La sixième fut la bonne et pulvérisa la barrière.

:copyright: 2981 12289 0
Miloslaw Kotka
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 97
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 2 Juin - 17:11

La douleur fut treize fois plus intense que lorsqu’il était mort, ce qui n’était pas peu dire. Miloslaw prit une goulée d’air vicié et sirupeux, se tenant la poitrine comme si cela pouvait arrêter cette horrible sensation. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas ressenti de vraie douleur, une douleur qui ne lui apportait aucun plaisir, une douleur qui l’avertissait sur sa vulnérabilité. Il ne put maintenir sa forme démoniaque et repris son aspect mortel, juste devant la jeune femme qui venait de l’atomiser. Le ciel était sombre, mais il ne le resta pas longtemps, reprenant ses couleurs chaudes et tentatrices. Une licorne passa sur un arc-en-ciel avant de disparaître, probablement pour tenter quelques vierges dans l’un des nombreux mondes mortels. Est-ce qu’ils pourraient utiliser cela comme mode de transport ?
Il fit ensuite attention à Lucius, c’était probablement lui qui l’avait ressuscité. Son visage mortel était à découvert et Miloslaw se rapprocha pour rabattre sa capuche. Personne ne devait le savoir. Puisque la jeune femme était Cubomedusa, il supposa que cela n’avait pas grande importance qu’elle ait vu. Ou alors, peut-être que c’était justement une vraie catastrophe.

« Lux, ne soit pas trop dur avec elle. S’il-te-plaît.»

Miloslaw n’avait pas pour habitude d’être lui-même tendre avec ses rejetons - ils était infernaux - mais dans cette situation, il lui semblait plus prudent de se mettre la fille du Seigneur dans la poche. Il lui chuchota à l’oreille :

« Nous devrions la garder à l’œil.»

Il la fixa, elle le scrutait. Avait-elle entendu ? Si oui, allait-elle en tirer avantage ? Avant que Miloslaw n’ait pu le déterminer, un grand bruit leur parvint depuis l’endroit où se trouvait le portail de passage entre les cercles. Il déglutit, son cœur se serra et ses entrailles se tordirent. Son bas-ventre réagit instinctivement, se préparant déjà au plaisir. Il le sentait, c’était lui qui arrivait. Il devait l’avoir senti mourir. Miloslaw ne désirait qu’une chose : le rejoindre et l’apaiser, le rassurer, retrouver ses bras. Mais pouvait-il vraiment le faire ? Ils devaient se rendre sur la colline, récupérer la clef, en espérant qu’elle y soit toujours.

« Nous devrions y aller,» dit-il d’une voix ralentie par l’effort. « Maintenant.»

Les cris d’Aleister leur parvenaient déjà. Miloslaw scrutait l’horizon, le regard plein de passion. Konstantin... Il voulait tellement attendre de voir sa silhouette se découper au loin, puis se précipiter vers lui. Un grand brouhaha leur parvint alors sur la droite. Il se retourna et découvrit une procession de démons, chantant et dansant à moitié nus (parfois pas qu’à moitié et parfois faisant bien d’autres choses que chanter et danser, ce qui démontrait un certain talent en matière de coordination et d’endurance). Miloslaw poussa Lucius dans le cortège festif, qui ne cherchait de toute façon qu’à attirer le plus de nouveaux compagnons possibles. Bien sûr, il s’agissait plutôt d’âmes, vidées par le Péché et subissant plus que pratiquant le sexe, mais ils n’allaient tout de même pas les rejeter. Cubo les suivit, ce qui soulagea Miloslaw sans qu’il réussisse à se départir d’un certain malaise.

La procession continua d’avancer entre les bordels et autres lieux de plaisir pervers. Miloslaw tourna la tête juste à temps pour apercevoir Konstantin, alors que des mains tiraient sur ses vêtements. Il eut l’impression que leurs regards se rencontraient, juste avant qu’un mur de pierre mal dégrossi ne vienne se dresser entre eux. Il se mordit la lèvre et se laissa embarquer dans l’un des carrosses qui accompagnaient la procession démoniaque. Il retrouva Cubomedusa, tout à fait prête à s’offrir corps et non-âme. Miloslaw les repoussa.

