La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez

Percellian Drift

Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Sam 22 Sep - 16:27


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...

    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Shea Blight n’aimait pas spécialement l’école, à part une ou deux classes. Il n’aimait pas vraiment ses camarades de classe, ou en tout cas il ne ressentait ni besoin ni plaisir à les côtoyer. Comment alors, sachant cela, exprimer à quel point il pouvait abhorrer les sacro-saintes «sorties scolaires» ? Indispensables selon les têtes du lycée privé, à la mode pour les professeurs avides de sortir de leurs salles sans âme, traditionnelles pour les hommes politiques chargés de donner leur avis sur la question de l’éducation. Pour Shea, elles représentaient une perte de temps considérable. Mais avait-il le choix ? D’après le petit papier qu’il avait dû faire signer à ses parents : non. Il aurait aimé être en âge de décider par lui seul.
    Son regard balaya la salle de classe, à la recherche d’une touffe de cheveux reconnaissable, sauvage et libre, comme son propriétaire. Jasmin Mah-Velvet. Shea le méprisait autant qu’il le jalousait. Il aurait aimé être en âge de décider par lui seul de participer ou non à ces camarades de classe ; ou avoir des parents similaires à ceux de Jasmin Mah-Velvet, l’un des rares étudiants de cette élève à ne pas se pavaner avec un titre de noblesse. Il était presque certain que si Jasmin n’avait pas désiré venir aujourd’hui se presser parmi une dizaine d’autres adolescents dans une calèche, messieurs Mah et Velvet auraient appuyé son jugement.

    Ils chevauchaient à présent dans l’artère principale de Percellian, en direction du haut bâtiment de ABcorporation. Shea avait essayé de s’intéresser à l’entreprise, espérant qu’il s’agirait d’un concurrent de Blight enterprises, mais il avait vite abandonné, son enthousiasme avec. La préoccupation principale de AB corp était la mode. Les vêtements. Un sujet tout en bas de la liste de ses propres préoccupations.
    On le complimentait souvent sur ses tenues, toutefois. Shea était souvent habillé à la mode, avec des tissus précieux. Parce que c’était sa bonne qui s’occupait de cela. La seule exigence du jeune homme en la matière était d’être vêtu de noir, ou au moins en très sombre. On lui avait souvent demandé s’il était en deuil, d’ailleurs. Quelle raison pouvait-il donner à cette tendance qui était la sienne ? Il ne pouvait pas dire qu’il aimait cela, cette couleur. C’était autre chose. Peut-être que c’était parce que le noir ne renvoyait rien. Pas de joie, pas de peine, pas de colère. C’était une teinte humble, neutre. Si, finalement si, elle renvoyait bien quelque chose : sa propre inaptitude à ressentir quoique ce soit la plupart du temps. Ou en tout cas, s’il ressentait, c’était à un niveau extrêmement bas.
    Shea avait tout naturellement demandé à son père de lui organiser un examen psychologique. Son médecin, qui semblait avoir obtenu tous les diplômes universitaires de Lumen, lui avait alors assuré qu’il ne souffrait d’aucun mal de l’esprit. Donc, il était juste comme cela. Taciturne.

    Les chevaux se cabrèrent soudain, sans aucune raison prévisible. Pas de carrefour, pas de grand magasin duquel aurait pu surgir un piéton imprudent, aucun vol d’oiseaux un peu trop bruyants... Shea se leva alors que les autres élèves de la classe se demandaient à haute voix ce qu’il se passait. Deux personnes fortement agitées avaient arrêté les canassons. Ils étaient armés. Sans doute valait-il mieux partir avant qu’ils ne provoquent un esclandre. Shea avisa la hauteur qui le séparait de la route. Elle n’était pas très haute. Il choquerait très probablement le conducteur de la petite voiture qui les suivait tranquillement, mais si cela pouvait lui permettre d’échapper à une situation agaçante...
    Malheureusement, il n’eut guère le temps de passer à l’action. Les deux individus, copieusement vêtus mais guère à la manière des gens de la bonne société, poussèrent le cocher hors de son siège. L’homme roula sur la route sans mal et la calèche repartit à fond de train. Du moins, aussi vite qu’il lui était possible. Prudemment, Shea se rassit. Il ne voulait pas risquer de se blesser, car cela amenait toujours des sourcils fortement froncés, puis fortement levés, suivis de questions embarrassantes. Il n’avait jamais compris pourquoi on lui reprochait de ne pas saigner. C’était idiot, il avait juste la peau dure et il ne se blessait jamais jusqu’au sang.
    Bringuebalé en tous sens contre ses camarades et le bord dur de la calèche, Shea essaya d’en apprendre plus sur leurs ravisseurs à travers l’observation. Il ne lui fallut que quelques secondes pour conclure qu’il s’agissait de vampires. Et une poignée de plus pour comprendre qu’ils fuyaient probablement un chasseur. Ce qui ne prouvait pas qu’ils leur voulaient du mal. Le simple fait qu’ils soient à Percellian sans les papiers nécessaires pouvait justifier un tel comportement.

    « Je vous prierai, pour le bien de tous, de rester calme lors de ce trajet. Ainsi, nous avons bon espoir que cette petite mésaventure se termine bien pour tout le monde.»

    C’était ainsi que Shea aurait aimé entendre le vampire de droite leur parler. Cela aurait probablement apaisé les esprits et les hommes auraient obtenu gain de cause. En tout cas, ils auraient obtenu un meilleur résultat que suite à :

    « Fermez vos gueules les lardons, sinon je vous bouffe tous !»

    Bien sûr, des cris et des pleurs s’ensuivirent. Shea aurait aimé être capable d’éteindre son ouïe. Comme, avec un soupir las, il observait l’émoi de ses camarades, il repéra un élément faisant figure d’anomalie. En dehors de lui, bien sûr. Il ne s’agissait pas, comme on aurait aimé le découvrir, de leur professeure, occupée à se ronger les ongles et à prier en communiquant son stress d’une manière extrêmement efficace. Non, il s’agissait du fameux Jasmin Mah-Velvet, qui semblait tout à fait à l’aise dans la situation. D’ailleurs, si Shea n’avait pas su que cela était impossible considérant l’éducation de leur école, il aurait juré que Jasmin était en train de fomenter quelque chose pour les sortir de cette situation dégradante.
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Dim 23 Sep - 13:39



