La révolte gronde à Nox, le changement arrive et ça ne plait pas à tout le monde ! Choisissez votre camp et faites le vite, des têtes vont commencer à tomber.
 

Partagez

Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]

Basil Ducroquant-Gourmand
Kiss the Cook
Basil Ducroquant-GourmandKiss the Cook
Messages : 9
Date d'inscription : 06/06/2019
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Cuisinier
Rang : Baron/Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Lun 8 Juil - 12:25

Un trinôme    qui marcheMood sonore : Loser - Beck

La pente de Sainte Monica était ardue à monter, bien différente des grandes rues pavées de Ravenwell. Il inspira à grandes goulées l’air frais d’Irmingarde. En immersion complète dans le duché de son enfance, Basil avait l’impression de revivre. Il n’était pas dans son château ni à Grousson, le village où il avait connu ses joies d’enfance, mais Irmingarde était près de la mer froide du Nord et n’était pas loin de Croquant.
Ses souvenirs, comme des vagues incontrôlables, le touchaient et l’immergeaient sous une chape d’émotions. La voix de son père, dure et presque méchante, qui affirmait à son frère et sa sœur qu’ils devaient rester compétitifs avec le nouveau Condé, Clair, les attentes de sa belle-mère qui avait suivi avec délectation et en temps réel sa plongée dans l’angoisse, les quelques jours où il leur avait rendu visite la dernière fois.
Alors qu’il grimpait la pente les menant au petit manoir d’Irmingarde, il se demanda ce qu’étaient devenus Georges Isaac et les hommes de Taraske, sous la gouvernance du faux Yvan. Eric, le jeune invocateur qui faisait des miracles avec les dragons, avait été emprisonné pendant un temps. Était-il mort ?
Il aurait pu s’évader avant, reconstruire un lien avec Georges mais même lui devait le croire coupable. Et puis, il ne devait pas penser à lui. Il chassa ces pensées inquiètes alors qu’ils passaient au milieu d’une plantation de lilas odorants. Un coq passa près d’eux. Il fit le même bruit que le dispositif magique des exercices incendies à la caserne et Vassil sursauta comme un enfant apeuré.
Basil passa une main compréhensive sur ses épaules et le regard que lui lança la fée le fit frémir. Ce garçon commençait à trop s’attacher à lui. Le cuisinier lui sourit. Lui même était terriblement troublé de retrouver sa patrie ainsi. La dernière fois, c’était pour amener le corps de son frère à la maison funéraire de Gourmand.
Il surveilla Miloslaw du coin de l’œil. Il était le plus vieux, il avait la responsabilité de ces pauvres gamins. Le destin ne laissa cependant pas le temps à Miloslaw de répondre parce que la silhouette très spéciale d’Yvan von Dast se découpa, une fois arrivé au sommet de la colline.
“Sainte Pera ... restez derrière moi.”
Le prince (ou bien le faux prince ?) était en train de fendre du bois. Non loin de lui, le prince Lucius (ou bien ... le faux prince Lucius ?) le regardait faire et parlait, les mains dans les poches. De bonnes odeurs pleines de vie se dégageaient du petit manoir. Quelqu’il était en train de faire griller du café.
Il sortit son arbalète de derrière son dos et la tendit en direction d’Yvan. Il avait les sourcils froncés. Il devait être dans un pire état encore que celui dans lequel il était quand Milo lui avait été amené. Il aurait donné n’importe quoi pour qu’Yvan lui fasse des reproches et le bouscule un peu.
Il aurait pu les éviter, aller trouver les véritables propriétaires du manoir, s’assurer en toute sécurité de leur identité. Il allait encore s’attirer des histoires ... Mais son tempérament de guerrier le poussait à agir en tant que tel.
Le prince Lucius se retourna. Un portait un grand manteau marron et un ensemble noir. N’était-il pas plus ... sculpté et grand ? Basil n’aurait su dire. Il ne l’avait pas vu depuis plus de deux mois. Le prince réagit comme s’il recevait une visite inattendue mais très plaisante. Basil se laissa presque ramollir par le sourire franc du jeune fils de son ami. Il était incapable de lui faire du mal. Il ferait semblant, néanmoins.
Le prince s’avança et Basil pointa son arbalète sur son front. Lucius recula.
Basil n’était pas un homme influent mais il était assez bien connu de la famille impériale. Ils savaient de quoi il était capable.
“Comment est-ce que je peux être sûr que vous êtes bien vous ?”
Quand Yvan se redressa en arrière plan, Basil espéra. Il pourrait faire d’une pierre deux coups en tirant bien mais il espérait ne pas avoir à le faire. S’ils lui donnaient des preuves concrètes et qu’ils se tenaient à carreaux, rien ne leur arriverait.
Une main inattendue baissa son arme, délicatement. Il se tourna pour découvrir Elijah, qui avait approché sans un bruit. Comme toujours, son ami savait le raisonner, le rassurer.
“Eli ... ?
- Bas’, que t’a-t-on fait ?”
Basil se jeta dans les bras d’Elijah, assez violemment pour l’entendre couiner.
“Je savais que vous n’étiez pas morts ! C’était impossible !”
Il se laissa aller en un soupir de soulagement. Il croisa le regard de Luscka un peu plus loin et ressentit un immense besoin de s’asseoir.
© CRIMSON DAY
Miloslaw Kotka
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 97
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Ven 19 Juil - 20:31

Il était épuisé et s’il avait croisé un lit, il n’aurait pas résisté à la tentation de se jeter dans ses draps pour y piquer un somme de plusieurs jours. Ca lui aurait aussi permis d’oublier toutes les horreurs qu’il avait dans la tête. La destinée de ses compagnons de voyage, de son fiancé, de Lucius.
Le château de la famille Condé se rapprochait, pas lourd après pas lourd, sa silhouette se précisait. Un vrai palais de contes de fées, qui devait cacher un autre genre d’horreur, déguisée en merveille.
Devant lui, à trois ou quatre pas d’avance, Vassil et Basil marchaient côte à côte. Son frère s’amourachait du cuisinier comme il s’était amouraché de Konstantin. Il était incapable de faire preuve d’indépendance. Toujours celui à protéger, à couver. Un éternel enfant, avec un appétit sexuel d’adulte. ... Ouais, un adolescent. Pour toujours. S’il avait des enfants, plus tard, il espérait ne pas avoir à affronter ce type de personnalité. Mais ses enfants, s’il retrouvait Konstantin en... pleine forme... ne seraient pas des fées. Ils seraient des métamorphes, puissants, indomptables et sans doute un peu sauvage. Il se prit à imaginer, tandis qu’il fendait un océan de fleurs au parfum entêtant, leurs têtes, leurs allures, leurs noms improbables. Marzena, Kolya, Lescek, Tekla, Alexei, Dima... Et bien sûr...

« Lucius ?»

Le prince était apparut derrière les fleurs comme si Milo avait écarté les pans d’un rideau. Il resta derrière Basil, mais pas par souci d’obéissance. Il était juste trop soufflé par cette apparition, s’attendant à ce qu’elle disparaisse comme devait le faire proprement tout mirage qui se respectait. Pourtant, il eut beau cligner des yeux - la bouche grande ouverte - ou se pincer les cuisses, Lucius restait toujours là.
Miloslaw ignora complètement ce qui se passa alors, laissant le soin à la seule partie de son cerveau encore un tant soit peu terre à terre de prendre tout ça en note, pour l’analyser plus tard. Il y eut un câlin et Miloslaw se sentit libérer de lourdes entraves. Alors, il se précipita vers Lucius. Pour s’arrêter juste devant lui, ne sachant quoi faire. Serait-il vraiment correct de... Oh et puis zut ! Les larmes bordant ses grands yeux effarés, il se jeta dans les bras du prince, au point de les faire vaciller. Il remarqua quelques changements, qu’il classa dans la pile des choses à analyser plus tard. Ses bras avaient plus de mal à l’entourer et Lucius ne lui arrivait plus aussi bas qu’avant.
Il se recula de Lucius, mais sans le lâcher. Ses doigts fébriles étaient enfoncés dans les épaules du prince.

« Mon prince, tu es vivant ! Je... je croyais ne jamais te revoir. Est-ce que... Par chance... ?»