« C’est la fille du Seigneur, laissez-la si vous ne voulez pas disparaître.»

Ce qui n’était pas une menace en l’air. Si Lucius s’en mêlait, des démons pouvaient réellement être rayés de l’Existence, Passé, Présent et Futur compris. D’ailleurs, il devait absolument retrouver Lucius.

« Papa ?! Ca alors !»

Miloslaw écarquilla les yeux de stupeur. Il n’avait pas tout de suite reconnu son fils aîné, Leszek. Lui aussi avait repris son apparence mortelle. Et de toute évidence, cela plaisait beaucoup à Cubo, qui minaudait sous son nez.
Prince Taesch Condé
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 52
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 18
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mar 4 Juin - 12:39



Quelques milliers d'années plus tard ...Cercle de la luxure, manoir de la colline
il était une fois  

TAESCH

Fronçant les sourcils, le Chambellan claqua une main sur la table en véritable os humain. Il gronda un peu, laissant toute sa nature démoniaque le submerger en vagues violentes. Cet homme était peut-être important autrefois mais il osait lui parler comme un à un simple lieutenant !
Taesch était pourtant connu pour posséder autant de volupté que de brio. Visiblement, l’ancien Seigneur s’intéressait beaucoup plus à une autre de ses petites qualités : son expérience sexuelle. Taesch était exaspéré. Ce n’était pourtant pas bien compliqué, si ? Il avait même pris la peine de se changer pour être plus présentable, arborant une tunique d’un rose pâle qui allait à merveille avec son nouveau teint bleu ciel. Taesch n’avait jamais été plus ciel mais il pouvait au moins apprécier de ne plus avoir l’air aussi humain. Il se tourna, laissant ses longs cheveux noirs fouetter le visage de l’ancien Seigneur.
“Je ne t’ai jamais vu ici, pourtant vue ton apparence, tu ne peux qu’être un des nôtres.”
C’était la goutte de lave qui faisait déborder le volcan. Taesch se saisit d’une grande statue de Festetic le XIe  - qui mettait en avant ses énormes organes génitaux naturellement - et la projeta sur l’ancien Seigneur, qui l’évita avec grâce. Taesch était blessé dans sa fierté et il avait très envie d’étrangler ce petit fils de chien.
“Je. Suis. Un. Duc. De. L’Avarice !”
Chacun de ses mots était ponctué d’un jet d’objet. La pièce se retrouva bien vite en désordre.
Mais cette petite vengeance ne l’apaisa pas. Et elle n’empêcha pas le Duc de Wittelsbach de lui sourire.
“J’aime qu’on me résiste.”
La guerre était déclarée.