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
La fille en face de lui portait ce qui ressemblait à une robe de soirée complètement démente. Il n’avait jamais fréquenté la haute société à Ravenwell - il fallait dire que les Chasseurs étaient aussi apprécié que les bourreaux et les assassins - mais dans ce lycée privé, on aurait dit que tout le monde essayait de rivaliser d’ingéniosité et de moyens pour être meilleurs que les fastes et les grandes personnes de la capitale noxi. En vérité, rien ne surpasserait jamais la beauté innée des vampires, mais ce n’était pas de leur faute s’ils n’étaient que des humains.
Le plus surprenant, cependant, était qu’elle se trouvait assise de façon parfaitement convenable, à peine gênée par sa robe turquoise au décolleté impressionnant, incrustée, il n’en doutait pas, de véritable diamants. Ses boucles d’oreilles étaient si lourdes qu’elles lui faisaient des lobes énormes et sa pochette, bien que petite, était remplie de nombreuses choses. Ses cheveux châtains, si beaux soient-ils, avaient été laissés lâchés derrière elle. De toute évidence, elle s’était faite très belle pour cette sortie.
Pourquoi donnait-il toute son attention à cette fille ? Tout simplement parce qu’elle venait de lui dire qu’il pouvait la courtiser. C’était sans doute chez les riches une façon de lui demander de sortir avec lui mais il n’en avait pas envie. Il ne connaissait même pas cette fille, ni même son prénom. Et, si elle était très jolie, elle pouvait tout aussi bien être une garce sans honneur qu’une gentille fille. Il déglutit doucement et regarda par la fenêtre. Pour évacuer la gêne qui planait autour d’eux, il pointa le paysage.
“Oh ! Regarde la jolie petite maison !”
La jeune femme fit une sorte de moue charmante et appuya son propos. De toute évidence elle était déçue mais, quand elle se tourna de nouveau vers ses amies, celles-ci la rassurèrent en disant qu’il osait déjà la tutoyer, que c’était un bon signe. En vérité, les choses se faisaient beaucoup plus simplement à Ravenwell, dans son quartier, du moins. Oh, il n’était jamais sorti avec personne mais il était presque sûr que ses quelques amis n’avaient pas trouvé une copine parce qu’elle les avait autorisé à lui faire des baise-main.
Il était un peu embarrassé, maintenant, avec ses histoires de romance et cette fille était très gênante en elle-même. Celle-ci, ne résistant pas, lui jeta plusieurs coups d’œil en battant des cils. Deux de ses amis se mirent à le chahuter en le traitant de chanceux et Jasmin eut un petit rire gêné. Il aimait bien les filles mais il préférait les garçons. Peut-être que si cette fille avait porté un costume trois pièces au lieu d’une robe à frou-frous, il lui aurait embrassé la main.
Lorsqu’il regarda par la fenêtre, une nouvelle fois, par dessus l’épaule de Godric, il remarqua qu’ils étaient désormais en centre-ville. S’il avait parcourut quelques mètres de plus vers l’est, il aurait atterrit dans le quartier de ses parents. Il ne vivait pas au même endroit qu’eux - Papa disait que ça forgerait le caractère et le seul appartement qu’il pouvait se payer avec ses petits contrats était dans la basse ville - mais il aimait se promener dans le coin quand il venait leur rendre visite.
Bien sûr, un trajet pareil ne pouvait pas se passer sans problèmes. Ceux-ci arrivèrent en effet quelques minutes plus tard, sur la Grand Route, sous la forme de deux vampires particulièrement bien vêtus. Il sentait le fer planer autour d’eux et donner un aspect plus dangereux à l’air. Sa main se crispa sur son siège. Ses petits copains seraient-ils en sécurité s’il ne provoquait pas de bagarre ? C’était un espace restreint après tout, et son père lui avait souvent dit qu’un bon Chasseur savait choisir ses batailles.
Ils se précipitèrent sur le conducteur et leur empressement à repartir rapidement ne pouvait signifier qu’une seule chose : ils étaient poursuivis. Par les autorités, peut-être. Par un Chasseur, c’était possible aussi. Et cela changeait beaucoup de choses. Des fuyards seraient prêts à tout pour échapper le sort qui était le leur. Il devait calmer le jeu, les arrêter et tant pis pour cette visite d’entreprise, qui avait l’air pourtant tout à fait intéressante. Dommage.
“Chère demoiselle, laissez moi passer, je vous prie.”
La fille de tout à l’heure était désormais à moitié avachie sur lui, tremblante de peur. Elle lui lança un regard parfaitement ahuri et il la poussa doucement sur le côté.
Lorsqu’il se releva et traversa la petite foule, tous les regards se fixèrent sur lui, comme si cela ne pouvait qu’être de la folie. Il en aurait presque rougi. Habilement, il leur montra son insigne de la Guilde.
“Autorité de la Guilde, je vais vous demander de vous arrêter sur le bas côté afin de procéder avant votre arrestation.”
Les deux vampires le regardèrent un instant avant d’éclater de rire, hilares. Oh il avait l’habitude qu’on ne le prenne pas au sérieux. Il n’avait pas l’habitude de se faire insulter en revanche.
“Et ta mère la pute, elle prend combien ? Allez, vas t’asseoir avec les autres marmots.
- Je me vois dans l’obligation de -”
Une gifle puissante l’interrompit et lui fit craquer le cou. Le coup aurait certainement tué un humain mais il n’était pas humain. L’autre sembla s’en étonner et, quand il lécha sa lèvre fendue, il commença à comprendre qu’il n’aurait pas dû faire cela.
“Si vous voulez la jouer comme ça.”
Il incanta quelques secondes et son arme grandit jusqu’à devenir bien plus qu’une simple boucle d’oreille. C’est ce moment là que choisit leur professeure pour prendre les choses en main.
“Ne jouez pas les héros, Jasmin ! Messieurs, nous vous donnerons tout ce que vous voulez !
- Quoi ?”
Il avait tourné la tête une seconde, sous la surprise. Une seconde de trop. Le vampire saisit sa main pour le désarmer et lui cassa le poignet avec une efficacité redoutable. Il était habitué à faire mal, de toute évidence. Lorsqu’il lui écarta la tête pour le mordre, Jasmin se laissa faire. Déjà parce qu’il avait toujours ressenti un profond plaisir à se faire mordre et ensuite, parce que cela ne ferait qu’entraîner la fin du vampire. Bien sûr, cela provoqua un hurlement commun dans la calèche. Puis, quand il en eut fini, Jasmin eut un rire incontrôlable. Les vampires étaient parfois aussi stupides que les pauvres humains.
“Tu n’as jamais entendu dire que les Chasseurs avaient le sang noir, trou du cul ?
- Jasmin Mah-Velvet ! Langage !”
Alors que le vampire s'écroulant en recrachant son sang, il se dit qu'il devrait quand même stopper l'hémorragie. Son regard se posa sur le seul étudiant qui gardait son calme.
"Je peux t'emprunter ton foulard, heu ... Shea, c'est ça ?"
Une vague d'indignation parcourut la calèche. Quoi, c'était encore ce truc de tutoiement ?
©️ 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Lun 24 Sep - 16:10


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...

    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Et là, Jasmin Mah-Velvet se leva. Les vampires ne s’attendaient certainement pas à cela, car la réaction de celui de droite était marquée par la surprise. Bien sûr, avec un tel discours, il ne fut pas le seul à tomber des nues. Toute la classe se mit à murmurer. Il n’y avait que les potins pour distraire une classe de son lycée de la peur, plus ou moins légitime, qu’ils ressentaient. Que ce soit vrai ou pas - Jasmin était peut-être en train d’exhiber une fausse carte - ça allait jaser pendant des semaines. Shea n’entendrait plus que parler de lui. Cela serait agréable de ne plus être le centre d’attention pendant quelques temps. D’un autre côté, il aurait préféré que celui-ci se porte sur leurs études, au moins.
    Un coup partit et en dépit des sabots affolés des chevaux battant le pavé, en dépit de la rumeur bruyante de la ville, Shea entendit distinctement des vertèbres craquer. Ecarquillant les yeux, il redressa sa colonne vertébrale. Jasmin Mah-Velvet était mort. Il allait s’effondrer sur le sol de cette calèche, au milieu d’adolescents surprotégés. Et pourtant, il tint. Peut-être était-il vraiment un chasseur, en fin de compte. Shea ne connaissait que très peu de choses au sujet de cette Guilde, il avait entendu en revanche toutes sortes de choses. On disait, par exemple, que les chasseurs étaient affublés de capacités surhumaines.
    Les autres adolescents avaient été effrayés par cette violence. Il y avait eu quelques cris étouffés et toutes les filles plaquaient délicatement leurs mains sur leur bouche, ainsi qu’on leur avait appris. S’ils avaient suivi leur éducation correctement, les garçons seraient allés porter secours à Jasmin. Apparemment, il était plus facile d’apprendre à cacher l’intérieur de sa bouche que d’être courageux. Il fallait dire qu’agir dans un tel cas aurait été stupide. Shea non plus ne bougeait pas, il n’avait aucune envie de finir au milieu de la route, où il subirait des dommages considérables.
    Leur professeure se souvint à ce moment de son rôle et essaya d’éloigner Jasmin du danger. Bien sûr, c’était malavisé. Empêcher un chasseur de faire son travail, aussi jeune soit-il, tenait de la démence. Et Jasmin en paya le prix, avec des intérêt à soixante pour cent. Son poignet craqua encore plus bruyamment que son cou (Shea fut un peu impressionné par sa capacité à ne pas lâcher le moindre hurlement), puis le vampire planta ses dents aiguisées dans sa gorge. Le conducteur conduisait désormais un peu moins vite et jurait à toute vitesse, ne sachant s’il devait se concentrer sur la route ou le pathétique combat qui se déroulait derrière lui. Et alors, dans l’affolement général, le cri d’horreur de toute la classe moins deux, Jasmin Mah-Velvet se mit à rire. Et bien, il ne devait pas être très sain d’esprit non plus. Son cou était couvert de sang.

    Quand le vampire abreuvé s’écroula, Shea dut admettre que certaines rumeurs au sujet des chasseurs étaient vraies. Leur sang était un poison pour ceux qui en buvaient. Il se demanda, alors, s’il existait des chasseurs vampires.
    Dans une nouvelle flopée de jurons, le conducteur fit tourner les chevaux à un grand angle. Ils se rapprochaient de la basse-ville. Sans doute avaient-ils là-bas une cache secrète où ils comptaient les stocker en tant qu’otage ou, si l’occasion s’avérait bonne, garde-manger.
    Jasmin traversa la calèche. Il le regardait. Shea le fixait en retour, sans comprendre ce qu’il lui voulait. N’aurait-il pas dû s’occuper de ce vampire agonisant ? Ou du conducteur ? Et puis, il lui demanda son foulard. C’était si inattendu que Shea ne réagit pas immédiatement.

    « Oui, bien sûr,» finit-il par répondre mécaniquement, ce qui entraîna quelques gloussements mal venus en ces circonstances.

    Shea se leva, prudemment, et tira sur un coin de son foulard pour le dénouer. Le tissu, d’un noir opaque, voleta un instant dans le vent avant qu’il ne raffermisse sa prise. Et puis, il fit un demi-pas en avant pour le nouer autour du cou de Jasmin. Un élève mort lors d’une sortie scolaire ferait des gros titres dans les journaux, ce qu’il préférait éviter pour sa tranquillité quotidienne.
    Alors que ses doigts s’activaient autour du cou de Jasmin Mah-Velvet, il vit plusieurs filles chuchoter entre elles derrière le jeune chasseur. Les gloussements se poursuivaient, ponctués de soupirs romantiques. Mais enfin ? Que pouvait-il bien se passer dans la tête de ces filles ? Les autres garçons semblaient, eux aussi, complètement pris au dépourvu.