Il vit alors débarquer tour à tour Charlie et Alianora. Tout ne fut plus qu’embrassades et retrouvailles. Milo pensa s’être retrouvé au moins deux fois dans l’étreinte virile du prince consort, sans rien maîtriser. Il souriait et pleurait de joie. Mais il restait une ombre au tableau, qui ne fut pas éclairci. Ni Isobel, ni Konstantin, ne surgirent des ombres du manoir pour le réconforter.
Au moins, le maître des lieux était un hôte plus que convenable. Miloslaw eut le droit à une grande tasse de lait d’ânesse chaud (il aurait préféré du lait de chèvre mais s’en contenta très largement), un bout de fromage goûteux sur une petite tranche du plain le plus délicieux qu’il lui ait été donné de manger, le tout suivi d’un bain moussant dans une baignoire de porcelaine - il résista à grand peine au sommeil - puis à un grand lit moelleux. Miloslaw se lova sous les draps, qui lui donnaient l’impression d’être caressé par des nuages, enfonça la moitié gauche de son visage dans les oreillers qui achevèrent de le tirer dans le sommeil. Il était bercé par une musique de chambre lointaine. Il eut à peine le temps d’avoir une pensée pour Konstantin, qui aurait sûrement apprécié de faire l’amour ici, qu’il s’endormit très profondément.


La première pensée de Milo, lorsqu’il émergea brusquement du sommeil, se porta sur son estomac. Il avait terriblement faim et regrettait de n’avoir pu avaler une seule goutte de sang la veille. Cela le propulsa hors du lit bien trop confortable et il ouvrit en grand les portes de l’armoire. Il dénicha quelques vêtements à sa taille, qu’il eut honte de porter tant ils semblaient valoir cher. La tunique avait une coupe asymétrique et un tombé vaporeux qui lui allait à merveille, le pantalon avait été taillé dans un tissu à motifs tout à fait inédit et les bottines reluisaient comme si elles venaient d’être cirées. C’était bien le choix le plus modeste qu’il put faire, car les autres vêtements étaient brodés de pierres précieuses ou de fils d’or. Une fois habillé, Miloslaw se mira en plein pieds et faillit lâcher un cri. Ses cheveux étaient dans tous les sens et les oreillers avaient laissé une énorme marque sur sa joue gauche. Il essaya de lisser les premiers et de défroisser la deuxième, puis, à peu près satisfait du résultat, descendit au rez-de-chaussée.
Il vit d’abord Basil, puisque son instinct l’avait poussé dans la cuisine. Une délicieuse odeur s’échappait des fourneaux et Miloslaw croisa un majordome au visage crispé par la frustration.

« Bonjour, fit-il à l’intention du serviteur. Ce dernier lui jeta un regard surpris avant de s’incliner légèrement.
- Monsieur le Baron de Kotka. Si vous voulez bien me suivre jusqu’à la salle à manger... Le repas sera probablement bientôt servi...
- Oh, je vais assister Basil, si vous le permettez. Après mon repas frugal d’hier, j’aimerais bien... Quoi ?

Le majordome sembla d’autant plus fâché d’apprendre qu’un invité supplémentaire souhaitait investir la cuisine du manoir.
- Monsieur le Baron est resté au lit pendant deux jours entiers et une nuit.
- Oh... (L’idée fit lentement son chemin, sans déclencher d’affolement.) Pas étonnant que j’ai aussi faim alors !»

Il rejoignit Basil sans plus de cérémonie et attrapa un pichet de sang pour s’en enfiler une petite - bon, d’accord, une grosse - rasade. Il n’avait simplement pas pu résister.

« Que préparez-vous là ?»

Il espérait que le bacon était au menu.
Lucius von Dast
Prince
Lucius von DastPrince
Messages : 76
Date d'inscription : 06/01/2018
Age : 17
Localisation : La bibliothèque !

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Héritier de la Couronne
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Dim 21 Juil - 15:49

Un trinôme qui marche
Miloslaw était déjà devant lui et c’était une horreur de se dire que cet homme qu’il avait aimé avec autant de force était désormais presque un inconnu. Voilà plus de deux ans qu’il ne l’avait pas vu.
Les larmes lui piquèrent les yeux durement quand il se demanda s’il le reconnaîtrait. Lucius avait mûri, depuis son passage aux enfers, et il avait aussi changé physiquement. Il était plus adulte, plus Von Hochen. Il avait presque l’âge de Milo, maintenant. Ils auraient dû être plus proches encore qu’avant mais jamais son frère ne lui avait semblé aussi éloigné. Il se sentait presque ... hors d’atteinte.
Elijah tomba avec une grâce inattendue dans les bras de Basil et le jeune homme sentit son cœur s’emballer quand Miloslaw le regarda avec ces yeux noisette qu’il aimait tant. Milo était son frère, quoiqu’on en dise. Il était celui avec lequel il pouvait s’ouvrir comme avec personne, même pas avec Aleister. Surtout pas avec Aleister.
Lucius faillit fondre en larmes quand il s’approcha. Il ne se souvenait presque plus, en revenant sur cette surface de la terre, de ses boucles brunes, de ses yeux couleur de terre, de son expression adorable, de ses rondeurs ... C’était dur de les retrouver ainsi mais aussi un plaisir.
Ses bras se refermèrent sur la silhouette un peu amaigrie, semblait-il, du jeune homme. Son frère. La magie en lui se fit plus sauvage, plus marquée. Il sentit quelque chose émaner du corps de Milo et se souvint sans certitude d’une histoire de fée. Tout cela lui paraissait si étrange, si étranger même. Il retint sa magie facilement et elle retourna se tapir dans son estomac.
En des jours plus heureux, il aurait certainement proposé à manger à Milo, ils auraient bavardé autour d’un verre de vin, mais là, Lucius se contenta de pleurer en le tenant tout contre lui, tout en répétant son nom avec insistance. Il n’en revenait pas. Après ce que leur avait raconté Charlie, il ne pensait pas le trouver vivant.
Les mots de Milo le touchèrent en plein cœur. Lui aussi avait eu peur de ne jamais le retrouver. Il se sentait stupide et même un peu ridicule d’accorder autant d’importance à un homme qu’il n’avait connu que quelques mois et qui ne partageait aucun sang avec lui mais il aimait Milo et peu importe ce que disaient la logique et la génétique, il était son frère et son plus précieux ami. Il avait été seul trop longtemps. Il avait besoin de l’amour sans barrière que lui offrait Miloslaw.
Milo et lui partageaient la même vie, plus ou moins. Ils s’étaient trop longtemps forcés à être quelqu’un qu’ils n’étaient pas et ne seraient jamais. Il recula un peu pour le regarder. Les larmes troublaient sa vue mais, même ainsi il reconnaissait le pauvre garçon de compagnie qu’il avait un jour entraîné dans un combat avec un ver mécanique.
Alianora et Charlie lui volèrent alors les étreintes de Milo et il enlaça lui même étroitement Vassil, lui embrassant les tempes et le cou, l’attirant tout contre lui.
“Que t’ont-ils fait, mon pauvre petit lutin ?”

Konstantin et Isobel débarquèrent le lendemain, alors que Milo dormait. Le regard du kalini était chargé de fantômes et Lucius choisit de ne pas lui demander quoique ce soit, pour le moment. Le métamorphe resta longtemps auprès du corps endormi de Milo et, quand Luscka lui eut confirmé une centaine de fois qu’il avait juste besoin de repos, il se résigna à faire autre chose de sa vie.
Quand Miloslaw se leva, finalement, ce matin-là, Basil, Lucius et Konstantin s’affairaient en cuisine. Le cuisinier était dans son jour de congé et les trois invités s’étaient empressés de se proposer pour aider en cuisine. Basil était un très bon chef cuisinier, meilleur que le père de Lucius - et ce n’était pas peu dire - et Konstantin et Lucius étaient de très bons commis. Les plats étaient en bonne route quand un Miloslaw endormi débarqua dans la pièce.
Basil releva à peine la tête quand il lui posa une question, lui répondant par un nom de plat tellement sélénite, mais Konstantin, lui, lui accorda une attention toute particulière. Il retira sa crème du feu et se jeta presque sur Milo, l’emprisonnant dans une étreinte si serrée que Lucius crû entendre un os craquer. Konstantin émit un long soupir de soulagement et passa une main dans les cheveux de Milo. Quand il se pencha sur ses lèvres, Lucius reporta son regard sur son porc frit, par pudeur.
“Moye solntse, ty v poryadke, ya tak volnovalas ... ”
Lucius ne parlait pas le kalini mais il se doutait que ce qui se murmurait entre Konstantin et Miloslaw était de l’amour. Il se racla la gorge.
“Vous pouvez aller dans la salle à manger, le petit déjeuner est presque prêt. Et papa sera ravi de voir Milo en pleine forme.”
Et, en effet, Lucius entendit un peu plus tard des exclamations de joie et le bruit du corps massif de Luscka qui écrasait celui du pauvre Miloslaw Kotka.
:copyright: 2981 12289 0



I'll be good, I'll be good
For all of the time that I never could
Miloslaw Kotka
Garçon de compagnie
Miloslaw KotkaGarçon de compagnie
Messages : 97
Date d'inscription : 11/12/2017
Age : 20
Localisation : Là où IL est.