LUCIUS


“Très bien, mais n’anticipe pas trop ton retour en grâce, jeune fille. Encore un assassinat et tu finiras à Bad Ischl avant d’avoir pu dire ‘ouf’.”
Cubo frémit. Miloslaw avait raison. Sa fille était plutôt aimable lors des chasses et des promenades, elle tirait tout de sa tante Lucie quand elle voulait quelque chose.
C’était peut-être dû au fait que Lucius et Aleister la gâtaient outrageusement. Mais elle était leur fille aînée et, si elle tenait bon, elle serait son héritière la plus logique. Bien sûr, c’était au cas où lui même serait réduit à l’état de créature indigne.
C’est alors que ce gros barbare de Konstantin se fit beaucoup trop proche. Son estomac se tordit. Est-ce qu’ Aly était avec lui ? Il avait peur pour sa condition ... est-ce qu’il était devenu un humain ? Il le sentait aussi sûrement qu’il l’avait senti à ses côtés lors de son investiture à Shonbruun. Malgré tout, il ne pouvait se permettre de perdre du temps.
“Oui, allons y.”
Ils se laissèrent embarquer par une drôle de procession et retrouvèrent Leszek de la plus inopinée des façons. Lucius fronça les sourcils avec un regard amusé.
“Dis donc jeune homme !
- Vous ne pouvez rien dire, c’est de famille Oncle Lucius. Et puis je ne suis pas là seul.”
Leszek n’avait pas tort. Et puis si c’était la fin du monde, autant terminer sa vie en passant du bon temps. En regardant à sa droite, il comprit ce que voulait dire son neveu. Lucius leva les yeux au ciel et attrapa son rejeton par le col. La peau grise et les cheveux vert jalousie, le frère de Cubo sembla être surpris. Il ne portait rien ... Lucius se demanda comment il avait élevé ses enfants.
“Prince Louis ! Je croyais vous avoir perdu !”
Lucius négligea les enfants quand ils furent près du manoir. Attirant son frère par la main, il courut les quelques marches qui menait à la porte et la poussa. Le jeune Seigneur tomba sur une scène qui réussit à lui redonner le sourire. Oncle Taesch était assis à califourchon sur le propriétaire des lieux et ne cessait de le frapper avec un morceau de statue. Non loin de ça, Oncle Ulrick fouillait dans ses papiers. Il était redevenu humain, lui aussi, et ses cheveux étaient affreusement longs pour la mode du moment.
“Tu vas répondre à ma question oui ? Est-ce que tu as vu le Seigneur ?
- Attends un peu qu’il puisse te répondre, tu vas le tuer!”
Le lourd grincement de la porte attira l’attention de ses oncles et Lucius veilla à ce que sa capuche soit bien rabattue.
“Lucius ! Enfin !”
Taesch était recouvert de sang et il se redressa. Se désintéressant de sa pauvre victime, il s’avança.
“C’est à cause de toi que tout ça arrive, c’est ça ?
- Heu ...”
Taesch passa une main dans ses cheveux noirs qui changèrent de couleur brusquement. Ils étaient ... blancs ? De toute évidence, Taesch avait de vrais problèmes chromatiques depuis la malédiction.
“Excuse moi, oncle Taesch, nous sommes en train d’essayer de ...
- Je vais te donner le bénéfice du doute. Tu n’aurais pas fait ça en connaissance de cause.”
Lucius n’eut pas le temps de rétorquer quoique ce soit qu’il était plaqué par terre par une bête impressionnante.

KONSTANTIN


Dans cette pièce gisaient de nombreuses statues et Konstantin se heurta à l’une d’entre elles en plaquant Lucius à terre.
Il voulait simplement vivre pour toujours avec Miloslaw, est-ce que c’était trop demander ? De longs filets de bave coulaient désormais sur le visage parfait du Seigneur redevenu en partie humain. Il voulait juste être heureux et Lucius avait embarqué Milo avec lui avant de le laisser se faire tuer. Un mouvement le fit relever les yeux et il s’immobilisa quelques instants.
“Miloslaw Kotka ?”
:copyright:️ Justayne
Miloslaw Kotka
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 97
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 9 Juin - 14:53

Miloslaw était assez soulagé de retrouver l’un de ses enfants. Leszek, au moins, allait bien. Il s’empressa de lui poser des questions sur ses frères et sœurs, mais il n’obtint rien de plus qu’un haussement d’épaules désolé. Il espérait que Konstantin avait pu, de son côté, s’assurer de la sécurité de leurs rejetons, aussi adultes, responsables et indépendants puissent-ils être. ... Non, Konstantin s’était probablement jeté à la poursuite de Milo dès qu’il avait compris que quelque chose d’anormal se tramait.
Lucius aussi retrouva l’un de ses enfants, un autre, toujours collé aux basques de Leszek. Il avait paru si naturel au couple infernal de placer l’aîné de Miloslaw aux côtés du prince Louis. Comme une répétition du passé. Milo ne pouvait pas dire qu’il avait apprécié le geste, mais il en appréciait l’ironie.

Tous se rendirent donc - la logique le dépassa quelque peu - au manoir du seigneur du cercle, afin de trouver cette clef. Ils restèrent énigmatiques sur les raisons de ce déplacement et les enfants n’insistèrent pas. La perspective de l’excursion les excitait beaucoup plus. Etant donné leurs babillages, ils avaient tout particulièrement hâte de voir à quoi ressemblait le Chambellan sans tous ces artifices démoniaques dont il se paraît. A coup sûr, il n’était pas aussi bien membré - que ce soit en qualité ou en quantité - que d’habitude.
Pressé, Lucius attira Miloslaw par la main dès qu’ils furent en vue de la grande maison, très belle, propre et attirante. Il se demanda si le Seigneur voulait fuir Aleister et Konstantin, ou s’il voulait en finir au plus vite.
En entrant, ils se stoppèrent brutalement devant une scène des plus curieuses. Le Chambellan avait effectivement perdu de sa superbe et de sa grandeur et il était de surcroît couvert de son propre sang. La cause était juchée sur lui, en train de le tabasser avec une statuette - ou alors était-ce un morceau de statue ?