    La calèche se stoppa alors très brutalement. Shea bascula en avant, entraîna Jasmin sous lui et ils s’écroulèrent comme un étrange et seul corps au milieu du véhicule. Tout son corps était bordé de jupons et de pointes de chaussures. Il entendit très distinctement : « Mon Dieu, on dirait que quelqu’un a écrit cela.»
    Ne comprenant toujours pas, il se releva. Non pas pour se jeter dans le feu de l’action, mais pour permettre au professionnel présent de le faire. Cela dit, il put ainsi voir ce qui avait arrêté les chevaux.
    C’était un homme. Toute son apparence hurlait «chasseur». Avec un peu de chance, Jasmin le connaîtrait et cette mésaventure serait bientôt terminée.
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Lun 1 Oct - 16:18



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Il aurait aimé que la police soit prévenue, que l’un de ses charmants camarades se bouge les fesses. Qu’on aille chercher la police, la Guilde des chasseurs, le président même ! Mais non, personne n’osa sauter de la machine, personne n’osa être un héros. Et Jasmin regretta un peu d’en avoir été un lui même. Son père lui disait souvent qu’être chasseur, c’était faire le sale boulot des autres sans jamais obtenir de récompense ni de reconnaissance. Mais son autre père lui avait dit une fois une chose qui avait chassé toute forme de doute en lui : ‘ça vaut le coup, fils’.
Ah, son père n’était pas un beau parleur, il ne savait décemment pas parler comme les grands de ce monde. Mais il était doué, quand il fallait se glisser sous la robe ample d’une dame pour y trouver un démon ou quand il fallait ramener un vampire à la raison. Il faisait ce qu’il fallait, toujours. Et Jasmin était persuadé qu’être comme lui plus tard serait un grand honneur.
Quand ses parents n’étaient alors qu’un jeune couple marié, ils s’étaient séparé plusieurs fois, mais jamais complètement. Ils avaient connu des jours difficiles mais il aimait croire qu’il était cette colle que les avait uni jusqu’à ce qu’ils voient combien ils s’aimaient. Et quand il était déprimé, il se permettait de rêver à vivre un amour tel que le leur. Profond et émouvant. Ils avaient leurs failles, bien sûr, et il leur arrivait de se déchirer mais ils finissaient toujours par se retrouver, à la fin.
Jasmin Mah-Velvet avait des rêves et une vie à vivre. Alors, même s’il se sentait plus impuissant qu’un poulet au PFC, il se devait de vivre. Ses charmants camarades lui mettaient une pression supplémentaire mais ce n’était rien en comparaison de l’ombre diaprée de l’échec. Il n’en avait pas connu un seul jusqu’à présent mais sa seule chasse en solo était facile et, honnêtement, il se sentait presque honteux de ne pas l’avoir réussi en un claquement de doigts.
La calèche s’engagea avenue de Nox alors que le charmant Shea réagissait, lui nouant le foulard autour du cou. Ses mains étaient douces, comme un cuir bien tanné, et il rougit un peu. Il aimait bien cette sensation, sans trop savoir expliquer le pourquoi du comment. Il déglutit doucement en regardant Shea. Il était banal physiquement et semblait complètement asociable, pas le profil typique pour un de ses amis. D’un autre côté, les seuls amis qu’il avait ici étaient Godric et sa bande. Et ils n’étaient que des sales gosses de riche pourris gâtés. Pas le top non plus.
Le vampire qui avait bu son sang serait bientôt remis, s’il n’était pas une chiffe molle. Dans ce cas, il devait se dépêcher d’éliminer le conducteur avant de devoir affronter deux ennemis.
Cela lui rappelait son premier cours de chasseur. Il avait sept ans dans une salle bondée d’adolescents et il se souvenait avec précision le trac qu’il avait ressenti. Il voulait rendre son père si fier ... Le professeur avait dit ‘Pour cette expérience, nous aurons besoin de deux volontaires’ et Jasmin voulait faire ses preuves. Il avait levé la main en premier et avait été désigné pour être la victime. Son camarade avait réussi à le maîtriser en quelques secondes, mais pas parce qu’il faisait un mètre de plus : tout simplement parce que Jasmin avait eu trop confiance en lui.  C’était sa faute. Et c’était une erreur qu’il veillait à ne plus faire depuis.
Il fondit sur son arme dès qu’il fut sûr que son hémorragie était arrêtée. Le vampire qui l’avait mordu semblait KO - petite nature. Il fermait les yeux, alors Jasmin lui se dit qu’il lui donnerait un bon coup de pied dans les côtes pour vérifier qu’il ne mimait pas l’inconscience. S’il n’y avait aucune réaction, il n’aurait qu’à l’enjamber gentiment, aller rejoindre le conducteur et les arrêter tous les deux.
Au lieu de cela, il s’écroula sur le corps inconscient du vampire, rejoint par un océan de jupons et de gentilhommes perdus. La calèche s’était arrêtée si brutalement que le chasseur hésita à se relever. Est-ce que le conducteur avait rejoint une organisation ? Est-ce qu’ils étaient dans un danger plus grand encore ? Il était las, déjà, de cette situation. Il n’aimait pas se donner en spectacle devant des gens qu’il connaissait.
Sa position était étrange, aussi. Shea était juste au dessus de lui et Jasmin rougit, cette fois brutalement. Quand il s’ôta de lui, il en profita pour se relever. Il aurait aimé que la professeure ait un excès de zèle et se dise que c’était le bon moment pour se mettre à la pédagogie, qu’elle dise à ses élèves de se relever et de garder le silence, mais ce ne fut pas le cas. Elle avait le regard d’un poisson qu’on avait vidé de ses entrailles et ne cessait de murmurer qu’elle allait se faire virer. Ce n’était pas forcément faux.
Et puis, Caleb fucking Mah entra en scène. Il était un peu mouillé, sentait le wakamé comme jamais et il avait l’air énervé au possible. De toute évidence, les vampires l’avaient conduit à un entrepôt de produits de la mer. Et son père détestait les produits de la mer. Jasmin se doutait que désormais, la mission n’avait plus seulement un intérêt pécuniaire pour lui, c’était une histoire personnelle.
Il assomma d’entrée de jeu le conducteur et donna un coup de pied dans celui à terre. Des veines noires, bien visibles, entouraient sa bouche. Jasmin leva alors la main pour signaler sa présence et, aussitôt, Caleb changea d’expression. Quand il était en mode ‘chasseur’ il était une bête terrifiante et prête à tout pour accomplir le job. Mais il suffisait que son fils soit dans la pièce pour qu’il bascule en mode ‘papa poule’.
“Jasmin ? Qu’est-ce que tu fais là ?
- J’avais une sortie scolaire aujourd’hui.”
Son père regarda les autres étudiants d’un regard dédaigneux et se racla la gorge. De toute évidence, cette histoire le fatiguait déjà.
“Bon, je vais avoir besoin que deux d’entre vous me suivent pour prendre une déposition.”
Jasmin leva la main de nouveau, il lui semblait évident que c’était à lui de le faire. Qui d’autre ? Est-ce que ce garçon serait partant ?
©️ 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Lun 22 Avr - 13:57


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...


    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Le chasseur qui s’était interposé régla les choses avec tant de facilité que beaucoup mirent du temps avant de comprendre que tout danger était écarté. A partir de cet instant, les comportements changèrent radicalement. Il y eut un bref soulagement, puis tout le monde y alla de sa petite histoire personnelle, comme si les autres n’avaient pas assisté à tout cela.

    « Il était à ça de planter sa canine dans ma jugulaire ! A ça !
    - Il m’avait prise pour cible, c’est évident. Je savais bien que je n’aurai pas dû mettre cette robe, ma beauté les attire.
    - J’ai pas eu peur du tout ! D’ailleurs, à cinq secondes près, j’allais mettre mon plan en action.»

    De fait, on ignora complètement l’annonce du chasseur. Shea, qui avait tendance à fuir l’agitation et la bêtise, se proposa volontairement pour accompagner Jasmin. La professeure donna son accord, comme si elle avait le choix. Les élèves avaient beau être sous sa responsabilité, un Chasseur l’emportait sur presque toute forme d’autorité.

    « Je vous accompagne. J’ai tout vu. »

    Il ignora les regards tandis qu’il suivait les deux Chasseurs en dehors du véhicule. Il passa à côté des chevaux, qui empestaient la sueur et avaient perdu la plupart de leurs pompons et de leurs fleurs lors de cette folle course. Un peu plus loin, ce fut le parfum du Chasseur adulte qui frappa ses narines. Il était fortement iodé. Une odeur que Shea avait rarement l’occasion de rencontrer sans un accompagnement fumé et persillé approprié.

    Ils traversèrent rapidement les bas-quartiers. Le Chasseur adulte offrit quelques conseils et réprimandes à son fils, tandis que Shea gardait le silence et sa dignité. Il ne se sentait pas méfiait vis à vis de la population. Cette dernière, contrairement à ce qu’on aimait bien leur faire croire, n’était pas avide de vols et de meurtres sur les gens de sa classe. Ils se contentaient de vivre leur vie. De toute façon, Shea était bien accompagné, pourquoi aurait-il eu peur ?

    Ils arrivèrent finalement dans les faubourgs, qui abritait le centre de la Guilde des Chasseurs, comme leur expliqua l’homme adulte. Ou plutôt, comme il lui expliqua. Jasmin devait déjà le savoir, s’il était vraiment un Chasseur.
    Le Centre de la Guilde des Chasseurs (Jasmin décida de s’y référer mentalement par l’acronyme CGC) était un lieu austère qui aurait mérité plusieurs touches féminines de gros calibre. Quelques plantes en pot auraient déjà considérablement amélioré l’ambiance de l’endroit et, une fois à l’intérieur, il comprit rapidement que le ménage n’était pas non plus le fort des membres du CGC. Les couloirs et pièces qu’ils traversèrent fleuraient tous la bière bon marché et, associée à l’iode du Chasseur, cette odeur lui fit plisser le nez. Il avait du mal avec les fortes associations de goûts et d’odeurs. Il semblait que c’était trop complexe pour lui.

    L’homme les laissa dans une pièce miteuse, où deux chaises derrière un bureau à la peinture écaillée les attendaient. Shea s’assit prudemment, craignant que le siège ne craque sous son poids. Il avait toujours été plutôt lourd pour son gabarit. La faute à de gros os, disait son médecin.

    « Donc... Vous êtes vraiment un Chasseur ? Ou plutôt une sorte d’apprenti ?»