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Garçon de compagnie
Rang : Roturier
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Dim 21 Juil - 20:49

Oh. Bon sang. Les yeux de Miloslaw s’écarquillèrent en grands quand il réalisa ce qui se passait. Quand il comprit que Basil n’était pas seul en cuisine, que Lucius était présent mais, surtout, qu’il y avait Konstantin, la tête se mit à lui tourner. Cela avait peut-être aussi quelque chose à voir avec les mauvais traitements infligés dernièrement à son corps. Sa colonne vertébrale craqua en plusieurs endroits sous l’étau qu’était l’étreinte amoureuse de son fiancé, mais il s’en fichait pas mal. S’il avait pu le serrer plus fort, il aurait même apprécié. Milo se nourrit presque du baiser qu’ils échangèrent et il s’en fallut de peu qu’il se mette à poil sur le champ. Mais Konstantin était surtout d’humeur sentimentale et les mots qu’il lui murmura le firent légèrement rougir. Du bout des lèvres, il lui répondit quelque chose dans la même langue, une platitude quelconque. Il n’arrivait pas à trouver mieux. Mettre des mots sur ce qu’il ressentait était impossible.

Sur conseil de Lucius, les deux métamorphes rejoignirent la somptueuse salle à manger. Une nouvelle fois, Miloslaw eut le droit à un câlin brutal du Prince Consort. Il ne lâcha néanmoins pas la main de son fiancé, pas plus que lorsqu’ils se furent assis à table. Ce ne fut qu’au moment où il fut forcé d’utiliser couteau et fourchette qu’il se résigna à se séparer de la chaleur de Konstantin.

« Lucius... Tu as terriblement grandi... Et forcit, si je peux me permettre. Qu’est-ce qui s’est passé ? Où étais-tu ? Où étiez-vous tous ?»

Evidemment, comme tout le monde était au courant, tout le monde y alla de son explication plus ou moins claire. La pire fut la tentative de l’Empereur, qui essaya rapidement de se faire oublier. Finalement, Miloslaw réussi à réunir un morceau d’histoire à peu près cohérent, même si elle était complètement folle. Rester deux ans en Enfer, il fallait oser... Quoiqu’ils n’aient pas vraiment eu le choix.
Et puis, comme la conversation repartait dans tous les sens, comme elle devait le faire normalement, il se tourna vers Konstantin.

« Mais si tu es revenu, Isobel...»

Il avait baissé le ton, espérant que le prince Yvan n’allait pas l’entendre. Déjà qu’il ignorait ce qu’il était advenu de sa faux fétiche ! A leur arrivée à Irmingarde, impossible de la retrouver. Soit elle était restée à Ravenwell, soit elle avait tout bonnement été détruite par la magie. Terrible.
Il n’osa pas non plus avancer trop clairement l’hypothèse qu’elle soit morte pendant les affrontements sur l’île de Jem. De toute façon, il aurait bien sa réponse en lisant l’expression sur le visage de son fiancé...

Avant cela, cependant, la voix soudain très claire d’Aleister emplit la salle, flottant au-dessus des conversations comme si la puissance de toutes ses voix n’avaient aucun impact sur la sienne.

« Les ennuis débarquent.»

Puis, il croqua dans une tartine de pain. Et avant même que quelqu’un ait pu lui demander de quoi il retournait, plusieurs coups résonnèrent dans la résidence. Toutes les têtes se tournèrent en direction de la porte d’entrée. Un silence s’abattit sur la salle à manger. Quels ennuis allaient donc encore leur tomber dessus ?
On entendit en sourdine la voix du majordome, puis une autre, plus grave, dont les mots s’entendaient distinctement.

« Je cherche le lieutenant Ducroquant-Gourmand. Sur ordre de sa Majesté Impériale, Yvan von Dast, le Généralissime dont la lame luit rouge du sang de ses ennemis.

Le majordome répondit quelque chose.

- C’est un traître, je dois l’arrêter et le mettre aux fers. Il s’est enfui peu de temps avant son exécution.
- [...]
- Je me fiche de vos ordres, larbin ! Je sais parfaitement qu’il est ici ! Je veux parler au maître des lieux ! Et que ça saute ! On ne fait pas attendre l’ordre et la justice ! Foi de Fell, si vous ne m’organiser par une entrevue dans les dix minutes, je ne me gênerai pas pour faire retourner toute cette baraque par mes hommes !
- [...]
- QUI ? Mais enfin, il faut sortir un peu de votre conte de fées de temps en temps, retourner à la vie réelle ! Rah, les Condé ! Je suis le Commandant Georges Isaac Joe, descendant de l’illustre lignée des Fell. Mon grand-père porte ce nom !»

Des pas lourds succédèrent à ces éclats vocaux. On entendait l’acier des armes frotter contre celui d’une armure. Ils se rapprochèrent, puis s’éloignèrent. Le majordome avait dû l’emmener dans un salon de réception. Trente secondes plus tard, le majordome, qui avait l’air encore plus crispé qu’auparavant, vint se planter à côté de Taesch pour faire son rapport.

« Le commandant... Oh, je suppose que vous avez tous entendu, il faut être sourd pour avoir raté cela... Bref, il vous attend dans le petit salon rose. Six hommes attendent dehors. Tout ce petit monde est armé jusqu’aux dents.»

Miloslaw croisa le regard de Lucius. Evidemment, ils allaient espionner cette très intéressante conversation, d’une manière ou d’une autre. Evidemment, ils allaient sauver la peau de Basil. Et évidemment, ils allaient encore probablement se retrouver loin de tout le monde. Cela n’enchantait pas Milo, mais comme il savait qu’il s’y plierait de toute façon, il avala deux tasses de sang en prévision.
Lucius von Dast
Prince
Lucius von DastPrince
Messages : 76
Date d'inscription : 06/01/2018
Age : 17
Localisation : La bibliothèque !

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Héritier de la Couronne
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Lun 22 Juil - 15:38

Un trinôme qui marche
L.