« Taesch ?»

Miloslaw ne s’attendait certainement pas à le voir ici, agissant ainsi et accompagné d’Ulrick. Encore que la présence de ce dernier s’expliquait, enfin de compte.

Les choses devinrent beaucoup plus compliquées quand une bête se jeta sur le Seigneur pour le plaquer au sol, prenant grand soin de laisser de lourds filets de bave couler sur son visage. Miloslaw se précipita, ne souhaitant certainement pas la mort de Lucius. Le loup releva la tête dans sa direction et pendant une seconde, son expression resta sauvage et meurtrière. Puis, l’animal le reconnut et s’adoucit, allant jusqu’à prononcer son nom d’un accent inimitable qui ne disparaîtrait jamais.
Miloslaw se jeta au sol pour l’enlacer, fourrant son nez dans la fourrure douce et épaisse du loup.En dépit de toutes les précautions qu’ils avaient prises, il ne pouvait s’empêcher d’être plus qu’heureux de retrouver son époux. Au diable l’Enfer, si l’on pouvait dire ! Du moment que sa famille était en vie, rien d’autre ne comptait plus.

« Papa ! Trop content de te voir ! Pas cool dans le sens où j’ai pas prévu de cadeaux, mais bon... Ca fait toujours plaisir de vous voir à l’improviste, comme ça.»

Leur petite famille se réunit joyeusement, enchaînant les câlins et les embrassades. Il était difficile pour eux d’être séparés les uns des autres.

« Oh, par les couilles du Diable, épargnez-moi ça.»

Aleister, essoufflé et rouge, se présenta dans le cadre de la porte, plié en deux. Il jeta un regard dégoûté aux Kotka, puis traîna des pieds jusqu’à Lucius. Il fixa son visage un instant, puis :

« Par Toi, tu es immonde. Et je ne parle pas de la bave.»

Enfin, il se tourna vers Taesch, toujours à califourchon sur un quasi-cadavre de Chambellan.

« Qu’a-t-il fait encore, celui-là ?
- Trouvé !»

L’attention se porta sur Ulrick, qui exhibait une petite clef d’argent à la forme très singulière. Après un moment, Miloslaw comprit qu’il ne s’agissait pas d’une pomme, mais bien d’une paire de fesses, qui était représentée dessus. Il pinça les lèvres. L’art infernal était souvent très lourd.

«Oh, c’est la clef de la semence du Diable. Mais qu’est-ce qu’elle fait ici ? Le Chambellan l’a volée ? Elle devrait être en sécurité, dans les appartements du Seigneur.»

Aleister posa un long regard sur Lucius.

« Tu n’as pas fait ça ?!»
Prince Taesch Condé
Joker
Prince Taesch CondéJoker
Messages : 52
Date d'inscription : 11/05/2018
Age : 18
Localisation : Lycée Sweet Amoris

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Lycéen
Rang : Chef de famille
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mer 12 Juin - 14:04



Quelques milliers d'années plus tard ...Cercle de la luxure, manoir de la colline
priez votre divinité  

T.