    Shea espérait que l’homme ne mettrait pas beaucoup de temps à revenir avec sa trousse de soins et ses papiers à remplir, parce qu’il ne possédait pas vraiment de talent pour la conversation. Il venait de tout balancer.
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Jeu 25 Avr - 14:10



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
La dernière fois qu’il avait parlé à son père, il était complètement bourré. Slythe avait chassé un hybride qui avait prit une cuite la veille. Une bonne grosse cuite, bien violente. Quand il était parti pour sa sortie scolaire, Jasmin avait veillé à lui préparer du thé énergisant mais il doutait que son père y touche.
Son autre père, qui marchait devant eux, embaumait ce thé, en revanche. Caleb n’aimait pas le gâchis. Il avait retapé une vieille calèche à vapeur qui laissait de la place pour les jambes devant et permettait de charger quelques sacs derrière. Slythe avait quand même parsemé des gilets de sauvetage partout dans la voiture.
Officiellement, Caleb était un contractuel de la Maison Noire qui aidait les jeunes vampires à se réinsérer dans la société, ce qui passait beaucoup mieux dans le contrat de location de leurs propriétés. Bien sûr, Slythe avait prétendu être un artiste, ce qui n’était pas franchement étonnant pour qui que ce soit.
Leur déménagement, qui avait duré six semaines de l’emballage du premier carton à son expédition forte en rencontre de la dernière fois, s’était fait de façon fluide. La cohabitation avec les voisins, en revanche, s’avérait nettement plus ardue, en partie à cause des allées et venues nocturnes de ses parents et de leurs parties de jambes en l’air bruyantes. Heureusement, Jasmin n’avait pas ce genre de problèmes. Tous ses voisins étaient soit vieux, soit des vampires, soit des criminels.
Alors qu’ils passaient dans les rues, il se demanda quelle était la longueur du chemin qu’ils avaient parcouru avec les joyeux vampires kidnappeurs. Ils ne semblaient plus franchement être loin de sa troisième maison, la Guilde. A la longue, il se ferait probablement aux lumeni qui peuplaient cet endroit mais il regrettait encore d’avoir quitté ses frères et sœurs de la Guilde de Ravenwell.
Jasmin fit une grimace et porta sa main à son cou qui lui faisait toujours mal. Ce salaud de vampire n’y était pas allé de canine morte, vraiment. Si Shea avait une bonne mémoire, il dirait certainement à Caleb qu’il s’était laissé mordre. Son père serait furieux, il jugeait toujours que le Sang Noir était une facilité dangereuse.
Jasmin était un très bon Chasseur. Il maîtrisait le saut en longueur à merveille et l’art du combat longtemps avant ses quatorze ans. Mais les consignes de sécurité était la chose qui lui faisait défaut depuis même avant son diplôme.
Alors que son père lui accordait un chapelet de reproches, il remarqua que Shea n’en avait rien à faire et écoutait, impassible à ce que pouvait bien dire et faire Caleb. A vrai dire, il n’avait même pas l’air vraiment présent.
Il avait pensé qu’une des filles du groupe les rejoindrait puisqu’elle avait dit avoir eu peur pour Jasmin. Or, la fille était trop occupée à parler de ses jupons tâchés pour lever la main. Shea avait été celui qui s’était porté volontaire et Jasmin en était content parce qu’il l’aimait bien.
Caleb s’arrêta pour expliquer à leur nouvel ami où ils allaient et Jasmin sourit doucement. Son père pouvait être si gentil parfois.
Ils furent abandonnés dans une pièce d’interrogatoire et le jeune Chasseur entendit Shea lui poser une question avec surprise. C’était assez inédit.
“Moi ? Je suis Chasseur depuis ... voyons, un peu plus de deux ans. Un pur produit des mutations depuis ma plus tendre enfance.”
Cela semblait cruel dit comme ça mais Jasmin ne ressentait pas cela comme un mauvais traitement. Le visiteur le trouverait certainement insensible mais Jasmin s’en fichait. Les Chasseurs étaient toujours en marge de la société.
Anne interrompit leur très courte discussion en rentrant dans la pièce. Elle portait une robe très élégante et Jasmin suspecta qu’elle rentrait de mission. Ses longs cheveux ambrés étaient remontés en chignon et le corsage rouge de sa robe, corseté à la noxi, laissait voir un beau décolletée de peau noire. Sa jupe noire en tulle recouverte de grands panneaux de voile transparent et pailletés faisait ‘froush froush’ à chacun de ses pas.
“Oh mon petit Jasmin ! Moonfleet m’a dit que tu étais blessé.”
Ils n’étaient pas arrivés depuis longtemps mais tout le monde l’avait déjà adopté, ce qui était gênant et réconfortant à la fois. Il héritait du meilleur du monde des chasseurs.
“Oh et qui est ce jeune homme  ? Par la fortune, est-ce que ça pourrait être ton petit ami ?”
Jasmin rougit comme une tomate et commença à bégayer quelque chose avant que son père ne revienne et ne chasse Anne. Le chasseur tendit un papier à Shea en lui demandant de le remplir puis se concentra sur son fils. Caleb retira le mouchoir de la gorge de Jasmin et grimaça. L’adolescent se dit que c’était le moment de plaisanter.
“Au cas où tu te demanderais, oui c’est la petite fille de la pub des céréales en formes de canines de vampire. C’est rigolo qu’elle soit devenue - Aïe, papa fais un effort !”
La porte s’ouvrit une nouvelle fois mais en relevant la tête, Jasmin ne vit pas la jolie robe rouge et noire d’Anne. L’homme qui se tenait devant lui portait un pull et un jean noir sur lesquels se voyaient particulièrement bien un bonnet et une écharpe vert acide.
“Caleb, qu’est-ce que tu fais à mon fils?”
Merde, il allait vraiment se faire engueuler.

© 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Mer 1 Mai - 20:13


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...


    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Jasmin était donc un véritable Chasseur et en plus, il semblait en être fier. Deux ans maintenant qu’il courait après les criminels aux dents longues. Sa vie excitante était peut-être ce qui le rendait si différent des autres jeunes gens de son âge. Comment expliquer, alors, que Shea soit différent ? Il avait potassé la psychologie, les cas de sociopathie, de psychopathie, sans pouvoir s’attribuer de trouble précis. Quand il avait demandé des séances de psychanalyse à ses parents, ces derniers avaient balayé l’idée à coups de grands éclats de rire et de propos se voulant rassurant. Mais Shea, même s’il ne savait ce dont il s’agissait au juste, était tout de même capable de comprendre qu’il avait un problème. A l’école, l’un de ses camarades - qui c’était au juste n’avait pas d’importance - lui avait dit qu’il avait un manque certain de frivolité.

    « Je vois. Et bien, heureusement que vous étiez là je suppose. A mon avis, les choses auraient encore plus mal tourné. Mais ce n’est qu’une hypothèse.»

    Une femme fit alors son apparition dans la pièce. Shea ne fut pas surpris de ne pas voir revenir le Chasseur adulte, trop peu de temps s’était écoulé depuis son départ. Elle échangea quelques propos rapides avec Jasmin avant de s’intéresser à l’autre adolescent, qui opina légèrement de la tête pour la saluer. Mais avant qu’il puisse émettre un son, voilà qu’elle se mettait à babiller à son sujet. Lui ? Le petit ami de Jasmin ? C’était original. Shea ne s’offusqua pas, il n’avait rien contre l’idée en elle-même après tout. Et puis, Jasmin ne devait pas être un mauvais bougre à fréquenter. Peut-être même que s’il lui proposait, Shea accepterait. Toutes les expériences touchant à l’émotion étaient bonnes à prendre dans son étude de cas.
    Le Chasseur adulte refit son apparition alors que Jasmin s’empêtrait curieusement avec les mots. Ce n’était pourtant pas difficile de lui dire la vérité. L’homme lui tendit une feuille de papier imprimée, avec plusieurs questions auxquelles il devait répondre. Shea s’installa derrière le petit bureau et s’empara d’un stylo pour commencer à écrire. Il fut toutefois obligé de s’interrompre à la moitié de son nom, car les propos de Jasmin l’avaient hautement interloqué.

    « Les céréales en forme de canines ?»

    Shea ne regardait pas les médias, encore moins les publicités. Et il ne mangeait pas de céréales au petit déjeuner, du moins pas ceux dont parlait Jasmin. Il avait un régime plutôt strict, donné par son médecin, et Shea n’était pas du genre gourmand, alors il n’y dérogeait jamais.
    Avant qu’une plus longue explication ne puisse s’imposer, un autre homme fit irruption. Il s’emporta tout de suite et Shea commença à percevoir les fils familiaux. Il s’agissait donc là des deux parents de Jasmin.
    Les deux hommes commencèrent à se disputer et s’affairer autour de l’adolescent. Shea décida d’ignorer ce petit conflit et remplit sa fiche, tâchant de ne laisser passer aucun détail. Quand il eut terminé, il reposa son stylo et attendit un moment que l’encre sèche avant de la plier en deux, bien proprement. Puis, il se leva et s’avança pour la donner au Chasseur qui leur avait sauvé la mise.
    L’homme ne s’interrompit qu’un instant pour saisir et ouvrir sa feuille, puis repartit dans sa dispute. Comme Jasmin était un peu exclu de cette étrange discussion animée, Shea en profita pour se tourner vers lui et lui demander distinctement :

    « Souhaiteriez-vous devenir mon petit ami, Jasmin ? Si cela peut influencer votre décision, ma famille a un important patrimoine financier, des terres et une entreprise florissante. Je suis moi-même quelqu’un de très bien élevé, dans les règles de la bonne société, bien que l’on m’accuse de quelques défauts d’ordre empathique.»