Hah ... forci. Comme un petit porcelet. Lucius décida de ne pas le prendre mal mais rajouta des légumes dans son assiette. Il avait une masse musculaire à laquelle il n’était pas habitué et il se demandait bien comment faisait son père, au jour le jour ... Il n’avait pas envie de se retrouver avec un ventre grassouillet. Il fallait dire qu’il avait deux hommes à qui plaire, maintenant, il devait se conserver.
Il coupa sa viande dans un ‘slitch’ dégoûtant et se fit la réflexion que tout ici était trop gras, sans doute pour survivre aux rudes hivers. Enfin, sauf les membres de la famille Condé, bien sûr. Si Oncle Taesch avait des cuisses bien rondes, ce n’était que par un soucis esthétique. Lucius détourna le regard en voyant la main d’Yvan sur les bas en dentelle de Taesch. Il avait encore du mal à s’y faire.
Milo remarqua enfin l’absence d’Isobel, qui arborait désormais avec fierté une cicatrice sur le bras. Elle ne semblait plus jamais porter de manches longues depuis son retour de Jem. Lucius voulut lui expliquer qu’elle était allée chasser avec Charlie mais il fut interrompu par Taesch.
“Ecoutez-moi ... maintenant que tout le monde est réveillé et bien en forme, nous devrions commencer à réfléchir au retour à Ravenwell.”
Logiquement, après deux ans en enfer, pour la plupart d’entre eux, tous se languissaient de rentrer à la capitale, leur maison. Même Basil, qui faisait vraiment peur à voir en arrivant, avait eu tout le temps de se reposer et de vouloir retourner à Ravenwell. Il portait des vêtements de Rozen, parfaitement à sa taille, et ses cheveux étaient de nouveau soyeux. Laissés libres, ils retombaient dans le dos de son pourpoint bleu glacé avec élégance. Taesch le regardait souvent. Il semblait voir en lui quelque chose qui avait disparu de son frère.
Aleister réussit à casser cette conversation en une phrase. Lucius avait une chance de dingue de l’avoir à ses côtés. Un démon pouvait être un sacré atout. Et désormais qu’il était son invocateur, rien ne pourrait les séparer. Les signes durement tatoués dans sa main en étaient la preuve.
Non ... Pourquoi maintenant ? Pourquoi autant d’efforts pour être arrivés ici si c’était tout simplement pour se faire cueillir avant d’avoir pu établir un plan ? Mais qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Il connaissait de loin le chef du Taraske et c’était un homme fidèle, sans aucun appât du pouvoir. A moins que lui aussi ne soit ... une copie.
Il se sentait quelque peu nauséeux et assez mou mais il fit l’effort de se lever. Ils pouvaient encore aller au temple de Quano, plus loin dans la vallée, et s’y réfugier. A moins qu’Yvan et Luscka n’optent pour la bataille. Alors, il serait prêt à se battre. Encore ! Et autant de fois qu’il le faudrait. Il avala rapidement le contenu de son assiette sous le regard d’Aleister.
Les yeux verts brillants d’Aleister lui rappelèrent la nuit dernière et il frémit. Est-ce qu’il était prêt à le quitter pour les besoins de l’Empire ? Il ne voulait pas se séparer de lui.
Si près du but, ils n’avaient pas eu le temps ... Personne ne sembla s’affoler, cependant. Taesch éclata même de rire, en entendant les voix.
“Rouge du sang de ses ennemis ...”
Basil, l’Empereur, Oncle Yvan et Oncle Taesch se levèrent simultanément et se regardèrent en silence.
“Je suis le Seigneur de Condé, bon sang, on est chez moi, je vais y aller.
- Oui ... Mais je suis l’Empereur. C’est à moi qu’il a juré loyauté.
- Bon sang, ne soyez pas stupide, il pense agir en mon nom, c’est moi qui y vais !”

Basil leva les mains, comme pour les apaiser et secoua la tête. Lucius ne savait de quel côté se ranger.
“Messieurs. Vous êtes trop importants pour vous exposer ainsi. C’est moi qu’on a demandé, c’est moi qui irait.”

B.

Le petit salon rose était très sérieusement magnifique, parfaitement décoré dans la tradition la plus pure de Condé, mais il faisait pâle figure à côté du commandant Joe, dans son bel uniforme noir, doré et argenté. Basil se sentit rougir comme un enfant et se racla la gorge. Il avait confiance. ‘Ne vous en faites pas, j’ai une confiance aveugle en mon commandant’, avait-il dit aux autres. Les trois autres avaient tout de même tenu à se tenir derrière la porte en cas de grabuge. Ils devaient être entassés les uns sur les autres.
“Mons ... hmm ... Commandant Joe. Je suis là.”
Il aurait bien voulu que sa voix ne tremble pas autant mais il était ému. Il avait eu peur pour son commandant bien aimé pendant toute la saison et le voilà, en pleine forme, devant lui. Il ne put retenir les larmes qui coulèrent le long de ses joues, silencieusement, mais il les essuya vigoureusement quand Georges se retourna pour lui faire face.
“Commandant ...”
C’était bien lui. Sa voix n’était plus que trémolo et émotion désormais. Il s’était dit qu’il verrait bien, mais il était désormais désemparé devant tant de perfection.
“Tout ceci n’est qu’un horrible ... Une affreuse ... Oh commandant, vous devez me croire.”
Comment allait-il expliquer cela ?
:copyright: 2981 12289 0



I'll be good, I'll be good
For all of the time that I never could
Georges I. Joe
Daddy
Georges I. JoeDaddy
Messages : 3
Date d'inscription : 11/08/2019
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Dim 11 Aoû - 18:16

L’appréhension avait fini par le gagner en arrivant devant la porte du manoir des Condé. Il n’avait pas peur de se faire assassiner, ou d’échouer. Non, il avait peur de ce pouvait bien penser Basil de lui. Et s’il croyait que c’était lui-même qui avait fomenté son arrestation ? Ca n’avait pas vraiment de sens mais il en avait rêvé, il avait rêvé que le cuisinier l’accusait. Il l’accusait de son enfermement, puis de sa décapitation. Là, Georges s’était rendu compte qu’il conversait avec une tête sans corps. Et il s’était réveillé, frigorifié par le sentiment glacial qui lui étreignait la poitrine. Quelques heures plus tard, il avait appris la fuite de Basil et avait reçu l’ordre de le récupérer, coûte que coûte, mort ou vivant.
Plusieurs plans s’étaient dessinés dans la tête de G.I. S’en aller seul assez longtemps puis revenir avec un tas de cendres de cheminées. Se rebeller contre ce faux Empereur et prendre les armes. Ramener Basil et plaider sa cause. Buter le faux Empereur. ... Non, tout cela n’allait pas. Il ne pouvait pas abandonner Ravenwell, mais il ne pouvait pas non plus y revenir sans un plan. Et il était hors de question de mettre ses enfants en danger. Ils étaient si faibles.

« Restez dehors. Dès que je serai entré, vous ceinturerez le périmètre. Je ne veux pas de fuite. Mais vous connaissez tous l’objectif. Pas de mort.»

Il toqua à la porte. Quelques secondes plus tard, elle s’ouvrit sans un bruit, révélant le faciès neutre d’un majordome. Ils étaient tous faits dans le même bois, ces serviteurs de luxe. Georges n’avait cependant pas le temps de jouer leur petit jeu. Il argumenta d’une voix forte et ferme, espérant que cela allait faire sortir Basil de son trou. Il ne pouvait tout de même pas être si lâche. De toute façon, s’il tentait de fuir, ses hommes finiraient par le rattraper. Viktor était un vampire extrêmement rapide. Vraiment. Il avait toujours besoin d’être recadré, mais il pouvait se montrer très utile.
Bien sûr, il y avait aussi la possibilité pour que ses estimations soient fausses et que Basil ne se soit pas du tout réfugié ici. Mais où d’autre ? Il détestait sa famille, il l’avait plusieurs fois entendu s’en plaindre. Une fois, il avait même cru le voir pleurer à propos de ça, mais il n’était pas vraiment resté pour vérifier. Par pudeur, et aussi parce que les drames personnels de son lieutenant ne l’intéressaient absolument pas.

C’étaient là ses pensées tandis qu’il tournait en rond dans un petit salon d’un rose écœurant. Comment pouvait-on mettre autant de couleur dans sa décoration d’intérieur sans rougir ? Il ne comprendrait décidément jamais le manque de sobriété de cette famille.
Alors qu’il tournait le dos à la porte, sans crainte grâce à son armure de plates en acier trempé d’une solidité à toute épreuve, cette dernière pivota. Cette fois, il y eut un petit chuintement quand le bas du panneau frotta contre la douce moquette pelucheuse. La voix tremblante de Basil résonna alors dans la pièce et Georges se retourna plus lentement qu’il ne l’avait d’abord voulu, perturbé. Quand il lui fit face, il comprit tout de suite que Basil venait de lâcher quelques larmes. Ses yeux étaient rouges et il semblait désespéré. Georges avait envie de partir, il ne voulait pas le voir comme ça.
Mais il vit aussi d’autres choses. Basil avait de toute évidence mal vécu l’emprisonnement. Il allait devoir préparer et manger pas mal de ce bœuf bourguignon pour s’en remettre. Et voilà qu’il bafouillait. Il n’était pas assez doué pour clamer correctement son innocence. Et il comptait vraiment sur cet énergumène pour soigner ses enfants ?!

Avec une inspiration, il cliqueta jusqu’à Basil, ses bottes recouvertes de plaques d’acier s’enfonçant dans la moquette en lui procurant une sensation dérangeante. Il préférait les sols bien plats et durs. Une fois assez proche du cuisinier, il tendit le bras et posa doucement sa paume gantée de cuir sur l’épaule de Basil.

« Reprenez-vous, lieutenant Ducroquant. Je sais. Je sais tout.»