Ah., dit calmement le Conseiller du Seigneur.
Il ne s’attendait vraiment pas à voir un loup débarquer et mettre Lucius en danger. Ce monde devenait n'importe quoi. Naturellement, Lucius n’était pas  VRAIMENT en danger parce que, humain ou non, il restait le Seigneur. Même Tayend ne pourrait le battre aussi facilement et pourtant il gardait Lucifer dans sa cage.
La Guilde des Métamorphes comptait un nombre grandissant de membres, ces derniers temps. Évidemment, un démon pouvait facilement se trouver un animal totem et devenir un métamorphe. Nombreux étaient les “vrais” métamorphes qui jugeaient que ceux là ne devaient pas être admis. Taesch n’avait pas d’avis, malgré son appartenance à la Guilde. Son cas était encore particulier, puisqu’il était de base un demi-démon ...
Taesch et Ulrick gardèrent leur distance alors que la petite famille Kotka se réunissait en embrassade. la remarque du premier né - Taesch n’avait pas le temps de mémoriser les noms de tous leurs enfants - fit rire Ulrick et Taesch leva un sourcil. Il était bien trop benêt, encore, pour un démon.
Taesch ferma les yeux, essaya de joindre Yvan mais la connexion échoua, naturellement. Il ne lui parvint vaguement qu’une image floue de leur résidence près de la résidence du Seigneur. Yvan avait donc décidé de bouger ... ? Pourtant, il lui avait dit de ne pas commettre d’imprudence ! Quelle tête de mule !
Vanille ... Taesch haussa les épaules et essaya de ne plus y penser. Yvan était un grand garçon et Taesch n’était pas dans ses pattes, c’était ce qui l’avait amené ici. C’était ce qui lui avait permis d’atteindre ce rang. Il était sûr que rien n’allait arriver à Yvan.


K.

Le regard du démon sur lui le fit fondre. Milo était si agréablement ... doux. Il était si humain. En déglutissant, il le serra contre lui.
“Non, je ne suis pas blessé. Mais je ne suis plus tien, Miloslaw.”
Il regarda Lucius, du coin de l’œil, face à la révélation de sa propre nature. Oui, il était à moitié humain. Et oui, il avait fait une grosse connerie. Il décida néanmoins de s’en battre les reins, parce qu’il était enfin réuni avec sa famille.

L.

“Si j’ai fait ça.”
Le chambellan se réveilla, enfin. Il cracha du sang et haussa les épaules. La clef l’avait sans doute empêché de vraiment devenir un humain. Il se redressa avant de se tourner vers Taesch.
“Les règles de l’univers, les lui avez-vous enseignées ?
- Naturellement, chambellan. Mais il n’en a fait qu’à sa tête.”
Lucius passa une main dans ses cheveux et soupira. Il était sans doute temps de leur expliquer.
“Quelqu’un veut ma tête. Pour cela, il essaye de réunir toutes les clefs que j’ai disséminé, pour les protéger. La tentative de vol dans mes appartements, celle du début, faisait sans doute déjà partie de son plan. Je dois les réunir et me les réapproprier, afin de rétablir l’ordre. Mais je ne peux pas le faire seul.”
Ce qu’entendit et ce que compris Konstantin était très clair. Il tira Miloslaw tout contre lui. Il était évident que le convaincre serait très dur. S’il avait pu le faire transporter par avion démoniaque loin de Lucius, il l’aurait sans doute fait.
La présentation du problème façon Lucius allait devoir être succincte et convaincante. Il se rapprocha d’Aleister et embrassa doucement sa tempe. Il l’avait à peine et vu et il allait devoir le quitter. Mais Aleister allait le retarder. Aller d’un point A à un point B était ... une épreuve, avec Aleister.
“Tu dois rentrer au Palais. Tu as, en toi, la clef du Cœur. Après tout, je suis ton plus beau forfait, voleur.”
Taesch fit mine de vomir, ce qui était très étrange à regarder à cause de sa très longue langue de serpent. Lucius l’ignora et posa une main sur le torse d’Aleister. Ses vêtements se changèrent alors, remplacés par le vêtement officiel du Seigneur qu’aurait dû porter Lucius, une énorme robe de mage violette ornée de nombreuses sous-couches dorées accompagnés de nombreux bracelets et d’une tiare lourde comme un âne mort.
“Rends-moi ce service. Emmène Konstantin et les enfants avec toi. Et si je ne suis pas revenu dans 24 heures ... venge-moi.”
Konstantin se redressa et regarda Milo, avec l’air de vouloir l’enfermer dans une tour munie de barreaux à toutes les fenêtres. Il ne fonça pas sur Lucius, cependant. La Roue de la Fortune devait jouer en leur faveur parce qu’il se retourna seulement vers Milo pour poser sa large patte griffue - il avait reprit son apparence démoniaque - sur sa joue.
“Qu’est-ce que tu veux, Miloslaw Kotka ?”
Cubomedusa, bien décidée à casser cette succession de moment romantique, leva la main bien haut.
“Moi je veux aller avec Konstantin et Leszek !”
Visiblement, elle n’avait pas manqué l’information selon laquelle Konstantin était désormais libre de tout maître.  
:copyright:️ Justayne
Aleister
L'origine de toutes les convoitises
AleisterL'origine de toutes les convoitises
Messages : 25
Date d'inscription : 22/05/2018