    Pendant sa rédaction, il avait cogité sur la demande de cette femme, celle des céréales en forme de canines, quoique cela puisse réellement vouloir dire.
    Pour Shea, ce n’était pas une grosse affaire, mais un silence pesant s’abattit dans la pièce. Ce n’était tout de même pas à cause de sa demande ?
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Lun 6 Mai - 15:01



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Le jeune homme soupira doucement et inspira l’odeur de son père. Toujours aspergé généreusement de Gloire du Matin, il sentait la pomme douce et le musc de serpent. C’était un parfum très fort et présent qui lui convenait parfaitement. Jasmin était fatigué et il avait envie de passer une main dans les cheveux bouclés de son père et de s’endormir contre lui.
Alors que ses parents commençaient à s’emballer, à se monter l’un contre l’autre tous seuls, le jeune Chasseur prêta un peu plus d’attention à Shea Blight. Il était toujours habillé en noir lui semblait-il et il avait souvent l’air morose et méprisant. Il était sans doute du genre à avoir des pattes de velours et à être discret chez ses parents parce qu’ils ne voulaient pas être dérangés.
Plus tôt, il l’avait presque félicité et le jeune homme rougit un peu en se rappelant qu’ils avaient fini l’un sur l’autre dans la calèche scolaire. Jasmin Velvet n’était pas exactement impressionnable quand il était en service mais il restait un adolescent. Maintenant qu’il y repensait, il avait des papillons dans le ventre.
Shea avait une odeur étrange. De lui s’émanait une sorte de propreté intégrale, un mélange de chewing-gum et de gazoline, comme les mécaniques qui peuplaient peu à peu les rues, mais dans un corps humain. Les robots sans visage qui servaient de serviteurs aux plus riches n’étaient en rien comparable à Shea mais ils partageaient une odeur bien particulière.
Jasmin voulait interrompre ses parents mais ils ne l’écoutaient guère. Même l’idée d’un bon poulet fermier ne les tira pas de leurs disputes. Cela ne fit que jeter de l’huile sur le feu, comme si mettre quelque chose au four pouvait aussi être un sujet de discorde. Ses parents étaient vraiment étranges quand ils le voulaient.
“Ha ha ! Alors ça ça m’étonnerait, Caleb Mah !
- Oh arrête, Slythe, tu deviens pire que ton père !”
Jasmin grimaça presque douloureusement. Il ne fallait jamais parler de son grand père, c’était un sujet complètement particulier qui nécessitait un traitement exceptionnel. Jasmin n’osait jamais parler de Taesch Condé même dans des préoccupations terre à terre. La dispute augmenta encore en intensité. Dans le monde entier, rien ne mettait plus en rage Slythe que son propre père.
Quand Shea vint remettre sa fiche, Jasmin en était à les surveiller pour qu’ils n’en viennent pas aux mains. Ce ne serait pas la première fois, ni même la centième. Ils s’exprimaient beaucoup avec leur corps, c’était leur façon de faire. C’était sans doute pour cela que Slythe n’avait jamais collé dans le grand monde de Ravenwell.
Shea posa ensuite son regard sur lui. Jasmin se dit qu’il se verrait bien être le garde du corps de Shea. C’était un travail que les Chasseurs pouvaient effectuer, quand les mois étaient faibles en chasse. Shea était très classieux, un rien l’habillait, et il avait une présence presque princière. Ils auraient fait un parfait couple maître-valet. Un duo poétique, ou presque.
La suite laissa Jasmin complètement pantois. S’il était vrai qu’il était un jeune homme très mature sur un certain nombre de sujets, il était aussi complètement avéré qu’il n’avait jamais connu de relation amoureuse, à part un complexe d’oedipe classique qui n’avait jamais mené à rien. Non, vraiment, il était parfaitement innocent.
Tout cela causa un silence terrible qui donna presque la nausée au jeune homme. Il déglutit doucement, hésitant entre la stupeur et le malaise. S’il avait été une jeune fille de bonne famille et il aurait eu des vapeurs et se serait écroulé pour se recevoir sur les fesses. Mais il venait d’affronter deux vampires. Personne ne le croirait.
Il se redressa et se força à joindre les mains dans son dos pour rester digne. Il avança d’un pas. S’il n’arrivait pas encore à se mouvoir comme son serpent de père, il en restait à tout le moins élégant. Il se demanda si sa posture pourrait seoir à un prétendant de Shea mais il avait envie d’en être digne.
Cette demande était tout à fait hors du commun. Si le jeune homme avait été élevé “à la vampire” par ses parents, dans un environnement décadent, il savait parfaitement que l’homosexualité était très mal acceptée ici. Est-ce que l’on pardonnait cela chez les jeunes nobles avant qu’ils n’envoient paître leurs amants pour prendre femme ?
Tout self control le quitta cependant au moment où il essaya de parler. D’énormes tentacules sortirent du sol avant de croître rapidement pour l’entourer. Il eut vite fait de les faire disparaître mais il était trop tard et il avait perdu toute consistance. Il aurait voulu se  faire tout petit et s’enfuir par un trou de souris.
“Oh comme tu y vas, Jas!”
Slythe lui donna un grand coup dans le dos et se moqua un peu de lui avant de lui ébouriffer les cheveux.
“Nous allons vous laisser seuls. Jas, tu devrais le ramener chez lui, pendant que Slythe et moi ... discutons.”
Discuter hein ...
“Est-ce que ça te dérange si on passe juste chez moi pour que je me change, rapidement ?”
Jasmin était habile de ses mains et son appartement était parfaitement rangé, cela ne prendrait pas longtemps. Il pourrait peut-être revêtir son uniforme de soldat Chasseur, plus confortable.

© 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Dim 12 Mai - 16:12


    ♦ Percellian Drift
    Shea est obligé de participer à une excursion scolaire qui lui donne la chance incroyable de visiter une partie des locaux de ABcorp. Malheureusement, y arriver représente déjà un défi...


    « Feat. Jasmin Mah-Velvet»

    Jasmin se redressa, mis les mains dans son dos et... Ne répondit rien. Shea scruta son visage, à la recherche d’une réponse. Pourquoi ne prononçait-il pas un mot ? Ce n’était tout de même pas compliqué. Fronçant les sourcils, Shea essaya de concentrer un peu plus sa vision sur le visage de Jasmin. Aurait-il loupé quelque chose ? Et puis, il sursauta. Ce n’était pas la première fois de sa vie, mais ça ne lui était pas arrivé depuis qu’il avait quitté l’enfance.
    Une jambe en arrière pour être prêt à fuir le danger, Shea regarda avec un étonnement non feint une poignée de tentacules surgir du sol pour s’agiter autour du jeune Chasseur. Il se demanda si leur texture était gluante, s’ils étaient humides comme sortis de l’eau et surtout d’où ils venaient ! Les membres animaux, aussi vivaces furent-ils, disparurent sans laisser de trace. Cela n’inquiéta aucun des deux Chasseurs adultes, Shea décida donc de ne pas se montrer alarmant. Il pourrait toujours poser ses questions plus tard, lorsque tout le monde serait plus calme. Les deux hommes, aussi majeurs et doués puissent-ils se révéler, étaient de toute évidence incapables d’avoir une conversation polie et raisonnée quand ils étaient en présence l’un de l’autre. Les affres de l’amour, peut-être. Shea n’avait jamais vu cela chez ses propres parents, mais il y avait autant de relations qu’il y avait de gens, divisé par deux moins le nombre de célibataires.
    Les choses se décantèrent ensuite naturellement et Shea se retrouva invité par Jasmin, dans la maison de Jasmin.

    "Nous n'avons pas de chaperon, est-ce que cela ira pour vos parents ?"

    Lesdits parents étaient déjà dehors, comme s'ils avaient quelque chose de très important à faire sur l'instant. Si important, même, que la réputation de leur fils unique leur passait complètement au-dessus de la tête. Shea supposa néanmoins qu'il y aurait un majordome, ou un quelconque membre du personnel avec un minimum d'importance pour les surveiller. L'homosexualité n'était pas matière à plaisanteries et légèretés dans la bonne société perciellianne, même si beaucoup de leurs camarades de lycée en parlait. Shea en soupçonnait un certain nombre de vouloir pratiquer.
    En tout cas, il n'avait pas pensé à ce détail quand il avait fait sa proposition à Jasmin. Il devrait probablement s'excuser et la retirer.

    Jasmin lui fit traverser un quartier plutôt mal fâmé, avec des gens mal habillés et des ordures dans les rues. Il ne s'inquiéta pas, il devait s'agir d'une sorte de raccourci de Chasseur qui les mènerait ensuite dans les beaux quartiers et jusqu'à la maison du jeune Chasseur. Il se demanda comment était l'intérieur de sa maison. Fonctionnel ? Rempli d'armes ? De trophées ? Simple ? Ou débordant de richesses ?
    Quand ils se stoppèrent devant une porte, dans un immeuble, Shea pensa encore qu'il s'agissait d'un raccourci. Mais lorsqu'ils se retrouvèrent à l'intérieur d'un minuscule appartement, la surprise qu'il avait ressentie devant les tentacules réapparut.

    "Vous vivez ici ?!" ne put-il s'empêcher de s'exclamer.