«Tout», c’était peut-être un peu exagéré. Disons qu’il avait deviné l’essentiel. Il tapota un peu l’épaule de Basil puis se redressa, presque au garde à vous. Il dominait presque le lieutenant, qui restait toujours plus haut que lui.

« Je ne suis pas vraiment venu pour vous arrêter. Mais il fallait que je sache à qui je pouvais faire confiance ou non. Je suis venu pour que vous me rendiez un service. Un service difficile, mais qui devrait être à la portée d’un officier du Taraske.»

Georges attendit quelques secondes, laissant le temps à Basil de digérer ces informations. Puis, il se rapprocha et lui murmura juste devant son nez :

«Il faut que alliez chercher mes enfants à la caserne de Ravenwell, sans vous faire voir. Puis, vous les emmènerez dans le duché de Lumniel, à une adresse que Junior saura vous donner.»

Il le saisit par le col et le plaqua contre une bibliothèque, provoquant la chute de plusieurs volumes au sol.

«Est-ce que je peux vous faire confiance, lieutenant Ducroquant, ou est-ce que cette occasion de sauver vos fesses est encore trop difficile pour vous ? Est-ce que vous allez vous contenter de me pleurer dessus et de faire rouiller mon armure ? Ou est-ce qu’enfin vous allez vous rendre utile pendant que je serai en train de botter le cul du faux Empereur qui siège en ce moment même sur le trône usurpé d’Elijah IV ?»

Il maintint sa prise, essayant d’avoir l’air le plus furieux possible. Ce qui était difficile, car il était surtout heureux d’avoir retrouvé Basil sain et sauf. Mais il n’avait pas le temps de se laisser aller aux bons sentiments des retrouvailles. Il devait penser à sa famille tout d’abord. Tout ce qui lui importait pour l’instant, c’était de mettre Junior, Kirsten, Ambrosius et Basil à l’abri.
Basil Ducroquant-Gourmand
Kiss the Cook
Basil Ducroquant-GourmandKiss the Cook
Messages : 9
Date d'inscription : 06/06/2019
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Cuisinier
Rang : Baron/Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Lun 12 Aoû - 13:21

Un trinôme    qui marcheMood sonore : I am a Soldier - Alexandre Desplat

Basil essaya de se concentrer. Il n’aurait pas dû être aussi émotionnel, mais il était tellement heureux de voir que son commandant allait bien, que tout était pour le mieux. Il se souvenait encore de la première fois qu’il l’avait vu. Ce jour là, Basil était encore tout étriqué dans son costume turquoise frappé des oies de l’arrière garde. Il n’était pas encore membre du Taraske.
Akka lui avait confié la tâche d’aller remettre au courrier à l’autre bout de la caserne et il avait vu le généralissime avec un homme d’un grand charisme ... Le ‘jars’ comme on appelait les pouilleux de l’arrière garde, tâchait encore de déterminer où il voulait se faire muter. L’apparence puissante de Georges avait joué dans son joie, il ne pouvait pas le nier.
Mais là, devant lui, Georges criait presque l’inquiétude. Il n’était pas dans son état naturel et Basil pouvait le comprendre aisément. La ville avait été prise par un faux Empereur, un fils de pute de premier ordre.
Basil, lui aussi, était terrifié à l’idée que le faux Yvan puisse prendre encore plus de pouvoir depuis qu’ils avaient quitté la capitale. Basil avait une baronnie à son nom, il était chez lui en Condé mais rien n’évoquait plus son foyer que les bannières frappées du loup de Ravenwell et l’ambiance bruyante de la caserne.
Et puis, les gamins étaient toujours là bas, pensa-t-il. Georges devait vouloir finir cette mission au plus vite pour retrouver ses pauvres petits. Basil ne les avait jamais vu mais, malgré leurs âges, ils semblaient être toujours protégés et entretenus dans le giron de leur père. Naturellement, avec la perte de sa femme, Georges avait dû reporter toute son affection sur ses enfants, c’était un classique.
Basil déglutit. Il avait faim. Il n’avait pas encore consommé de sang aujourd’hui et s’il devait se battre, il ne savait pas s’il serait capable de tenir tête à son commandant. Le voudrait-il de toute façon ?
De toute façon, il ne pouvait pas fuir. Non ... Où trouverait-il refuge si ce n’était ici ? Son père et sa belle-mère seraient ravis de livrer sa tête sur une pique au faux Empereur dans les meilleurs délais, si on le leur demandait.
Et puis, le soulagement. Le commandant Joe savait tout. Basil sentit une vague chaude lui passer sur le corps et ses muscles se détendirent. Il avait envie de l’enlacer mais cela ne se faisait pas. Il se racla la gorge et hocha la tête. Bien sûr que Georges savait tout, il était bien trop intelligent pour se laisser leurrer ainsi.
Le soleil était encore loin et ils avaient du temps pour discuter de tout cela mais il faudrait bientôt se mettre en route. Yvan avait raison, ils devaient riposter maintenant.
Basil, les yeux mouillés de larmes s’aperçut aussi que la main de Georges était sur son épaule, et il crut se liquéfier immédiatement.
En essayant de se concentrer sur autre chose, il entendit Martin, un serviteur qui avait grandement constitué au bien-être de Basil ces derniers jours, dans le couloir, qui essayait d’éviter les quatre grands notables de l’Empire accroupis devant la porte entr’ouverte.
Mais le commandant n’avait pas fini avec ses révélations. Il embraya tout de suite sur quelque chose d’autre. Un service ? Basil devait lui rendre un service ?
Georges déballa tout son plan et Basil sentit son cœur se serrer. Georges lui faisait confiance et il allait devoir bafouer tous ses sentiments pour ne pas trahir sa propre conscience. Il ne pouvait pas faire tout ce que Georges lui demandait, même s’il en mourrait d’envie. S’en aller, protéger des enfants, c’était une tâche facile, en comparaison de ce qui les attendait.
Le gamin qu’il avait été se sentit tout flageolant quand Georges le plaqua contre la bibliothèque pour réclamer sa loyauté.
Le lieutenant tomba dans le regard complètement hypnotisant de son commandant et resta muet quelques secondes. Quelques secondes complètement magiques ... Puis il secoua la tête. Il se doutait du regard que devait lui lancer Georges, un regard qui disait “Ah ! C’est comme ça!”, aussi décida-t-il d’éviter son regard. Il se dégagea de sa prise et ramassa un livre tombé au sol, un recueil de poèmes de Brunetière.
“Je suis désolé, je dois rester auprès de mon Empereur.”
Basil allait expliquer qu’Elijah était là quand ce dernier rentra dans la pièce, visiblement furieux. Il était plus petit que Georges mais cela ne l’empêcha pas de poser un doigt énervé sur la cuirasse de plates du commandant.
“Dites donc commandant, c’est ainsi que vous traitez vos officiers ? Et les bibliothèques ?!”
Il avait mis une emphase particulière sur le dernier mit, comme si la bibliothèque était bien plus importante que Basil à ses yeux. Ce qui était probablement le cas. Le Prince Luscka suivait de près, comme une ombre imposante et Yvan et le Ser Taesch les observaient depuis le cadre de la porte. Le vieux Condé avait un sourire en coin. Dans le couloir, Martin se tordait le cou pour voir ce qui se passait et semblait raconter quelque chose à une servante.
Basil posa sa main sur le bras de l’Empereur et se pencha vers lui, doucement.
“Eli, calme toi, il ne faisait rien de mal ...”
Et puis, comme la situation restait tendue, il se racla la gorge et frappa un petit coup dans ses mains.
“Nous devrions discuter de tout cela autour d’un bon repas, ce qui tombe bien puisque nous étions à table. Venez, commandant, nous avons cuisiné assez pour une personne de plus et nous avons une excellente bière de Brison.”
Ser Taesch décolla gracieusement son dos de la porte et passa une main dans ses cheveux délicats. Ils retombèrent sur le côté avec une lenteur exagérée et bien trop poétique.
“Et vous devriez faire rentrer vos hommes, les pauvres ne vont pas tenir longtemps sur les côtes escarpées avec la tempête qui se lève.”
Il se retira ensuite, tournant le dos à tout ce beau monde et commença à retourner à la salle à manger. Basil ne comprenait toujours pas comment un simple Conseiller pouvait tourner le dos à toute la famille impériale et ne pas être inquiété.
© CRIMSON DAY
Georges I. Joe
Daddy
Georges I. JoeDaddy
Messages : 3
Date d'inscription : 11/08/2019
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Lun 12 Aoû - 20:50

Basil ne pleurnichait plus. En fait, il était calme, presque trop vu ce que lui faisait subir son commandant. Georges était troublé, si bien qu’il le laissa filer, comme l’anguille à qui il ressemblait. Du moins, s’il devait être comparé à un poisson, avec sa grande taille et sa démarche souple et élégante, gracieuse. Hypnotisant. Oui, voilà, Basil était hypnotisant.
Georges cligna plusieurs fois des yeux devant le refus tout net du lieutenant. Comment ? Son Empereur ? Mais son Empereur était... C’est alors que l’Empereur Elijah IV débarqua. Georges sentit chacune de ses cellules se dresser. Elijah von Dast, il était en vie ! Et aussi, le Prince consort... Et le généralissime ! Et ... Oh, et le conseiller Condé. Georges ne savait pas à qui adresser en premier ses respects. Il décida qu’il devait faire honneur au plus important et porta la main à son front pour le saluer.