Carnet de Bal
Race : Démon
Emploi: Esclave
Rang : Démon de l'Envie
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Dim 7 Juil - 14:57

Aleister n’en croyait pas ses oreilles. Bien sûr, Lucius avait une bonne raison d’avoir dispersé les clefs et peut-être bien que s’il ne l’avait pas fait, elles auraient déjà été toutes dérobées. Mais il en avait gros sur le cœur. Il se sentait trahi. Lucius ne lui avait rien dit et il s’était barré. En dépit des douces paroles et des baisers tendres, il en voulait monstrueusement à son Seigneur. Et il avait terriblement envie de le bouder.
Il voulait lui hurler dessus, le renier, le faire se sentir mal. Et pourtant, tout ce qu’il fit, c’est l’écouter et hocher la tête en silence. Lucius ne semblait pas spécialement sûr de lui pour une fois. Cela le fit hésiter. Ca et aussi le fait qu’il possédait la clef-cœur. Il se demanda s’il l’avait intégré dans sa poitrine par magie ou s’il l’avait fait d’une façon plus délicieuse. Après tout, Aleister n’était jamais opposé à de nouvelles expériences.
Réfléchissant aux nombreux choix qui s’offraient à lui, le démon de l’Envie fixait le visage de son amant en écoutant les autres. Miloslaw Kotka était terriblement désolé, mais il devait accompagner le prince Lucius dans sa quête. Cubo s’était mise en tête de les accompagner au château, pour une raison positivement malsaine. Cela arrangeait bien les affaires de Lucius, qui n’aurait pas sa fille dans les jambes. D’ailleurs, en dehors de Milo, il n’aurait personne susceptible de l’ennuyer dans les parages.
Dans une réponse amère, Aleister, les bras croisés, balança :

« Tout sera fait comme il te plaira, mon Seigneur des Ténèbres. Je ne vis que pour te servir. Et malgré le fiasco engendré, je suis certain que ta décision première au sujet de ces clefs était la bonne, car tu es plus clairvoyant que tous tes prédécesseurs et les grands sages de ce lieu infernal. Nous, nous avons l’esprit trop étriqué pour entrevoir le cataclysme qui se serait abattu sur nous si tu t’étais contenté de les laisser là où elles étaient, dans un endroit que tout le monde estimait très largement protégé.
Bien sûr, si tu meurs, je te vengerai et je régnerai sur l’Enfer à ta place, au moins pour un temps. Jusqu’à ce que la supercherie soit découverte. Car il apparaîtra rapidement que mon intelligence est bien trop peu élevée pour être toi. Sur ce...»


S’empêtrant dans ses manches et sa robe, Aleister fit volte-face et s’éloigna. Il ne vérifia pas que Konstantin et les autres le suivaient. Un portail à l’air maussade s’ouvrit devant lui et à travers les brumes magiques, il décela les reliefs sinistres du palais infernal. Il s’engouffra à l’intérieur, sans marquer d’hésitation et sans se retourner. Pas avant d’avoir entendu le vortex se refermer.
Un silence de plomb s’abattit sur lui. Il fit un demi-tour et compta rapidement les têtes. Tout le monde était là. Il porta la main sur son cœur. Avait-il vraiment une clef de métal là-dedans ? Ou Lucius l’avait-il placé ailleurs ? Il avait les larmes aux yeux et regrettait soudain sa bêtise. Konstantin, lui, avait encore les lèvres humides de son baiser d’adieu - incroyablement bruyant - échangé avec Miloslaw. Sans être original, Aleister était jaloux, même s’il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même.

« Qu’on ne dérange pas votre nouveau Seigneur.»