    Il n'était pas déçu, mais il tombait totalement des nues. Pour lui, n'importe quel élève de son école baignait dans un certain standing. Bien sûr, des rumeurs couraient sur la fortune de Jasmin Velvet, mais tout de même ! Un appartement !
    Shea fit un rapide tour pendant que Jasmin se changeait. Il compta une seule chambre. Etant donné le reste des indices qu'il avait à sa disposition, Shea débarqua dans la pièce où le jeune Chasseur s'était caché et lui dit sur un ton presque accusateur :

    "Vous vivez complètement seul ! C'est... Contre toutes les lois de la bienséance et de la bonne société ! Il n'y a que les orphelins et les adolescents trop pauvres pour être éduqués qui sont aussi solitaires. Je ne comprends pas, vous avez des parents..."

    Il s'interrompit, remarquant alors la nudité de Jasmin. Ou presque nudité, mais cela suffisait. Shea n'en rougit pas, mais il lui tourna le dos.

    "Toutes mes excuses. Je vous laisse vous changer."

    Il repartit dans le salon, s'installa dans un fauteuil et déplora l'absence d'un majordome, ou même d'un simple domestique. Il aurait aimé boire du thé.
    Shea avisa alors le coin cuisine de l'appartement. Il y avait tout ce qu'il fallait sous ses yeux, hormis peut-être du thé, mais Jasmin ne pouvait pas ne pas en avoir. Au moins, il aurait du café.
    Bousculant à nouveau les règles de la bonne société, il prépara une bouilloire d'eau très chaude sur le feu. Il ne s'agissait pas de gaz, comme chez lui, mais d'une cuisinière alimentée au charbon de bois. Peu importait, il savait se débrouiller.
    Quand Jasmin reparut, la fumée commençait tout juste à sortir du bec de la bouilloire. Shea se tourna vers son camarade d'un bloc et lui dit ce qu'il avait en tête.

    "Je suis désolé de vous avoir proposé d'être votre petit ami. Je n'avais pas réalisé sur le moment... Nous sommes deux garçons."

    Est-ce qu'il ressentait une attirance particulière pour les individus du même sexe que lui ? Non, pas plus que pour ceux du sexe opposé. Il aurait juste aimé essayer un peu. En plus, il pouvait maintenant affirmer que Jasmin avait un beau corps, selon les critères basés sur l'hygiène de vie et la bonne santé. Etant donné qu'il s'agissait là de deux critères que Shea affectionnait beaucoup, il pouvait affirmer que Jasmin était tout à fait à son goût. Il décida de se confier à son camarade.

    "C'est néanmoins regrettable, vous me plaisez énormément."

    A côté de lui, la bouilloire commença à siffler. Il n'avait toujours pas mis la main sur le thé.

Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Lun 13 Mai - 14:03



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Shea Blight lui avait demandé de sortir avec lui. A ces mots, Jasmin n’avait pu être qu’embarrassé. Il ne pouvait bouger et il lui semblait qu’une créature démoniaque était en train de faire des nœuds avec ses intestins. C’était une situation grandement inconfortable et le jeune homme ne sentait plus ses pieds toucher le sol.
“Un chaperon ? Quelle drôle d’idée !”
Jasmin n’avait jamais eu de chaperon. Déjà parce qu’il n’avait jamais eu une expérience amoureuse mais surtout parce qu’il n’y avait point d’affaire de ce genre dans les cercles les plus humbles de la société noxi. Est-ce que les humains en usaient, même chez les prolétaires ? Oh mais Shea était important, lui semblait-il se souvenir.
Il soupira doucement en passa une main dans ses cheveux. Par Circé, pourquoi donc n’était-il pas capable de parler sans être embarrassé ? Au flanc du noir bâtiment qui abritait son appartement, il prit un instant pour regarder son prétendant. Il était vraiment très beau. Pourquoi n’avait-il pas déjà une fiancée ?
Il s’adossa aux murs de pierre lisse pour chercher ses clefs dans les poches de son manteau. Elles étaient tout au fond naturellement et il mit un peu de temps à les extraire du tissu. L’immeuble était bruyant. Il entendait les voisins se disputer encore et la fille de sa voisine hurler quelque chose d’incompréhensible à travers ses sanglots.
Il salua Covielle d’un geste de la main quand il quitta son appartement en face. C’était un junky parfaitement inoffensif que Jasmin essayait parfois de faire décrocher. Nobu disait que son cas était désespéré mais ce n’était sans doute pas le cas. Il n’était jamais trop tard pour devenir quelqu’un d’autre.
Il finit par ouvrir la porte de son appartement et ils s’aventura dans la maison, marchant sans regarder bien que ses mutations lui permettent d’être nyctalope. Il tira les rideaux avec un soupir de soulagement.
“Oui, je vis ici. De grâce, ne fais pas attention au bazar ambiant. Je ne suis pas souvent à la maison en ce moment.”
En ouvrant son vivarium afin que Cléonte puisse respirer un peu, il se dirigea vers sa chambre. Ils devraient probablement passer par la Grand’ Voie pour aller chez les Blight. Il ne savait pas exactement où il habitait mais Shea le guiderait certainement quand ils seraient arrivés à Dajbog. Il ne comptait pas brouillasser cette affaire et laisser Shea en plan dans son quartier.
Est-ce que Shea allait essayer de faire chavirer son cœur en chemin ? Il ôta sa chemise.
Cléonte se faufila hors de son vivarium pour le rejoindre et s’enroula autour de son panier à linge sale. Sa grande tête en triangle apparut par dessous les vêtements que Jasmin venait de lancer devant. Jasmin attrapa le serpent en soupirant et le posa à terre.
“Où vas-tu malheureux ? Ne vas pas couvrir mes vêtements de mue.”
Il en était à retirer son pantalon quand Shea arriva vers lui, dardant sur lui un regard parfaitement furieux et lui expliquant combien il était inexplicable qu’il vive seul dans ces circonstances. Visiblement, c’était bel et bien incroyable. Et puis, comme il remarquait son absence de vêtements, il se détourna de lui et battit en retraite. Jasmin lança un regard confus à son serpent, qui ne semblait pas avoir plus de réponse.
Il attrapa des vêtements au hasard - puisque son uniforme était au sale - et se vêtit d’un pantalon aux genoux troués - pour faciliter la course , d’une chemise blanche et d’une longue veste couleur de terre. Après un mouvement pour attraper sa serviette en vieux cuir bouilli, il ramena Cléonte dans son vivarium et l’enferma de nouveau.
Jasmin était dans sa petite cuisine et avait pris ses aises. Cela ne dérangeait pas vraiment Jasmin qui haussa les épaules. S’ils devaient boire quelque chose, il décida qu’il pouvait bien nourrir Cléonte et Crewee et ouvrit le buffet sur lequel se trouvaient l’aquarium et le vivarium pour en tirer des souris mortes et de la bouillie.
Shea lui asséna un coup dans le cœur dès qu’il se retourna. Qu’il était désolé de lui avoir demandé de sortir avec lui et qu’il lui plaisait. Se rendait-il compte qu’il jouait violemment avec son cœur ? Les souris glissèrent dans le tube qui permettait à Cléonte de sortir de son vivarium et le reptile leur sauta dessus avec une violence tout à fait calculée.
Comme le loup ne semblait pas vouloir bouger, il rangea la bouillie pour le moment et ouvrir un placard pour y prendre de la tisane.
“Que souhaites-tu boire ?”
Quand Shea le regardait, Jasmin avait l’impression d’être perdu au milieu de l’océan. Il choisit pour sa part une tisane verveine - pépites de chocolat et tendit la boisson demandée à Shea. Il regarda Cléonte qui dévorait ses souris. C’était un animal violent mais très lent à la dégustation.
“Je ne vis pas seul, tu sais. J’ai Cléonte le serpent et Crewee le loup pour me tenir compagnie. Mon père - celui en vert - pense que c’est une bonne expérience que de vivre seul pour un temps. Il dit que cela fait un homme.”
Jasmin ne pensait pas que vivre avec ses parents pendant trop longtemps pouvait efféminer un jeune homme mais il s’en fichait de vivre seul. Il allait les voir régulièrement de toute façon et il n’avait plus à supporter leurs disputes ou leurs réconciliations bruyantes. Bien sûr, il comprenait que cela pouvait disconvenir à un jeune homme de la haute comme Shea. Crewee bougea un peu dans son panier à l'énonciation de son nom mais resta endormi. Il était si discret.
“Tu me plais aussi. Je veux bien essayer. D’avoir un rendez-vous pour commencer.”

© 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Mar 21 Mai - 17:01

Jasmin Mah-Velvet eut beaucoup moins de réaction qu’il ne l’avait prévu, se basant sur sa réponse précédente concernant ce même sujet. Aucun rougissement visible, aucun tentacule surgit inopinément du sol. Bon. C’était tout de même un peu vexant, sans que Shea ne comprenne bien pourquoi.
Le jeune Chasseur entreprit de préparer de la nourriture pour les deux animaux qui logeaient dans ce petit appartement. Il se demanda un instant pourquoi quelqu’un comme lui voudrait s’encombrer d’un reptile rampant et d’un loup malingre qui n’avait même pas aboyé en voyant un intrus. Et puis, il se dit que ce devait être un truc de Chasseur, peut-être même une mission. Peut-être ces animaux étaient-ils plus importants qu’ils ne semblaient l’être.
Comme Shea était un peu démuni avec son eau chaude, Jasmin lui demanda ce qu’il voulait boire. Histoire de devancer la prochaine question du lycéen, il ouvrit un placard pour lui révéler ses possessions. Des tisanes. Et bien, ça ne faisait pas un thé, mais c’était toujours mieux que rien. Shea choisit quelque chose de fort, au goût d’agrume, il aimait particulièrement tout ce qui était amer et puissant. Son médecin disait qu’il n’avait pas un sens du goût très développé, ce que le jeune homme voulait bien croire sans difficulté. Il lui arrivait de noyer ses plats sous le sel ou la sauce piquante, pour qu’ils aient du goût.