«Je vous prie de me pardonner, Votre Altesse. Cela ne se reproduira plus.»

Il ne savait pas exactement pourquoi il s’excusait mais cela sembla contenter l’Empereur, qui se réfugia dans l’étreinte solide de son époux. C’était étrange de le voir ainsi, en habits du quotidien, peu hésitant à montrer son affection au Prince consort.
Puis, le commandant présenta ses respects au Généralissime, en essayant de ne pas se mettre à pleurer de joie. Mais comment avait-il pu douter ? En revoyant ainsi son supérieur, il lui apparaissait évident qu’il ne s’agissait pas du tout de la même personne qui avait pris possession de l’Empire ces derniers temps.
Avec tout cela, Georges était rassuré. Il avait fait le bon choix en venant ici. Et il n’était plus seul à prendre les décisions, loin de là. Le voilà revenu à cette place confortable d’exécuteur et conseiller militaire, avec quelques subordonnés à qui relayer les ordres venus d’en haut.
Basil, simple lieutenant qu’il était, avança néanmoins une invitation au dîner que Georges avait interrompu. Plus surprenant encore, personne ne le reprit. Est-ce que ces rumeurs sur son amitié avec l’Empereur étaient fondées ? Le commandant du Taraske n’arrivait pas à le concevoir. Il lui faudrait une preuve tangible pour changer d’avis.

Il accepta l’invitation des deux Condé. C’était le meilleur moyen de fomenter un plan contre le faux Yvan von Dast. Bien installés autour d’une table, leurs esprits pourraient déborder d’idées. Les têtes nourries étaient plus actives et efficaces.

« Laissez-moi simplement le temps de retirer mon armure.»

Il ordonna à ses hommes de se rassembler dans le manoir. Il était vrai que le vent soufflait de plus en plus fort. Laissant son groupe de confiance se faire guider par les serviteurs, il s’enferma dans le petit salon rose et retira une à une les pièces de son équipement. Il espérait que personne n’y toucherait pendant son absence. Il laissa aussi sa grande épée et ses épées courtes, ne conservant qu’une dague à la ceinture, du côté droit. Il n’était pas fou non plus, ils étaient tout de même dans la demeure des Condé.
Quand il débarqua dans la salle à manger, Georges avait changé d’apparence. Il ne cliquetait plus et ses vêtements lui collaient au corps, le rendant sans doute beaucoup moins impressionnant. Sa tunique aux lacets défaits épousait chacun de ses muscles, son pantalon de cuir ne protégeait rien et ses bottes de cuir étaient trop fines pour dévier un coup de lame. Quelques-uns de ses tatouages étaient apparents, comme l’extrémité de la langue de feu de son dragon, qui colorait de rouge sa nuque et le creux situé entre son cou et son épaule. Il s’assit lourdement et saisit son gobelet déjà rempli de vin. Quand il leva le verre, l’éclat de son alliance renvoya la lumière de l’âtre. C’était agréable de manger après toute cette route et il espérait que les chevaux étaient aussi bien traités qu’eux. Georges essuya quelques gouttes de vin accrochées à sa moustache et commença à découper la viande dans son assiette. Ce n’était pas assez cuit à son goût et il y avait trop de sauce, mais il s’en contenterait.

« Quel est le plan ? Vous avez un plan, n’est-ce pas ?»

Il scruta le visage d’Yvan von Dast, dans l’espoir qu’il lui répondrait positivement. Il n’y avait pas vraiment de temps à perdre. Mais le Généralissime eut la réaction la plus décevante possible : il pinça les lèvres et se tourna en direction de Taesch Condé.
Basil Ducroquant-Gourmand
Kiss the Cook
Basil Ducroquant-GourmandKiss the Cook
Messages : 9
Date d'inscription : 06/06/2019
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Cuisinier
Rang : Baron/Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Mar 13 Aoû - 13:51

Un trinôme    qui marcheMood sonore : Madness - Ruelle

Basil essayait de penser à quelque chose d’autre alors que son regard essayait désespérément de se poser sur le torse impressionnant et très bien mis en valeur de son commandant. Il essaya de penser à la cave du manoir où devaient se trouver d’excellentes bouteilles de vin. Et des souris.
Le lieutenant brûlait de nombreuses questions. Comment les choses allaient-elles là bas ? Comment allait la garde qu’il avait laissé pour morte en s’enfuyant avec Miloslaw ? Sa dragonne était-elle bien traitée ? Elle pouvait être tout feu tout flamme quand on ne savait pas la respecter. Il espérait vraiment que personne ne lui avait fait de mal parce qu’elle était indomptable. Non ... il l’aurait senti, il en était sûr.
Certes, les rats de la nouvelle garde impériale avaient autre chose à faire que de s’amuser à titiller Nougatine mais on ne savait jamais trop avec les gens comme eux. Il savait de source sûre que Glimmen et ses hommes détestaient tous ceux du Taraske ... Et Georges ne pouvait pas veiller au grain tout le temps.
L’eau fut passée devant lui et brisa sa concentration. De sombres instincts se réveillèrent en lui quand il vit Georges, face à lui, tellement attirant. Il ne l’avait pas vu depuis plus de deux mois et c’était la seule chose à laquelle il pouvait penser. Mais ce n’était pas le moment de se laisser aller à ce genre d’instincts primaires ! Il était un Condé (ou presque) et il était au dessus de ces considérations charnelles.
Le regard de Basil se promena doucement sur les nombreux escarpements du visage marqué par la vie de Georges avant de se plonger dans l’abysse de ses yeux ...Puis il détourna le regard, préférant se concentrer sur le prince Lucius, qui s’évertuait à faire glisser par magie des cupcakes du grand plat à gâteau qui surmontait la table comme un promontoire rose poudré.
Il sourit doucement quand son jeune prince réussit à se renverser un cupcake sur la main. Visiblement, il avait encore du mal à s’habituer à ses pouvoirs hors de l’enfer. Il avait pas mal changé depuis qu’ils étaient partis, ses amis à lui, dans un quête dont Basil avait oublié le but. Lucius lança un regard furieux à son cupcake mais haussa les épaules et le mangea quand même, après s’être essuyé la main sur une serviette dorée, laissant une grande trace de crème au beurre rouge.
Georges demanda si quelqu’un avait un plan et Yvan regarda le Ser Taesch avec une sorte de demande silencieuse. Basil les observa comme s’ils s’étaient brusquement changés en gnome. Ne se détestaient-ils pas ? Le seigneur de Condé croqua dans une pomme, prit son temps pour mâcher et avaler et darda un regard hautain sur le commandant Joe.
“Le plan est simple. On retourne à la capitale, en chemin on rencontrera certainement l’armée, probablement dirigée par Kullen ou Sadlair, ces sales petits arrivistes. Après les avoir tué, on se rend à la capitale, je tue l’imposteur, on remet Elijah sur le trône et tout le monde reprendra sa petite vie.”
Tout le monde fit silence. Affronter une armée ? A eux tous, ils en étaient certainement capables. Elijah avait ses démons, Lucius sa magie et les autres étaient tous de très bons combattants, redoutables ... Mais Basil ne voulait pas retourner à la capitale dans un sillon de sang et de larmes. Et puis, tout le monde décida d’y aller de son plan plus fou que le précédent.Lorsque l’assemblée fut un peu calmée, il se racla la gorge.
“J’ai un autre plan. Le commandant Joe a été envoyé pour me chercher, je pense que nous pouvons nous en servir. Pénétrer la capitale de la plus simple des façons, comme s’il m’avait récupérer. Ca ferait une excellente diversion et -
- Il en est hors de question.”
Elijah avait parlé calmement mais ses yeux lançaient des éclairs. Il n’y avait pourtant pas d’autre solution sûre pour passer ces merveilleuses murailles qui protégeaient la cité de Ravenwell depuis des temps immémoriaux et les postes de garde qui avaient été mis en place par Yvan lui même.
“Elijah, je sais me protéger. Et quand l’attention de l’usurpateur sera sur moi, vous auriez tous le champ libre pour agir dans l’ombre. Nous avons trop d’otages potentiels à la capitale pour marcher dessus sans réfléchir.”
Ser Taesch soupira. De toute évidence, il était aveuglé par la colère, mais pas assez pour ne pas voir un bon plan. Le prince consort hocha la tête.
“Il a encore Lubalai ...”
L’ambiance fut glauque encore un moment jusqu’à ce que les portes ne s’ouvrent sur deux silhouettes féminines. Isobel et Charlie étaient rentrées de la chasse avec deux imposants sangliers, des ronces et des plantes encore accrochés dans leurs vêtements
“Ça alors, si c’est pas le commandant Joe ! Mais qu’est-ce que vous faites là?”