Il agita un peu les bras, faisant voleter avec un ridicule consommé les bords satinés de ses manches. Et il s’enferma dans sa chambre. Comme il manipulait la clef, il se demanda s’il pouvait sentir celle du Cœur en tâtant bien. Il pourrait toujours essayer de la trouver.
Comme il allait s’affaler sur son lit, il se figea au milieu de la chambre. Une silhouette sombre et inquiétante - rien que de très ordinaire ici - était confortablement installé dans un fauteuil, son visage masqué par les ombres.

« Qui est là ?!» tonna Aleister en imitant, plutôt bien, le ton de Lucius.

L’autre ne se fit pas prier et le démon se sentit fier de lui. Jusqu’à ce que le visage de l’autre apparaisse dans un rai de lumière. La bouche d’Aleister s’ouvrit dans un cri muet. Jusque là, ces traits avaient échappé à sa mémoire. Des millénaires durant. Mais maintenant qu’il avait ce visage en face de lui, tout se débloquait. Une déferlante de souvenirs ravagea l’intérieur de sa tête et il en bava un peu.

« Maman ?!» réussit-il finalement à articuler.

« Ah... Moi qui pensais avoir affaire au Seigneur. Tu es... Azazel, alors ?
- N-non.
- Albert !
- Aleister.
-Oui, évidemment, je te charrie. Je t’ai reconnu immédiatement, même si tu as changé de tête. Celle-ci te va bien.
- Comment tu es arrivée ici ? Je ne t’avais jamais vue dans le coin.
- Une longue histoire. Parlons plutôt de toi.
- Pas trop envie.
- Allons, ne boude pas, tu es ridicule. Oh, d’accord, d’accord. Ne me regarde pas avec ces yeux-là. Et si on mangeait quelque chose ? Histoire de rattraper le temps perdu autour de quelques biscuits et un peu de lait ? Comme au bon vieux temps.
- D’accord. Les autres doivent déjà empiéter dans la cuisine. Ils passent leur temps à consommer de la nourriture. Je vais te présenter.
- A tes amis ? Merveilleux !»

Effectivement, quand ils déboulèrent dans les immenses - au moins, c’était ce qu’avait demandé Lux - cuisines du palais, Konstantin et ses chiards étaient en train de vider le garde-manger. Une forte odeur de porc rôti envahissait l’air. Aleister s’approcha d’eux, l’air maussade et brouillon. Il était troublé.

« Je vous présente ma mère. La première. Elle s’appelle Pithormim.»
Konstantin F. Becjm
Dominant Male
Konstantin F. BecjmDominant Male
Messages : 35
Date d'inscription : 25/05/2018
Age : 24
Localisation : Kotka

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Gérant de ferme
Rang : Proprétaire fermier (sort of)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7Mar 9 Juil - 13:14

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...La malédiction : étape 3 - retour à la maison
Prendre la malédiction de vitesse, je suppose que c'est une technique.

Mood sonore : Rolling in the Deep - Greta Van Fleet   

K.

Alors que Milo et Lucius s’en allaient dans une balade découverte de l’enfer, Konstantin ne pouvait qu’obéir à son mari et à son Seigneur. Tout cela avait bien mis en lumière l’égoïsme de Lucius et Aleister se sentait mal. Konstantin avait pitié de lui. Il avait fini par se faire à l’enthousiasme débordant du démon.
Sur le chemin de la cuisine, les impériaux Louis et Cubomédusa se bagarrèrent comme l’auraient fait deux frère et sœur normaux. Leszek les regardait d’un air amusé. Dès la pose de la première pierre de leur petite famille, Milo et lui avaient élevé leurs enfants dans le pacifisme le plus total. Toute leur petite famille vivait calmement, que ce soit à la ferme ou ailleurs.
Kolya et leur fille aînée vivaient dans des nouveaux logement urbains dans le centre du cercle de la luxure et les autres vivaient tous dans celui de la Gourmandise. Ils se voyaient très souvent.
La jeune Dauphine, qui avait encore changé de tenue pour une combinaison dorée très moulante au col énorme ressemblant aux anneaux de Saturne - ou à un pneu - et des cuissardes rouge vif, ne cessait de se coller à lui ou à Leszek. Elle avait essayé de le marquer plusieurs fois déjà quand Konstantin finit par lui briser le poignet, pour la calmer. Il était très en colère. Il appartenait toujours à Miloslaw Kotka.
Après cela, elle demanda plusieurs fois à Leszek d’être son valentin à la prochaine fête de l’amour. Konstantin partit devant.