Une délicieuse odeur de plantes, de chocolat et d’orange envahit petit à petit la cuisine, puis l’appartement tout entier. Cela ne sembla pas couper l’appétit au serpent. Cléonte, après Shea à cet instant. Il jeta un drôle de regard à Jasmin, les yeux agrandis par la surprise. Il s’agissait donc d’animaux de compagnie ? Comme c’était étrange. Il n’avait jamais vu de tels animaux tenir ce rôle. Pour Shea, un animal de compagnie était un gros chat tranquille ou un petit chien tenant dans les bras de ses maîtres. Lui-même n’avait ni l’un ni l’autre. Ses parents étaient beaucoup trop occupés à d’autres choses pour prendre soin d’un être vivant - en dehors de leur enfants - et Shea n’avait jamais ressenti aucune envie de posséder un animal. Il préférait ses jouets mécaniques et ses petites inventions qu’il lui arrivait de bricoler à l’abri des regards de son père. Blight Senior n’avait jamais apprécié qu’il sache manier la clef à molette et la pompe à vapeur, allez comprendre pourquoi.

« C’est assez paradoxal si vous considérez que ces animaux vous permettent de ne pas vivre seul. Et puis... J’ai du mal à comprendre le rapport. Vous êtes déjà un homme, non ? Je veux dire... Vous allez bientôt le devenir en tout cas. Votre croissance... Si j’en crois les cours de biologie, il faut juste être patient et attendre de terminer de grandir. Enfin, je crois que vous êtes même très proche du statut d’homme, vous êtes déjà très musclé et viril. ... Beaucoup de filles vous trouvent très attirant au lycée.»

Et puis, la conversation prit un tour très plaisant. Shea sourit légèrement. Il allait pouvoir éprouver cette expérience sociale inédite. Même si cela ne se passait pas dans les règles de l’art. Aucun chaperon n’était là pour superviser cette conversation autour d’une tisane.

« Bien. Une promenade au parc me semble être un bon début dans ce cas. Je serai avec mon majordome. Que pensez-vous de samedi après-midi, je crois que me souvenir que la météo annoncée est excellente pour ce jour ?»

Et puis, Shea se sentit pousser des ailes. Ils étaient seuls et à leur âge, il était sans doute permis d’être un peu polisson, de franchir les barrières de la bonne éducation. Il prit plusieurs gorgées de tisane qui lui brûlèrent légèrement la bouche, puis se pencha sur Jasmin. Délicatement, il pressa ses lèvres contre celles du jeune Chasseur. Elles étaient si douces ! Cela ne dura que quelques petites secondes, un instant très court, et puis Shea se redressa. Il entreprit de terminer sa tisane.

« Puisque vous êtes changé, dit-il entre deux gorgées, nous devrions y aller. Il est possible que mon majordome se fasse un sang d’encre s’il a appris ce qui s’était passé durant la sortie scolaire. Ha... C’est dommage, j’avais prévu quelques questions pour cette visite.»

Il posa sa tasse une fois qu’elle fut vide, puis se dirigea vers la porte. Mais tandis qu’il patientait, attendant que Jasmin le rejoigne, le battant s’ouvrit brusquement. Shea le prit en pleine figure, il entendit quelque chose craquer au niveau de son nez, en même temps que des hurlements sauvages. Son dos et l’arrière de son crâne heurtèrent un mur et il perdit l’équilibre, avant de s’effondrer au sol.
Forçant ses yeux à s’ouvrir, il reconnut le jeune homme qui était sortit de chez lui tout à l’heure. Il semblait en proie à un gros délire psychotique.
Shea sentit alors quelque chose se passer dans sa tête. Il eut comme un vertige et se laissa aller dans le coin. Il voyait flou et avait l’impression de tourner très très vite sur lui-même. Un liquide coulait sur sa bouche, ça devait être du sang, mais ça avait un goût huileux. Pourtant, tout le monde disait que le sang avait un goût métallique.
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Mer 22 Mai - 11:10



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Il priait pour que la chance les accompagne. Il n’était jamais allé dans le quartier de Shea et se sentait intimidé. Il savait que les gens qui habitaient là bas avec de l’argent. Plus d’argent que Jas n’aurait jamais, tout au long de sa vie. Son père lui avait dit que là bas, il fallait avoir du charisme pour ne pas se faire remarquer. Et Jasmin savait qu’il n’en avait pas.
Le jeune homme se sentait plus en danger que dans les Plaines Brûlantes de Kalin, son cœur battait plus fort que face au repaire des Vrangrs. Et ce n’était pas qu’à cause du quartier où ils allaient. Les mots de Shea se faisaient un chemin, un sentier vagabond dans la forêt gardienne de son cœur. Jasmin n’avait jamais connu ça.
Le jeune homme sourit doucement et ferma les yeux en soufflant sur sa tisane pour la faire refroidir. Ils étaient alors en train de se courtiser. C’était incroyable. Jas et sa famille étaient des nains par rapport aux Blight. Jamais il n’aurait imaginé qu’un Sir s’intéresse à lui.
Maître Weldenwarden, à la Guilde, avait de grandes prétentions et connaissait de nombreux nobles et en fréquentait régulièrement. Mais même lui savait que les relations entre une femme (ou un homme dans le cas de Shea) bien sur lui et un Chasseur ne pouvaient durer bien longtemps dans une société basée sur la réputation et le paraître.
Sans savoir pourquoi, Jasmin commença à étudier Shea de plus près et à imaginer des choses. Il y avait un parc non loin, sur une butte en hauteur. Un parc très chic, au milieu du quartier peu recommandable de Nahunte. Le jeune homme se sentait absolument extatique à l’idée de marcher sous la neige près de la rue Vollär.
Le jeune homme le sortit de ses pensées en argumentant sur sa solitude. Jasmin ne comprit pas tout mais retint essentiellement que des filles le trouvaient attirant. Mais il était un jeune homme sans titre - à Lumen en tout cas, techniquement, à Ravenwell, il était le petit fils d’un prince, ce qui faisait de lui ... un prince aussi. Pourquoi ces jeunes gens bien nés voudraient de lui ? Est-ce qu’ils avaient eu vent de son titre officiel ?
Par Drevgar, le jeune homme sentait son cœur battre si fort dans sa poitrine ... Il se demandait si ç’avait été comme ça pour ses parents. Est-ce que Caleb avait senti son estomac le chatouiller ? Est-ce que Slythe avait rougi en s’imaginant prendre la main chaude du chasseur ? Il déglutit doucement en baissant les yeux.
En posant son eau chaude, Jasmin écouta son désormais prétendant lui parler d’un rendez-vous, supervisé par un chaperon. Il ne pensait pas possible d’en avoir. S’il en parlait à ses parents, toute la Guilde se foutrait probablement de lui et Sanghren le chambrerai pendant des mois.
Et puis, Shea changea de comportement. Aussi éblouissant que l’étoile du matin, il se pencha vers lui pour l’embrasser. Heureusement que Jas n’avait plus sa tisane dans la main, sinon il les aurait probablement ébouillantés tous les deux. Et il n’avait pas l’intention de se retrouver avec une main d’argent à son âge.
Shea parla de nouveau et Jasmin déglutit. Oui, naturellement, ils devraient y aller.
Une fois dans Thil Street, ils devraient tourner à droite, pour rejoindre la grande avenue ... Quel était son nom déjà ? Edur ?
“Tu sais, je connais personnellement les Beackerman. Une histoire d’exorcisme. Je pourrais organiser un rendez-vous, si tu veux.”
Jasmin attrapa la laisse de Crewee et l’attira en la secouant. Aussitôt le loup s’élança hors de son panier et commença à lui tourner autour en poussant des petits gémissements pressés. Jasmin l’attrapa et l’accrocha. Au même moment, il entendit un bruit de choc. En se retournant, le jeune homme constata que son pauvre ami avait été presque assommé ! Aie !
Covielle semblait parfaitement embarrassé. Il commença à se justifier mais ne semblait pas comprendre lui même ce qui venait de se passer. A genoux près de Shea, il vit un lourd liquide noir s’échapper d’une fente dans son front. Ce n’était cependant pas du sang. Ça n’avait ni la texture, ni l’odeur du sang. Shea avait dû avoir un accident et on lui avait implanté du faux sang ... ou un partie mécanique. Les riches faisaient ça.
“Oh, je connais quelqu’un qui peut arranger ça.”
Il saisit un chiffon, qu’il plaqua contre la peau de Shea et saisit la laisse de son chien avant de claquer sa porte. Le serment du sang obligeait Nobuyuki a lui venir en aide, n’importe quand, dans n’importe quelle circonstance. Et il venait de la Junkyard. Il devait savoir comment marchaient les prothèses synthétiques. Jas le soupçonnait parfois d’être lui même un androïde. Un androïde vampire ?
Dans la rue, il passa devant l’Agati, un restaurant peu recommandable et s’arrêta devant le salon de coiffure de son ami. Il frappa vivement à la porte. Bien sûr, il devait encore être en train de dormir.
© 2981 12289 0
Sir Shea Blight
Pinnochio 2.0
Sir Shea BlightPinnochio 2.0
Messages : 8
Date d'inscription : 21/09/2018
Age : 17
Localisation : Lumen

Carnet de Bal
Race : Humain
Emploi: Lycéen
Rang : young sir
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Jeu 30 Mai - 11:19

Shea avait du mal à stabiliser sa vision. Des éclairs et des petits points passaient devant ses yeux, et puis la voix de Jasmin lui parvenait drôlement, grésillante. Il eut envie de se frapper l’oreille, mais ne sentait plus son bras droit.
Il eut vaguement conscience d’avancer, entraîné par quelqu’un ou quelque chose. L’air autour de lui était très froid un moment, brûlant l’autre. Il n’allait pas bien du tout, n’est-ce pas ? Alors qu’il n’était jamais tombé malade de sa vie. Marrant,non ? Pour quelqu’un qui passait presque tous ses week-end chez son médecin ? Il était si mal qu’il ne ressentait même pas la douleur. Il maintenait sans vraiment y penser un tissu contre son front, sûrement l’endroit d’où il... Saignait.