© CRIMSON DAY
Général Yvanov
Aye, Généralissime !
Général YvanovAye, Généralissime !
Messages : 42
Date d'inscription : 10/05/2018
Age : 803
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Général
Rang : Prince
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Dim 18 Aoû - 14:26

Yvan appréciait de plus en plus sa relation avec Taesch. Ils s’entendaient relativement bien depuis qu’ils étaient rentrés chez eux, au sens large. Il appréciait aussi que son amant soit nouvellement équipé de cornes démoniaques et il était très fier d’être le compagnon de quelqu’un à l’apparence aussi impressionnante. Ils se comprenaient de mieux en mieux, c’était son sentiment. Alors, quand Taesch exposa son plan et que celui-ci s’avéra dénué de toute subtilité ou lâcheté, il eut envie de lui proposer d’adopter une dizaine d’enfants. Un sourire féroce apparut sur son visage, qui dissimulait un sourire attendri.

« Parfait ! clama-t-il. Il va recevoir ce qu’il mérite.»

Au début, quand Yvan évoquait la mort du démon, il avait la délicatesse de prendre des gants en présence d’Aleister. Il s’agissait de son père après tout, salaud ou pas. Et puis il avait fini par comprendre que la seule personne qui comptait pour lui tout en partageant son sang était son frère. Il haïssait son père, apparemment il lui avait fait des choses pas très correctes dans un lointain passé.
Malheureusement pour le Généralissime, tout le monde ne l’entendait pas de cette oreille. Les idées et les protestations fusèrent autour de la table. Il s’y mêla sans hésiter, tapant du poing sur la table assez fort pour ébranler le contenu de son assiette et donna de la voix en tempêtant. Tout ça pour que finalement, ce soit le cuisiner qui ait le dernier mot. Elijah essaya bien de s’interposer entre le plan et son exécution, mais Basil insista. Le silence se fit pendant un instant dédié à la réflexion. Tout le monde était en train de comprendre qu’il s’agissait d’un bon plan. Luscka, lui, pensa à sa fille et Yvan ressentit alors une immense tristesse. Si ça avait été Isobel... De toute façon, il s’agissait de sa nièce, ça ne changeait pas grand chose. Lui aussi brûlait de la sauver, c’était comme une flamme très vive dans sa poitrine.

Là-dessus, deux jeunes femmes firent irruption. Charlie, puis Isobel. Elles étaient dans un sale état, ce qui ne dérangeait nullement Yvan. Elles étaient allées à la chasse après tout, ce n’était pas vraiment une activité sans risque de taches de boue. Il se leva aussitôt de sa chaise pour les rejoindre et les libérer de leurs trophées. Il y aurait de la viande à profusion pour leur prochain repas, ce qui ne manquerait pas de plaire à Luscka et son fils.

« Mademoiselle Isobel. Si je m’attendais à vous trouver ici... Ainsi.»

Le Commandant du Taraske saisit délicatement le bout des doigts gantés d’Isobel et se pencha pour administrer un baise-main à au moins dix centimètres de sa peau. Voilà quelque chose qu’on ne pouvait pas reprocher à l’officier Joe : la drague intempestive de toute forme de vie féminine. Yvan apprécia. En revanche, il apprécia beaucoup moins le ton et le regard pleins de jugement de son Commandant. Il n’avait jamais approuvé la façon dont Yvan poussait sa fille à devenir une guerrière, un soldat, une combattante. Pour lui, une femme devait sans doute se contenter de tâches sans risque, comme élever des enfants, tenir une maison et faire de la broderie. Quelle horreur !

« Le Commandant Joe est de notre côté, ainsi que ses hommes, commenta Yvan. Va te laver, maintenant, je ne veux pas que tu te blesses avec toutes ces épines. Ou que tu attrapes une de ces maladies contenues dans la terre.»

Luscka lui avait expliqué les risques encourus par les hybrides. Yvan n’y avait pas compris grand chose, mais il avait retenu que les coupures pouvaient permettre à des maladies d’entrer dans un corps qui n’était pas immunisé, comme ceux des vampires l’étaient.

« Ensuite on parlera du plan d’action. Bien sûr, tu resteras ici. Quelqu’un comme toi courait trop de risques. Laisse ce sanglier ! Tu pourrais te faire mal au dos. Je vais l’apporter en cuisine moi-même. Allez, file te laver. Et savonne-toi bien.»

Isobel roula des yeux et disparut dans le couloir en maugréant des qualificatifs peu flatteurs quant à l’âge de son père. Yvan savait qu’il abusait et que cela ne pourrait pas durer éternellement. Il risquait à tout moment une fugue, ou une rébellion de grande ampleur. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. A chaque fois qu’Isobel se mettait en danger, de près ou de loin, il n’avait en tête que cette maudite cicatrice. Il avait failli avoir une fille exactement comme lui : équipée d’une prothèse mécanique en guise de bras. Alors même pour une partie de chasse, il refusait qu’elle s’absente sans être accompagnée au minimum de Charlie.
Il soupira et demanda au majordome qui traînait là de s’occuper des sangliers morts. Puis, il retourna à sa place.

«Bon, très bien. Alors Basil sera l’appât.
- Je ne suis pas d’accord.»

Yvan se moquait de savoir pourquoi Georges n’était pas d’accord. Il se redressa contre le haut dossier sculpté de sa chaise et fit quelque chose dont il ne fut pas fier.

« Commandant Joe, c’est un ordre de votre Généralissime.»

L’officier baissa la tête, les yeux remplis de larmes. Des larmes de colère. Mais il ne protesta plus.

« Bien. Nous partons dans deux jours, le temps d’organiser les détails.»

Après quoi, il termina son verre de vin et entreprit de rejoindre la chambre des filles, occupée par Isobel, Charlie et Alianora. Il devait parler avec l’adolescente qui était la sienne. Il voulait être sûre qu’elle n’allait pas chercher à le berner d’une manière ou d’une autre.
Il frappa doucement, s’annonça. Comme aucune réponse ne lui vint, il supposa qu’Isobel était encore dans le bain. Elle s’était peut-être endormie. Ici, les baignoires étaient en porcelaine et avaient l’eau courante, ainsi qu’une quantité astronomique de liquide moussant, aux couleurs et senteurs variées. Il entra.
Aussitôt, l’horreur lui étreignit la poitrine. La fenêtre était ouverte, elle s’était construit une échelle de nœuds avec ses draps. Une note était coincée sous une boule à neige. Il l’en arracha d’un geste furieux.

« Papa,

J’ai fait la guerre. Je sais ce dont je suis capable. Arrête de douter de moi. Je vais te prouver ce que je vaux. Retrouve-moi à Ravenwell quand ton plan sera prêt. Je serai à l’auberge du Gobelin Rouge. Je vous attends. N’espère pas me faire un coup fourré pour me renvoyer ici !