L.

Il regarda en arrière avant de passer dans le portail. Il espérait qu’Aleister et les autres passeraient par des routes sûres.
Il passa dans le cercle de l’Orgueil assez facilement. Il avait désormais trois clefs, si on comptait celle d’Aleister, et son adversaire n’en avait que deux. Il avait rendez-vous avec Anet au palais des miroirs pour obtenir la clef du visage, bien cachée derrière un miroir, selon le Duc. Il n’avait qu’à se tracer une voie simple, par laquelle lui et Milo pourraient passer.
Il était encore blessé par les mots d’Aleister mais il ne pouvait pas y penser. Il se ferait largement pardonner quand il serait temps pour eux de se retrouver. Il écarta un rideau de lierre et secoua la tête pour chasser la vision d’un Aleister attaché par des morceaux épars de végétation sauvage. S’il pensait trop à son unique amour, ils allaient tout droit vers la création d’un enfer ... sans dessus dessous.
Il frappa lourdement à la porte du manoir aux miroirs et, comme dans un film d’horreur, il regarda la porte s’ouvrir sur une scène de massacre. Plus de sang qu’il n’en fallait avait été versé.
Il échangea un regard avec Milo avant de s’avancer. Un mot avait été posé sur le torse ensanglanté et sans vie d’Anet. Un mot signé d’un nom qu’il connaissait bien. Le malfaiteur aurait pu signer d’un nouveau nom ou même ne pas signer du tout mais il VOULAIT que Lucius sache qui il était.
“Il va s’en prendre à Aleister !”

K.

Konstantin ne fut pas ému. Bien sûr, il était choqué. Il ne savait pas que les démons pouvaient avoir des mères. Il étala le sel sur le plan de travail en béton et il roula le rôti qu’il venait de ficeler avec du gras trouvé en bocal. Cubomédusa fronça les sourcils et plissa les yeux, ce qui lui donna un air de souris. Elle n’osait visiblement pas prendre cette affirmation pour argent comptant.
Elle fit la moue, tordant inélégamment ses jolies lèvres rouge Chouchou Chounel et haussa un sourcil, finalement.
“Ça veut dire qu’on a une grand mère ? Est-ce qu’elle est aussi diabolique que ton père ?”
Konstantin n’avait pas été là au moment de l’invasion  du père d’Aleister. Il était occupé à rétablir la paix sur l’île de Jem. Ses bouts de chou n’étaient même pas nés à ce moment là. Cubomedusa ... peut-être. Après tout, les autres avaient passé l’équivalent de deux ans en enfer, qui savait ce que le demjin avait pu conspirer.
Enfin, bref, cette histoire de dingue avait visiblement rendu Cubo plus méfiante vis à vis de la famille d’Aleister. La rumeur disait qu’elle n’aimait pas beaucoup Lilith et Azazel, non plus.
Konstantin avait à peine mis son deuxième rôti au four qu’une explosion ravagea ... eh bien tout le mur où se trouvaient les fours. Le métamorphe regarda son rôti, et le four qui allait avec, tomber dans la lave. Il en conçut beaucoup de tristesse.
Il se changea aussitôt en loup et se mit sur la défensive. C’est alors qu’un énorme dôme de glace les entoura et Lucius apparut à côté d’Aleister.
“Est-ce que tu vas bien ?”
Un énorme serpent griffu - oui, c’était possible apparemment - éclata alors un des côtés du dôme de glace. Lucius le regarda et soupira.
“C’est ton père.”

:copyright: 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et si... Quelques milliers d'années plus tard...  Et si... Quelques milliers d'années plus tard... 281ber7

Et si... Quelques milliers d'années plus tard...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» Quel a été le meilleur jeu de plateau auquel vous avez joué pendant l'année 2009-2010 ?
» Quelques videos sympathiques
» Astuce: voir l'année des messages
» Quelques sort du Roublard, rien que pour vous :D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Before you leave us ... :: And Ifs Improbable :: Le Trimonde-