Le pas d’après, il quittait le sol. Une force contre laquelle il ne pouvait lutter l’avait allongé dans un grand fauteuil en cuir, il pouvait sentir la texture de la peau tannée sous sa main. Quelqu’un lui tripota le front, puis les tempes. Et il s’endormit.


Nobuyuki s’assura que le store était bien baissé devant chacune des fenêtres de son salon. Si quelqu’un le surprenait en train de fouiller les branchements d’un robot alors qu’il portait sa vieille robe de chambre toute élimée par-dessus son pyjama aux vieilles taches indécrustables, sa réputation en serait finie. Il n’était même pas coiffé.

« Vas mettre ton clébard dans l’arrière-salle. J’ai passé le balai putain.»

Il utilisa une paire de ciseaux pour faire sauter un cache particulièrement bien camouflé sous des mèches de cheveux sombres et denses et réactiva le logiciel en mode veille. On faisait des choses bien plus perfectionnées de nos jours, à la Junkyard, alors ce n’était pas plus difficile à prendre en main qu’un smartphone. Ah, oui, ils n’avaient pas ça non plus ici.
Les dommages étaient minimes, mais les effets devaient être catastrophiques. Il se contenta de rebrancher quelques fils, de créer une dérivation et d’inverser un pôle électrique. Il referma la plaie au fer à friser, ce qui laisserait une sale cicatrice. Qui que soit le concepteur de ce jouet, il allait sûrement se poser des questions.
Quand il eut terminé, il prit un peu de temps pour explorer le reste du jeune homme.

« Putain, on dirait un vieux pervers.»

Son examen du torse de l’adolescent lui révéla que ses soupçons étaient fondés. La technologie du cerveau avait beau être primaire pour ses connaissances, elle était bien trop importante pour ne constituer qu’une seule partie de ce corps. Il referma le robot sans prendre la peine de le rhabiller et rejoignit Jas’ en traînant des pantoufles. Il referma la porte. Avec ces machines instables, on ne savait jamais quand la veille pouvait se terminer et Nobuyuki n’avait pas envie qu’un logiciel pique une crise identitaire dans son salon bien rangé.

« Bon écoute petit... L’OS est franchement dépassé et la connectique est plutôt mal foutue, les gars connaissaient même pas les couleurs de base pour se repérer, mais bon je me suis démerdé, comme d’habitude. Bref... Il est réparé. Par contre, c’est pas une prothèse qu’il a ton spécimen. C’est une prothèse. Enfin, il est pas vivant quoi. A toi de voir s’il est au courant ou pas. Je sais pas qui l’a construit, mais vu le sens du détail, ça m’étonnerait pas que ce soit un putain de pervers qui se prend pour un dieu.»

Il se tut. Voilà, il avait tout donné à Jasmin. S’il pouvait le laisser tranquille maintenant... Il fallait toujours qu’il vienne lui tourner autour avec sa gentillesse, sa prévenance, sa joie de vivre et sa voix d’ange tombé du ciel. Une véritable torture. Mais il était sans doute trop maso pour couper définitivement les ponts avec le gamin. Même si ça voulait dire que sur un coup de tête, Velvet pouvait décider de débarquer et de le buter.


Shea rouvrit les yeux avec la sensation que tout allait pour le mieux. Il baissa les yeux et découvrit que quelqu’un l’avait déshabillé. Il rabattit rapidement les pans de sa chemise. Avant de se rendre compte qu’il s’en fichait, en fin de compte.

« Jasmin ?!»
Jasmin Mah-Velvet
Cuddles Roll
Jasmin Mah-VelvetCuddles Roll
Messages : 13
Date d'inscription : 22/08/2018

Carnet de Bal
Race : Chasseur de vampire
Emploi: Lycéen / HUNTER
Rang : Prince / Roturier
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7Ven 31 Mai - 11:15



Percellian Drift Jasmin & Le jeune maître Blight
Jasmin était beaucoup trop inquiet. Il sentait ses TOCs inquiétants revenir comme une bombe prête à exploser. Il en était déjà à compter les cent quinze oiseaux qui figuraient sur le papier peint de l’arrière salle de Nobu. Il avait observé l’évolution de de cette arrière salle depuis qu’il était arrivé, quelques semaines plus tôt et avait vu de nombreux changements. Il lui semblait que c’était la première année que Nobu tenait ce salon. Il n’en était pas sûr.
Le quartier devait beaucoup à Nobu d’après les voisins. Il ramenait beaucoup de gratin dans le coin, ce qui les poussait à aller voir les petits magasins du coin. C’était d’ailleurs comme ça que Jasmin avait connu Nobuyuki, quand Allic l’avait emmené se faire couper les cheveux parce que “ça ne pouvait plus continuer comme ça”. Allic était très exigeant avec Jas, par moments.
Il n’avait pas été chercher les chiffres de vente du quartier analysés récemment par un institut statistique mais il savait que la présence de Nobu lui faisait du bien. Il aimait venir boire un verre avec lui et parler de sa nouvelle vie dans cette belle cité.
Cette relation était plus complexe que celle qu’il avait avec Allic, initiée par son arrivée ici sous programme de la Guilde. Ils pouvaient parler de sujets si divers que Jasmin avait l’impression d’avoir trouvé un grand frère plus proche en Nobu. Ils pouvaient parler macro-instruction ou romance de la même façon. De même, la notion d’intimité avait vite disparu avec le coiffeur. Jasmin lui disait tout.
Jasmin apporta une petite gamelle à Crewee, activa les touches aux fonctions diverses pour allumer l’arrière-salle au minimum, fermer la porte qui menait au dehors et verrouiller la porte vers la salle principale en position ouverte puis retourna auprès de Nobuyuki. Son cœur battait à cent à l’heure. Il ne voulait pas que Shea soit blessé gravement.
Nobuyuki était un bon coiffeur mais il venait d’un pays qui utilisait grandement les prothèses, il devait s’y connaître. Jasmin estimait à cinquante et un pourcent les chances que Nobu puisse aider Shea. Le reste, c’était quelque chose qu’il ne voulait même pas imaginer.
L’organisation de la Guilde avait décidé de l’autoriser à fréquenter qui il voulait et il leur était éminemment reconnaissant désormais. La vieille chambre de nuit élimée gris et pendante de Nobu était quelque chose que Slythe n’aurait pas approuvé cependant. Pas plus que sa coupe de cheveux. Mais Slythe n’approuvait pas grand chose.
Jasmin fronça les sourcils quand Nobuyuki revint vers lui. Son cœur fit un bond. Il se retourna pour s’appuyer sur le comptoir qui permettait à Nobuyuki de poser ses accessoires en travaillant. Dessus, il y avait un journal qui datait du premier janvier 10 000. Le président Gronte était en couverture. Que faisait son ami avec une telle antiquité ?
“Pas ... vivant ? Comment c’est possible ?”
La simple idée que ce garçon qu’il aimait bien puisse ne pas être un humain lui retournait le cerveau. Il ne croyait même pas cela possible de créer une technologie aussi ... parfaite.
“Par la mort ! C’est un androïde ... ? Comme dans les livres de science-fiction ?”
Il porta un regard sur Shea. Il ne pouvait pas s’empêcher de le trouver humain  malgré tout. Comment un androïde pouvait boire de la tisane ? Il fronça les sourcils.
“Tu es sûr ?”
Shea l’appela à ce moment là et Jasmin vint s’asseoir à côté de lui, prenant sa main. Il lui sourit doucement quand il ouvrit les yeux et soupira de soulagement. Ce garçon allait le tuer d’inquiétude. Il réfléchit intensément quelques secondes avant d’en déduire que Shea devait être au courant. Il devait forcément être au courant. Ne pas s’apercevoir qu’on était soit même un androïde ? Impossible. Il comprenait mieux pourquoi dans les cours d’arts et de musique, Shea avait les plus mauvaises notes.
“Je ne savais pas que tu étais un androïde, Shea. Mais ça ne me dérange pas. Je veux dire, je m’en fiche, ça ne change rien à mon envie d’avoir un rendez-vous avec toi.”
Jasmin était passé de la certitude d’avoir un rendez-vous avec un humain à celle d’être attiré par un cyborg et désormais ... Non, Nobu avait tort. Même si Shea était une machine, il était quand même vivant.
Avant que Shea ne puisse répondre, Jasmin se fit la réflexion que cela expliquait quand même beaucoup de choses. La façon dont il parlait comme sa beauté très “Blanche-Neige”. Les questions qu’il se posa ensuite, glissant son regard sur le corps robotique de Shea, le firent rougir comme une pivoine.
© 2981 12289 0
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Percellian Drift  Percellian Drift  281ber7

Percellian Drift

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Vae Victis n°79
» Drift de Marchombre l' apatride
» Présentation Thrym
» Les ZOULOUUUS à Rorke's drift 1879 (BLACK POWDER)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: Percellian, la somptueuse :: Le Centre Ville :: Siège de AB Corp-