P.-S. Je vous apprécie beaucoup, Taesch et toi. Ne prends pas cette lettre comme une excuse pour rompre ! C’est un ordre !

Ta future Généralissime, Isobel.»

Yvan s’en trouva tout déconfit.
Basil Ducroquant-Gourmand
Kiss the Cook
Basil Ducroquant-GourmandKiss the Cook
Messages : 9
Date d'inscription : 06/06/2019
Localisation : Caserne

Carnet de Bal
Race : Vampire
Emploi: Cuisinier
Rang : Baron/Lieutenant
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7Mar 20 Aoû - 15:37

Un trinôme    qui marcheMood sonore : Natural - Imagine Dragons

B.

Il était plus simple, pour tout le monde, d’agir ainsi. Basil et Georges partiraient en premier pour s’emparer de toute l’attention du faux Yvan et les autres pourraient être plus larges dans leurs mouvements. Pourtant, Basilton Elysium Ducroquant-Gourmand, baron de Ducroquant, héritier présomptif au comté de Gourmandise, pair du duché de Condé et lieutenant du Taraske, était passablement terrifié.
A présent, il savait ce qu’était la peur de voir la mort en face - ç’avait été le cas quand il avait été face au faux Yvan, dans la chambre du prince Lucius - et, même s’il tenta à plusieurs reprises d’éloigner ces considérations de sa conscience, il n’était pas sûr d’être à la hauteur quand il serait en face de l’Imposteur. A la fin, épuisé et lassé d’avoir peur, il décida de se détendre. Ils n’y étaient pas encore.
Il avait envie de se lever, d’aller s’entraîner - il trouvait toujours une certaine paix spirituelle dans le fait de dégommer des cibles - mais Georges était là et il ne voulait pas le quitter du regard.
Pendant que tout le monde s’émerveillait du retour de Charlie et d’Isobel, chargées d’un lourd fardeau, Basil jeta un coup d’œil à Lucius.

L.

Il perdit sa concentration, pendant une seconde. Aussitôt, les deux oursons de glace fondirent et furent absorbés par la belle nappe dorée en soie précieuse. Maman Ourse ne tarda pas à fondre à son tour et il soupira doucement. Il prit une gorgée de vin et soupira doucement.
Il avait du mal à retrouver ses pouvoirs. En Enfer, il était tellement, TELLEMENT puissant, c’en était étrange. Il avait bâti des cités de glace, d’un souffle et, quand Aleister se tenait à ses côtés, il se sentait capable de prendre l’Enfer en entier sous sa coupe. D’ailleurs, il avait pensé un moment à rester en bas. Leur vie n’aurait pas été si terrible quand il aurait réussi à obtenir le trône. Aleister n’arrangeait pas les choses, serpent tentateur toujours perché sur son épaule.
Mais non, il était remonté, avec les autres, parce qu’il ne voulait pas abandonner l’Empire à son triste sort. Son Empire. Et ses amis. Pendant ces deux ans, Isobel, Charlie et Nora lui avaient terriblement manqué, mais pas plus que Milo. Il y avait entre eux une sorte de connexion électrique, une compréhension au delà des mots. Une véritable relation de frères.
Lucius regarda Georges embrasser en wi-fi - un truc génial qu’il avait découvert en Enfer, internet et sa connaissance illimitée lui manqueraient - les doigts gantés d’Isobel et sourit doucement.
Il aimait bien le commandant du Taraske. Il l’avait connu de près trois ans auparavant - l’année dernière seulement pour le commandant Joe - alors qu’il étudiait les dragons et leurs flammes. Il espérait pouvoir imiter leur magie, leur feu qui jamais ne s’éteignait sans aide extérieure. Il n’avait pas réussi mais c’était seulement une question de temps.
Isobel fut envoyée dans sa chambre quand vint l’heure des reproches - parce qu’Yvan était Yvan, naturellement - et Charlie la suivit comme une ombre. Personne à part lui ne remarqua que la discrète Alianora - habillée à la mode de ce printemps dans une robe serrée à la taille et ample au niveau de la jupe, avec tout un tas de froufrous au niveau de la poitrine et les épaules découvertes - se levait pour les rejoindre.
Lucius écouta son oncle réprimander Georges - parce qu’encore une fois, il était oncle Yvan - et ferma les yeux. Une fois que tout cela serait fini, il irait bien passer une semaine tranquille à Eksharad, avec Aleister et ... peut-être Vassil, même si, de toute évidence, il était bien plus intéressé par Basil maintenant. Lucius s’en fichait bien. Il aimait bien le lutin mais il comptait bien moins que le démon qui avait ravi son cœur. Son démon. Même s’il ne voulait pas encore lui montrer toute l’étendue de tous ses sentiments.
Yvan s’éclipsa et Basil se tourna vers Elijah. Ils parlaient des hommes postés à la frontière entre Condé et Dasten, le cuisinier avait peut-être une idée. Taesch lui couvait de son regard en sirotant son café glacé, du bout des lèvres. Lorsqu’Yvan redescendit, Taesch regarda le papier qu’il tenait dans la main.

T.


Taesch rit doucement et passa une main dans ses cheveux. Il étincelait à la lumière de la cheminée. Il n’avait jamais réussi à se débarrasser de toutes ces paillettes, pas plus que de ses cornes de démon. Il devait admettre qu’elles lui rajoutaient quelques centimètres et ne le dérangeaient plus autant mais tout de même, ce n’était pas très ... décent.
“Nous avons été parfaitement dupés par trois adolescentes. Quelle armée de pointe.”
Il vit Lucius sourire en coin alors que le jardinier venait leur rapporter la fuite des trois jeunes filles. Le Duc leva la main pour lui faire signe qu’il savait déjà et le renvoya dans ses rosiers. Taesch se leva. Il avait passé assez de temps à cette table.
“Eh bien, finissez de manger. J’ai des choses à faire.”
Il passa à côté du cuisinier et se pencha sur lui, posant une de ses longues mains fines sur son épaule. Ses lèvres tout près de son oreille, il lui murmura quelques mots.

B.

Basil se raidit quand les lèvres de Ser Taesch frôlèrent sa joue. Son haleine exhalait la pomme, la cannelle, mais aussi la cendre, ce qui indiquait qu’il avait embrassé le Généralissime peu de temps avant. Sa main sur son épaule était fine, délicate, mais parfaitement ferme.
“Assurez-vous de sa loyauté, lieutenant. A la manière des Condé.”
Basil hocha doucement la tête et Taesch se retira, comme une vague légère de la fin de l’été. Il savait parfaitement ce que voulait dire Ser Taesch. Il rougit très violemment. Le prince Lucius se leva à ce moment.
“Nous aussi. Milo, Konj, vous venez ?”
Konstantin Becjm, qui était un géant de la hauteur de Luscka von Hochen, hocha la tête.
“Da, bràt.
- Comment est-ce que tu viens de m’appeler?!”

Bien vite, leurs voix s’éloignèrent. L’Empereur et son mari étaient déjà loin avant que Basil ne s’en rende compte et Basil passa une main dans ses cheveux. Ils étaient redevenus plus ou moins soyeux. Il se leva et vint s’asseoir sur l’accoudoir du fauteuil du commandant, heureusement ses fesses n’étaient pas très larges. Il n’avait aucune intention d’obéir au Ser Taesch mais il voulait rassurer son supérieur.
“Ne vous en faites pas, commandant, je fais un très bon appât. Très voyant.”
Bien sûr, il n’aurait rien contre le fait que, d’un de ses bras puissants, le commandant le renverse sur ses genoux et l’embrassa passionnément, mais il en doutait. Il savait que le commandant n’était pas intéressé par les hommes.
“Est-ce que vous auriez ... par hasard ... des nouvelles de Nougatine ?”

© CRIMSON DAY
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]  Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil] 281ber7

Un trinôme qui marche [Basiloslaw + Vassil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La perte de PA, ça marche comment ?
» [Traité Frontalier] Limousin-et-Marche/ Bourbonnais-Auvergne
» Monitorin:z - Ton nabaztag te signale lorsque ton site internet ne marche plus !
» [Traité Frontalier] Limousin/Marche - Bourbonnais-Auvergne
» Elevage, comment ca marche ?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nox : Res Novae :: L'Empire de Nox :: Le Duché de Condé :: Irmingarde, la ville aux pommes-